Zelensky a obtenu des résultats remarquables dans la destruction de l’Ukraine

Des faits et des chiffres : On sait à quel point les USA ont la capacité à soutenir des tyrans, à quel point la propagande occidentale invente des « monstres » quand on leur résiste, quitte à transformer la créature que l’on a placé au pouvoir en diable sanguinaire quand cela vous arrange, mais avoir fait de Zelensky un héros défendant son peuple est sans doute l’escroquerie la plus manifeste. La réalité de l’Ukraine comme celle de tous les pays que l’occident envahit parce qu’il s’agit bien de cela, du pillage d’une nation pour la transformer en base de fait de l’OTAN contre la Russie, et ceci avec la destruction systématique du pays décrite ici avec des faits et des chiffres. Que les USA agissent ainsi mais que Macron, sans la moindre contestation, avec jusqu’ici l’appui de toutes les forces politiques puisse impliquer la France, en jouant sur la censure et la complicité des appareils de désinformation est de l’ordre de l’ignominie face au peuple ukrainien.

Danielle Bleitrach

***

par Aliona Zadorozhnaya

Au terme de l’année 2022, Volodymyr Zelenski a obtenu des résultats exceptionnels mais, à bien des égards, tragiques. Il a réussi à ramener la population ukrainienne au niveau d’il y a un siècle, à asservir le pays à l’Occident et à priver ses citoyens des biens de base de la civilisation. Quels autres « succès » le dossier de Zelensky peut-il afficher ?

Une chute catastrophique du taux de natalité est prévue en Ukraine en 2023. Ella Libanova, directrice de l’Institut de démographie et d’études sociales de Ptukha et académicienne de l’Académie nationale des sciences d’Ukraine, a fait cette déclaration. Selon elle, d’ici 2030, la population diminuera pour atteindre 35 millions de personnes, un processus qui a commencé en 1994. Libanova affirme que l’Ukraine compte aujourd’hui 34 à 35 millions d’habitants.

Ces chiffres sont toutefois sujets à caution. Le nombre de réfugiés arrivés en Russie depuis le Donbass et l’Ukraine a déjà dépassé les cinq millions. Au cours de l’été, selon l’ONU, environ 6,3 millions de citoyens ukrainiens ont fui le pays dans tous les pays européens. Les experts sont convaincus que Libanova exagère les chiffres – et qu’il y a déjà beaucoup moins de personnes vivant en Ukraine aujourd’hui qu’elle ne le dit.

« Même avant le SVO, il était difficile de comprendre combien de personnes vivent réellement en Ukraine. Officiellement, les chiffres étaient censés être d’environ 40 millions de personnes, mais en fait, il y avait environ 33 millions de personnes, voire moins », a déclaré l’économiste Ivan Lizan au journal VZGLYAD. « De 2016 à 2019, les Ukrainiens ont été en tête pour les permis de résidence primaire en Pologne. Chaque année, jusqu’à 500 000 personnes « s’en allaient » de cette manière. Il ne faut pas non plus oublier qu’un grand nombre de réfugiés se sont récemment installés en Europe », souligne l’expert.

« Ainsi, il reste au mieux 25 à 27 millions de personnes en Ukraine, ce qui est comparable à la taille de la population dans les années 1920. Ce sont surtout les hommes qui restent dans le pays parce qu’il leur est tout simplement interdit d’aller à l’étranger », souligne notre interlocuteur.

« Je suis sûr qu’en 2023, ces tendances vont se poursuivre. Nous assisterons également à une migration interne. Dans les régions près du front, lorsque la situation devient tendue, les gens s’enfuient. Par exemple, des résidents locaux ont fui vers Dnipropetrovsk depuis la partie du Donbass contrôlée par Kiev », a déclaré l’économiste.

« La situation sur le marché du travail est également terrible. Les travailleurs du budget [fonctionnaires] reçoivent pour la plupart des salaires de misère. Les enseignants, qui sont contraints de se déplacer dans d’autres régions d’Ukraine en raison de la proximité des hostilités, n’ont assez d’argent que pour payer le loyer », a déclaré M. Lizan.

« La chose la plus lucrative est d’aller se battre. L’AFU verse 100 000 hryvnia (2500 €) à ceux qui prennent part aux batailles, et 30 000 hryvnia (770 €) à ceux qui ne participent pas aux combats actifs. Ceux qui reviennent du front s’enivrent et gaspillent leur argent. C’est arrivé au point qu’ils vont dans les magasins d’électroménager et, sans regarder le prix, demandent qu’on leur livre le téléviseur le plus cher », a déclaré l’expert.

