Comment les relations avec la Chine sont devenues une victoire pour la Russie

Un état des lieux, la description d’un partenariat privilégié mais non exclusif. La notation concernant l’Inde n’est pas contradictoire au contraire, c’est en jouant pleinement son rôle en Asie centrale, en Inde et dans d’autres continents que le monde multipolaire pourra pleinement se développer.

Danielle Bleitrach

***

par Evgueni Pozdiankov

Le partenariat Russie-Chine est le résultat d’un effort à long terme des diplomates de Moscou et de Pékin. Certains y voient une menace pour l’ordre mondial. D’autres, au contraire, considèrent ce dialogue comme le fondement d’un avenir multipolaire. Cependant, l’année 2022 a apporté de nombreux défis aux relations entre les deux pays. Comment affecteront-ils l’avenir de la coopération russo-chinoise ?

Le début de l’année 2022 a démontré une étonnante compréhension mutuelle entre la Russie et la Chine. Les relations entre Pékin et Moscou semblaient être entrées dans une période d’épanouissement maximal. En janvier, au milieu des protestations au Kazakhstan, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, lors d’une conversation téléphonique avec Sergueï Lavrov, a salué le rôle de l’OTSC dans la normalisation de la situation dans le pays, indiquant une compréhension commune entre les pays des méthodes nécessaires pour résoudre les conflits dans la région.  

En février, les Jeux olympiques d’hiver se sont déroulés à Pékin, où le président Vladimir Poutine a effectué une visite officielle. Les points de vue communs sur la compréhension du futur ordre mondial se sont traduits par la signature, le 4 février, de la « Déclaration sur les relations internationales à l’aube d’une nouvelle ère et le développement durable mondial ». Ce document a jeté les bases d’une collaboration entre les deux pays en vue de créer un ordre mondial juste et équitable.

Ainsi, le lancement de la SVO le 24 février a eu lieu à un moment où les relations russo-chinoises ont atteint un sommet sans précédent. Pékin a de facto soutenu Moscou en s’abstenant de voter sur un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur la nécessité de mettre fin à l’offensive contre l’Ukraine. Dans le même temps, le représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, Zhang Jun, a exhorté l’ONU à apporter une réponse raisonnable au conflit, plutôt que de verser de l’huile sur le feu.

Peu après, le 7 mars, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a présenté une évaluation détaillée de la crise ukrainienne lors d’une conférence de presse. Selon lui, cette situation s’inscrit dans un contexte historique profond. Il a également réitéré l’importance pour les deux parties d’entamer des pourparlers de paix le plus rapidement possible. Il est intéressant de noter que la position de Pékin n’était pas calquée sur celle de Moscou. L’Empire céleste se présentait en arbitre au Conseil de Sécurité, continuant à insister sur la nécessité d’un dialogue pacifique.

Le discours prononcé par Wang Wenbin, porte-parole officiel du ministère chinois des Affaires étrangères, le 22 mars, dans lequel il a déclaré que Pékin avait l’intention de poursuivre les relations commerciales avec Moscou dans le format habituel, n’est pas moins important. Dans une situation de blocus par l’Occident, cela a joué en faveur de la Russie.

Le commerce avec Pékin, malgré toutes les difficultés, a connu une croissance significative. Par exemple, le vice-premier ministre Dmitri Tchernychenko a déclaré en décembre que le commerce entre la Russie et la Chine avait augmenté de 30% au cours des neuf premiers mois de cette année, pour atteindre 129 milliards de dollars.

Il a également noté qu’un pont routier sur le fleuve Amour près des villes de Blagoveshchensk et Heihe a été ouvert en juin, et un pont ferroviaire entre Nizhneleninskoye et Tongjiang en novembre. Ces projets ont non seulement augmenté l’efficacité du système logistique transfrontalier entre les pays, mais également démontré la volonté des États d’établir une interaction humanitaire et sociale.

