Ukraine, l’économie de guerre est utilisée pour préparer le pillage néolibéral du pays 2/2

VRG_Illo_STK010_K_Radtke_Ukraine_Glitch.0.jpg

Politique fiscale

Au début de la guerre, le gouvernement ukrainien a annulé les taxes et les tarifs douaniers sur les importations. C’était une excellente nouvelle pour les concessionnaires automobiles, des milliers de voitures traversant la frontière à des prix bien plus bas que d’habitude. Mais c’était mauvais pour le budget de l’Ukraine, qui a perdu environ 100 millions de dollars par mois. Elle a également aggravé le déficit en carburant de l’Ukraine, les camions d’essence étant bloqués par les énormes embouteillages à la frontière. En conséquence, la Banque nationale d’Ukraine (NBU) et le ministère des Finances ont exercé de fortes pressions pour obtenir le rétablissement de cette taxe, ce qu’ils ont réussi à faire à la fin du mois de juin.

Bien que le gouvernement montre une certaine volonté de rétablir l’impôt de base, il ne voit pas autrement la nécessité d’augmenter l’imposition des grandes entreprises.

Dans une interview accordée à Bloomberg, « Marchenko (photo) a réaffirmé qu’il n’était pas favorable à une modification du système fiscal sous quelque forme que ce soit, ni en l’assouplissant ni en le durcissant ». La politique fiscale de l’Ukraine n’a donc pas dévié du consensus post-Euromaidan qui voit dans la baisse des impôts la clé de la croissance et de la prospérité.

Au contraire, en annulant tant de taxes et en parlant de la reconstruction d’après-guerre principalement en termes de zones d’exportation sans taxes, la guerre a paradoxalement vu une intensification de ce modèle fiscal.

Pendant ce temps, les recettes fiscales perçues ne sont évidemment pas utilisées pour renforcer le secteur public. Ce qui se rapproche le plus de ce que l’on pourrait appeler de l’interventionnisme économique ukrainien jusqu’à présent, c’est l’annonce par le premier ministre d’un programme de 1,3 milliard de hryvnia (44 millions de dollars) visant à parrainer les travailleurs du secteur informatique pour améliorer leurs qualifications. Ici, comme ailleurs, la guerre a vu la poursuite du modèle économique libéral d’avant-guerre – un pays basé sur l’exportation d’un petit paquet de produits agricoles, une classe urbaine de spécialistes en informatique, petite mais dynamique, et les transferts de fonds de millions de travailleurs migrants.

Politique monétaire

L’une des demandes les plus importantes et les plus constantes faites à l’Ukraine par le FMI et d’autres créanciers occidentaux depuis 2014 est « l’indépendance de la banque centrale ». Cela signifie qu’il faut choisir des figures de la NBU approuvées par le FMI qui veillent à ce qu’elle obéisse à la logique libérale orthodoxe la plus stricte, considérant le « ciblage de l’inflation » par le biais d’instruments monétaires comme la seule forme acceptable d’intervention étatique.

Les entreprises ne peuvent pas obtenir de crédit et le pays se désindustrialise, mais au moins la monnaie est stable. En Ukraine, la NBU est certainement « indépendante », bien que certains analystes plaisantent en disant que cela signifie qu’elle est totalement indépendante des intérêts de l’Ukraine. Les décisions de la NBU en temps de guerre en sont la preuve la plus évidente.

Le ministre des Finances a créé des obligations de guerre spéciales au moment de l’invasion, espérant recevoir quelque 400 milliards de hryvnia (13,5 milliards de dollars) en faisant appel aux « citoyens patriotes ». Mais après deux mois, seuls 57 milliards (2 milliards de dollars) avaient été levés grâce à ces obligations de guerre sur le marché libre. La banque nationale a été obligée d’intervenir, en achetant 70 milliards de hryvnias. Mais la NBU s’est rapidement inquiétée des tendances inflationnistes et de la dévaluation des devises, qui ont été exacerbées par l’impression de monnaie pour l’achat d’obligations de guerre. À la fin du mois de juin, la NBU avait acheté pour 7,5 milliards de dollars d’obligations, soit environ 17 % du budget ukrainien d’avant-guerre. Comme le note Bloomberg, l’impression monétaire a réduit les réserves d’or de l’Ukraine de 3 milliards de dollars, il en reste 25 milliards, tandis que l’inflation a atteint 20,1 %.

