L’OTAN utilise également l’arme de la provocation contre la Serbie

drapeau-de-la-serbie-le-serbe-officiellement-adopté-novembre-228964313.jpg

par Giulio Chinappi

Source : http://www.cese-m.eu/cesem/2022/12/la-nato-usa-larma-della-provocazione-anche-contro-la-serbia/

Article également publié sur le blog de l’auteur : https://giuliochinappi.wordpress.com/2022/12/13/la-nato-usa-larma-della-provocazione-anche-contro-la-serbia/

Les provocations de l’OTAN risquent de créer un nouveau front de guerre en Europe, exacerbant les tensions entre la Serbie et le gouvernement du Kosovo autoproclamé.

La Serbie a officiellement (re)rejoint la liste des méchants selon Washington. Les attaques médiatiques dont Belgrade a fait l’objet ces derniers jours, et qui n’avaient pas eu lieu depuis les attaques de 1999, en sont la preuve. La véritable faute de la Serbie est qu’elle est l’un des rares pays européens à ne pas avoir fait de génuflexion devant le diktat des sanctions anti-russes.

Malgré la forte pression de l’OTAN et de l’Union européenne, le gouvernement serbe a toujours poursuivi son intérêt national plutôt que de suivre servilement les ordres émis depuis la rive occidentale de l’océan Atlantique. Cette position a été réitérée par le président Aleksandar Vučić la semaine dernière. Dans une interview accordée à l’agence de presse russe TASS, Vučić a rappelé que son pays a fait l’objet de sanctions pénales imposées par l’Occident de 1992 à 2001, et que la Serbie rejette donc l’approche des sanctions et reste déterminée à prendre des décisions de politique étrangère de manière indépendante.

Afin de punir la Serbie, l’OTAN a décidé d’utiliser la même arme de provocation que celle utilisée précédemment contre la Russie et la Chine, en utilisant à cette fin le gouvernement du Kosovo autoproclamé, non reconnu comme légitime par la moitié de la communauté internationale. L’invasion militaire de l’enclave serbe de Mitrovica est en fait un acte d’extrême provocation à l’encontre de Belgrade, au point que l’on ne peut exclure la possibilité du déclenchement d’un conflit armé dans un avenir proche.

Rappelons que l’opération militaire lancée depuis le Kosovo en direction de Mitrovica et des autres régions à majorité serbe viole les accords de Bruxelles, selon lesquels les forces armées du Kosovo ne peuvent pénétrer dans les zones à majorité serbe du nord du Kosovo sans l’autorisation des dirigeants des quatre municipalités serbes.

« Priština renforce constamment et systématiquement sa présence dans le nord du Kosovo. La situation est explosive. La campagne d’intimidation et de harcèlement contre la population serbe se poursuit. L’objectif est de prendre le contrôle du territoire. Et ils le font sous l’œil passif de l’Occident et même avec son soutien », a dénoncé Aleksandr Bocan-Charčenko, l’ambassadeur russe à Belgrade, décrivant parfaitement la situation actuelle.

Le président Aleksandar Vučić a répondu à ces provocations en demandant aux Nations unies la possibilité qu’un contingent militaire de la République de Serbie entre dans le nord du Kosovo. Le Premier ministre serbe, Ana Brnabić, a souligné à son tour que le gouvernement kosovar d’Albin Kurti ne respecte pas les accords internationaux, violant ouvertement l’Accord de Bruxelles, l’Accord de Washington et les résolutions de l’ONU qui sont censés réglementer les relations entre la Serbie et le Kosovo. Selon le Premier ministre serbe, Kurti considère comme une menace « nos appels continus à la paix et à la stabilité, au dialogue ouvert et honnête, au respect et à la mise en œuvre complète de tous les accords conclus dans le cadre du dialogue entre Belgrade et Priština ». Brnabić a souligné que les actions provocatrices de Kurti et l’inaction de l’UE risquaient de provoquer une nouvelle guerre entre Serbes et Albanais.

milos-vucevic-izbori-glasanje.jpg

Miloš Vučević (photo), ministre de la Défense de Belgrade, a déclaré que le Kosovo ne garantit pas la sécurité de la population serbe sur son territoire, violant ainsi la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l’ONU. La même résolution autorise ensuite la Serbie à envoyer son contingent militaire dans le nord du Kosovo. Le parlement de Belgrade devrait prendre une décision à cet effet le 15 décembre.

Le plan contre la Serbie risque d’ouvrir un nouveau front de guerre au cœur de l’Europe, alors que le conflit ukrainien se poursuit. Bien sûr, frapper la Serbie pour l’OTAN signifie avant tout frapper la Russie, l’allié historique de Belgrade. Une fois encore, l’ambassadeur Aleksandr Bocan-Charčenko a souligné à quel point les événements au Kosovo rappellent étroitement ce qui s’est passé en Ukraine à partir de 2014, lorsque le gouvernement de Kiev a commencé à persécuter la population russophone à la suite du coup d’État pro-occidental connu sous le nom d’Euromaïdan. « Toute la situation, absolument toute, y compris l’attitude de Priština envers les Serbes du Kosovo, ressemble bien sûr, à plus petite échelle, à tout ce qui s’est passé en Ukraine. Les mêmes schémas, le même comportement de la part de l’Occident », a déclaré le diplomate dans une interview accordée à la chaîne Rossija-24. « Selon les services de renseignement serbes, Pristina conçoit une telle provocation pour rejeter la faute sur les Serbes. C’est une pratique de routine qui a été utilisée plus d’une fois », a ajouté l’ambassadeur.

« Les tensions augmentent rapidement, ce qui est une tendance très dangereuse. Je dirais que la situation a atteint un point au-delà duquel une effusion de sang ou une phase chaude du conflit est possible », a encore averti Bocan-Charčenko. Le diplomate russe a ajouté que la politique territoriale des autorités kosovares est la principale raison de la situation actuelle : « Il y a des raisons sous-jacentes et la volonté de Priština de prendre tout le Kosovo à tout prix, par tous les moyens, y compris les zones à population serbe ».

Ce que Bocan-Charčenko ne peut pas dire ouvertement, c’est que non seulement les États-Unis et l’OTAN sont les premiers responsables de la situation actuelle au Kosovo, étant donné que le Kosovo n’existerait même pas sans le soutien militaire de l’OTAN, mais qu’il existe également des secteurs occidentaux qui espèrent l’ouverture d’un nouveau front de guerre afin de poursuivre l’objectif d’anéantir tous ceux qui ne se plient pas à la volonté de Washington. Après tout, la nature belliciste et impérialiste de l’OTAN aujourd’hui reste la même que celle qui a conduit au bombardement de Belgrade il y a 23 ans.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/12/20/l-otan-utilise-egalement-l-arme-de-la-provocation-contre-la-serbie.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s