Au temps des vœux pieux

230101

Naturellement la tradition des vœux sincères que l’on échange entre amis ou en famille doit être ici défendue. Elle mérite mieux que l’usage des vœux officiels, hypocrites, creux et mensongers que formulent nos dirigeants. Portant eux-mêmes une grande part de responsabilités dans les nuisances dont nous souffrons, il leur faut une bonne dose de cynisme pour prétendre nous en souhaiter la guérison.

Je ne puis donc qu’adresser, bien sûr, en ce début d’année, tous mes vœux, de bonheur et de réussite à tous ceux qui manifestent l’indulgence et la patience de lire ces chroniques. Mais je leur souhaite surtout de penser et d’agir sur le plan civique de manière plus libre et plus responsable, de s’affranchir des abrutissions médiatique. Puisqu’il revient essentiellement à chacun de construire son destin, retroussons nos manches, aide-toi et le Ciel t’aidera. C’est le seul vœu sérieux et sincère.

Fantaisiste et trompeur, le message de soumission formulé ce 31 décembre par le p de la r ne paraît même pas conscient de la dégradation de tout ce qui autre fois marchait à peu près, voire même très bien, et faisait la fierté du pays et qui dès aujourd’hui se dégrade un peu plus. Commençons par le plus simple, le plus inattendu en ce début janvier : la poste par exemple qui ne s’engagera plus à délivrer des lettres, pourtant moins nombreuses, en 24 heures. Beaucoup plus grave le système de soins, jadis brillant, n’a cessé de souffrir de son étatisation et de sa bureaucratisation, entreprise il y a 25 ans par le plan Juppé. Le phénomène s’est aggravé d’année en année et plus particulièrement à la faveur du passage de Mme Buzyn puis du grotesque Véran, en dépit du prétendu « Ségur de la santé ». Énumérer les reculs : ferroviaire, agricole, nucléaire, voire touristique, quel domaine hier encore d’excellence française y échappe désormais ?

Le discours du « quoi qu’il en coûte » aura, depuis 2020, obéré les finances publiques françaises encore plus gravement et rapidement que la lente accumulation des gabegies socialistes.

Le règne du « en même temps » s’est un peu plus ridiculisé ce 31 décembre, par la contradiction entre les appels à l’unité et de l’annonce d’un réforme à laquelle les Français n’ont pas été préparée et dont la plupart d’entre eux ne voit, toutes catégories et tous statuts confondus que les désavantages, alors qu’il serait si simple de leur proposer tout simplement plus de liberté et moins de fiscalisme, ce à quoi se refusent nos « technocrates » [sans la moindre compétence « technique »] depuis 30 ans, depuis le  gouvernement Rocard.

La censure hier rampante, se resserre et s’affirme. La dictature du politiquement correct développe impunément ses exclusives répressives. Des menaces très précises visent plusieurs journalistes.

Des vœux pieux, par conséquent, peuvent-ils même être reçus comme un rituel annuel civiquement acceptable ? L’auteur de ces lignes ne le pense pas ! Ce dont ce pays a besoin c’est du réveil de ses citoyens.

JG Malliarakis 

https://www.insolent.fr/2023/01/au-temps-des-voeux-pieux.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s