Bretteville (50) : le président d’une association d’aide aux migrants tué à coups de barre de fer par un migrant afghan de 23 ans (MàJ : déclaré “fou” par les experts, le meurtrier ne sera probablement jamais jugé) Sebastien

24/01/23

Le 12 mai 2020, à Bretteville-en-Saire (Manche), le président d’une association d’aide aux migrants avait été tué à coups de barre de fer. Son assassin présumé, un Afghan de 23 ans, finira probablement en hôpital psychiatrique.

« En France, on ne juge pas les fous. » L’avocat général, représentant l’accusation, Bruno Albisetti, en convient lui-même ce mardi 24 janvier 2023, devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Caen. Le jeune Afghan de 23 ans, qui balance la tête d’avant en arrière, en regardant ses chaussures, depuis le début de l’audience, ne comparaîtra sans doute jamais devant une cour d’assises pour assassinat.

Ce matin du 12 mai 2020, Amir Hussein Najafi est sujet à une « psychose paranoïde » , selon un expert psychiatre, quand il fait irruption dans la maison de Jean Dussine, à Bretteville-en-Saire, près de Cherbourg (Manche). Le directeur d’école retraité, âgé de 63 ans, venait en aide aux migrants, en qualité de président de l’association Itinérance.

(…) Depuis bientôt trois ans, Amir Hussein Najafi dort en prison. Jamais, il n’a été hospitalisé en psychiatrie. Pourtant, les trois experts psychiatres, qui l’ont examiné en détention, ont tous conclu à « l’abolition de son discernement » au moment des faits.

Aux enquêteurs, au fil de ses auditions, le jeune Afghan a évoqué des menaces de viol, de la part de son hôte, avant de se rétracter. Ces allégations, l’enquête ne les a jamais confirmées. Pas plus que les 4 000 € que Jean Dussine lui aurait dérobés. Ne reste qu’un mobile, dérisoire, lâché par l’accusé : « Je n’aimais pas son visage. »

Jean Dussine

Sœurs, neveux et nièces de la victime étaient présents, mardi, au tribunal. Leur proche, Jean Dussine, était « un homme formidable, rapporte Me Julien Dreyfus, l’un de leurs avocats. Le cœur sur la main, il donnait tout son temps, son argent pour venir en aide aux migrants qui le considéraient comme leur père protecteur. »

Ouest-France

La suite sur FdeSouche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s