Tiers-mondisation sanitaire : Scène de misère dans le Centre-Bretagne

Le bénévole de la Sécurité Civile est un homme de couleur. Antillais probablement. Très sympathique et professionnel, il essaye de détendre l’atmosphère. A côté de moi, un homme est pris de soubresauts réguliers. Un enfant de 2 ans porte une gamelle sur ses genoux. Poussette. Sa mère l’a emmené pour une gastro sévère. Cela fait plus d’une heure qu’ils sont là. Le gosse est vraiment patient. De l’autre côté du mince couloir qui sert de salle d’attente, un couple de personnes âgées attend depuis au moins autant de temps. La dame se trompe en donnant l’âge de son mari. « 22 ! Ah non c’est sa date de naissance, il a 88 ans en fait ». Sourires dans la salle. Le bénévole de La Croix-Rouge demande à l’assemblée de se diriger vers les toilettes au moindre signe de vomissement car hier il a dû éponger les dégorgements d’une femme qui n’avait pas pris ses précautions.

Le médecin enchaîne les patients. Jeune. Il est volontaire comme beaucoup de médecins du secteur. Les naufragés viennent d’un large rayon. Des contreforts de la Cornouaille au Porhoët jusqu’aux marges du Pays de Dinan. A Plénée-Jugon, il y a un immense panneau à l’entrée de la commune « Cherche Médecin ». Sans cette maison médicale ouverte jusqu’à 23h le week-end, l’Est du Centre-Bretagne serait sans médecin. Ici les travailleurs vont au boulot même s’ils sont malades puisque personne ne peut leur signer un arrêt maladie. Les médecins roumains suppléent tant bien que mal les médecins bretons. Il faut plusieurs mois pour avoir un rendez-vous chez le dentiste. Plusieurs années pour l’ortho-dentiste. On parle de 5 ans d’attente à Saint-Brieuc ! Entre amis, les nouveaux arrivants dans le coin se font mettre dans la confidence afin de se faire accepter dans la patientelle d’un médecin. La dernière astuce en date est de prétendre que votre belle-mère ou votre soeur était déjà patiente de ce praticien. En donnant un nom hyper-courant dans le coin, ça peut marcher.

Je sors avec mon ordonnance. Il pleut toujours. Maintenant, il va falloir trouver la pharmacie de garde.

L’impression que tout cela, tout le système sanitaire en Centre-Bretagne, ne tient qu’avec la société civile. La débrouillardise des élus locaux et le volontariat de quelques médecins militants.

En matière sanitaire comme au niveau des services publics, l’Etat français a clairement abandonné le Centre-Bretagne. L’impression que seule l’autonomie voire l’indépendance de la Bretagne pourrait résoudre la situation.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s