Les points de vue des deux pays se recoupent également sur d’autres questions. En particulier, la décision conjointe de Moscou et de Pékin de bloquer la résolution américaine au Conseil de sécurité de l’ONU sur les sanctions contre la RPDC a fait sensation. En outre, une réunion des ministres des Affaires étrangères au format des pays voisins de l’Afghanistan s’est tenue dans la province chinoise d’Anhui le 31 mars, à laquelle a participé Sergueï Lavrov. Selon Xinhua, Wang Yi a souligné la volonté des deux parties de lutter contre l’hégémonie mondiale.

En septembre, Vladimir Poutine et Xi Jinping se sont rencontrés à Samarcande lors du sommet de l’OCS. Les dirigeants ont réaffirmé leur volonté de maintenir le partenariat entre Pékin et Moscou. Cette visite a été suivie en décembre par celle de Dmitri Medvedev à Pékin. Son entretien avec le président de la République populaire de Chine a souligné l’importance de l’amitié entre les deux États.

Et l’année s’est terminée par une conversation entre les deux dirigeants, qui a eu lieu le 30 décembre. Le président russe a invité son collègue à visiter Moscou et a noté que la coopération entre les deux pays continue de se renforcer, malgré la situation générale dans le monde. De manière générale, les deux parties ont confirmé que le partenariat entre la Russie et la Chine est un facteur de stabilisation dans un contexte de tensions géopolitiques croissantes.

Poutine a également déclaré que Moscou et Pékin avaient réussi à assurer un taux de croissance record du chiffre d’affaires commercial mutuel (+25%). Moscou est devenu le deuxième plus grand fournisseur de gaz par gazoduc à la Chine et le quatrième plus grand importateur de GNL. Au 1er décembre, 13,8 milliards de mètres cubes avaient été expédiés par la route orientale, les volumes contractuels quotidiens ayant dépassé de 18% les engagements quotidiens en décembre. Une croissance significative a été enregistrée dans le commerce des produits agro-industriels. De janvier à novembre, les échanges dans ce domaine ont augmenté de 36%.

« En 2020, nos relations ont été mises en pause en raison de la pandémie de coronavirus. Aujourd’hui, cependant, nous rattrapons rapidement notre retard et atteignons ensemble de nouveaux sommets. Le degré de chaleur de la récente rencontre entre Dmitri Medvedev et Xi Jinping à Pékin et les entretiens qui ont suivi entre le dirigeant de la RPC et Vladimir Poutine en sont la preuve. Les deux parties ont exprimé l’espoir que le dialogue Russie-Chine s’approfondisse et se développe », a souligné Andrei Ostrovsky, directeur adjoint de l’Institut de la Chine et de l’Asie moderne de l’Académie des sciences de Russie, dans une conversation avec le journal VZGLYAD.

« Cette année, nos relations ont été mises à l’épreuve par la crise ukrainienne. Le fait que la Chine ait soutenu la Russie est très précieux. Les résultats du vote de l’ONU en témoignent. Le seul problème, ce sont les sanctions des États-Unis et de l’Europe. Nos transactions ont longtemps été effectuées par l’intermédiaire de banques occidentales, et non de banques chinoises. Il faut travailler sur cette question », souligne l’interlocuteur.

« Cela dit, la Chine est moins prête que la Russie à prendre des mesures aussi radicales pour changer l’ordre mondial. Déjà, Deng Xiaoping utilisait l’expression « faire profil bas » pour décrire la politique étrangère de Pékin. Pour donner le ton de la politique mondiale, la Chine doit renforcer ses capacités », estime l’expert.

« Cependant, la Chine a mis en avant l’initiative ‘Communauté de Destin’, dont l’essence est que nous sommes dans le même bateau, et que tous les pays sont ensemble responsables de l’avenir de l’humanité. Il s’agit d’un programme très positif, semblable à la façon dont la Fédération de Russie voit le monde », affirme-t-il. Par conséquent, « Pékin est un partenaire inséparable de Moscou dans la transformation de l’ordre mondial ».

