C’est trop tard, bébé maintenant, c’est trop tard

par Andrei Martyanov

Ah, Carole King. Dans les nouvelles :

« L’UE veut utiliser l’argent des sanctions contre la Russie pour financer la reconstruction de l’Ukraine. Mais il faut d’abord trouver l’argent, et la situation juridique n’est pas claire, comme le montrent des documents non publiés. Mais Bruxelles a trouvé une astuce ».

Mais, mais… maintenant ils concluent que l’UE ne peut pas toucher à ces fonds et qu’ils doivent être rendus à la Russie une fois les hostilités terminées, en admettant qu’ils les trouvent. Comme le chantait Carole King, il est trop tard. L’Occident combiné a volé cet argent à la Russie et maintenant toute tentative de jouer « judiciairement » est risible – il est trop tard. L’UE a montré ce qu’elle était et il n’y a rien à dire : L’UE paiera pour la restauration du pays 404, y compris pour les territoires qui ont été rattachés à la Russie, et cela ne se fera pas en « investissant » les fonds de la Russie dans les plans foireux de l’UE et en utilisant les intérêts de ces fonds pour payer la restauration de 404. L’UE, tout comme les États-Unis, est incapable de conclure un accord, un point c’est tout. La Russie a tiré les conclusions qui s’imposaient.

Dans le même ordre d’idées, le grand patron de la CIA, Burns, a remarqué :

« Le rôle dominant des États-Unis dans le monde ne peut plus être garanti, car le pays connaît une période de changement « qui n’arrive que deux fois par siècle », a déclaré Bill Burns, directeur de la CIA. S’exprimant à l’Institut Baker en début de semaine, Burns a déclaré que même si Washington « a toujours une meilleure carte à jouer que n’importe lequel de ses rivaux », il n’est « plus le seul grand enfant du bloc géopolitique et notre position en haut de la table n’est pas garantie ». Le chef de la CIA a souligné les liens croissants entre la Chine et la Russie, qui, selon lui, constitueront un « formidable défi » pour son agence dans les années à venir. Selon Burns, Pékin « ne se contente pas d’avoir un siège à la table ; il veut prendre le contrôle de la table », tandis que la Russie cherche à « bouleverser la table ». »

Bonne chance pour essayer d’« espionner » la Russie ou la Chine. Mais j’ai des nouvelles pour la CIA et son Livre des Faits mondial : la plupart des données économiques sur la Russie qui y figurent sont essentiellement des conneries écrites par les adeptes des « méthodes » de Wall Street, tout comme, d’ailleurs, les données sur l’économie américaine qui est beaucoup plus petite qu’elle n’est décrite. Ils devraient oublier d’utiliser le dollar américain comme mesure de tout ce qui a trait à l’économie réelle, car ce n’est rien d’autre qu’un tour de passe-passe pseudo-économique utilisé par les États-Unis pour diriger les institutions financières. Et oui, la table a été complètement renversée et c’est un fait accompli. Mais même le FMI ne peut plus cacher les faits, même s’il trafique ses propres données :

« Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la hausse son estimation de la croissance économique russe en 2023, a indiqué le Fonds dans son rapport sur les perspectives de développement économique mondial publié le 12 avril. Le FMI s’attend à ce que le PIB national russe augmente de 0,7% en 2023, contre une précédente prévision de croissance de 0,3% pour cette année. Il s’attend également à ce que la croissance soit de 1,3% l’année prochaine, soit moins que la prévision précédente de 2,1%, les sanctions continuant à faire sentir leurs effets. L’inflation en Russie a été de 13,8% en moyenne l’année dernière, selon le FMI. L’inflation devrait tomber en dessous du taux cible de 4% de la Banque centrale russe (BCR) dans les mois à venir, en raison de faibles effets de base, mais elle augmentera à nouveau au cours du second semestre de cette année pour atteindre environ 8%, selon la BCR. Le Fonds prévoit que l’inflation tombera à 7% en 2023 et à 4,6% en 2024. »

Savez-vous ce qui alimente cette croissance ? Non, pas l’économie des services – celle-ci s’est quelque peu contractée parce qu’il n’y a pas assez de salons de spa et d’entreprises de « coaching de réussite ». La véritable croissance se situe dans l’économie réelle (indice : elle est de l’ordre de 4 à 5% au moins), qui va des transports à la construction navale, en passant par l’aérospatiale et l’extraction. Vous savez, les biens tangibles qui permettent à l’humanité de vivre et de prospérer. En attendant, voici les résultats de « l’activité » du FMI en Argentine (parmi de nombreux autres pays) :

Ce n’est pas pour rien que l’Argentine veut rejoindre les BRICS. C’est bien mieux que d’être l’esclave financier du FMI. La Russie en a fait l’expérience dans les années 1990 – l’un des thèmes favoris des banquiers occidentaux est l’austérité, parce qu’un connard de New York, Miami ou Los Angeles n’a pas les moyens de s’offrir la dernière Lamborghini ou une maison de vacances à Martha’s Vineyard.

P.S. L’Allemagne a approuvé le transfert à l’Ukraine des MiG-29 qu’elle avait donnés à la Pologne en 2002.

source : Reminiscence of the Future

traduction Réseau International

https://reseauinternational.net/cest-trop-tard-bebe-maintenant-cest-trop-tard/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s