La reprise économique mondiale n’est plus au beau fixe.

Tous s’étaient réjouis, après la phase aiguë de la pandémie, que la plupart des pays retrouvent plus rapidement que prévu une croissance nette de leur produit intérieur brut (PIB). Hélas, après l’euphorie du début de cette année, la plupart des économistes… en rabattent. C’est ce qu’il ressort de la dernière publication de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiées mercredi 1er décembre.

Après un pic attendu au dernier trimestre 2021, la reprise économique mondiale va en effet ralentir nettement : la croissance du PIB mondial devrait passer de 5,6 % en 2021 à 4,5 % en 2022, puis à 3,25 % en 2023. L’économie mondiale ne devrait pas rattraper avant 2023 son niveau d’avant la pandémie de Covid-19, avec un redressement beaucoup plus rapide dans les économies avancées que chez les émergents et les pays pauvres.

Surtout, cette reprise est plus incertaine que jamais car menacée par de graves déséquilibres sanitaires et économiques mondiaux, prévient l’OCDE. D’abord en matière de vaccination : 147 doses ont été administrées en moyenne pour 100 habitants dans les pays riches, contre 8 dans les pays pauvres, ce qui augmente les risques d’apparition de nouvelles souches potentiellement plus contagieuses et résistantes aux vaccins, comme c’est le cas avec le variant Omicron découvert récemment et dont, avec des données incomplètes sur sa létalité et sa contagiosité, il est trop tôt pour mesurer les conséquences.

L’OCDE rappelle que « la première des priorités politiques » est de « veiller à ce que les vaccins soient produits et déployés aussi rapidement que possible dans le monde entier ». Autrement dit, la pandémie ne sera vaincue nulle part si elle ne disparaît pas partout. Un message qui peine à être entendu par les responsables politiques, de l’aveu même de Laurence Boone, économiste en chef de l’organisation : « Les pays du G20 ont dépensé 10 000 milliards de dollars (8 800 milliards d’euros) pour soutenir leur économie pendant la pandémie, et les pays pauvres ont besoin de 50 milliards de dollars pour vacciner leurs populations. Pourquoi ne fait-on pas plus d’efforts pour s’épargner un coût humain et économique si élevé ? » Ce qui n’est pas totalement faux…

Mais les trajectoires économiques des pays divergent aussi. « La perte de croissance a été proportionnellement plus importante pour les économies émergentes (…) et surtout pour les pays en développement à faible revenu », note l’OCDE, qui souligne leur fragilité en raison d’un endettement élevé en devises étrangères, ce qui obère leur marge de manœuvre fiscale et pourrait ralentir leur reprise.

Les déséquilibres se creusent enfin dans chaque économie, avec une consommation qui favorise les produits manufacturés plutôt que les services, tout en se déportant vers le commerce électronique. C’est ce que montre l’écart de croissance entre les commerces de marchandises et de services, publié mardi 30 novembre par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement. Le premier a bondi de 22 % au troisième trimestre 2021, en rythme annuel, tandis que le second a progressé de 6 %. Les échanges de marchandises, d’une valeur de 5 600 milliards de dollars au troisième trimestre 2021, ont atteint un niveau record. Mais un phénomène qui n’aurait pas pris cette importance si la mondialisation des échanges commerciaux ne favorisait pas le consumérisme de façon démente…

Cette demande concentrée dans quelques secteurs crée des goulets d’étranglement et aggrave les pénuries de certains composants, comme les semi-conducteurs, qui menacent des pans entiers de l’industrie mondiale ! C’est le cas du secteur automobile. L’OCDE a calculé que, au cours des neuf premiers mois de 2021, la production de véhicules, perturbée par les ruptures d’approvisionnement, a chuté de 26 % par rapport à la même période de l’année précédente dans les pays de la zone euro, alors que le secteur contribue à 2 % du PIB de celle-ci.

Ces perturbations bouleversent à leur tour le marché du travail, puisque certains secteurs en surchauffe manquent de main-d’œuvre alors que le nombre d’actifs est inférieur à celui d’avant la pandémie. Ces déséquilibres sont aussi attribués à des changements dans la « localisation des activités » et dans les « compétences requises dans un contexte de pandémie (notamment en raison du changement soudain de la consommation de services vers les biens) ». 

Ces gens sont fous !

