Après le bannissement de Trump, Twitter veut renforcer la censure contre ses partisans

censure Twitter

De nouvelles vidéos tournées en caméra caché par Project Veritas montrent que la censure dont le média social Twitter a frappé Donald Trump et ses partisans après l’irruption de manifestants au siège du Congrès le 6 janvier 2021 s’inscrit dans une action de censure beaucoup plus large.

Twitter et la « politique d’intégrité civique »

« Nous sommes concentrés sur un compte maintenant », expliquait Jack Dorsey dans une vidéo datée par Project Veritas du 8 janvier 2021, deux jours après les émeutes, en parlant du compte [@realDonaldTrump] du président sortant Donald Trump, suivi par plus de 88 millions de personnes, le jour où sa compagnie le suspendait définitivement. Et Dorsey de continuer ainsi sa phrase : « Mais ça va être bien plus gros que juste un compte, et ça va durer bien plus longtemps que ce jour, cette semaine, et les quelques prochaines semaines, et ça va continuer au-delà de l’investiture [du président Biden] ».

« Nous avons décidé de renforcer la mise en œuvre de notre politique d’intégrité civique et d’utiliser un marquage qui désactive les interactions afin d’arrêter la diffusion de contenu incendiaire, c’est-à-dire du contenu concernant les ingérences dans les élections, la fraude électorale, le vol de l’élection et ce type de choses », précise dans une vidéo également datée du 8 janvier la responsable mondiale de Twitter pour les questions juridiques, les politiques, la confiance et la sécurité, Vijaya Gadde. Originaire d’Inde, Gadde a été qualifiée en octobre 2020 par le média Politico de « directrice de média social la plus puissante dont vous avez jamais entendu parler ». Décrite par Politico comme ayant la fibre « libérale » (au sens américain de progressiste, libertaire), la responsable de Twitter serait à l’origine de la décision prise par Jack Dorsey en octobre 2019, à un an des élections présidentielles américaines, d’interdire toute publicité politique sur sa plateforme. Gadde serait également à l’origine du blocage sur Twitter en octobre 2020, à quelques semaines des élections, de l’article du New York Post qui décrivait les pratiques douteuses de Joe Biden et de son fils en Ukraine quand Joe Biden était le vice-président de Barack Obama.

Une approche mondiale

Dans la conversation vidéo publiée par Project Veritas, Vilaya Gadde déclare aussi que pour mettre en œuvre sa politique, Twitter met à profit l’expérience acquise « sur les autres marchés » et que « dans ce sens » il s’agit pour Twitter d’une « approche mondiale ».

Dans cette même vidéo, où l’on voit Vijaya Gadde et Jack Dorsey participer à une réunion en ligne avec d’autres responsables de la société californienne, Gadde se réfère à une lettre d’employés de Twitter qui demandaient la suspension définitive du compte présidentiel alors que dans un premier temps, au moment des violences du 6 août au Capitole, celui-ci n’avait été bloqué que pour 12 heures. Gadde explique les raisons qui ont poussé Twitter à agir en deux temps, en justifiant la suspension définitive après avoir reconnu plus tôt que, après la première suspension de 12 heures, les tweets publiés par le président américain appelaient ses partisans au calme et condamnaient les violences.

Pour justifier la suspension définitive du compte du président sortant, Twitter avait cité deux messages ne comportant aucun appel à la violence, fait remarquer le site pro-vie Lifenews dans un article très fourni concernant la vidéo de Project Veritas et le contexte de l’acte de censure qui y est revendiqué par les dirigeants du média social. Dans les deux messages en question, Donald Trump avait écrit ce qui suit :

– « Les 7.500.000 Américains remarquables qui ont voté pour moi, L’AMÉRIQUE D’ABORD, et RENDRE SA GRANDEUR À L’AMÉRIQUE, auront une VOIX DE GÉANT pour longtemps encore. Ils ne seront pas méprisés ou traités injustement de quelque manière ou sous quelque forme que ce soit !!! »
– « Pour tous ceux qui ont posé la question, je n’irai pas à l’Investiture le 20 janvier ».

Pour Twitter, ces deux messages violaient sa « politique sur la glorification de la violence ». Chacun jugera. Twitter a également affirmé pour justifier sa décision que Trump « risquait très fortement d’encourager et inspirer les gens qui voudraient répéter les actions criminelles qui se sont déroulées au Capitole le 6 janvier 2021 ». Ceci alors que, contrairement à ce qui a été dit dans certains médias, Trump n’avait pas, dans ses propos tenus face à la foule de ses partisans le 6 janvier, appelé à commettre des actes de violence.

Regrets pour la galerie

Quoi qu’il en soit, les vidéos publiées les 14 et 18 janvier par Project Veritas montrent bien que les regrets exprimés par Jack Dorsey le 13 janvier à propos du bannissement de Trump de sa plateforme n’étaient que de façade.

Le média Project Veritas se spécialise dans l’utilisation de caméras cachées pour dévoiler le parti-pris des grands médias américains. Sans surprise, la recherche de l’expression « Project Veritas » sur Google n’affiche pas de lien au site de ce média et il faut passer par un autre moteur de recherche, comme par exemple Bing ou DuckDuckGo, pour le voir s’afficher dans les résultats (en première position). Il faut croire que les dirigeants de Google n’ont pas apprécié les vidéos mises en ligne par Project Veritas à propos de la censure et des manipulations massivement pratiquées par leur entreprise (voir par exemple : « Google en campagne pour Biden avec son moteur de recherche »).

Texte repris du site OJIM

https://fr.novopress.info/220650/apres-le-bannissement-de-trump-twitter-veut-renforcer-la-censure-contre-ses-partisans/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s