Pourquoi l’offensive hivernale de Poutine entraînera l’entrée en guerre des États-Unis ?

par Mike Whitney

« La guerre en Ukraine n’est pas une fantaisie à la Call of Duty. C’est un élargissement de la tragédie humaine que l’expansion vers l’est de l’OTAN a créée. Les victimes ne vivent pas en Amérique du Nord. Elles vivent dans une région que la plupart des Américains ne peuvent pas trouver sur une carte. Washington a exhorté les Ukrainiens à se battre. Maintenant, Washington doit les exhorter à arrêter ». (Colonel Douglas MacGregorThe American Conservative)

Volodymyr Zelensky n’a pas traversé l’Atlantique pour pouvoir prononcer un discours devant le Congrès américain. Ce n’était pas le but de son voyage. Le véritable objectif était de produire un événement galvanisant qui créerait l’illusion d’un large soutien public à la guerre. C’est pourquoi le discours a été diffusé sur toutes les chaînes de médias grand public et c’est pourquoi le Congrès a salué Zelensky à plusieurs reprises par des applaudissements nourris. Une fois de plus, les cadres des élites voraces qui contrôlent les leviers politiques du pouvoir aux États-Unis, sont déterminés à entraîner le pays dans la guerre, c’est pourquoi ils dépeignent un « voyou en tenue de sport » travesti comme une figure churchillienne aux principes inébranlables. Ce ne sont que des relations publiques. Il s’agit d’une tentative pour obtenir un soutien en faveur d’un conflit qui impliquera bientôt de jeunes Américains, hommes et femmes, à qui l’on demandera de mourir pour que les riches élites puissent maintenir leur emprise sur le pouvoir mondial.

Le voyage de Zelensky au Capitole a été programmé pour coïncider avec l’offensive d’hiver de Poutine, qui devrait écraser les forces armées ukrainiennes et mettre fin rapidement à la guerre. L’administration Biden comprend la situation mais ne dispose pas des armes ou des effectifs nécessaires pour influer sur le résultat. Cela ne signifie pas, cependant, que Washington n’a pas de plan pour prolonger le conflit ou renforcer ses forces de combat. Il en a un, comme en témoigne la façon dont l’administration a rejeté les négociations à tout bout de champ. Ce que cela nous dit, c’est que Washington est toujours déterminé à vaincre la Russie, quel qu’en soit le prix. En termes pratiques, cela signifie que les États-Unis doivent créer un incident qui servira de justification à l’escalade. Cet incident pourrait être lié au voyage inattendu de Zelensky à Washington ou, peut-être, à la détonation d’un engin nucléaire quelque part en Ukraine. Voici un extrait d’un article paru sur RT :

« Le risque que Kiev tente de fabriquer une « bombe sale » demeure, a déclaré un haut diplomate russe. (…)

L’Ukraine a le potentiel nécessaire pour fabriquer une « bombe sale », cela ne demande pas beaucoup d’efforts. D’autant plus que l’Ukraine est une nation avancée en matière de technologie nucléaire depuis l’époque soviétique, [et] possède de nombreuses technologies et expertises », a déclaré Mikhail Ulyanov aux journalistes mercredi, cité par RIA Novosti. (…)

Le général Igor Kirillov, commandant de la branche militaire russe chargée de protéger les troupes contre les armes de destruction massive, a affirmé en octobre que Kiev était « au stade final » de la production d’une bombe sale »1.

Les moyens par lesquels un faux drapeau est mis en œuvre sont totalement hors de propos. Ce qui compte, c’est que – selon l’analyste politique John Mearsheimer – « Les États-Unis sont dans le coup pour gagner », c’est-à-dire que l’establishment de la politique étrangère américaine n’est pas prêt à laisser l’armée russe l’emporter en Ukraine et imposer son propre règlement. Ils vont trouver un moyen d’intensifier le conflit et d’amener des troupes étrangères sur le théâtre des opérations. Tel est l’objectif, et c’est ce qu’ils feront une fois qu’ils auront trouvé une excuse pour l’escalade. En résumé : Les États-Unis ne vont pas jeter l’éponge et abandonner le conflit. Il s’agit d’un projet à long terme qui pourrait s’éterniser pendant des années, voire des décennies.

L’analyste politique Kurt Nimmo pense que l’OTAN pourrait se joindre aux combats. Voici un court extrait du dernier article de Nimmo publié sur Global Research :

« Si l’on en croit Olga Lebedeva et Pravda.ru, l’OTAN est sur le point d’entrer en guerre en Ukraine.

« De telles annonces ont été entendues de la part de responsables du ministère polonais de la Défense, de l’état-major général de l’alliance de l’OTAN, d’officiers de l’armée française et (bien sûr) du ministère ukrainien de la Défense », selon Lebedeva.