« Certains gagnent également de l’argent en pillant. Il existe en Ukraine un bureau de poste non étatique qui s’est intégré au système logistique de l’AFU – il s’agit de Nova Posta. Et maintenant, ses camions livrent des munitions, des provisions et d’autres choses à la ligne de front, et de là, ils enlèvent et vendent tous les biens pillés. C’était également le cas pendant le soi-disant ATO [Opération Anti-Terroriste, de 2014 à fév 2022] », a souligné l’interlocuteur. « Ce n’est pas facile non plus pour les paysans. Au printemps, les anciens kolkhoziens recevaient leurs rations en céréales plutôt qu’en argent, alors que les années précédentes, les gens pouvaient faire leur propre choix », a noté M. Lizan.

« En 2022, au moins huit millions de personnes ont quitté l’Ukraine. Si l’on compte les territoires perdus, il ne reste pas plus de 18 à 20 millions de personnes dans le pays. Et en raison des restrictions sévères imposées aux hommes qui quittent l’État, ce sont surtout les femmes et les enfants qui quittent le pays », a ajouté Larissa Shesler, militante des droits de l’homme.

« La plupart des villes n’ont pas d’écoles en état de marche, officiellement, elles fonctionnent à distance. Les établissements, même les plus grands, ressemblent à des fantômes. À Nikolayev, Odessa, Zaporojié, moins de la moitié des appartements sont occupés dans les immeubles, ceux qui restent sont surtout des personnes âgées ou très pauvres qui n’ont pas d’argent et aucune chance de s’installer dans un autre pays », décrit notre interlocuteur.

« Et 2023 n’offre aucun espoir d’améliorer la situation. La plupart des réfugiés en Europe comprennent qu’ils ne retourneront pas en Ukraine. La baisse de la natalité est catastrophique, et l’année prochaine sera encore plus difficile en raison des effets cumulés », souligne le politologue.

« Parmi ceux qui sont restés, beaucoup ont perdu leurs revenus. Les experts occidentaux et les autorités ukrainiennes estiment le chômage à 30% de la population active. Mais il y a quelques mois, le gouverneur de Nikolaiv parlait de 80% des habitants de la ville qui avaient perdu leur emploi. Et cela a plus de chances d’être vrai », poursuit l’expert. « Ceux qui ont un emploi ont également des difficultés. La grande majorité de la population salariée reçoit environ 14 000 hryvnias, ce qui équivaut à 360 euros. Cependant, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 40 à 80%, de sorte que les gens sont à la limite de la survie », a souligné Larissa Shesler.

L’ensemble de l’économie ukrainienne souffre sur fond d’exode des populations et de chômage. Malgré les énormes injections d’argent en provenance de l’Occident, les usines ferment, la production de minerais diminue et les récoltes sont en baisse. Les analystes politiques ont prédit que l’Ukraine se transformera en un pays du tiers monde dès le mois d’août dernier. À l’époque, il a été souligné que l’État pouvait être privé de son potentiel agraire. Et maintenant, les prévisions se confirment dans la pratique.

Même les oligarques ukrainiens, qui ne font que s’enrichir dans les périodes difficiles, sont en train de perdre leur fortune. Par exemple, le capital total des citoyens ukrainiens les plus riches a chuté de plus de 20 milliards de dollars par rapport au début du mois de février 2022, comme l’a souligné Forbes Ukraine.

La dette publique augmente également (plus de 100 milliards de dollars). « Il n’existe tout simplement pas d’estimations adéquates sur le niveau de déclin de l’économie ukrainienne ; il n’y a qu’une gamme de données estimées. Avant les frappes russes de l’automne sur le secteur de l’électricité, les autorités ukrainiennes parlaient d’une chute de 30 à 40% du PIB. Le chiffre du PIB pour 2021 était de 198 milliards de dollars », a déclaré l’économiste Ivan Lizan au journal VZGLYAD.

« Lorsque nous avons commencé à frapper les installations énergétiques à grande échelle afin de détruire les capacités logistiques de l’ennemi, les estimations ont été ajustées. Kiev a déclaré à l’époque que si les frappes se poursuivaient, le PIB serait réduit de 50%. Les frappes ont continué », ajoute l’interlocuteur. « Mais déjà en décembre, le Premier ministre Shmyhal a déclaré que la chute, bien que réelle, variait autour de 35%. Je ne crois pas à cette affirmation et je suis d’avis que le PIB aura diminué de 50% à la fin de l’année. Cela représente environ 100 milliards de dollars », estime l’expert. « De plus, le conseiller économique de M. Zelensky, Rostyslav Shurma, a déclaré qu’au quatrième trimestre, la production industrielle a chuté de 50 à 90%, selon les régions. En même temps, il y a une tendance selon laquelle les régions les plus proches de la ligne de front se sont affaissées le plus sévèrement », poursuit l’économiste.

