Le Tribunal administratif de Paris suspend l’expulsion du prédicateur islamiste marocain Hassan Iquioussen (MàJ : le Ministre de l’Intérieur Darmanin fait appel devant le Conseil d’Etat de cette décision)

Validée par la CEDH, mais suspendue par le tribunal administratif de Paris. La mesure d’expulsion vers le Maroc du prédicateur Hassan Iquioussen, réputé proche des frères musulmans, a été retoquée vendredi par le tribunal administratif de Paris. Le ministre de l’Intérieur a fait appel de la décision.

La cour a estimé que la décision porterait une «atteinte disproportionnée» à sa «vie privée et familiale». Le ministre de l’Intérieur a immédiatement annoncé qu’il faisait appel de la décision devant le Conseil d’Etat.

Le Figaro

Lire la suite sur FdeSouche

Quelques leçons de l’antique Athènes. (1)

Athéna minerve

La démocratie est née à Athènes, nous dit l’historien, et le souvenir de Périclès semble hanter ce grand mot comme il hante le nom d’Athènes même. Mythe, histoire, idéologie… : à quoi raccrocher la démocratie, et le mot qui résonne dans toutes les enceintes de la République (et au-delà, autant de celles-ci que de celle-là) a-t-il le même écho chez tous les citoyens de notre France contemporaine ? J’en doute, et cela depuis le temps de mes quinze ans. Le fort dossier de la revue Front Populaire, dossier intitulé « Mort de la démocratie. Un peuple en trop », a le mérite d’ouvrir quelques pistes de réflexion sans que l’on se sente obligé de s’accorder avec toutes. Ce qui est certain, c’est qu’elles sortent bien souvent et fort heureusement de la doxa de l’éducation nationale qui, dans ses manuels scolaires, se contente trop souvent d’un discours idéologique et moraliste plus que proprement scientifique, historiquement parlant, et philosophique : il est vrai qu’il ne s’agit pas alors de faire réfléchir mais de formater les esprits autant que possible dans un sens qui ne disconvient pas aux féodalités dominantes en notre République, mondialisée sans doute plus que trop visiblement mondialiste. Lire la suite

Migrants, état de droit et réformes : pourquoi l’Europe craint la victoire de Meloni. »

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

A la Une de la Repubblica ce matin, « Meloni inquiète l’Europe ; sur les migrants, les valeurs et les réformes, l’UE craint la victoire de la leader de droite. La souverainiste envisage peut-être une tournée des chancelleries européennes. » Le journal revient sur les positions de la dirigeante du parti Fratelli d’Italia, première dans les sondages pour les prochaines législatives, et cite des sources européennes manifestant leur inquiétude « sur le plan de relance, l’état de droit et les migrations ». En une également, les disputes autour de l’accord à gauche en vue de la campagne de législatives, qui suscite des mécontentements chez les Verts et Sinistra italiana, se sentant trahis par l’accord avec Calenda. « A gauche, des disputes sur l’accord », les verts et sinistra italiana refusent de rencontrer Letta, « nous sommes déçus, on va vers une rupture » (Corriere della Sera) ; « Au centre-gauche, Sinistra italiana et les Verts ne veulent pas rencontrer Letta. Lire la suite

Des sanctions contre Moscou ou contre nous ?

popularite-poutine

Par Camille Galic, journaliste et essayiste ♦ Exigées par Volodymyr Zelensky et imposées par Bruxelles, les sanctions contre la Russie se révèlent catastrophiques pour les économies européennes et surtout la nôtre. Les hommes politiques qui les ont appliquées pourraient le payer cher car un réveil des Gilets jaunes ou de mouvements similaires ne peut être exclu.

