Le coup de massue de Poutine

par Mike Whitney

« Les Ukrainiens sont en mauvaise posture… Il ne faudra pas longtemps avant que les Ukrainiens ne manquent de nourriture. Il ne faudra pas longtemps avant qu’ils ne gèlent… Ils ont fait tout ce que nous pouvons raisonnablement attendre d’eux. Il est temps de négocier… avant que l’offensive ne commence, car une fois qu’elle aura commencé, il n’y aura plus de discussion entre Moscou et Kiev jusqu’à ce qu’elle soit terminée à la satisfaction des Russes. » (Colonel Douglas MacGregor)1

« À proprement parler, nous n’avons encore rien commencé. » (Vladimir Poutine)

Les attaques incessantes contre le réseau électrique, les unités de stockage de carburant, les nœuds ferroviaires et les centres de commandement et de contrôle de l’Ukraine marquent le début d’une deuxième phase, plus meurtrière, de la guerre. Le rythme accru des attaques de missiles de haute précision et de longue portée suggère que Moscou prépare le terrain pour une offensive hivernale majeure qui sera lancée dès que les 300 000 réservistes russes auront rejoint leurs formations dans l’est de l’Ukraine. Le refus de Kiev de négocier un règlement qui réponde aux principales préoccupations de la Russie en matière de sécurité n’a laissé au président russe Vladimir Poutine d’autre choix que de vaincre les forces ukrainiennes sur le champ de bataille et d’imposer un règlement par la force des armes. L’offensive hivernale imminente est conçue pour donner le coup de grâce dont la Russie a besoin pour atteindre ses objectifs stratégiques et mettre fin rapidement à la guerre. Ceci est tiré de Reuters :

« Les frappes de missiles russes ont paralysé près de la moitié du système énergétique ukrainien, a déclaré le gouvernement vendredi, et les autorités de la capitale Kiev ont prévenu que la ville pourrait être confrontée à un « arrêt complet » du réseau électrique à l’approche de l’hiver.

Alors que les températures baissent et que Kiev connaît ses premières chutes de neige, les autorités s’efforcent de rétablir l’électricité dans tout le pays, après l’un des plus violents bombardements des infrastructures civiles ukrainiennes en neuf mois de guerre.

Selon les Nations unies, les pénuries d’électricité et d’eau en Ukraine menacent de provoquer une catastrophe humanitaire cet hiver.

« Malheureusement, la Russie continue de mener des frappes de missiles sur les infrastructures civiles et critiques de l’Ukraine. Près de la moitié de notre système énergétique est désactivé », a déclaré le Premier ministre Denys Shmyhal…

« Nous nous préparons à différents scénarios, y compris un arrêt complet », a déclaré Mykola Povoroznyk, chef adjoint de l’administration de la ville de Kiev, dans des commentaires télévisés »2.

Jusqu’à récemment, la Russie avait évité les cibles susceptibles d’avoir un impact dramatique sur les activités civiles, mais les dirigeants militaires sont désormais revenus à une approche plus conventionnelle. Actuellement, les militaires détruisent toutes les installations, transformateurs, unités de stockage, sous-stations, gares de triage et dépôts d’énergie qui permettent à l’Ukraine de continuer à faire la guerre. Il est clair qu’en tant qu’État plus grand et plus puissant, la Russie a toujours été capable de frapper l’Ukraine à coups de marteau et de la briser en mille morceaux, mais Poutine a choisi de se retenir en espérant que Kiev reviendrait à la raison et verrait le caractère désespéré de sa cause. Et – malgré le déluge de propagande occidentale qui prouve le contraire – l’issue de cette guerre n’a jamais fait de doute. La Russie va imposer un règlement à Kiev et ce règlement exigera du gouvernement qu’il coupe tous ses liens avec l’OTAN et qu’il signe un traité déclarant sa neutralité à perpétuité. La Russie ne va pas permettre à une alliance militaire hostile de placer ses sites de missiles et ses troupes de combat sur son flanc ouest. Cela ne se produira pas.

