La Russie se prépare à « accueillir » le nouveau lot d’armes envoyé par l’OTAN en Ukraine

Rappelons qu’au début de l’opération spéciale, les troupes terrestres ukrainiennes disposaient de 4 corps d’armée (200 000 hommes) comprenant chacun 8 à 9 brigades de chars, mécanisés, d’artillerie, d’infanterie et de marines. 

Pendant l’opération spéciale, l’Ukraine a effectué 4 séries de mobilisation. 

En 2022, elle a reçu des pays de l’OTAN des armes, des munitions et des équipements, principalement de production soviétique, pour équiper deux corps supplémentaires (100 000 hommes), composés de réservistes. Pendant tout ce temps, les forces russes utilisaient 180 000 soldats en Ukraine. Cela a permis à l’Ukraine de lancer une contre-attaque réussie dans la région de Kharkov en septembre.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré à la réunion du groupe de contact sur la défense de l’Ukraine, qui s’est tenue sur la base militaire allemande de Ramstein, que : « Ce n’est pas le moment de ralentir, c’est le moment d’accroître nos efforts. Nous n’abandonnerons pas et nous ne faiblirons pas dans notre détermination à aider l’Ukraine à se défendre contre l’agression impériale de la Russie ». La liste indicative des armes que les pays de l’OTAN vont transférer à l’Ukraine comprend :

  • 14 chars Challenger 2 ;
  • 600 missiles Brimstone ;
  • 30 canons automoteurs de 155 mm AS90 ;
  • 200 véhicules de combat d’infanterie/transporteurs de troupes blindés ;
  • 200 véhicules blindés Senator ;
  • 1 batterie de défense aérienne NASAMS ;
  • 14 chars Leopard 2 A4 ;
  • 100 BMP Bradley ;
  • 100 transporteurs blindés à chenilles M113 ;
  • 18 canons automoteurs de 155 mm, M109A6 ;
  • 250 véhicules blindés M1117 ;
  • 138 SUV HMMWV ;
  • 100 transports de troupes blindés à roues Stryker ;
  • Munitions GLSDB ;
  • 36 obusiers de 105 mm ;
  • 1 batterie de missiles/de défense aérienne Patriot ;
  • 6 batteries de défense aérienne NASAMS ;
  • 18 MLRS HIMARS ;
  • 40 chars à roues AMX-10RC ;
  • Voitures blindées Bastion ;
  • 1 batterie de défense air/roquettes SAMP/T ;
  • Plusieurs canons automoteurs à roues de 155 mm Caesar ;
  • 40 véhicules de combat d’infanterie Marder ;
  • 1 batterie de défense antiaérienne et antimissile Patriot ;
  • 3 batteries de défense aérienne Iris-T + 3 radars TRML-4D ;
  • 2 radars TRML-4D ;
  • 16 canons automoteurs sur roues Zuzana-2 de 155 mm ;
  • 120 chars T-72M ;
  • 1 batterie de défense antiaérienne et antimissile Patriot ;
  • 50 véhicules de combat d’infanterie CV-90 ;
  • 12 canons automoteurs à roues Archer de 155 mm ;
  • 26-30 canons automoteurs à roues de 152 mm Dana-M2 ;
  • 10 obusiers FH70 de 155 mm ;
  • 10 obusiers D30 de 122 mm.

Sur un calcul approximatif, il s’agit théoriquement d’armer à partir de zéro un nouveau corps d’armée ukrainien (50 000 soldats).

En pratique, une partie des armes compensera les pertes subies par les unités militaires ukrainiennes sur la ligne de front.

Étonnamment, les autorités russes ne sont pas impressionnées par ce transfert massif d’armes vers l’Ukraine, dont la plupart sont modernes et de fabrication occidentale. Il y a deux raisons possibles à cette réaction.

• Le premier est lié aux tests « en direct » des vulnérabilités des chars modernes Challenger 2 et Leopard 2 A4, des BMP Bradley et Marder, qui sont en grand nombre dans les armées de l’OTAN qui pourraient participer à une invasion contre la Russie. C’est pour la même raison que la Russie s’intéresse aux munitions GLSDB et aux systèmes AA à longue portée Patriot et SAMP/T.

• Une deuxième raison est que la Russie n’a révélé que dans une mesure limitée le potentiel de ses nouveaux complexes de recherche et de brouillage. Par exemple, les avions AWACS E-3 de l’OTAN n’ont pas pu alerter les défenses antiaériennes ukrainiennes le 17 janvier de la vague de missiles de croisière lancée par la Russie. C’était la première fois que des complexes de brouillage capables de créer des zones impénétrables pour les moyens de reconnaissance aéroportés et cosmiques de l’OTAN étaient utilisés.

Il est donc possible que la Russie s’attache à détecter par satellite le moment de l’entrée de ces armes en Ukraine et à suivre leur itinéraire pour les frapper. Le système cosmique Liana, composé de plusieurs satellites de recherche radar et électro-optique Lotus-S et Pion-NKS, est desservi par les satellites de communication Meridian-M. Ils se trouvent sur une orbite elliptique élevée (Molnya) de 900 × 39 000 km. Cela leur permet de rester la plupart du temps au-dessus d’une zone de l’hémisphère nord qui comprend toute l’Ukraine. Le système cosmique Liana a une très haute résolution, étant capable de suivre des objets de la taille d’un vélo.

Valentin Vasilescu

Une réflexion sur “La Russie se prépare à « accueillir » le nouveau lot d’armes envoyé par l’OTAN en Ukraine

  1. Franchement en l’état actuel des choses j’imagine mal L’Ukraine même Otanisée envahir la Russie. La fleur de son armée a quasiment disparu et les mobilisations successives ramassent ce qui reste y compris les jeunes femmes. Déjà si l’armée arrive à ne pas s’effondrer ce sera un exploit

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s