Les Avatars du mondialisme

230123

Du 16 au 20 janvier s’est déroulée à Davos, pour sa 52e édition, la réunion annuelle du Forum mondialiste bien connu. S’y confrontent, ou plutôt s’y côtoient, les grandes tendances de l’économie et de la politique mondiales. On ne doit certes pas surestimer l’influence institutionnelle directe de ces rencontres, puisqu’aucune décision concrète n’y est prise. Ces rendez-vous en effet ont été avant tout conçus par Klaus Schwab, leur promoteur, selon le paradigme défini par Francis Blanche : celui du gala annuel organisé au profit des organisateurs de gala.

En expert, Jacques Attali n’hésite pas à saluer Davos comme « une opération commerciale très efficace où il faut payer très cher pour participer »(1)⇓. L’entreprise salarie 550 personnes. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, l’initiative privée se révèle plus efficace que les États.

En l’occurence le fondateur orchestre sa propre renommée par l’invocation d’une idéologie et de quelques slogans, souvent insupportables de prétention, comme la « grande réinitialisation », à laquelle on peut accorder n’importe quelle signification. Désormais il prétend théoriser la « quatrième révolution industrielle ».

En revanche, il faut lui reconnaître un mérite, celui de mettre en évidence la marche des projets mondialistes, et aussi certaines dérives des États. Car contrairement à des conférences comme celles du Groupe de Bilderberg ou de la Commission Trilatérale dont les inspirateurs misent sur leur parfum de secret, celles de Davos font connaître la teneur des interventions, y compris des couacs.

Les cailloux dans l’omelette s’y révèlent en effet, au moins aussi clairement, que les hymnes à la joie.

La tribune de Davos permet ainsi d’évoquer sans fard les dangers qui pèsent sur l’Europe et l’affaiblissement de nos diplomaties divisées et contradictoires. On mesure une fois de plus combien « sans les armes » l’action purement subventionnaire du Vieux Continent reste une musique sans instrument, une douce im-puissance.

Toujours documenté sur les petites choses de la vie, l’inlassable souverainiste Asselineau, s’étrangle quant lui sur son compte Twitter à l’idée que « les fans du Nouvel Ordre Mondial le sont aussi du plus vieux métier du monde ». Alerté par la lecture du Daily Mail(2)⇓, notre vertueux jacobin commente : « La prostitution, [dont il ne passe pas pour appartenir à sa clientèle], n’étant rien d’autre qu’un trafic d’êtres humains et la marchandisation du corps des femmes, il est somme toute logique que cette activité se développe à merveille dans l’atmosphère mafieuse du World Economic Forum et de son parrain Klaus Schwab. » Laissons ici aux écolo-extrémistes le soin de hurler contre les déplacements en jets privés des centaines de richissimes participants.

C’est pourtant dans un tel contexte que l’insubmersible Henry Kissinger, aujourd’hui âgé de 99 ans, est intervenu en visioconférence ce 17 janvier.

L’ancien secrétaire d’État américain reconnaît le caractère jetable de ses prises de position antérieures : « Avant cette guerre, concède-t-il, j’étais opposé à l’intégration de l’Ukraine au sein de l’OTAN parce que je craignais que cela ne provoque exactement le processus qu’on voit maintenant. Mais aujourd’hui il se dit favorable à l’adhésion de Kiev à l’OTAN car « maintenant que ce processus a atteint ce niveau, une Ukraine neutre n’aurait plus de sens ». Lauréat du prix Nobel de la paix de 1973, époque où il avait négocié la reconnaissance de la Chine maoïste et la chute de Saïgon, il s’était toujours fait l’apologiste des concessions aux forces totalitaires.

C’est aussi dans ce cadre que s’est produite, par exemple, le 29 janvier 2009, l’esclandre du dirigeant islamiste turc Erdogan, alors premier ministre face à Shimon Peres. De ce jour, on a pu commencer à prendre conscience, sur la scène internationale, de cette dérive ottomane et islamiste ce que votre chroniqueur s’est efforcé d’archiver et d’analyser depuis des années(3)⇓ .

Au contraire les actes quotidiens du même gouvernement passent trop souvent inaperçus : le 16 janvier à Istanbul il dénonçait le refus de l’opposition, notamment kémaliste, mais aussi kurde et du centre-droit, de modifier la constitution laïque du pays pour permettre, au nom de la protection des valeurs familiales [dit-il], la généralisation du port du voile. Qui s’en soucie en France, alors que les réseaux pro-Erdogan agissent dans notre pays ? Seule la Suède, ces jours-ci, proteste contre le blocage par Ankara de sa candidature à l’OTAN.

Depuis 2017, la dictature chinoise vient faire l’éloge de l’exportation systématique, dans les supermarchés de l’occident de sa camelote fabriquée à vil prix en sous-payant une main d’œuvre systématiquement surexploitée. Xi Jinping appelle cela libre échange.

Or, cette année le vice-Premier ministre chinois Liu He est venu, 6 ans plus tard, la voix de son maître, chanter le même refrain. Le couplet qu’il ajoute pour 2023 prétend nous convaincre que tout allait reprendre comme avant. Circulez il n’y a rien à voir, pas de crise immobilière, pas de ralentissement de la croissance, pas de contestation du régime communiste, pas d’écrasement de Hong Kong et des chrétiens, pas de sinisation forcée au Xin Jiang et au Tibet.

Si décriée soit-elle à l’interne, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, et probablement même sous la pression constante des critiques dont l’Eurocratie reste l’objet en démocratie, a été conduite à lui répondre très clairement.

Non, la destruction de l’industrie européenne par la sous-traitance esclavagiste chinoise, le pillage des technologies, l’espionnage pseudo-universaitaire et la contrefaçon, cela n’est plus tolérable.

En ce sens le forum de Davos ne me semble pas complètement inutile. Autre chose bien sûr demeure l’idéologie orwellienne développée impunément par Klaus Schwab.

À suivre par conséquent.

JG Malliarakis  

Apostilles

  1. cf. « Klaus Schwab, le Forum de Davos, c’est lui… Cet obscur ingénieur, à l’ego surdimensionné, a eu l’idée en 1971 de réunir universitaires et managers dans la station suisse. Une idée lucrative. » in Le Point du 20 janvier 2016.
  2. « Prostitutes gather in Davos for annual meeting of global elite – where demand for sexual services rockets during economic summit »
  3. cf. « La question turque et l’Europe » par JG Malliarakis, livre que l’on peut commander directement sur le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s