Pensée criminelle ? Une femme arrêté au Royaume-Uni, accusée de « prière mentale » près d’un centre d’avortement

Vu sur MPI

Une femme a été arrêtée et fouillée, y compris dans les cheveux, pour avoir prié intérieurement, en silence, à proximité d’un centre pratiquant l’avortement. Les autorités envisagent de criminaliser la prière à proximité des centres d’avortement à travers le pays. Les partisans de l’avortement semblent être beaucoup plus conscients du pouvoir de la prière que de nombreux chrétiens.

Isabel Vaughan-Spruce, directrice de l’organisation March for Life au Royaume-Uni et bénévole qui soutient les femmes en situation de crise de grossesse, a été arrêtée par la police devant une clinique d’avortement à Birmingham.

Elle a été arrêtée et inculpée de quatre chefs d’accusation après avoir répondu « c’est possible » lorsque la police lui a demandé si elle priait pendant qu’elle se tenait debout, dans une rue publique, près d’un centre d’avortement.

La nouvelle loi votée par les autorités de Birmingham criminalise les personnes réputées « se livrer à tout acte d’approbation ou de désapprobation ou tentative d’acte d’approbation ou de désapprobation » en rapport avec l’avortement, y compris par « des moyens verbaux ou écrits, des prières ou des conseils« .

« J’ai été fouillée, détenue, interrogée et inculpée simplement pour avoir prié dans l’intimité de mon esprit. Les zones d’exclusion visent à interdire l’intimidation, qui est déjà illégale. Personne ne devrait être harcelé. Mais ce que j’ai fait était loin d’être nuisible : j’exerçais ma liberté de pensée, ma liberté de religion, dans l’intimité de mon esprit. Personne ne devrait être criminalisé pour avoir pensé et prié dans un espace public au Royaume-Uni« , a déclaré Isabel Vaughan-Spruce après son arrestation pour prière silencieuse.

Isabel Vaughan-Spruce ne portait aucune pancarte, ne brandissait pas de chapelet, ne priait pas à haute voix, n’était pas une position qui laissait penser qu’elle priait. Elle est restée complètement silencieuse, debout sur un trottoir, jusqu’à ce que les policiers l’abordent et lui montrent des photos d’elle-même à l’extérieur de la clinique d’avortement, lui demandant si elle priait.

« Ma foi est un élément fondamental de qui je suis, alors parfois je me tiens debout ou je marche près d’une clinique d’avortement et je prie à ce sujet. C’est quelque chose que je fais presque chaque semaine depuis les 20 dernières années de ma vie. Je prie pour mes amies qui ont avorté et pour les femmes qui envisagent de le faire elles-mêmes », a déclaré Vaughan-Spruce.

Un « crime de pensée » ?
Pendant son séjour au poste de police, on lui a montré des photos d’elle dans les environs du centre d’avortement. Elle a dit qu’elle ne se souvenait pas si elle priait à ces moments précis, ou si ces photos avaient été prises à des moments où elle était distraite et pensait à d’autres choses, comme son déjeuner. Elle soutient que toutes ses pensées étaient paisibles et imperceptibles et qu’aucune ne devrait être pénalisée.

« L’expérience d’Isabel devrait profondément inquiéter tous ceux qui pensent que nos droits fondamentaux durement acquis méritent d’être protégés. Il est vraiment étonnant que la loi ait accordé aux autorités locales un pouvoir discrétionnaire si large et irresponsable que désormais, même des pensées jugées «mauvaises» peuvent conduire à des arrestations humiliantes et à des poursuites pénales », a déclaré Jeremiah Igunnubole, conseiller juridique d’ADF UK, l’organisation juridique qui soutient Isabel Vaughan.

« Une démocratie mature devrait être capable de faire la différence entre un comportement criminel et l’exercice pacifique de droits protégés par la Constitution. Femme de bonne réputation qui a inlassablement servi sa communauté en offrant une aide caritative aux femmes et aux enfants vulnérables, Isabel n’a pas été mieux traitée qu’une délinquante violente. L’augmentation récente de la législation et des ordonnances sur les zones de sécurité est un moment décisif dans notre pays. Nous devons nous demander si nous sommes un pays véritablement démocratique engagé à protéger l’exercice pacifique du droit à la liberté d’expression. Nous courons le risque sérieux de devenir somnambules dans une société qui accepte, normalise et même promeut la tyrannie », a-t-il poursuivi.

Dans le cadre de ses conditions de mise en liberté sous caution, Isabel Vaughan-Spruce a été informée qu’elle ne devait pas contacter un prêtre catholique local qui était également impliqué dans un travail pro-vie , une condition qui a ensuite été retirée.

« J’ai consacré une grande partie de ma vie à aider les femmes en situation de crise avec tout ce dont elles ont besoin pour prendre une décision éclairée sur la maternité. Je me consacre également à soutenir les femmes qui ont fait une fausse couche et à lutter contre les conséquences de celle-ci. J’ai tendu la main à de nombreuses femmes que j’ai pu aider au fil des ans, et cela me brise le cœur de savoir que tant d’autres vivent cela chaque jour », explique Vaughan-Spruce.

L’année dernière, une grand-mère de Liverpool a réussi à faire annuler son acte d’accusation après avoir été arrêtée et condamnée à une amende pour avoir prié en silence près d’un centre d’avortement lors d’une promenade pendant le confinement.

À Westminster, les députés envisagent de légiférer pour introduire des zones de censure en Angleterre et au Pays de Galles. L’article 9 du projet de loi sur l’ordre public, actuellement devant le Parlement, interdirait aux volontaires pro-vie d’ »influencer« , « conseiller« , « persuader« , « informer« , « prendre de la place » ou même « d’exprimer leur opinion » à proximité d’un centre d’avortement. Ceux qui enfreignent les règlements pourraient encourir des peines pouvant aller jusqu’à deux ans de prison.

Un examen gouvernemental de 2018 du travail des volontaires pro-vie en dehors des centres d’avortement a révélé que les cas de harcèlement sont rares et que la police a déjà le pouvoir de poursuivre les personnes qui se livrent à de telles activités. Les activités les plus courantes des groupes pro-vie sont la prière silencieuse ou l’offre de brochures sur le soutien caritatif disponible aux femmes qui souhaitent envisager des options alternatives à l’avortement.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s