« Cette année aussi, nous avons une augmentation du chiffre d’affaires commercial, mais le chiffre annoncé de 200 milliards de dollars n’a pas encore été atteint. En termes de commerce extérieur avec la Chine, nous sommes derrière non seulement les États-Unis mais aussi le Vietnam. Nous avons la possibilité de nous développer. Nous devons augmenter le volume des investissements mutuels, qui est encore très modeste », a déclaré l’expert.

« Dans ce contexte, les BRICS et l’OCS restent des organisations importantes pour nos pays. Leur développement ultérieur est possible grâce à la croissance progressive des économies de tous les États membres. Jusqu’à présent, bien sûr, elles sont fortes que leurs homologues occidentaux, mais nous pouvons constater l’intérêt des États pour le développement de ces organisations », a-t-il déclaré.

« Non moins important est le fait que Pékin se prépare à s’ouvrir aux Russes dès mars 2023. Cela signifie qu’un renouvellement des liens interpersonnels entre les États nous attend au printemps. La diplomatie interpersonnelle aidera les hommes politiques à accélérer le rythme de la coopération », conclut M. Ostrovsky.

Alexei Maslov, directeur de l’Institut d’études asiatiques et africaines de l’université d’État de Moscou, est du même avis. « L’année a commencé sur une note élevée dans les relations russo-chinoises. Le 4 février, la déclaration mentionnée précédemment a été signée, ce qui est d’une valeur particulière », a-t-il expliqué.

« Cette année a également été riche en défis, non seulement pour la Russie, mais aussi pour la Chine. Pékin comprend que le monde est devenu moins amical, y compris pour la RPC : le problème de Taïwan s’est aggravé, les relations commerciales sino-américaines sont en question », a souligné l’expert.

« La détermination des deux pays à construire un système équitable de gouvernance mondiale est confirmée. Dans le même temps, le conflit en Ukraine présente un certain nombre d’aspects négatifs pour la Chine. En particulier, le pouvoir d’achat des pays européens est en baisse, ce qui est désavantageux pour la Chine. Par conséquent, la situation peut être décrite selon la formulation suivante : la Chine soutient la Russie dans ses aspirations, mais reste neutre à l’égard de la SVO », a précisé notre interlocuteur.

« De plus, Pékin essaie de développer les relations avec Moscou de manière à ne pas être frappé par l’Occident. C’est une tâche difficile. Mais à en juger par les statistiques et les déclarations politiques des dirigeants des deux pays, nous passons ce test avec brio », explique M. Maslov.

« En ce qui concerne les perspectives pour 2023, nous allons progresser en termes de compréhension unifiée des menaces. Pendant longtemps, la Chine s’est développée dans des « conditions de serre » : beaucoup de choses semblaient être purement théoriques. Cette année, cependant, Pékin a dû faire face à la réalisation concrète de nombreuses menaces à son encontre. Cela rapproche nos pays », a déclaré l’expert.

« L’interaction en termes de coopération scientifique devrait s’intensifier. Pendant longtemps, nous nous sommes concentrés exclusivement sur l’Occident, mais aujourd’hui, l’interaction entre les scientifiques russes et chinois attend un nouvel épanouissement. La coopération militaire ne va pas s’arrêter, elle va progresser au même rythme que celui que nous avons connu cette année », conclut M. Maslov.

Dans le même temps, ajoutent les analystes, dans le cadre du « pivot vers l’Est », il est important que la Russie ne se dissolve pas dans les projets de la Chine. Chaque pays a ses propres intérêts nationaux exclusifs, et le rapprochement avec Pékin ne doit pas nuire aux relations de Moscou avec d’autres acteurs importants de la région, dont New Delhi.

L’Asie est une région hétéroclite et il est donc dans l’intérêt réel de Moscou de répartir équitablement ses efforts diplomatiques. En 2023, la Russie devra donc travailler dur pour diversifier ses liens dans la région. Toutefois, l’état actuel des relations avec la Chine constitue une victoire précieuse et importante pour la diplomatie russe sur fond de confrontation avec l’Occident.

source : VZGLYAD

traduction Marianne Dunlop pour Histoire et Société

https://reseauinternational.net/comment-les-relations-avec-la-chine-sont-devenues-une-victoire-pour-la-russie/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s