 Le 1er juin déjà, Marine Le Pen avait mis en garde contre la paupérisation des Français suite aux six paquets de sanctions contre la Russie décidés par Bruxelles. Perseverare diabolicum, elle a récidivé dans sa conférence de presse du 2 août, en souhaitant que ces sanctions« disparaissent pour éviter à l’Europe de se retrouver face à un black-out, notamment concernant les importations de gaz », car elles « ne servent strictement à rien, si ce n’est à faire souffrir les peuples européens et, accessoirement, le peuple français ». Et la présidente du groupe RN à l’Assemblée nationale de marteler : « Il faut être vraiment de mauvaise foi pour ne pas constater que, contrairement aux rodomontades de notre gouvernement, l’économie russe n’est pas à genoux et n’est pas en cessation de paiement… Nous sommes beaucoup plus victimes de ces sanctions que ne l’est la Russie qui a trouvé d’autres clients et qui contourne les différents embargos. » Lire la suite

Amnesty International dénonce la stratégie militaire ukrainienne qui met les civils en danger

Antoine de Lacoste 4 août 2022

Voilà un communiqué qui devrait faire du bruit.

Amnesty International a enquêté sur les frappes russes effectuées depuis avril sur les fronts du sud (Mykolaïv) et de l’est, dans l’ensemble du Donbass. 

Et le constat, publié le 4 août, n’est pas tendre : « Le fait de se trouver dans une position de défense ne dispense pas l’armée ukrainienne de respecter le droit international humanitaire »a ainsi déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty. Lire la suite

Vers une implosion des Etats-Unis? par Yves-Marie Adeline 1/2

Les Etats-Unis sont-ils aujourd’hui engagés dans une fuite en avant qui résulterait du sentiment d’une profonde instabilité interne? On peut interpréter la dangereuse visite de Nancy Pelosi à Taïwan – imposée aux Taïwanais – comme une opération de pure politique intérieure: diviser l’opposition républicaine en ralliant une partie des adversaires politiques de Joe Biden, séduit par ce geste fort vis-à-vis de la Chine. Mais tout cela ne dissimule-t-il pas, au fond, le désarroi de l’oligarchie démocrate devant la division croissante de la société américaine? En observant « l’Amérique » depuis quelques années, on a de plus en plus de raisons de douter de l’avenir du modèle américain d’unification nationale. Yves-Marie Adeline, historien des idées et des pratiques politiques, pose la question sans tabous. Lire la suite

Le professeur Delfraissy a des regrets. Et les Français ?

Ainsi, ce 1er août 2022, prend fin l’état d’urgence sanitaire. Certes, après quelques péripéties parlementaires, le gouvernement a réussi, avec la complicité des LR, à se garder quelques cartes en main qui lui permettront, par exemple, par simple décret, de restreindre la liberté d’aller et venir, notamment entre les outre-mer et la métropole, mais globalement, nous voici sortis de cette sinistre période où le pouvoir avait pu tester avec succès et à grande échelle le « debout-assis-couché ». Masque-pas masque, passe sanitaire qu’on n’imposerait jamais et qui, finalement, le fut, vaccin qui ne sera jamais obligatoire mais qui, dans les faits, le devint quasiment…
Ils nous auront tout fait, ou presque. Il est vrai, aussi, qu’à l’époque, ils disposaient d’une Assemblée nationale aux ordres. Les choses ont un tantinet changé depuis. C’est donc l’heure des retours d’expérience, des bilans, des évaluations. Pas pour Emmanuel Macron, qui a toujours raison et qui, s’il a tort, nous fait comprendre que c’est la faute des autres.

Lire la suite

« C’est la faute à Rousseau »

Jean-Jacques Rousseau est le père des façons modernes de penser et de sentir qui envahirent les Lettres et les Arts, la pensée politique, et enfin la conscience religieuse elle-même. Maurras le critique sans ménagement. À côté du Genevois, Montesquieu et Voltaire ne sont que des potaches.

Dans notre précédente étude, Charles Maurras nous menait au coeur même de la pensée subversive qui est – il convient de rappeler sans cesse le mot d’Auguste Comte – une « sécession de l’individu contre l’espèce ». Lire la suite