Invoquant ces dangers monétaires, la NBU a relevé les taux d’intérêt de 10 à 25 % le 1er juin. L’objectif était double : premièrement, espérer stopper l’inflation et la dévaluation de la monnaie en réduisant la masse monétaire pour les entreprises et les consommateurs ; deuxièmement, permettre au ministère des finances de gagner plus d’argent pour couvrir son budget, car ses obligations de guerre seraient poussées à la hausse par la concurrence des taux de la NBU, attirant ainsi plus d’acheteurs.

Alexey Kusch, un économiste ukrainien populaire, a publié un long message sur Facebook à propos de la décision, écrivant qu’elle l’a fait « douter pour la première fois depuis le début de la guerre, non pas de la victoire, mais de la possibilité qu’après celle-ci notre pays puisse commencer à se développer d’une autre manière » que la voie libérale qu’il a toujours critiquée. Il a cité l’adoption d’un taux de change fixe, la création d’obligations de guerre et certains contrôles des exportations de capitaux au début de la guerre comme des signes de l’émergence d’une politique économique plus sage et moins libérale en Ukraine. Au contraire, la décision de la NBU était une solution monétariste orthodoxe totalement inadaptée au contexte de la guerre.

Tout d’abord, parce qu’aucun taux d’intérêt n’est suffisamment élevé pour convaincre les capitaux étrangers d’investir en Ukraine, compte tenu des risques militaires et de la dévastation. Kusch cite le fait que les euro-obligations ukrainiennes arrivant à échéance en septembre (les obligations de guerre ukrainiennes ont une échéance de 30 ans, ce qui les rend encore moins attractives) ont été revendues sur le marché secondaire à un rendement de 250 %.

Le gouvernement a mal placé sa confiance dans la volonté des investisseurs privés de sauver un État déchiré par la guerre

Deuxièmement, parce que l’inflation en Ukraine est causée par des facteurs liés à l’offre, tels que la crise énergétique mondiale, les pénuries d’essence dues aux attaques militaires russes et aux embouteillages aux frontières, etc. Cela signifie que la solution monétariste standard consistant à réduire la demande aura peu d’effet pour stopper l’inflation. Au lieu de cela, l’intervention de l’État du côté de l’offre est nécessaire.

Troisièmement, parce que le taux de change fixe empêche a priori toute tentative monétaire d’influencer le taux de change. Selon M. Kusch, si la banque nationale prévoit de laisser flotter le taux de change, « alors les choses se gâtent vraiment ». Il se souvient de la libéralisation de la monnaie en 2014-15, lorsque la hryvnia est passée de huit à une trentaine de dollars américains. Ce taux de change fluctuant a permis aux élites de retirer massivement des capitaux du pays, tandis que la population s’appauvrissait: en 2015, plus de 80 % des Ukrainiens avaient moins de cinq dollars par jour.

À l’époque, l’Ukraine disposait d’un système portuaire – aujourd’hui, en raison de la guerre, rien ne peut quitter les ports et les exportations sont tombées à moins de 40 % des niveaux d’avant-guerre. Kusch prédit donc une dévaluation spectaculaire de la monnaie si les importateurs sont autorisés à acheter des devises étrangères sur un marché interbancaire actif.