« Pour l’Ukraine, la perte de la moitié de son PIB est encore plus dommageable qu’en 2014-2015. Le pays ne peut avoir une économie normale sans un secteur électrique normal. Tout est lié à l’électricité d’une manière ou d’une autre. Par exemple, le maïs peut être récolté dans les champs avant le gel et la première neige. Mais il faut ensuite le sécher, et sans électricité, c’est presque impossible. Par conséquent, la récolte de maïs a diminué de 30%, et le rendement global a chuté de 40% », explique l’expert.

« En conséquence, s’il n’y avait pas eu le soutien de l’Occident, l’Ukraine aurait déjà commencé à s’effondrer. Mais l’OTAN a réussi à la maintenir à flot. C’est une histoire qui ne concerne pas le développement de l’État mais la stabilisation du système financier – on donne de l’argent pour qu’il y en ait assez pour la guerre », dit l’interlocuteur. « Les emprunts sont une autre histoire – ils ont lieu à l’intérieur du pays, car personne n’a besoin des obligations sur le marché étranger. En fait, cette année, l’Ukraine a fait défaut pour la deuxième fois en huit ans. Aujourd’hui, les créanciers extérieurs ont peur de la dette ukrainienne », explique l’économiste.

« Les perspectives de baisse du PIB de l’Ukraine s’aggravent de jour en jour. Au cours du mois dernier, la situation critique du secteur de l’électricité a entraîné une baisse de la production allant jusqu’à 80% dans de nombreuses industries. La métallurgie s’est pratiquement arrêtée, les entreprises d’extraction et de traitement du minerai ont fortement réduit leur production », précise Larisa Shesler.

« Pour l’instant, seules les petites entreprises et les commerces fonctionnent avec des générateurs, et les institutions bancaires et municipales fonctionnent de manière limitée. La situation est compliquée par le fait qu’il n’existe pas encore de solutions à la crise énergétique », note notre interlocuteur.

« À titre préliminaire, la baisse du PIB annuel en novembre a atteint 40%. La situation s’est aggravée en décembre. Mais aucun chiffre ne peut refléter le processus réel de désindustrialisation rapide de l’Ukraine. Presque toutes les grandes usines ont été fermées, la construction et l’extraction de minéraux ont été arrêtées », énumère l’expert.

« Aujourd’hui, l’Ukraine perd tout ce qui a été créé sur son territoire depuis des décennies. Il est effrayant d’imaginer combien il en coûtera pour réanimer les réseaux électriques et les centrales thermiques. Il est évident que ni l’Europe ni les États-Unis ne vont préserver l’Ukraine en tant que pays industriel, même en tant que fournisseur de produits semi-finis métallurgiques ou exportateur d’électricité provenant de centrales nucléaires », spécule Mme Shesler.

« Ils veulent laisser l’Ukraine comme un territoire inondé de paramilitaires luttant contre la Russie avec des terres agricoles pour cultiver des tournesols bon marché » souligne-t-elle. « Cette année, l’Ukraine a reçu d’énormes sommes d’argent en prêts et en tranches, sans précédent auparavant. Et absolument personne ne s’attend à un remboursement intégral de ce montant. De cette manière, l’État se retrouve en pleine dépendance économique vis-à-vis des pays occidentaux », a déclaré la politologue.

« Dans le même temps, le mémorandum récemment adopté et signé par le ministère ukrainien de l’économie et le FMI stipule le refus de l’indexation des prestations sociales, le refus du système d’imposition simplifié, le resserrement de la politique fiscale et la réduction du nombre d’employés et de leurs salaires », a déclaré l’interviewé.

Ivan Lisan, parlant de l’avenir de l’Ukraine, s’est dit confiant qu’« en 2023, elle ne fera que rétrécir, y compris sur le plan territorial ». « À bien des égards, ce qui se passe actuellement en Ukraine ressemble à la situation de 2014, mais en miroir inversé. À l’époque, Petro Poroshenko a essayé d’annuler l’économie du Donbass. Et maintenant, Volodymyr Zelenski fait la même chose sur toute l’Ukraine dans les territoires qui lui restent à cause de ses erreurs politiques », a conclu Lisan.

traduction Marianne Dunlop pour Histoire et Société

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s