A contretemps

energie.jpg

Vincent Trémolet de Villers

De l’autre côté du Rhin, le rêve éolien s’achève en centrales à charbon. En attendant les énergies vertueuses, la France et l’Allemagne dépendent, cet hiver, de l’énergie polluante. Ce nuage de fumée qui plane au-dessus du projet de loi soumis mardi prochain au vote des députés assombrit un peu plus encore les blanches promesses du renouvelable. Quand la crise de l’énergie frappe indistinctement la boulangerie du coin et nos plus grandes entreprises, ce débat parlementaire apparaît complètement à contretemps. Plutôt que de vouloir accélérer l’implantation de gigantesques mâts métalliques dans nos mers et nos campagnes, nos gouvernants, s’ils avaient un atome de bon sens, privilegieraient deux urgences absolument prioritaires.

L’état de notre parc nucléaire, d’abord. Emmanuel Macron a multiplié les déclarations et les promesses pour améliorer son entretien et développer la filière, mais pourquoi ne pas avoir fixé immédiatement cette intention louable dans l’agenda législatif? Aujourd’hui encore, dans les textes (ce ne sera heureusement pas le cas dans les faits), la loi de programmation de l’énergie qui prévoit le démantèlement de 14 réacteurs nucléaires s’applique toujours !

Le marché européen de l’énergie, ensuite. Ce système délirant dont l’effet immédiat est de menacer nombre de nos entreprises de ruine. Cela fait des mois que des voix venant de toutes parts demandent au president de la République de suspendre ou de réformer les règles invraisemblables qui fixent le prix de l’électricité. Ce qui ne ferait évidemment pas les affaires de nos voisins allemands. Las, malgré la promesse toujours recommencée d’amender le système, rien n’a changé.

À l’heure des conséquences, la France paye cher son énergie et, pour éviter que ce coût n’affaiblisse trop nos entreprises, l’État (donc, à terme, les citoyens) paye une seconde fois : c’est surréaliste ! L’énergie, aujourd’hui, c’est comme le football hier : malgré une suite de fautes évidentes, à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne.

Source : Le Figaro 7/1/2023

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2023/01/08/a-contretemps-6421150.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s