Malheureusement, les choses « vont très mal ». Ce passage à une monnaie flottante « dirigée par le marché » est précisément ce qui a été annoncé par la NBU quelques jours après l’augmentation du taux d’intérêt. Les taux de change ont commencé à augmenter, même si les taux d’inflation, comme prédit par Kusch, ont continué à augmenter. En juillet, la NBU a supprimé les restrictions monétaires sur plusieurs biens d’importation, augmentant encore la dévaluation de la monnaie. Les « principaux bénéficiaires » de l’augmentation des taux d’intérêt et de la dévaluation inévitable du taux de change par la NBU, écrit Kusch, « sont les structures qui veulent retirer leurs capitaux du pays ».

Quant aux obligations de guerre, M. Kusch a prédit qu’il y aura peu d’intérêt à les acheter même si le rendement augmente, car le niveau limite de l’épargne nationale ukrainienne à cette fin a déjà été atteint.

En outre, l’incertitude quant au comportement futur du taux de change ukrainien rend ce type d’actif encore moins attrayant. Ce qui serait acheté devrait avoir un taux très élevé, supérieur à 30 %, et n’intéresserait que les spéculateurs nationaux et étrangers à court terme. Entre-temps, pour payer tout cela, le trou budgétaire deviendrait encore plus grand. Selon une déclaration de la NBU en juillet, le budget de l’État ukrainien a reçu moins de la vente des obligations qu’il n’a dû en payer aux propriétaires.

Pour cette raison, le ministère des Finances a refusé de porter le taux de rendement de ses obligations de guerre à la hauteur astronomique exigée par le taux d’intérêt de la NBU. C’est pourquoi les achats d’obligations de guerre ont atteint un niveau historiquement bas de 79 millions de dollars dans les trois semaines qui ont suivi la hausse des taux, tandis que d’autres actifs sont devenus relativement beaucoup plus attractifs. La première vente aux enchères d’obligations d’État en juillet a rapporté un peu plus de 4 millions US$.

Le fait que le taux d’intérêt de la NBU soit supérieur aux rendements des obligations vendues par le ministère des finances crée une autre possibilité dangereuse : l’effondrement de la « pyramide obligataire » ukrainienne. Ce schéma – populaire tout au long de la période post-2014, mais surtout pendant les confinements sanitaires, lorsque les taux d’intérêt étaient particulièrement bas – consistait à acheter des crédits de la NBU à environ 5-6 % et à les utiliser pour acheter des obligations du ministère des Finances à rendement plus élevé, avec un rendement d’environ 11 %. Cela a permis aux banques ukrainiennes de réaliser des profits faciles : les deux plus grandes banques ukrainiennes ont investi près de 40% de leur capital dans cette pyramide financière. Mais tout cela s’effondre si les taux d’intérêt de la NBU sont supérieurs aux rendements des obligations de la NBU.

Toutes les banques ukrainiennes, à l’exception de deux, dépendent d’une manière ou d’une autre du crédit de la NBU : ce crédit représente 20 à 85 % de près d’un tiers des obligations de remboursement de toutes les banques ukrainiennes.

La dernière fois que la NBU a augmenté les taux d’intérêt, en 2015, la « faillite » a commencé, avec plus de 60 % des banques ukrainiennes qui ont fait faillite et ont disparu dans les deux années suivantes. Si le FMI a fait l’éloge de cette fermeture de « banques fantômes corrompues », de nombreux déposants ont perdu leur argent et les crédits des entreprises et des consommateurs sont devenus difficiles à récupérer. Il n’a fallu qu’une journée pour que la dernière hausse des taux d’intérêt de la NBU détruise une banque et en laisse soixante-huit debout.

Que ce soit en raison de la concurrence avec le nouveau taux de la NBU ou du poids du remboursement des prêts de la NBU impliqués dans l’énorme « pyramide d’obligations », les banques ont durci les conditions pour les emprunteurs, provoquant une vague de plaintes de la part des entreprises et du grand public. Les taux d’intérêt ont augmenté de 15 % pendant la nuit pour de nombreuses entreprises. Les taux de crédit aux consommateurs et aux entreprises devraient augmenter vers 25-40 %, alors qu’avant la hausse des taux, ils étaient plus proches de 15 %.

