La Chine critique les États-Unis pour avoir mis sur liste noire de nombreux fabricants de puces, par Jeff Pao

Cet article est initialement paru sur le site asiatimes.com. Il n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier des Stratèges. 

Certains commentateurs chinois ont déclaré qu’il ne fallait pas trop s’inquiéter des sanctions américaines, car cela ne nuirait pas à la Chine tant que celle-ci pourrait produire des puces de 28 nm. Mais les analystes ont estimé que les fabricants de puces chinois subiraient un coup dur si le fabricant néerlandais d’équipements de puces, ASML, se trouvait confronté à l’interdiction de leur vendre sa lithographie dans l’ultraviolet profond (DUV).

Le BIS, et le du jeu protectionniste entre la « liste non vérifiée » et la « liste des entités »

YMTC et 30 autres entités chinoises, dont certaines entreprises de puces et de biotechnologie ainsi que des universités, ont été ajoutées à la « liste non vérifiée » (UVL) [1] du Bureau de l’Industrie et de la Sécurité (BIS) le 7 octobre dernier. Toutefois, certaines d’entre elles auraient pris l’initiative d’inviter des responsables commerciaux américains à vérifier leurs lignes de production dans le but de dégager leurs noms de cette liste. Le BIS a déclaré jeudi qu’un total de 25 sociétés chinoises avaient été retirées de sa liste non vérifiée, en raison de l’achèvement satisfaisant des contrôles d’utilisation finale et de la vérification, notamment en coopération avec le gouvernement chinois, de la bonne foi de ces entités.

Cependant, le BIS a également ajouté 36 entreprises chinoises à la liste (« The Entity List ») [2] qui applique des exigences de licence strictes restreignant sévèrement l’accès de ces entités aux produits, logiciels et technologies soumis aux réglementations sur l’administration des exportations. Le BIS a déclaré que YMTC et Shanghai Micro Electronics Equipment (Group) Co Ltd ont été déplacés de la « liste non vérifiée » (UVL) à la « liste des entités » (EL) car ces entreprises présentaient un risque important d’être impliqués dans des activités contraires à la sécurité nationale ou aux intérêts de politique étrangère des États-Unis. Le BIS a toutefois indiqué que ce changement n’était pas lié aux actions du gouvernement chinois empêchant la réalisation d’un contrôle d’utilisation finale.

Le BIS a également accusé YMTC, Yangtze Memory Technologies (Japan) Inc et Hefei Core Storage Electronic Ltd de fournir des produits aux parties figurant sur la « liste des entités » et sanctionné Huawei Technologies et Hangzhou Hikvision Digital Technology.

« Les règles d’aujourd’hui renforcent les efforts de l’administration Biden pour refuser à la République populaire de Chine l’accès aux technologies de pointe pour la modernisation militaire et les violations des droits de l’homme », a déclaré Thea Dwosh Rozman Kendler, secrétaire adjointe au commerce pour l’administration des exportations. En outre, le Congrès américain a adopté jeudi un projet de loi qui empêcherait le gouvernement américain d’acheter ou d’utiliser des semi-conducteurs produits par YMTC, SMIC et ChangXin Memory Technologies, des entités qui auraient des liens avec des organisations de sécurité et de renseignement de l’État chinois.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a réagi en déclarant que « Les États-Unis ont élargi le concept de sécurité nationale, abusé des mesures de contrôle des exportations, se sont livrés à un traitement discriminatoire et injuste contre les entreprises d’autres pays, et ont politisé et militarisé les problèmes économiques et scientifiques. Il s’agit de coercition économique flagrante et d’intimidation dans le domaine de la technologie ». Lundi, le ministère chinois du Commerce a annoncé qu’il avait déposé une plainte commerciale auprès de l’Organisation mondiale du commerce contre les États-Unis concernant ses mesures de contrôle des exportations de puces.

