Derrière le voile

Six-mois-de-sursis-pour-une-femme-voilee.jpeg

La chronique flibustière de Georges Feltin-Tracol

Cela fait plus de deux mois que de violentes manifestations secouent l’Iran. Cette situation ravit les bien-pensants. Des femmes d’âge variée attirent autour d’elles diverses catégories sociales afin de renverser la République islamique.

Le prétexte déclencheur de cette vaste conspiration serait l’arrestation, puis le décès d’une Iranienne de 22 ans, Jina Mahsa Amini, victime d’une bavure de la police des mœurs. La jeune femme ne portait pas correctement le voile sur sa tête dans les rues de Téhéran. Dès le 14 septembre, des Iraniennes, en liaison permanente sur les réseaux sociaux d’origine occidentale, se découvrent en public, puis se coupent une mèche de leurs cheveux en signe de protestation symbolique. La médiacratie occidentale et ses larbins politicards regardent ce mouvement avec les yeux de Chimène.

En pleine séance du Parlement dit européen, une députée suédoise se tranche elle aussi une mèche. Son geste est ensuite reproduit un peu partout dans la grande sphère occidentale aliénée. Pourquoi toutes ces imitatrices ne se raseraient-elles pas le crâne à l’enseigne des pauvres Françaises insultées, frappées et molestées en 1944 – 1945 par une vague sans précédent de jalousie xénophobe ? Le 5 octobre 2022, cinquante actrices hexagonales à la filmographie plus ou moins mièvre signent une pétition de soutien. Il est fort regrettable qu’elles n’ont jamais réagi quand leurs compatriotes « Gilets jaunes » exprimaient une colère légitime. Les mêmes qui s’enthousiasment pour la sédition iranienne condamnent les insurgés du Capitole du 6 janvier 2021, s’offusquent que les pro-Bolsonaro bloquent des routes au Brésil, se taisent à propos du triste sort de Julian Assange et se moquent que la cour d’appel de Grenoble a confirmé, ce 2 novembre, la peine de Damien Tarrel, auteur d’une modeste pichenette à l’actuel locataire de l’Élysée, le 8 juin 2021 (18 mois d’emprisonnement dont quatre fermes, privation du droit de vote pour trois ans et interdiction à vie de travailler dans la fonction publique).

Les évènements en cours en Iran marquent par ailleurs une nouvelle évolution dans le déroulement des « révolutions de couleur ». Elles développent dorénavant une stratégie intersectionnelle. Amini était Kurde. Les foyers d’agitation initiaux surgissent dans les régions kurdes, arabes et du Baloutchistan, en périphérie du noyau ethnique persan. Les exigences féministes et sociétales assez démentes occultent d’évidentes revendications séparatistes. Outre la fin du port obligatoire du voile, les contestataires revendiquent une « occidentalisation » de leur pays qui ose tenir tête à l’hégémonie mondialiste. Les opposants proviennent en général des couches sociales les plus favorisées. La bourgeoisie urbaine iranienne se plaît déjà à vivre à l’heure de Londres, de New York et de San Francisco. Ses enfants regardent pendant des soirées très strictement privées les séries wokistes de Netflix et de Disney, n’hésitent pas à se droguer, à s’alcooliser, voire à draguer. Leur hédonisme ne s’épanouit pas pleinement. De mauvaises conditions économiques limitent leur soif de consommation matérielle. En effet, comme la majorité des États non occidentaux, les difficultés économiques résultent des politiques d’embargo décidées par Washington et ses caniches occidentaux. L’esprit ascétique de la première décennie de la Révolution n’anime plus les nouvelles générations.

Par-delà le voile, l’Occident s’inquiète surtout que l’Iran soit à la veille d’atteindre le seuil nucléaire malgré l’impitoyable guerre secrète menée par le Mossad israélien. La bombe atomique iranienne devient la hantise majeure des diplomaties occidentales. Voilà pourquoi l’hyper-classe cosmopolite met tous ses espoirs mortifères dans un changement rapide de régime. Elle se féliciterait que les Iraniennes soi-disant libérées se teignent les cheveux en bleu, épousent leur grille-pain et avortent tous les quatre matins…

Il faut cependant compter sur la réaction efficace et énergique des autorités. Pasdarans et bassidji jouent avec dextérité de la matraque et du gourdin. Les circonstances gravissimes exigent une extrême fermeté de la part du gouvernement. Une implacable sévérité s’impose donc, quitte à sacrifier une génération au moins ! L’Iran devrait entamer une révolution culturelle intégrale balayant les scories de la modernité occidentale et renouant avec sa riche tradition spirituelle.

Les événements actuels confirment les craintes assez anciennes de Mohammad-Taqi Mesbah Yazdi, l’une des références des « principalistes ». Ce marja décédé en 2021 fut le guide spirituel de l’excellent président Mahmoud Ahmadinejad. Il s’opposait régulièrement à Rouhollah Khomeiny au sujet de l’interprétation du Velayet-e Faqih qui régit les institutions iraniennes (voir la chronique n° 37 du 14 juin 2022). Pour Mesbah Yazdi, la constitution de 1979 révisée en 1989 accorde une trop grande place aux procédures démocratiques. À la république islamique, il avançait le concept de « gouvernement islamique », à savoir une direction théocratique assumée expurgée des éléments électifs générateurs de possibles troubles subversifs.

Les autorités iraniennes font face à la violence incontestable des dévergondées. Leur succès, fut-il partiel, représenterait une redoutable avancée de l’infâme idéologie de l’« hommonculisme ». Sous-traitant des centrales de la désinformation, le système médiatique français d’occupation mentale qui chouine en faveur des apprenties-gourgandines ne comprend pas que les enjeux dépassent de très loin l’humeur de quelques hystériques. La révolution islamique iranienne arrive à un tournant de son histoire. Toute compromission, tout atermoiement, toute concession avec l’ennemi intérieur causeraient sa perte irrémédiable à plus ou moins brève échéance. Espérons que le gouvernement de la République suivra l’exemple chinois du printemps 1989 sur la place Tiananmen à Pékin.

En attendant, faisons à notre tour des doigts d’honneur devant la Déclaration universelle des droits de l’homme !    

Salutations flibustières !

« Vigie d’un monde en ébullition », n°50, mise en ligne le 8 novembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s