Le Brésil plonge dans le chaos politique

Le scénario politique brésilien est de plus en plus tendu. Les manifestations anti-Lula se multiplient jour après jour, des milliers de personnes descendant dans la rue dans plusieurs villes pour demander l’annulation du processus électoral de 2022. Récemment, dans un acte de vandalisme et de mépris des valeurs civiques les plus fondamentales, des militants pro-Bolsonaro ont envahi Brasília, endommageant des bâtiments publics et les installations des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. En conséquence, le gouvernement Lula a commencé à répondre durement aux personnes impliquées, en punissant les manifestants et en intervenant dans la politique régionale de Brasilia.

Le district fédéral de Brasilia a été la cible de scènes de déprédation le 8 janvier. Des milliers de partisans de Bolsonaro – communément appelés « bolonaristes » – ont attaqué le Parlement, la Cour suprême et le palais du Planalto – le siège des trois branches de la République. Des pièces d’art historiques qui étaient conservées sur place ont également été détruites.

La majorité des militants portaient des maillots de l’équipe de football brésilienne et tenaient des drapeaux du Brésil, des États-Unis et d’Israël – ce qui est déjà devenu monnaie courante dans les manifestations bolonaristes. Comme dans d’autres manifestations à travers le pays, les bolonaristes ont exigé à Brasília la fin du gouvernement Lula et la convocation de nouvelles élections. Certains militants plus radicaux ont appelé à une intervention militaire – ce qui est également un programme commun aux droites brésiliennes. L’invasion a duré quelques heures, mais les autorités ont repris le contrôle de la situation avant la fin de la journée.

En fait, si l’intention des bolonaristes était d’affaiblir le gouvernement Lula, le plan a échoué. Le président du Brésil, avec un large soutien des médias nationaux et des autorités internationales, a pris le contrôle de la situation en prenant des mesures sévères pour garantir l’ordre public. Non seulement les manifestants ont été repoussés, mais des centaines d’entre eux ont été identifiés et arrêtés.

Lula a signé un décret imposant une intervention fédérale dans la sécurité publique de Brasilia, en prenant des mesures exceptionnelles pour garantir l’ordre et mettre fin au vandalisme. Des mesures pour briser le secret téléphonique et des enquêtes approfondies des services de renseignement sont également opérées afin de désigner tous les coupables de l’invasion, y compris ses éventuels commanditaires.

En effet, les manifestations de masse à Brasilia ne sont pas courantes. La capitale brésilienne a une structure urbaine qui ne permet pas de grandes mobilisations populaires pour faire pression sur les autorités qui y travaillent. L’isolement des politiciens et des installations du gouvernement était précisément l’objectif central du projet architectural de Brasilia dans les années 1960.

Auparavant, lorsque la capitale était à Rio de Janeiro, les installations fédérales étaient facilement accessibles à la population, ce qui permettait des protestations de masse et le chaos social. Brasilia est construite différemment, avec des voies d’accès très restreintes et facilement bloquées par les autorités, de sorte que les grandes mobilisations ne peuvent s’y produire qu’en cas de négligence ou de connivence de la part de la police.

Cela a conduit le gouvernement brésilien à identifier les chefs de l’administration publique de Brasília comme des bolonaristes de connivence avec les manifestations, à les démettre de leurs fonctions et à reformer la structure administrative de la ville avec les alliés du nouveau gouvernement. Les médias brésiliens ont adopté ce discours comme officiel et ont qualifié les anciens chefs de la police de Brasilia de bolonaristes, renforçant ainsi la coalition en faveur des mesures de Lula.

D’autre part, les dirigeants des partis de droite brésiliens affirment qu’il y a eu une sorte d’« opération false flag », où les autorités auraient délibérément permis le vandalisme de la masse en colère, précisément pour stimuler une radicalisation du gouvernement Lula. La guerre des récits ne semble pas prête de s’arrêter.

Ce qui est vraiment important, cependant, ce n’est pas la position politique des anciens chefs de la police de Brasilia, mais ce qui va suivre. Le gouvernement brésilien et les médias ont officiellement qualifié les manifestants de « terroristes », ce qui soulève une série de questions. S’il ne fait aucun doute qu’il y a eu du vandalisme et un certain nombre d’actes déplorables, classer ces actes comme « terroristes » est discutable et justifie toutes sortes de mesures exceptionnelles. Pour combattre le terrorisme, des actions extraordinaires sont valables, justifiant ainsi la violation des normes juridico-constitutionnelles pour rétablir l’ordre.

Certains détracteurs de Lula craignent que le nouveau gouvernement commette des abus et fasse du décret du 8 janvier une sorte de « Patriot Act » brésilien. Cette critique est valable, et les actions doivent être contrôlées afin qu’elles ne deviennent pas des abus, mais le plus important, au lieu de critiquer les mesures de Lula, est de trouver les mécanismes nécessaires pour pacifier le pays.

Le Brésil est absolument divisé, polarisé et tendu. D’un côté, des bolonaristes radicaux qui n’acceptent pas la défaite de l’ancien président ; de l’autre, des militants pro-Lula tout aussi radicaux – qui appellent même désormais à la mobilisation populaire pour « arrêter » les manifestants de droite. En conséquence, le Brésil reste enflammé par la partisanerie politique, sans se préoccuper réellement d’un projet pour l’État brésilien qui dépasse les antagonismes idéologiques et partisans.

Lula tente de trouver les responsables des manifestations dans la capitale. Il accuse Bolsonaro d’être l’instigateur de ces actions et a même reçu le soutien de membres clés du Parti démocrate américain, qui demandent maintenant à Washington d’ »extrader » l’ancien président brésilien qui se trouve aux États-Unis depuis décembre. Cependant, il n’y a toujours pas de procès qui légitime une telle « extradition » et continuer à essayer de trouver des « coupables » n’est peut-être qu’une façon d’approfondir encore la polarisation.

Le grand défi de Lula ne sera pas de punir les membres de l’ancien gouvernement, ni même de mettre fin au radicalisme de droite dans le pays. Sa grande tâche est de surmonter l’hostilité sociale et de trouver un moyen de pacifier le Brésil. Peut-être que traiter des milliers de citoyens brésiliens de « terroristes » n’est pas la meilleure façon d’y parvenir. Sans aucun doute, le vandalisme doit être puni, mais l’objectif ultime doit être la réconciliation nationale.

Lucas Leiroz

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s