Il n’y a pas d’options pacifiques pour mettre fin à l’opération militaire russe en Ukraine – par Alexandre Staver

Un point de vue russe sur la suite de l’opération militaire russe en Ukraine

cet article est paru sur https://topwar.ru/207264-govorit-prosto-ne-o-chem-mirnyh-variantov-zavershenija-svo-ne-ostalos.html 

Les points de vue développés n’engagent pas la rédaction du Courrier des Stratèges

Probablement, il n’y a personne parmi nos lecteurs qui ne pensent pas à la fin du NWO en Ukraine. Le fait que nous devons gagner est compréhensible. Mais ce que représente la « victoire » n’est pas toujours très clair. Allons-nous « libérer » tout le territoire de l’Ukraine ? Est-ce que les gens là-bas le veulent ? Ou choisirons-nous à nouveau des « forestiers » repliés dans des « caches » pendant 10 à 15 ans ? Changerons-nous le régime politique de l’Ukraine ? Est-ce que nous allons démettre simplement le président et devons-nous organiser des élections justes ?

La diplomatie serait souhaitable

De plus en plus de politiciens, d’experts, de militaires dans différents pays du monde sont enclins à penser que la guerre doit être terminée par la diplomatie. Il faut négocier, trouver une formule de paix qui convienne à tous et arrêter de s’entre-tuer. Ce plan a l’air très sympa : les loups sont rassasiés et les moutons sont en sécurité. Mais dans la vraie vie, cela n’arrive tout simplement pas ! Il arrive que des politiciens parviennent vraiment à s’asseoir à la table des négociations et même à signer certains accords sous la pression de leurs « anciens camarades ». La guerre se termine réellement, mais pour recommencer bientôt. Encore plus sanglante. Et ainsi de suite jusqu’au moment où l’une des parties ne gagne pas complètement.

Dans le cas de l’Ukraine, je ne vois rien de nouveau. A moins qu’il n’y ait plus de « chasseurs » sur les terres ukrainiennes que d’habitude. Mais ici, vous devez les comprendre. Faisant partie de l’Etat qui a brisé le dos du fascisme allemand, l’Ukraine a reçu une partie des territoires de ses « voisins » et est devenue l’une des plus grandes républiques européennes. Les « anciens propriétaires », offensés, ont eu peur d’ouvrir la bouche contre la décision du « grand frère » dont l’Ukraine faisait partie. Mais maintenant que les Ukrainiens ont renoncé à leur victoire, à leurs héros, à leurs ancêtres, à leur passé, la situation a radicalement changé. Désormais, les « voisins » ne demandent plus rien car ils sont certains que les terres leur seront restituées, tout comme le pense la population de ces territoires « contestés ».

Peut-être y a-t-il encore une chance de négocier ?

Bien sûr, vous pouvez négocier, mais pourquoi ? Pour agir en ce sens, vous devez d’abord déterminer vos positions et les concessions que vous êtes prêt à faire. En même temps, il faut avoir confiance dans la capacité de la partie adverse à négocier, dans sa volonté de mettre en œuvre les décisions prises. Hélas, lors des négociations, qui se sont tenues assez souvent dans le cadre du groupe de Minsk, dans le cadre de réunions à Paris, en Turquie, l’Ukraine s’est révélée être un pays totalement incapable de respecter les accords malgré le temps passé à les négocier. Car Kyiv n’est qu’un pion sur l’échiquier de la politique mondiale.

