Défi américain, autosatisfaction européenne

girard.jpg

Renaud Girard

Quand on se penche sur les déclarations des dirigeants des grands pays européens ou des institutions de l’Union européenne (UE), on est frappé par leur haut niveau  d’autosatisfaction. Depuis une génération, l’Europe progresse technologiquement moins vite que l’Amérique, mais personne ne semble responsable. Pire, personne ne cherche sérieusement les racines de ce déclin relatif. Personne ne s’est jamais interrogé sur les raisons de l’échec  du programme de Lisbonne lancé le 24 mars 2000 par le Conseil européen, qui visait à définir pour l’UE « un nouvel objectif stratégique dans le but de renforcer l’emploi, la réforme économique et la cohésion sociale dans le  cadre d’une économie fondée sur la connaissance ».

S’il y a une région du monde libre où se développe l’innovation, c’est l’Amérique et non l’Europe. Les cerveaux européens sont au moins aussi capables que les cerveaux américains  à faire progresser l’économie de la connaissance – et le démontrent souvent sur le sol américain. En Europe, c’est l’écosystème qui est défaillant. La bureaucratie cumulée des États et de la Commission européenne paralyse la mise en œuvre industrielle des percées scientifiques.

Dans l’espace, l’Europe est, en ce début d’année 2023, à court de fusées pour un accès autonome à l’espace. Ariane 5 a rendu de bons et loyaux services mais est désormais hors production ; Ariane 6 est encore en phase de test. Quant à Vega, tous ses vols ont été annulés après l’accident du 21 décembre 2022, où le deuxième étage de la fusée s’est montré défaillant. L’Agence spatiale européenne n’est plus en mesure de répondre à la demande croissante de lancement venue des États-Unis, de la Chine et de l’Inde.  SpaceX, l’entreprise d’Elon Musk, a connu en revanche une année 2022 spectaculairement réussie. Cinquante- neuf tirs avec son lanceur Falcon 9, sans un seul raté. Starlink, du même Musk, est de loin le leader mondial du service d’accès à internet par satellite. Un entrepreneur privé américain a donc donné à son pays un avantage géostratégique important, lorsqu’il a offert un réseau internet de secours à l’Ukraine, dont les communications militaires avaient été neutralisées par une cyberattaque russe.

Dans l’industrie militaire, ce sont surtout des armes américaines qui ont permis à l’armée ukrainienne de résister à l’agression russe : on pense aux armes antichars ou antiaériennes portables Javelin, Stinger, Switchblade ; aux lance-missiles Himars permettant de détruire en profondeur les dépôts de munitions russes ; aux nouveaux drones Phoenix Ghost développés en un temps record. Il est incroyable qu’un pays comme la France, dotée d’une brillante tradition d’industrie militaire, ait été incapable de développer une gamme de drones de combat, alors que la Turquie et l’Iran l’ont fait. Des drones seraient aujourd’hui très utiles aux Arméniens (que la France veut aider), face aux attaques de l’Azerbaïdjan, aidé par la Turquie. Il n’y a pas un seul responsable français qui soit venu à la télévision nous expliquer ce loupé stratégique et quelles leçons le pays allait pouvoir en tirer.

Guidé par l’Office of Science and Technology directement rattaché à la Maison-Blanche, Joe Biden a lancé des investissements massifs dans le domaine des puces nanométriques et des ordinateurs quantiques, qui sont la clé de la suprématie numérique de demain. Rien de comparable en Europe.

Dans l’innovation et l’industrie médicale, américaines sont les trois firmes qui ont produit à une vitesse record les vaccins efficaces qui, en Occident, ont relégué le Covid au statut de simple grippe. On peut se consoler en se disant que le leader de Moderna est un Français et que le vaccin Pfizer a été inventé par un couple de chercheurs allemands d’origine turque. Mais on reste abasourdi que l’Institut Pasteur n’ait pas été à l’origine d’un vaccin français. Quant à la recherche contre  le cancer, les principales avancées sont américaines.

Dans le secteur de l’énergie, les Européens n’avaient, à la fin du XXe siècle, rien à envier à l’Amérique. Leurs centrales nucléaires étaient admirées par le monde entier. Hélas, la chancelière Merkel a détruit l’industrie nucléaire allemande dans un geste de démagogie électorale après l’accident de Fukushima (2011) et les récents présidents français, hypnotisés par les écologistes les plus bêtes du monde, ont saboté le formidable outil nucléaire hérité de l’époque gaullo-pompidolienne. Les Européens prendront-ils leur revanche avec l’hydrogène ? Le match transatlantique est encore en cours.

Qui veut investir dans l’innovation songera prioritairement aujourd’hui à l’Amérique, comme l’a fait le centralien Stéphane Bancel, pour le développement de Moderna. Pourquoi ? Tout se passe comme si l’Amérique avait gardé son goût du challenge et de la new frontier, alors que les Européens restent paralysés par leurs bureaucraties autosatisfaites.

Source : Le Figaro 3/1/2023

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2023/01/04/defi-americain-autosatisfaction-europeenne-6420366.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s