Guerre d’Ukraine : Les stratégies néfastes des États-Unis

par Thorsten Hinz

Les politologues Ulrike Guérot et Hauke Ritz dénoncent une influence massive des États-Unis en Europe de l’Est comme impulsion décisive de la guerre en Ukraine. Selon eux, Washington ne peut plus être considéré comme le gardien du Graal des « valeurs occidentales ». Selon eux, les États-Unis sont aujourd’hui « socialement délabrés et culturellement épuisés ».

La politologue Ulrike Guérot a osé ce qui a conduit de manière prévisible et logique à sa mise au ban du public : avec Hauke Ritz, docteur en philosophie et spécialiste de la Russie, elle a rédigé un livre qui prend à contre-pied la lecture qui a été faite de la guerre en Ukraine. Elle y reconnaît une manipulation de l’opinion digne de 1914 : « Où que l’on regarde, il y a prise de parti exubérante en faveur de l’Ukraine, diabolisation totale de l’adversaire, réduction de l’ennemi à une seule personne (Poutine), absence de contextualisation, division tranchée entre le bien et le mal, rejet indigné de la coresponsabilité, morale au lieu de géostratégie ».

Guérot et Ritz ont relié deux séries de motifs : premièrement, la prise de conscience « que l’UE a échoué en tant que projet politique » ; deuxièmement, « que l’image de la Russie en Occident est fausse ou du moins insuffisante ». Les deux sont dialectiquement liés: leur échec rend l’UE incapable de prendre une position indépendante dans la guerre en Ukraine et d’exercer une influence pacificatrice sur le conflit. La poursuite de la guerre, à son tour, rend son échec parfait. Le conflit géopolitique devient ainsi un « jeu final » pour l’Europe, avec la perspective de dégénérer définitivement en un pré-carré et une masse à la disposition des États-Unis. L’objection selon laquelle l’Europe et l’UE ne sont pas identiques ne doit pas être prise en compte ici.

Une « guerre par procuration américaine »

Ce que les médias appellent systématiquement « la guerre d’agression de Poutine » est pour Guérot et Ritz « une guerre par procuration américaine préparée de longue date », dont les racines remontent au début des années 1990. Ils ont passé en revue des livres, des articles et des déclarations de penseurs et de stratèges américains et en ont tiré des extraits. Ils citent Zbigniew Brzeziński, George Friedman, Robert Kagan, Charles Krauthammer et Paul Wolfowitz.

Ce dernier était secrétaire adjoint à la Défense sous George W. Bush et déterminé à « empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources, sous contrôle consolidé, suffiraient à générer une puissance mondiale ». Est considérée comme ennemie toute personne qui tente de générer une puissance comparable à celle des États-Unis. Alors que les États-Unis ont immédiatement identifié l’Europe comme un concurrent potentiel après 1989, les Européens ont entretenu une « pensée unique » sur la soi-disant communauté de valeurs occidentale. La stratégie de Washington visant à séparer l’Europe des ressources russes par un cordon sanitaire n’a suscité aucune réflexion stratégique.

L’Ukraine va devenir totalement dépendante des États-Unis

Les « révolutions de couleur » et les « changements de régime » dans les anciennes républiques soviétiques faisaient partie de la stratégie américaine. Dans les pays d’Europe centrale et orientale, de « jeunes élites américanisées avec des connexions à Harvard et Washington » occupaient des fonctions de haut niveau dans l’État et les médias, « le prototype étant par exemple Radek Sikorski, le futur ministre polonais des Affaires étrangères », qui a salué sur Twitter le dynamitage des gazoducs Nord Stream par un « Thank you, USA ».

Barack Obama a vanté la capacité des États-Unis à « façonner l’opinion publique mondiale, (elle) a aidé à isoler complètement la Russie ». L’incendie de la Maison des syndicats à Odessa en 2014 par des nationalistes ukrainiens, qui a coûté la vie à 48 Russes, a ainsi été complètement occulté. Les accords de Minsk, qui prévoyaient une structure fédérale du pays avec plus d’autonomie pour l’est de l’Ukraine, ont été sabotés sous l’influence de Washington, car pour faire de l’Ukraine une zone de déploiement militaire de l’OTAN, il faut un pouvoir central de Kiev très rigoureux.

Ainsi, la « guerre d’agression de Poutine » apparaît plutôt comme une attaque défensive visant à échapper à l’emprise de l’OTAN. Il en résulte une Ukraine gravement endommagée par la guerre, énormément endettée et politiquement totalement dépendante des États-Unis. Les auteurs demandent : « L’Europe peut-elle vouloir un tel vassal en son sein ? »

Selon nos deux auteurs, les États-Unis sont aujourd’hui culturellement épuisés

Il faudra bien qu’elle le veuille. Si les choses se corsent réellement entre les États-Unis et l’Allemagne, les Américains mettront du matériel de renseignement sur la table et ce sera « soit vous participez, soit vous êtes pris ». C’est en ces termes qu’en 2013, Günter Heiß, alors coordinateur des relations germano-américaines, a résumé son expérience avec la première puissance occidentale dans l’émission « Beckmann » de la chaîne ARD.

Pour Guérot, les États-Unis ne peuvent plus être considérés comme les gardiens du Graal des « valeurs occidentales », ils sont aujourd’hui « socialement délabrés et culturellement épuisés ». La réalité en Occident se caractérise par le « wokeness », les interdictions de parole, la « cancel culture », les méthodes de censure, les résiliations de compte, la surveillance numérique et biométrique, le journalisme d’État et la guerre psychologique contre la population.

Pas de doute, cette femme et son co-auteur ont du courage ! Leur livre est stimulant, mais il est aussi vulnérable. Une erreur d’inattention peut passer inaperçue lorsqu’il est dit que le président français François Mitterrand, opposé à la réunification, est allé voir Egon Krenz en RDA en mars 1990. En réalité, Mitterrand se trouvait déjà à Berlin-Est en décembre 1989. À cette époque, Krenz n’était déjà plus en fonction et son interlocuteur était le Premier ministre Hans Modrow.

Rêveries antinationales

La fameuse euphorie post-nationale de Guérot, qui par principe ne connaît pas de frontières, a des conséquences graves. Comme l’Allemagne a négligé de manière coupable de consentir dès le départ à une union de transfert de l’euro, la guerre menée « autour de l’intégrité territoriale historiquement absurde qu’est l’Ukraine » doit maintenant provoquer la « catharsis européenne » attendue, à savoir la dissolution des structures étatiques nationales. Un début a déjà été fait, car la décision de prendre en charge les réfugiés ukrainiens dans le système Hartz IV allemand est « en fait déjà un signe avant-coureur de ne plus différencier les droits civils en fonction de la nationalité ».

De telles rêveries creuses ne peuvent être raisonnablement critiquées. D’un point de vue historique, presque toutes les frontières en Europe sont absurdes. Mais qu’en résulte-t-il ? Au lieu d’un travail de précision, Guérot nous offre à la fin une logique de bulldozer et écrase à moitié son intervention convaincante et celle de Ritz contre la lecture officielle de la guerre en Ukraine. Elle facilite ainsi la tâche à ses adversaires, mais la rend difficile à ceux qui sont d’accord.

source : Junge Freiheit via Euro-Synergies

https://reseauinternational.net/guerre-dukraine-les-strategies-nefastes-des-etats-unis/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s