Ukraine/Russie : un réel risque de guerre

russie-election-poutine

La principale erreur qu’on puisse commettre en géopolitique est de prêter à l’adversaire son propre mode de fonctionnement.

C’est sans doute celle que commettent nombre d’analystes en estimant que Vladimir Poutine n’oserait jamais envahir l’Ukraine. La dernière fois que certains ont cru que le président russe bluffait, il a annexé la Crimée.

Certes, on peut estimer rationnellement que la Russie aurait beaucoup trop à perdre. Réprobation internationale, chute inflationniste du rouble, de la Bourse de Moscou, sanctions économiques occidentales pouvant aller, selon Washington, jusqu’à l’exclusion des firmes russes du système swift de paiement international (au risque que Moscou n’ait recours à une alternative), isolement diplomatique, suspension du projet cher au Kremlin de gazoduc alimentant l’Allemagne, etc.

La principale erreur qu’on puisse commettre en géopolitique est de prêter à l’adversaire son propre mode de fonctionnement.

C’est sans doute celle que commettent nombre d’analystes en estimant que Vladimir Poutine n’oserait jamais envahir l’Ukraine. La dernière fois que certains ont cru que le président russe bluffait, il a annexé la Crimée.

Certes, on peut estimer rationnellement que la Russie aurait beaucoup trop à perdre. Réprobation internationale, chute inflationniste du rouble, de la Bourse de Moscou, sanctions économiques occidentales pouvant aller, selon Washington, jusqu’à l’exclusion des firmes russes du système swift de paiement international (au risque que Moscou n’ait recours à une alternative), isolement diplomatique, suspension du projet cher au Kremlin de gazoduc alimentant l’Allemagne, etc.

UNE POSTURE RUSSE ?

Il est donc possible que l’actuel déploiement russe ne constitue que ce que les spécialistes en affaires militaires appellent une posture, une manœuvre juste destinée à intimider l’adversaire. Le but serait d’imposer un nouvel arrangement sécuritaire par la seule menace d’une guerre catastrophique au cœur de l’Europe entre une puissance nucléaire et un pays quatre fois plus petit. Cela passerait par la finlandisation de l’Ukraine.

La suite

Il est donc possible que l’actuel déploiement russe ne constitue que ce que les spécialistes en affaires militaires appellent une posture, une manœuvre juste destinée à intimider l’adversaire. Le but serait d’imposer un nouvel arrangement sécuritaire par la seule menace d’une guerre catastrophique au cœur de l’Europe entre une puissance nucléaire et un pays quatre fois plus petit. Cela passerait par la finlandisation de l’Ukraine.

La suite

https://www.actionfrancaise.net/2021/12/12/ukraine-russie-un-reel-risque-de-guerre/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s