IL N’Y A PAS DE FATALITÉ DU DÉCLIN : SEULES LA DÉTERMINATION ET LA FORCE PAYENT !

274858209_644836863466346_2858167598315486070_n.jpg

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

Pour une fois que le courant national et identitaire remporte une victoire, nous n’allons pas cacher notre joie. Certes, celle-ci est modeste et ne concerne qu’une petite commune bretonne qui, s’il n’y avait pas eu une formidable mobilisation à la fois de sa population et des organisations de la droite nationale localement implantées, se serait réveillée en véritable laboratoire de la transition démographique tant souhaitée par le pouvoir macronien.

Depuis quelques mois en effet se tramait à Callac, bourg situé en Centre Bretagne, une affaire qui allait prendre une dimension nationale. En sourdine, la municipalité était en négociation avec une fondation parisienne, la « Fondation Merci », afin d’implanter dans cette commune (qui compte 2.200 âmes) 70 familles de migrants (soit environ 500 personnes). L’article de notre ami Erwan Houardon (en page 19 du n°62 de Synthèse nationale qui sortira la semaine prochaine cliquez ici) expose tout cela dans le détail.

Dans bien des cités, cela serait passé comme une lettre à la poste. Mais à Callac, nos thuriféraires du « vivre ensemble » sont mal tombés. Car il existe dans cette région un grand nombre de foyers de résistance nationale et identitaire qui n’entendent pas se laisser imposer le grand remplacement sans réagir. Dès le mois de juin, nationalistes français, autonomistes bretons (de droite) et identitaires européens décident de passer à l’offensive. Depuis, manifestations (rassemblant jusqu’à près d’un millier de personnes à celle du 5 novembre), réunions, tractages, collages, conférences de presse, édition d’un livre « Callac, la mère des batailles » (Bernard Germain, édité par Synthèse nationale cliquez ici), pétitions, prises de paroles lors des conseils municipaux… se sont succédés et, finalement, nous venons de l’apprendre, le maire vient de renoncer à ce funeste projet. Bien sûr, si nous savourons cette victoire, nous ne sommes pas dupes et nous savons que nos ennemis s’évertueront à trouver un autre endroit pour réaliser leur projet. Nous devons rester vigilants…

Mais, ce qui est intéressant dans cette affaire, au-delà du fait que les Callacoises et les Callacois échappent à un avenir sombre, c’est que la réaction militante a prouvé que, lorsqu’il y a une volonté, la détermination et la force peuvent faire reculer le processus de brassement des populations. Il n’y a pas de fatalité du déclin civilisationnel, Callac est désormais un exemple à suivre partout où notre identité française et européenne sera menacée.

Depuis un demi-siècle, le mouvement national, sous ses différentes formes, se bat sans relâche pour sauver notre patrie. Il a payé un lourd tribu (dissolutions, procès, incarcérations, assassinats…) pour défendre la cause du peuple et de la nation et pour faire reculer les trahisons de l’oligarchie. Aujourd’hui, avec cette « affaire Callac », la preuve est faite qu’il ne faut jamais reculer et que la victoire est toujours possible !  Il faut arrêter avec le désespoir et le défaitisme, là où on se bat, tout devient possible… Y compris la victoire. Qu’on se le tienne pour dit…. 

Editorial du n°62 (Hiver 2022 2023) de la revue Synthèse nationale (sortie 20 janvier 2023) cliquez ici 

CHN 18 ANNONCE 1 copie 9.jpg

Pour commander ce livre cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2023/01/13/il-n-y-a-pas-de-fatalite-du-declin-seules-la-determination-e-6422140.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s