Mais supposons que, par miracle, les deux parties acceptent à nouveau de négocier. Les quatre régions qui sont devenues une partie de la Russie et de la Crimée formeraient leur propre Etat, libre de choisir sa propre voie de développement. Bien sûr, cette situation est complètement irréaliste puisque ces territoires font déjà partie de la Russie. Mais admettons quand même l’hypothèse. Quel serait l’avenir de ce pseudo-État ? De façon tout à fait compréhensible, ce serait dans un futur proche un autre « Haut-Karabakh ». Il serait sujet à une profonde division interne entre partisans de la Russie et partisans de l’Ukraine. Encore une fois, cet Etat irait dans le désarroi le plus total et encore une fois les voisins seraient obligés d’intervenir. Et le plus fort gagnerait …

Une seconde option n’est pas meilleure que la première. Nous nous arrêtons à ce que nous avons réalisé jusqu’à présent. La ligne de front se transforme en frontière d’Etat. La population des territoires frontaliers se confronte avec une haine féroce. L’Ukraine poursuit une politique de « dé russification » de son territoire. L’idéologie fasciste, ainsi que l’idée de vengeance et de restitution de « leurs terres » s’imposent dans les esprits. Les terres russes bourdonnent de rapports faisant état de violences contre les Russes en Ukraine. La situation devient explosive du seul fait que les liens familiaux entre Russes et Ukrainiens persistent. Dans la nouvelle Ukraine, leurs proches sont tués. En fin de compte, l’un ou l’autre côté déclenchera un autre conflit …

Prenons maintenant la troisième option. La plus belle à première vue. L’Ukraine reconnaît comme russes les territoires qui font désormais déjà partie de la Russie. Les territoires habités par des Russes reçoivent les mêmes droits que ceux de langue ukrainienne. La langue russe est reconnue comme langue officielle dans ces territoires. La « banderisation » de ces territoires est suspendue. Je vais même décrire les points de cet accord. Heureusement, il n’y en a qu’une quinzaine. Les six premiers sont les éléments techniques habituels, de portée générale. Trois autres points concernent la création de la police ukrainienne. Elle fonctionne selon les lois ukrainiennes, mais le chef de la police est nécessairement nommé parmi les citoyens russophones locaux. Les points restants concernent la langue, l’énergie, les communications, etc.

La version la plus récente de cette troisième option qui « pourrit rapidement » est l’exemple du Kosovo

Ce n’est pas en vain que j’ai cité les points du « meilleur » accord dans les négociations entre la Russie et l’Ukraine. Ne croyez pas que j’ai pris la liberté d’enseigner leur métier à nos diplomates. Tout est très simple. Un tel accord existe déjà, et depuis assez longtemps, car signé en avril 2013. Son titre ?  « Le premier accord sur les principes régissant la normalisation des relations entre les gouvernements de la Serbie et du Kosovo ». L’accord a été finalisé sur diverses questions de la vie à venir de ces républiques.

Curieusement, après avoir signé ces accords, les deux parties sont à la recherche constante des faits de violation par la partie adverse, ce qui conduit à des conflits assez fréquents entre la Serbie et le Kosovo. Les causes les plus courantes de réclamations contre le Kosovo concernent les trois municipalités du nord du Kosovo – Zvencan, Zubin Potok et Leposavich – ainsi que la ville de Kosovska Mitrovica, où les Serbes du Kosovo constituent la grande majorité. Nous appelons familièrement cette zone comme la « région du nord du Kosovo », alors que les Serbes utilisent leur propre appellation :  Ibar Kolasin.

L’aggravation que nous avons vue il y a quelques jours est probablement la plus dangereuse de toutes. Les deux camps étaient au bord de la guerre. En même temps, ni la Serbie ni le Kosovo ne veulent se battre. Voici un tel « gribouillis » de relations. Les Serbes du Kosovo ont amené la situation à un tel point que si du sang était versé à Ibar Kolasin, Belgrade devrait envoyer des troupes dans la région.

Maintenant, je vais exprimer un fait blasphématoire pour beaucoup. Les Serbes sont responsables de l’escalade actuelle. Ce sont les Serbes qui ont provoqué la situation. Je ne sais pas si cela a été convenu avec le président de la République de Serbie ou si les Serbes du Kosovo ont agi de leur propre initiative, mais le fait est que la situation s’est aggravée en raison d’une décision mal conçue (ou bien réfléchie) des Serbes du Kosovo.

