Le Pape prisonnier de l’Empereur : Pie VII et ses geôliers (Serge Ceruti)

Serge Ceruti, agrégé d’histoire et de géographie, s’est passionné pour l’histoire du Premier Empire et pour celle de Fontainebleau. Il était donc bien placé pour publier un livre sur cet épisode singulier que constitue l’emprisonnement du pape Pie VII (1742-1823) par ordre de Napoléon. De 1809 à 1814, le souverain pontife fut détenu à Savone d’abord, à Fontainebleau ensuite.

Le Saint-Père et l’Empereur se sont rencontrés deux fois, en 1804 à l’occasion du sacre impérial, et en 1813, lors de la signature d’un nouveau Concordat imposé par Napoléon, et qui fut très vite dénoncé par Pie VII. La querelle portait sur la volonté légitime du pape de conserver son indépendance religieuse, en s’appuyant sur ses Etats. Que la bataille fut rude ! Napoléon n’hésita pas à utiliser toutes les pressions possibles, allant jusqu’à faire emprisonner le Souverain Pontife, certes dans des palais dorés, mais avec une perte totale de liberté, même celle d’écrire. Le pape, entouré de cardinaux et d’évêques dévoués à l’empereur, était l’objet d’une surveillance permanente. Ses geôliers, le préfet Chabrol, à Savone, et le capitaine Lagorsse, à Savone puis à Fontainebleau, étaient polis, mais efficaces. Ils rédigeaient et envoyaient des rapports réguliers sur ses comportements et ses pensées.

Le Saint-Père fit face, en brandissant l’excommunication, ou en faisant la grève des investitures épiscopales. En laissant aussi traîner les négociations, en réclamant sans cesse qu’on lui rende ses conseillers et qu’on le libère… Il sut toujours distinguer dans les points à négocier, ceux sur lesquels il pouvait transiger et ceux sur lesquels il devait rester intraitable, car ils concernaient les intérêts fondamentaux de l’Eglise. Tenir cette ligne pendant cinquante-six mois de captivité fut difficile et épuisant. La résistance papale s’appuyait sur un caractère déterminé, et sur la certitude d’avoir, avec le secours de la Providence, raison envers tout.

L’ouvrage, très documenté, nous fait découvrir comment les relations entre le Pape et l’Empereur se sont dégradées et nous décrit en détail et de façon vivante l’arrestation, les transferts secrets et les conditions de détention de Pie VII, mais aussi sa libération et la façon dont il a terminé sa vie, marquée à jamais par la dure expérience de ces années de détention.

Un récit passionnant !

Le Pape prisonnier de l’Empereur, Serge Ceruti, éditions Salvator, 236 pages, 23 euros

https://www.medias-presse.info/le-pape-prisonnier-de-lempereur-pie-vii-et-ses-geoliers-serge-ceruti/168228/

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s