Retraites : ce qui manque au mondialiste Macron pour demander des efforts aux Français

Le dossier des retraites, flou, variable, plus flexible qu’une canne de bambou au printemps, illustre à nouveau la méthode du président. On tente de satisfaire les intérêts de tous en commençant par ceux qui crient le plus fort. Sur les retraites, c’est l’Europe qui exige des réformes. Mais les syndicats sont écoutés aussi, on réduit le départ à 64 ans. On écoute encore LR dont les voix seront nécessaires à l’Assemblée. Le tout après avoir annoncé une campagne éclair et reculé indéfiniment l’échéance. L’aiguille du baromètre n’a jamais montré de direction très claire, elle s’agite aujourd’hui sans fin, elle est devenue folle. « En même temps ». La formule macronienne décrit décidément le mieux possible l’incapacité du président à prendre un cap, à déterminer la hiérarchie des priorités, à choisir et à trancher.

La macronie ne domine pas le vent tournant des intérêts particuliers, elle tente de s’y frayer un chemin. Logique. Que faire d’autre quand on a soigneusement détruit l’idée de nation, celle d’un intérêt commun ? Que faire d’autre quand on a renvoyé l’identité nationale et les  au rang de vieilles lunes pour esprits attardés ? Comment faire différemment quand on a accusé les Français inquiets pour l’avenir de leur terre et de leur peuple de fascisme, de nazisme, de populisme, de poujadisme, d’incompétence et on en passe ? Que faire quand on a méthodiquement détruit tout ce qui faisait l’unité de la nation : la conscience de l’histoire, la culture, le savoir commun, la langue. Lorsque Staline voulut demander aux Russes les efforts terribles nécessaires pour faire face à l’ allemande, ce despote adepte du communisme sans frontières réveilla… le patriotisme.

Pour faire passer sa  aurait besoin d’un sentiment d’appartenance commune, d’un lien entre Français, au moins un lien d’intérêt. Un lien que lui-même et ses amis mondialistes on patiemment combattu.

Reste la mêlée indescriptible des intérêts particuliers des médecins, des infirmières, des professeurs, des manifestants de tous ordres qui s’emportent, souvent avec raison, contre le désastre d’un Etat qui gère des pans entiers de la vie des Français et les gère de plus en plus mal. La  l’illustre au-delà des mots.  est bien un héritier. L’héritier du  destructeur et sans cap qui plonge des pans entiers de la population dans la pauvreté, l’angoisse et la misère. Industrie, agriculture, immigration, sécurité, transports…  s’inscrit bien dans le sillage des cinq déplorables, ces présidents (Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande) qui ont succédé à Pompidou et nous ont jeté à tous les vents de la mondialisation après avoir consciencieusement saboté nos défenses naturelles.

Marc Baudriller

https://www.bvoltaire.fr/retraites-ce-qui-manque-au-mondialiste-macron-pour-demander-des-efforts-aux-francais/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s