Après la conclusion de l’accord, l’Occident a commencé à investir d’énormes sommes d’argent au Kosovo. Aujourd’hui, la situation à Pristina montre une vie bien plus riche que de nombreuses villes des Etats voisins. Les conséquences de la guerre sont pratiquement éliminées. La population reçoit des prêts bon marché pour la construction de maisons et le développement de leur propre entreprise, etc.
Tout le monde semble vivre de façon heureuse. Mais ça ne marche pas. Outre les territoires que j’ai énumérés ci-dessus, le reste du territoire du Kosovo est habité par des Albanais de souche. En laissant de côté les détails, on peut dire que, d’une part, les Serbes du Nord du Kosovo veulent une autonomie complète, et d’autre part, les Albanais ne sont pas désireux d’une telle « fédéralisation » du pays.

La crise qui a surgi aujourd’hui est précisément une conséquence de cette confrontation interne. En gros, les Serbes du Kosovo ont déséquilibré le système politique du Kosovo. Pour protester contre le retard de la fédéralisation. Et c’est un fait que les Serbes se sont retirés de toutes les autorités municipales. Ainsi, il n’y a tout simplement plus de pouvoir légal à Ibar Kolasin !

Que s’est-il passé ensuite ? Pristina ne pouvait pas permettre l’anarchie et a pris un certain nombre de mesures qui contredisent directement l’accord. Sur le territoire du nord du Kosovo, les forces spéciales albanaises ont commencé à mener des raids, ce qui est expressément interdit par l’accord. Les arrestations ont commencé. En réponse, les Serbes ont commencé à construire des barricades, bloquer des routes et des piquets de grève. Des unités de la KFOR, redéployées au nord du Kosovo, tentent de sauver la situation. Vous souvenez-vous des messages de cette époque ? Presque dans chacun d’eux, la « ligne rouge » était l’idée que personne ne contrôle la situation, qu’elle se développe d’elle-même et que la fin de tout cela reste inconnue. Cependant, après une violente explosion d’émotions, les événements se sont calmés. Il y avait une sorte de calme troublant.

Je ne veux pas approfondir la situation. Proposer des versions sur les actions des Albanais ou du président serbe. Là aussi, tout est assez confus et tordu. Les petits pays entourés de voisins puissants sont obligés de « faire demi-tour » et de s’adapter aux actions de ces voisins. Et la raison de toutes ces différences politiques, je pense, réside dans l’économie. J’observe, si je me fie aux rumeurs, que dans le nord du Kosovo, il existe des gisements de métaux de « terres rares » qui, dans les conditions des sanctions contre la Russie, sont nécessaires pour l’Europe et les États-Unis. Le contrôle de ces gisements donnera au gouvernement, qu’il soit serbe ou kosovar, un excellent atout pour discuter de la prochaine aide.

Permettez-moi de vous rappeler que l’Occident a déjà préparé le troisième paquet d’aide à la Serbie, conçu depuis plusieurs années. Je ne pense pas que le président Vucic ignore ce paquet et l’aide que l’Occident est prêt à apporter à son pays. De plus, je suis presque certain que cette aide a déjà été prise en compte dans le budget de la Serbie. Soit dit en passant, en rappelant les événements du week-end, lorsque les Serbes – dans leur désir d’aider les Serbes du Kosovo – ont tenté de percer le cordon de la police serbe à la frontière, les slogans qu’ils ont utilisés semblaient quelque peu étranges et décalés avec la réalité : « les Russes sont avec nous, les Russes nous aideront ».