Malheureusement, l’opération militaire de la Russie va considérablement accroître les souffrances du peuple ukrainien qui se trouve enfermé dans un match en cage entre Washington et Moscou. Ceci est tiré du site Web socialiste mondial :

« Selon les dernières données de la Banque mondiale, la pauvreté en Ukraine a plus que décuplé depuis le début de la guerre entre les États-Unis, l’OTAN et la Russie. Officiellement, 25% de la population du pays est aujourd’hui pauvre, alors qu’elle était censée n’être que de 2% avant février 2022… Les responsables prévoient que le taux de pauvreté pourrait atteindre 60% ou plus l’année prochaine, et l’Ukraine connaît des niveaux de privation qui n’ont pas été observés sur le continent européen depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le taux de chômage s’élève actuellement à 35% et les salaires ont chuté de 50% au cours du printemps et de l’été pour certaines catégories de travailleurs. … selon le Fonds monétaire international, la dette publique de l’Ukraine a grimpé en flèche pour atteindre 85% du PIB… Une étude conjointe récemment publiée par l’Organisation mondiale de la Santé et le ministère ukrainien de la Santé a révélé que 22% des Ukrainiens n’ont pas accès aux médicaments essentiels. Pour les 6,9 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays, ce chiffre s’élève à 33%.

Les médicaments les plus difficiles à obtenir – ceux qui traitent la tension artérielle, les problèmes cardiaques et la douleur, ainsi que les sédatifs et les antibiotiques – révèlent une population qui lutte pour faire face à des décennies de mauvaise santé due à la pauvreté et au traumatisme physique et psychologique de la guerre.

Alors que les responsables américains et de l’OTAN sont en mesure de déployer une puissance de feu massive sur les lignes de front de l’Ukraine en l’espace de quelques semaines, la livraison de biens humanitaires vitaux semble être un défi logistique impossible à relever »3.

La guerre par procuration menée par Washington contre Moscou a infligé des souffrances incalculables au peuple ukrainien, qui doit maintenant faire face à des températures en chute libre, à des réserves alimentaires en baisse, à une économie en chute libre et à une pénurie croissante de médicaments essentiels. Et malgré les fanfaronnades de la reconquête de Kherson, le peuple ukrainien sera désormais contraint de fuir sa patrie meurtrie par millions pour trouver refuge en Europe, qui a déjà sombré dans un marasme post-industriel provoqué par les provocations inconsidérées de l’Oncle Sam. Combien de ces Ukrainiens de la classe ouvrière auraient préféré que leurs dirigeants trouvent un arrangement avec Poutine (concernant ses préoccupations légitimes en matière de sécurité) plutôt que d’engager l’armée russe dans une guerre inutile qui leur a coûté leur maison, leur emploi, leur ville et (pour beaucoup) leur vie ? Et les personnes à l’extérieur du pays qui prétendent « soutenir l’Ukraine » se rendent-elles compte qu’elles soutiennent en fait l’appauvrissement de millions de civils qui sont pris dans un feu croisé géopolitique entre Washington et la Russie ? Toute personne qui se soucie véritablement de l’Ukraine devrait soutenir la neutralité ukrainienne et la fin de l’expansion de l’OTAN. C’est la seule façon de mettre fin à cette guerre. La sécurité de la Russie sera obtenue par le biais d’un traité ou d’une main de fer. C’est à l’Ukraine de choisir. Ce texte est extrait d’un article intitulé « La Russie a raison : Les États-Unis mènent une guerre par procuration en Ukraine » :

« La guerre en Ukraine n’est pas seulement un conflit entre Moscou et Kiev, a récemment déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. C’est une « guerre par procuration » dans laquelle l’alliance militaire la plus puissante du monde … utilise l’Ukraine comme un bélier contre l’État russe … Lavrov n’a … pas tort. La Russie est la cible de l’une des guerres par procuration les plus impitoyablement efficaces de l’histoire moderne. »

L’establishment de la politique étrangère américaine ne se soucie pas de l’Ukraine ou du peuple ukrainien. Le pays n’est qu’une rampe de lancement pour la guerre de Washington contre la Russie. C’est pourquoi la CIA a renversé le gouvernement démocratiquement élu de Kiev en 2014 et c’est pourquoi la CIA a armé et entraîné des paramilitaires ukrainiens pour combattre l’armée russe en 2015 (7 ans avant l’invasion !) Voici quelques éléments de contexte tirés d’un article de 2015 chez Yahoo News :

« La CIA supervise un programme secret de formation intensive aux États-Unis pour les forces d’opérations spéciales ukrainiennes d’élite et d’autres membres du personnel de renseignement, selon cinq anciens responsables du renseignement et de la sécurité nationale familiers avec cette initiative. Le programme, qui a débuté en 2015, est basé dans une installation non divulguée dans le sud des États-Unis, selon certains de ces responsables…

« Les États-Unis forment une insurrection », a déclaré un ancien responsable de la CIA, ajoutant que le programme a appris aux Ukrainiens comment « tuer des Russes ».

