La retraite à 65 ans, cette nouvelle injustice sociale…

Retraites 1

Les débuts d’année sont l’occasion de diverses cérémonies de vœux plus ou moins sincères et, souvent, très politiques quand il s’agit de ceux des ministres et de leur président, ainsi que de leurs opposants. 2023 n’a donc pas dérogé à la règle, et le locataire de l’Élysée en a profité pour lancer, véritablement, le coup d’envoi d’une rentrée sociale qui pourrait s’avérer tumultueuse si l’on en croit les devins médiatiques. Il est vrai que la question des retraites est, depuis longtemps, beaucoup plus inflammable que nombre d’autres sujets sociaux : sans doute parce qu’elle touche, concrètement, à l’espérance d’une vie tranquille « après l’emploi » et que, pour nombre de nos concitoyens, l’entrée dans cette période post-professionnelle est vécue comme une forme de libération du temps et des efforts obligatoires et salariés.

Il suffit de discuter avec des ouvriers de l’automobile encore en activité ou avec des travailleurs du bâtiment pour constater aussi que, l’âge venant et les rides se creusant, les corps et les esprits s’épuisent, irrémédiablement, et que, désormais, ce n’est plus le travail lui-même qui peut motiver, mais la fin de celui-ci et l’aspiration au repos, souvent qualifié (à raison, la plupart du temps) de « bien mérité ». De plus, les ouvriers de chantier ou d’usine ont commencé leur carrière encore adolescents, et, malgré cela, avec les promesses de report de l’âge légal de départ à la retraite, ils voient ce dernier comme une ligne d’horizon qui paraît reculer toujours, au nom d’un équilibre financier évoqué par les mêmes technocrates qui, depuis près de 50 ans, ont mené le pays à la faillite par l’endettement public inconsidéré, au déclin productif par la désindustrialisation et à la démotivation entrepreneuriale par une pression fiscale toujours plus exagérée… Ainsi, ceux qui ont échoué dans leur tâche de service public gouvernemental et qui, après quelques années à la tête d’un ministère, s’en vont pantoufler dans les conseils d’administration de grandes sociétés, souvent étrangères (!), soutiennent leurs successeurs qui, les sourcils froncés et l’arrogance à peine retenue, annoncent aux travailleurs du bitume et de l’acier, aux ambulanciers et aux infirmiers d’une Santé devenue fragile, aux caissières et aux femmes de ménage du petit matin ou du soir (quand les bureaux sont vides ou les immeubles déserts), à ceux des arrière-salles et des cuisines…, qu’ils devront travailler plus longtemps avant d’avoir le droit de disposer de leur temps de vie, de ces quelques années qui précédent la mort et que tous espèrent néanmoins les plus heureuses possible…

Depuis des années que les gouvernements de notre pays militent pour reculer l’âge de rentrée dans le temps de la retraite, la question de la pénibilité est toujours abordée sans jamais être vraiment réglée, et j’entends et je lis, dans des médias qui se veulent économiques à défaut d’être sociaux, que cette question est accessoire, et, même, qu’elle ne devrait pas être posée. Certains considèrent que tout cela relèverait d’une « usine à gaz » coûteuse et peu efficace quand d’autres, dans la même veine, y voient une sorte de rupture d’égalité ! Ce dernier raisonnement étant le même que celui avancé ces jours derniers (1) par la Cour européenne des droits de l’homme qui a condamné la Roumanie pour discrimination « pour ne pas avoir, par le passé, autorisé les femmes à travailler aussi longtemps que les hommes dans la fonction publique. (…) A l’époque (2018), l’âge de départ à la retraite des hommes était fixé à 65 ans dans la fonction publique, mais à 60 ans pour les femmes. La législation a désormais changé et les fonctionnaires hommes et femmes peuvent partir à la retraite au même âge. » (2) En fait, cette « égalité » ne fonctionne que dans un seul sens, celui de l’élévation de l’âge de la retraite : désormais, en Roumanie, pour rétablir l’égalité entre les sexes, l’âge de départ à la retraite augmente chaque année de trois mois pour atteindre, en 2030, 63 ans pour les femmes… Un homme qui souhaiterait partir à moins de 65 ans en se référant à l’âge légal de départ pour les femmes, ne peut, évidemment, pas le faire et, s’il s’en plaignait devant cette Cour européenne des droits de l’homme, serait sans nul doute débouté…

Pour en revenir à la question de la pénibilité, et au regard des expériences passées, je doute qu’elle soit vraiment prise en compte, si ce n’est à la marge pour quelques cas de figure emblématiques. D’ailleurs, le gouvernement est discret sur ce sujet car il a calculé que, s’il mettait vraiment en pratique l’intégration de la pénibilité dans le système même des retraites (autant pour la question de l’âge de départ que pour le nombre de trimestres travaillés, et pour les compensations liées à cette pénibilité reconnue), sa réforme ne permettrait aucune des économies qu’elle est censée permettre…

Pour autant, faut-il se contenter d’une situation aujourd’hui peu satisfaisante sur le plan de l’équilibre des comptes actuels et à venir, et qui autorise encore trop d’injustices, particulièrement pour les travailleurs de longue durée, les précaires mais aussi les entrepreneurs, commerçants ou exploitants agricoles, dont un grand nombre, au regard des difficultés économiques qu’ils ont pu rencontrer dans leurs carrières respectives, se retrouvent avec des pensions peu compatibles avec la décence sociale minimale ? Le système des retraites par répartition, seul, peut-il répondre à toutes les situations et aux perspectives d’avenir ? Sans doute pas. Il n’est pas interdit, alors, de penser à une nouvelle organisation et à de nouvelles formes de solidarités intergénérationnelles (et pas dans un seul sens, d’ailleurs) et socioprofessionnelles. Un certain nombre de professions disposent déjà d’une sorte de « patrimoine corporatif » qui leur est propre (et sur lequel l’Etat aimerait bien mettre la main…) et qui assure une meilleure gestion des fonds consacrés à la rétribution de leurs anciens. Cette organisation « corporative » de quelques métiers et de leurs membres ne pourrait-elle pas servir de base de réflexion à nos politiques pour sortir de l’impasse insécurisée d’un report permanent de l’âge de départ à la retraite ? Ce n’est qu’une piste, et d’autres sont aussi empruntables, de nature démographique ou socio-économique. Mais ce n’est sûrement pas en restant dans les ornières du conformisme économique contemporain dans lesquelles la République glisse depuis tant de décennies que la France pourra assurer à ses anciens la dignité du travail reconnu et le repos dû à ceux qui ont participé activement, en leur temps, à la fortune française…

Notes : (1) : mardi 20 décembre 2022.

(2) : Le Figaro avec AFP, 20 décembre 2022 (sur la toile)

https://jpchauvin.typepad.fr/jeanphilippe_chauvin/2023/01/la-retraite-%C3%A0-65-ans-cette-nouvelle-injustice-sociale.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s