Je me demande comment les Serbes voient cela, comment cela peut-il se faire sans avoir de frontière commune, sans accès à la mer et, par conséquent, des ports maritimes, entourés de pays de l’OTAN? Il n’y aura pas de prochain « lancer de parachutistes russes ». Il n’y a tout simplement pas de parachutistes russes à proximité. Et il n’y a aucun moyen de les amener sur le territoire de la Serbie. A moins, bien sûr, que le destin de la planète Terre ne soit en jeu. Je parle de la troisième guerre mondiale …

La pire chose qui puisse arriver est une tentative de la Serbie de résoudre le conflit par la force. Hier, le président de la Serbie a annoncé que le pays multipliait par quatre le nombre de ses forces spéciales. Un peu plus tôt, il a envoyé une demande à l’OTAN pour autoriser l’introduction de forces spéciales serbes d’un montant de 1.000 personnes sur le territoire du nord du Kosovo. Il est clair que le Kosovo ne pourra pas résister à l’armée serbe. Cependant, il me semble que dans ce cas, l’Albanie viendra en aide aux Albanais du Kosovo. La situation changera alors radicalement. Déjà la Serbie n’aura aucune chance. Mais surtout, la guerre éclatera à nouveau dans les Balkans. Et encore une fois, il faudra beaucoup d’efforts pour l’arrêter.

Il n’y aura pas de négociations : il y aura capitulation !

Lorsque j’ai commencé à préparer des documents sur la recherche de moyens de résoudre la crise ukrainienne, j’ai formulé ma conclusion sur cette situation. Hier, la déclaration du président Poutine et du ministre Choïgou ont confirmé son exactitude. Les dirigeants du pays sont arrivés aux mêmes conclusions que les miennes. Quel était l’essentiel des discours du président et du ministre ? Je voudrais souligner quelques idées principales.

Tout d’abord, que nous comprenions la menace de l’Occident. La menace d’une troisième guerre mondiale, une guerre mondiale d’anéantissement. Et nous ne reculerons pas. Si vous voulez la guerre, vous obtiendrez la guerre.

Voici une seconde conclusion : les négociations avec l’Occident mondial ne mèneront à rien simplement parce que nos adversaires ne sont pas prêts à reconnaître l’égalité des droits de l’Occident et de la Russie. Les dernières décennies de travail diplomatique ont montré la tromperie et la réticence à mettre en œuvre les décisions prises par l’Occident.

Venons-en maintenant à la situation actuelle. Les tâches et les objectifs du NWO n’ont pas changé. Nous n’avons abandonné aucun objectif, et l’armée les résoudra radicalement. Malgré l’opinion et les souhaits de l’Occident. Il n’y aura pas de négociations pour geler les hostilités. Il n’y aura pas non plus de concessions. Nous allons simplement nous battre et détruire …

Enfin, il y a des conclusions militaires spécifiques. L’armée sera renforcée. Les ressources qui y seront affectées seront augmentées. Cela vaut non seulement pour les ressources matérielles et financières, mais aussi pour les ressources humaines. Il s’ensuit que l’armée est à nouveau sur le point de se réformer sérieusement. Les raisons sont clairement nommées par Sergei Shoigu. Menace croissante de l’OTAN et lacunes identifiées lors de l’opération. Dans le même temps, le président de la Russie a souligné – c’est également important – qu’il n’y aura pas de « fanatisme » militariste ici. Les forces armées seront réformées sans pour autant porter préjudice aux autres secteurs de l’économie. S’y ajoute un autre constat quant à notre action militaire. Le ministère de la Défense reconnaît qu’il y a des lacunes dans la conduite des opérations. Il reconnait et accepte les critiques. C’est-à-dire que ce qu’on nous reproche souvent – les carences de ravitaillement, de formation, de mobilisation, etc. – est reconnu comme correct. Il ne s’agit pas de discréditer l’armée, mais d’aider à identifier les lacunes.

J’en viens donc maintenant à ma conclusion sur l’Ukraine : il n’y aura pas de négociations. La seule fois où le président ukrainien pourra s’asseoir à la table à côté du président russe – si, bien sûr, il le peut, étant donné que l’Ukraine, en attaquant Dmitri Rogozine et le Premier ministre de la RPD, Vitaly Khotsenko, a transformé ses propres politiciens en une « cible légitime » – sera pour signer un acte de capitulation sans condition.

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/12/30/il-ny-a-pas-doptions-pacifiques-pour-mettre-fin-a-loperation-militaire-russe-en-ukraine-par-alexandre-staver/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s