Ajoutez à cela les crises migratoires qui bouleversent l’équilibre économique par le biais du marché du travail : les travailleurs nés à l’étranger sont très nombreux dans certains secteurs, comme l’industrie manufacturière, où ils représentant plus de 10 % de la population active, ou dans l’agriculture, qui emploie de nombreux travailleurs saisonniers et engendrent un authentique dumping social que les pouvoirs publics refusent de reconnaître.

Aujourd’hui, le problème n’est plus tant celui du chômage que du pouvoir d’achat qui diminue du fait de ce dumping mais aussi d’une inflation qui frôle les 5 % dans les pays de l’OCDE. « En Europe et en Asie, la baisse de l’inflation relève de la responsabilité des gouvernements plutôt que des banques centrales », explique Mme Boone.

Avec la stabilisation de la demande, la disparition progressive des goulets d’étranglement et un retour à la normale sur le marché du travail, la hausse des prix devrait ralentir à 3 % d’ici à 2023, selon l’OCDE, pour qui « l’impact direct de la hausse des prix du pétrole, du gaz naturel et du charbon sur les budgets des ménages a été jusqu’à présent limité, étant donné que leurs dépenses en électricité et en combustibles sont de l’ordre de 5 % à 10 % » dans la plupart des économies développées.

La réponse à la crise ne doit pas faire oublier les défis de long terme. Dans le rapport publié ce mercredi, Mme Boone se dit « inquiète de l’absence de débat » sur l’orientation des dépenses publiques, qui passe au second plan derrière « le niveau de la dette ». Elle plaide pour que celles-ci soient davantage consacrées aux « investissements productifs qui stimulent la croissance », à l’instar de l’éducation ou des infrastructures. L’OCDE déplore enfin le flou des politiques de réduction des émissions de carbone qui freine les investissements dans les énergies renouvelables et les infrastructures.

En résumé, ne serait-il pas urgent de revenir à davantage de raison dans ce monde devenu fou ? On ne peut tout de même pas compter uniquement sur une nouvelle pandémie virale pour que les dirigeants politiques reprennent leurs esprits !

Le 2 décembre 2021.
Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/

Nucléaire : l’Iran veut récupérer ses avoirs 

Les négociations sur le nucléaire ont repris à Vienne lundi, entre les grandes puissances et l’Iran.

Le nucléaire iranien est, on le sait, une préoccupation première des États occidentaux. Les sanctions économiques imposées par les américains à l’Iran, notamment l’impossibilité d’exporter son pétrole, ainsi que le gel de ses avoirs bancaires aux quatre coins du monde sont actuellement dans la balance des négociations et Téhéran n’entend pas se laisser faire. Lire la suite

Noyade de 27 migrants dans la Manche : la solution australienne

frontieres-passoirs-clandestins-rideau-de-fer-francais-800x450.jpg

Le 24 novembre, 27 migrants sont morts noyés en voulant traverser le détroit de la Manche. De nombreuses voix se sont fait entendre pour que l’on ne connaisse « plus jamais ça ». En mer Méditerranée, c’est par milliers que les morts par noyade se comptent chaque année. Ces faits divers, aussi tragiques soient-ils, ne font que refléter l’ampleur d’une immigration clandestine tacitement autorisée. Cette situation n’est plus tenable. Des solutions radicales s’imposent. L’exemple australien est à ce titre riche d’enseignements.

La route migratoire par la mer Méditerranée

Les clandestins qui arrivent en France tentent pour certains de gagner le Royaume-Uni en traversant la Manche. Avant d’arriver dans notre pays, ils ont fréquemment emprunté les routes migratoires qui passent par la mer Méditerranée. Pourtant, parmi les solutions envisagées pour enrayer l’immigration illégale et le business des passeurs, son arrêt pur et simple par la mer Méditerranée n’est jamais évoqué. Preuve s’il en fallait que cette immigration est tacitement tolérée depuis des années, tant par les dirigeants des pays d’Europe de l’Ouest que par l’Union européenne, ce qui lui a permis de prendre une ampleur considérable. Lire la suite

Avortement : le Sénat aura-t-il le courage de ne pas remettre ce texte aberrant à son ordre du jour ?