Il faudrait une décennie à la Chine pour construire sa propre lithographie mais le gouvernement a décidé d’investir massivement

Un commentateur basé au Jiangsu a écrit lundi dans un article que YMTC et ChangXin Memory Technologies avaient été sanctionnés alors que les États-Unis s’inquiétaient de leur solide croissance et de leurs percées technologiques ces dernières années. Il a déclaré que les deux entreprises pourraient perdre des clients dans le cadre des sanctions américaines, mais qu’elles survivraient et continueraient de croître à long terme.

En juillet, les États-Unis ont interdit aux fournisseurs américains d’outils de fabrication de puces, notamment KLA Corp, Lam Research Corp et Applied Materials Inc, d’expédier des outils capables de fabriquer des puces de 14 nm ou moins aux entreprises chinoises.

Li Qi, un chroniqueur chinois, a déclaré que l’impact négatif des sanctions américaines sur les entreprises de puces chinoises était gérable, car les géants des puces, tels que SMIC, ne recevaient en fait pas beaucoup de commandes de puces de 14 nm ou encore plus petites. Il a déclaré que les entreprises chinoises ne seraient affectées par aucune sanction une fois qu’elles pourraient fabriquer elles-mêmes des puces de 28 nm.

Andrew Wong – président et chef de la direction d’Anli Holdings et également analyste boursier – a déclaré que la technologie des semi-conducteurs en Chine était toujours en retard de cinq à dix ans sur celle des États-Unis et de l’Europe. Wong a déclaré que ce serait un coup dur pour les entreprises de puces chinoises si elles ne pouvaient pas acheter plus d’outils DUV à ASML, car il faudrait une décennie à la Chine pour construire sa propre lithographie. Selon les médias, le gouvernement chinois allait dépenser 1.000 milliards de yuans (143 milliards de dollars), principalement sous forme de subventions et d’avantages fiscaux, pour soutenir les entreprises qui développent ou fabriquent leurs propres semi-conducteurs au cours des cinq prochaines années.

Le Japon et les Pays-Bas devraient se joindre aux contrôles des Etats-Unis

Mardi, le Japon et les Pays-Bas auraient convenu en principe de se joindre aux contrôles des exportations de technologies dirigés par les États-Unis. Cependant, le directeur général d’ASML, Peter Wennink , a déclaré au journal néerlandais NRC que la société avait abandonné suffisamment de restrictions préexistantes sur ses ventes à la Chine, y compris une interdiction d’exporter sa lithographie aux ultraviolets extrêmes (EUV).

Un appel de la Chine à l’Europe pour un accord global sur l’investissement

Fu Cong, ambassadeur de Chine auprès de l’Union européenne, a déclaré vendredi lors d’une réunion virtuelle du dialogue Chine-UE des PDG et anciens hauts fonctionnaires que la Chine et l’Europe devraient travailler ensemble pour assurer un approvisionnement en produits fluide entre les zones. Fu a déclaré que le commerce normal ne devrait pas être perturbé par des questions politiques ou idéologiques. Le vice-Premier ministre chinois Liu He a déclaré que la Chine espérait travailler avec l’UE dans les domaines commercial, vert, numérique, financier et technologique. Liu a déclaré qu’il pensait que les deux parties trouveraient comment faire avancer l’accord global sur l’investissement entre la Chine et l’UE, qui avait été proposé en 2013 mais n’avait pas encore été signé.

[1] Les parties figurant sur la « liste non vérifiée » (UVL) ne sont pas éligibles pour recevoir des articles soumis aux réglementations de l’administration des exportations (EAR) au moyen d’une exception de licence. Source BIS
[2]La « liste des entités » identifie les parties étrangères auxquelles il est interdit de recevoir tout ou partie des articles soumis à l’EAR à moins que l’exportateur n’obtienne une licence. Ces parties présentent un plus grand risque de détournement vers des programmes d’armes de destruction massive (ADM), le terrorisme ou d’autres activités contraires à la sécurité nationale des États-Unis et/ou aux intérêts de la politique étrangère. Source BIS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s