La CIA et d’autres agences américaines pourraient soutenir une insurrection ukrainienne, si la Russie lançait une incursion à grande échelle.

« Cela fait maintenant huit ans que nous formons ces gars. Ce sont de très bons combattants » … Les représentants des deux pays pensent également que la Russie ne pourra pas s’accrocher indéfiniment à de nouveaux territoires en raison de la forte résistance des insurgés ukrainiens, selon d’anciens responsables.

Si les Russes lancent une nouvelle invasion, « il y aura des gens qui leur rendront la vie impossible », a déclaré l’ancien haut responsable du renseignement…

« Tout ce qui nous est arrivé en Afghanistan », a déclaré l’ancien haut responsable du renseignement, « ils peuvent s’attendre à le voir à la pelle avec ces gars-là »4.

C’est écrit noir sur blanc. Le plan visant à utiliser l’Ukraine comme terrain de stage pour mener une guerre par procuration contre la Russie a précédé l’invasion d’au moins 7 ans. L’administration Obama et ses alliés néoconservateurs ont tendu un piège à la Russie afin de l’entraîner dans un bourbier de type afghan qui épuiserait ses ressources et tuerait autant de militaires russes que possible. Comme l’a récemment admis le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, les États-Unis veulent « affaiblir » la Russie afin qu’elle soit incapable de projeter sa puissance au-delà de ses frontières. Washington cherche un accès sans entrave à l’Asie centrale afin de pouvoir encercler la Chine avec des bases militaires et des missiles nucléaires. Les États-Unis ont l’intention de contrôler la croissance de la Chine tout en dominant la région la plus peuplée et la plus prospère du monde au siècle prochain, l’Asie. Mais d’abord, Washington doit écraser la Russie, faire s’effondrer son économie, l’isoler de la communauté mondiale, la diaboliser dans ses médias et renverser ses dirigeants. L’Ukraine est considérée comme la première phase d’une stratégie beaucoup plus large visant à un changement de régime (à Moscou) suivi d’une fragmentation forcée de l’État russe. L’objectif ultime est la préservation du rôle prépondérant de Washington dans l’ordre mondial.

L’offensive hivernale de Poutine menace de faire dérailler le plan de Washington visant à faire durer le conflit le plus longtemps possible. Dans les semaines et les mois à venir, la Russie va intensifier son assaut contre les infrastructures critiques de l’Ukraine. La majeure partie du pays sera plongée dans l’obscurité, les réserves de carburant se tariront, la nourriture et l’eau se raréfieront, les communications seront coupées et tout le trafic ferroviaire cessera. Des millions de civils fuiront vers l’Europe tandis que le pays sera lentement paralysé. Au moment où les bataillons russes envahiront les villes et villages à l’est du Dniepr, l’armée russe bloquera les lignes de ravitaillement vitales en provenance de Pologne, interrompant le flux d’armes mortelles et de troupes de combat vers le front. Cela conduira à une capitulation généralisée des unités de combat ukrainiennes opérant sur le terrain, ce qui obligera Zelensky à s’asseoir à la table des négociations. Finalement, la Russie l’emportera et ses demandes légitimes en matière de sécurité seront satisfaites. Voici comment le colonel Douglas MacGregor a résumé la situation dans une récente interview :

« Ce qui s’annonce, c’est une offensive très massive… le genre d’offensive que moi et beaucoup d’autres analystes militaires attendions au début ; Des opérations très décisives, des axes opérationnels multiples conçus pour annihiler efficacement l’ennemi sur le terrain. Et c’est ce qui arrive maintenant, c’est ce qui se profile dans le futur »[1].

Lorsque le sol sera gelé, l’offensive de la Russie commencera.

source : The Unz Review

traduction Réseau International

  1. « La guerre en Ukraine : Le calme avant la tempête », YouTube
  2. « L’Ukraine dit que la moitié de son système énergétique est paralysée par les attaques russes, Kiev pourrait être « fermée » », Reuters
  3. « La pauvreté monte en flèche en Ukraine », World Socialist Web Site
  4. « Les paramilitaires ukrainiens formés par la CIA pourraient jouer un rôle central en cas d’invasion russe », Yahoo News

https://reseauinternational.net/le-coup-de-massue-de-poutine/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s