Dans les semaines qui suivent l’invasion, la Chambre de commerce et d’industrie reconnaît la guerre comme un cas de force majeure : une loi spéciale (n° 2120-IX) est adoptée pour interdire aux banques d’imposer des amendes ou des pénalités aux débiteurs. Cependant, les banques ont contourné ce problème en augmentant simplement le taux d’intérêt.

Un réfugié de la région de Kharkiv a rapporté que la plus grande banque d’Ukraine a commencé à utiliser ses fonds de pension pour rembourser sa dette de crédit. D’autres, qui ont perdu leur emploi à cause de la guerre, se plaignent que les banques refusent d’accorder une période de suspension de crédit. Le meilleur accord que les banques proposent jusqu’à présent – uniquement aux personnes vivant dans les territoires actuellement contrôlés par la Russie – est l’annulation de 30 à 40 % du montant dû, le reste étant payé à un taux d’intérêt inférieur. Des rapports font état de négociations difficiles dans lesquelles les banques menacent de bloquer l’accès aux actifs dans les zones contrôlées par l’Ukraine aux hommes d’affaires qui ont perdu leurs actifs dans les zones qui ne sont plus contrôlées par l’Ukraine et qui ne peuvent donc pas payer. De son côté, la NBU a été très claire sur sa position lors de la sortie de la loi 2120-IX, recommandant aux particuliers de trouver un accord individuel avec leur banque sur les taux de crédit.

La situation des débiteurs continue de se dégrader : le 7 juin, l’une des plus grandes banques ukrainiennes a annoncé qu’elle voulait ramener les taux de crédit aux niveaux d’avant-guerre (en doublant les taux actuels), citant l’augmentation des taux d’intérêt de la banque nationale.

Promesses d’avenir

Face à une telle série de crises économiques, aggravées par sa gestion libérale, le gouvernement ukrainien s’en est tenu à ce qu’il fait de mieux : promettre que les donateurs étrangers résoudront ces problèmes. Il a promis que l’aide étrangère subventionnerait l’augmentation de 300 % des prix du gaz, tandis que les actifs étrangers saisis en Russie seraient utilisés pour reconstruire les maisons et payer les subventions de crédit. Même en laissant de côté la question de savoir s’il est réaliste de supposer que l’Occident paiera pour la monopolisation du marché ukrainien du gaz, le Wall Street Journal et le gouvernement suisse nous disent qu’il est hautement improbable que les actifs russes saisis finissent dans les mains des Ukrainiens.

Nous avons vu que l’aide occidentale est déjà insuffisante pour couvrir le déficit budgétaire de l’Ukraine, obligeant l’État à se lancer dans une impression monétaire inflationniste.

Maintenant, même l’aide financière semble être remise en question: le ministre ukrainien des finances a confirmé les rapports des médias occidentaux selon lesquels l’Allemagne bloque un prêt de 9 milliards d’euros de l’UE à l’Ukraine.

Le résultat le plus probable sera simplement qu’en l’absence d’aide étrangère, l’Ukraine déclarera des taxes basses dans diverses régions déchirées par la guerre et attendra que les investisseurs viennent construire – une solution déjà proposée par divers maires.

Sans aucun doute, les promesses des pays occidentaux de reconstruire l’Ukraine donneront lieu à d’impressionnants projets fictifs. Pour donner un exemple du sérieux de ces propositions, l’Estonie a promis de reconstruire la région de Zhytomyr, qui est seulement 33% plus petite que l’Estonie elle-même.