L’Assemblée nationale a adopté hier en deuxième lecture la proposition de loi pour allonger le délai pour un avortement de douze à quatorze semaines de grossesse. L’article 2 de la proposition, qui visait à supprimer la clause de conscience spécifique pour les médecins ne souhaitant pas pratiquer un avortement, a suscité davantage d’opposition. La clause de conscience a finalement été maintenue par un amendement vidant la mesure de sa substance. Quelques membres de la majorité se sont en effet joints à LR dans un vote à main levée que l’opposition de gauche a vivement déploré, évoquant le poids du “lobby des médecins”. Lire la suite

Le baptême de Clovis et le développement des terroirs viticoles

Quelle était la boisson d’antan, plus spécifiquement la boisson préférée de Clovis, roi des Francs, le plus illustre des mérovingiens ? Au tournant du Ve et VIe siècle, il s’est emparé de la quasi-totalité de la Gaule romaine. Réponse avec Ophélie Neiman, journaliste et spécialiste des vins. Elle était l’invitée de l’émission “La Table des bons vivants” ce samedi.

Premièrement, il buvait beaucoup de bière, la bonne cervoise qui était très consommée à l’époque en Gaule”, explique Ophélie Neiman. À l’époque, la bière était faite de blé et non avec de l’orge. C’est pour cela qu’on sépare la cervoise de la bière.  […]

Lire la suite

Transition énergétique : le troisième choc pétrolier a commencé

Cette fois c’est probablement malheureusement la bonne. L’explosion des prix du gaz et les nombreuses tensions autour de cette énergie carbonée, jusqu’ici restée dans l’ombre du tout puissant pétrole, révèle que le délicat mix énergétique mondial, déjà en surchauffe, est au bord de l’explosion.

Jean-Baptiste Giraud est directeur de la rédaction d’EconomieMatin.fr, et auteur de « Dernière crise avant l’Apocalypse », paru le 16 septembre chez Ring. Le troisième choc énergétique fait l’objet de tout un chapitre de l’ouvrage, co-rédigé avec l’économiste et universitaire Jacques Bichot.

Depuis que la transition énergétique s’est invitée dans le débat politique, c’est toujours la même histoire. Le noir pétrole est systématiquement opposé à la lumineuse électricité, l’un devant céder sa place à l’autre pour sauver la planète, et fissa encore. Entre les deux, comme des cousins lointains dont on aurait honte, le gaz et le charbon sont priés de rester cachés derrière les nuages de vapeur ou de fumées noires des cheminées d’usines qu’ils alimentent. Lire la suite

SVR – Les États-Unis poussent l’Ukraine à relancer le conflit dans le Donbass, tout en accusant la Russie de vouloir attaquer

JPEG

Le service des renseignements extérieurs de la fédération de Russie (SVR) a dénoncé la façon dont les États-Unis essayent Lde faire croire que Moscou veut attaquer l’Ukraine, alors que dans le même temps, Washington pousse Kiev à relancer la guerre dans le Donbass.

C’est tout d’abord le chef du SVR, Sergueï Narychkine, qui a déclaré au journaliste de la chaîne Rossia 1, que derrière les informations selon lesquelles la Russie se préparerait à envahir l’Ukraine se cache la volonté de Washington de pousser Kiev à attaquer le Donbass

« L’objectif est d’essayer de pousser le gouvernement de Kiev, peu contrôlé, à rallumer le conflit qui se déroule dans l’est de l’Ukraine. Et pour les États-Unis, l’Ukraine n’est qu’un consommable dans toute cette histoire, mais ils veulent raviver le conflit avec une vigueur renouvelée. Nous devons évidemment garder notre sang-froid et renforcer la capacité de défense de notre pays  », a-t-il déclaré. Lire la suite

700 millions pour les associations pro-migrants !

france-entree-libre-immigration-migrants-845x475-1

Dans le cadre du projet de loi de finances (PLF 2022) qui détermine le budget de l’État pour l’année à venir, Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, s’est rendue à l’Assemblée puis au Sénat pour présenter les crédits consacrés à la mission « Immigration, asile et intégration » : ils s’élèvent à 1,92 milliard d’euros. Cette enveloppe alimente deux programmes : le 104, intitulé « Intégration et accès à la nationalité française », et le 303, « immigration et asile ». Lire la suite

Charles Millon rejoint Eric Zemmour et sera présent à ses côtés à Villepinte

Ancien ministre de la Défense de Jacques Chirac mais surtout homme de droite et partisan de l’union des droites,  Charles Millon apporte son soutien à Eric Zemmour et sera présent, à ses côtés, lors du premier meeting de campagne qui aura finalement lieu à Villepinte pour pouvoir accueillir les 20 000 personnes ayant d’ores et déjà réservé leur place (le Zénith est trop petit). Lire la suite