Cette perspective a été rendue explicite le 7 juillet, lorsque le gouvernement ukrainien a présenté son plan visant à utiliser une hypothétique somme de 750 milliards de dollars pour reconstruire l’économie. Apparemment, 200 à 250 milliards de dollars proviendront de subventions étrangères et 200 à 300 milliards de dollars de prêts étrangers. 250 milliards de dollars supplémentaires proviendront de sponsors privés, que le gouvernement croit manifestement désireux d’investir dans un pays déchiré par la guerre qui ne consacre que 5 milliards de dollars de son fonds de reconstruction à l’éducation. Le fait que 5 milliards de dollars supplémentaires seront consacrés à « l’amélioration de l’environnement des affaires » (en libéralisant davantage le droit du travail ?) et 200 millions de dollars aux organismes de lutte contre la corruption et à la « corporatisation des entreprises d’État » démontre une fois de plus la foi profonde du gouvernement dans le pouvoir du marché libre.

Bien que le plan prévoie la reconstruction des infrastructures, il n’est pas question d’une reconstruction du complexe industriel ukrainien par l’État.

Sans aucun doute, on suppose que les « investisseurs privés efficaces » l’appliqueront avec enthousiasme. Sinon, la transformation éventuelle de l’Ukraine en une source désindustrialisée de produits agricoles et de main-d’œuvre est tout simplement naturelle – et conforme aux principes libéraux de l’avantage comparatif de chaque nation.

Au lieu d’interventions de guerre efficaces, le gouvernement s’en tient à sa vieille formule consistant à justifier les sacrifices actuels au nom de la prospérité promise par l’UE. La dégradation des conditions de travail, l' »européanisation » des prix du gaz (mais avec des salaires ukrainiens), l' »indépendance » de la banque centrale vis-à-vis des intérêts nationaux de « son » pays – tout cela est justifié au nom de l’avenir européen radieux, ou plutôt, pour recevoir le statut marginal que la Turquie, candidate à l’UE, a eu pendant des décennies. Les médias ukrainiens et internationaux ne cessent de nous rappeler que cette guerre est menée au nom de « l’avenir européen » de l’Ukraine – et que sont ces sacrifices économiques comparés à tout le sang versé pour ce « grand idéal » ?

L’UE a tout intérêt à maintenir l’illusion de l' »intégration européenne » de l’Ukraine. Dans le contexte mondial, l’UE est de plus en plus vulnérable sur le plan économique, avec des salaires élevés et des coûts énergétiques beaucoup plus élevés en raison des sanctions contre la Russie. Au cours des dernières décennies, de nombreux pays européens sont devenus de plus en plus dépendants des travailleurs migrants ukrainiens, dont beaucoup ont été chassés d’Ukraine précisément à cause du chômage et des bas salaires créés par les « sages réformes » de l’UE. Selon la banque centrale polonaise, 11 % de la croissance du PIB de la Pologne entre 2015 et 2020 est due aux migrants ukrainiens. Sans surprise, la Pologne a toujours été parmi les plus actifs à encourager le « choix de la civilisation occidentale » de l’Ukraine, les diplomates polonais étant les premiers à se rendre sur la place Maidan en 2013.

Il est intéressant de noter que le plan de reconstruction de 750 milliards de dollars du gouvernement ukrainien comprend un train à grande vitesse reliant l’Ukraine à la Pologne.

Une grande partie de l’aide américaine est destinée à préparer l’UE à accueillir les migrants ukrainiens. En payant le logement, les cours de langue et les avantages budgétaires, de nombreux réfugiés choisiront de rester et de travailler dans l’UE. Cela signifie que cet aspect de l’aide « pour l’Ukraine » subventionne l’intégration d’une main-d’œuvre éduquée et peu coûteuse qui ne reviendra pas ou ne gagnera pas d’argent en Ukraine. Contrairement à la migration antérieure vers l’UE, où un seul membre de la famille partait et envoyait de l’argent imposable en Ukraine, cette nouvelle forme de migration implique que des familles entières deviennent des citoyens contribuables de pays étrangers. Alors que la banque nationale facilite la fuite du capital monétaire, les « partenaires occidentaux » font de leur mieux pour faciliter la fuite du capital humain.

Sélectionné et traduit par Massimo Cascone pour ComeDonChisciotte.org

http://euro-synergies.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s