« La raison principale serait la toute prochaine offensive générale russe que l’OTAN prépare et qui, selon elle, décimerait l’armée ukrainienne non seulement dans le Donbass mais aussi du côté de Kiev (de nombreuses unités russes sont en situation de combat en Biélorussie, aux frontières avec l’Ukraine) », explique le site russe Rusreinfo.ru.

Mais l’OTAN a toujours été très claire : l’Ukraine NE PEUT PAS PERDRE. Pour Washington, la seule solution serait donc que les forces de l’OTAN entrent en Ukraine, en espérant que cela mette fin à l’offensive russe. Le calcul est que Vladimir Poutine ne voudra pas affronter directement l’OTAN avec les possibles conséquences (nucléaires), et qu’il battra donc en retraite »2.

Nimmo pourrait avoir raison, mais peut-être pas. Il me semble que l’OTAN est désespérément divisée sur la question. Un certain nombre de pays de l’OTAN ne participeront pas à une guerre contre la Russie, quelles que soient les circonstances ou les pressions exercées par la Maison-Blanche. Le scénario le plus probable a été présenté par le colonel Douglas MacGregor, qui l’a exposé dans un article paru mardi dans The American Conservative. Voici ce qu’il dit :

« Le soutien inconditionnel de l’administration Biden au régime de Zelensky à Kiev atteint un point d’inflexion stratégique qui n’est pas sans rappeler celui de Lyndon B. Johnson en 1965… Comme le Sud-Vietnam dans les années 1960, l’Ukraine est en train de perdre sa guerre contre la Russie… Le vrai danger maintenant est que Biden apparaisse bientôt à la télévision pour répéter la performance de Lyndon B. Johnson en 1965, en remplaçant le mot « Ukraine » par « Sud-Vietnam » :

« Ce soir, mes compatriotes américains, je veux vous parler de la liberté, de la démocratie et de la lutte du peuple ukrainien pour la victoire. Aucune autre question ne préoccupe autant notre peuple. Aucun autre rêve n’absorbe autant les millions de personnes qui vivent en Ukraine et en Europe de l’Est… Cependant, je ne parle pas d’une attaque de l’OTAN contre la Russie. Je propose plutôt d’envoyer en Ukraine une coalition de volontaires dirigée par les États-Unis, composée de forces armées américaines, polonaises et roumaines, afin d’établir l’équivalent terrestre d’une « zone d’exclusion aérienne ». La mission que je propose est pacifique et vise à créer une zone de sécurité dans la partie la plus occidentale de l’Ukraine pour les forces ukrainiennes et les réfugiés qui luttent pour survivre aux attaques dévastatrices de la Russie… »

Les gouvernements de l’OTAN sont divisés dans leur réflexion sur la guerre en Ukraine. À l’exception de la Pologne et, peut-être, de la Roumanie, aucun des membres de l’OTAN n’est pressé de mobiliser ses forces pour une longue et épuisante guerre d’usure avec la Russie en Ukraine. Personne à Londres, Paris ou Berlin ne veut courir le risque d’une guerre nucléaire avec Moscou. Les Américains ne sont pas favorables à une guerre avec la Russie, et les rares qui le sont sont des idéologues, des opportunistes politiques superficiels ou des entrepreneurs cupides de la défense »3.

Voici, à mon avis, le scénario le plus plausible. L’administration Biden fera appel à une poignée de pays qui accepteront de déployer des troupes dans l’ouest de l’Ukraine, ostensiblement pour des raisons humanitaires. Dans le même temps, elle permettra aux forces ukrainiennes disparates de poursuivre le bombardement aléatoire des zones contrôlées par la Russie ainsi que des sites situés sur le sol russe. Il y aura sans aucun doute un effort pour contrôler le ciel de l’Ukraine occidentale (zone d’exclusion aérienne) et pour mener des attaques contre les formations russes à l’est. Plus important encore, les lignes de ravitaillement vitales en provenance de Pologne resteront ouvertes pour permettre le flux d’hommes, de munitions et d’armes mortelles vers le front. MacGregor semble anticiper ces développements au vu de ses commentaires au début de l’article. Voici ce qu’il a dit :

« Lors d’un discours prononcé le 29 novembre, le vice-ministre polonais de la Défense nationale (MON) Marcin Ociepa a déclaré : « La probabilité d’une guerre dans laquelle nous serons impliqués est très élevée. Trop élevée pour que nous ne traitions ce scénario que de manière hypothétique ». Le MON polonais prévoirait de rappeler 200 000 réservistes en 2023 pour un entraînement de quelques semaines, mais les observateurs à Varsovie soupçonnent que cette action pourrait facilement conduire à une mobilisation nationale.

Pendant ce temps, au sein de l’administration Biden, on craint de plus en plus que l’effort de guerre ukrainien ne s’effondre sous le poids d’une offensive russe. Et alors que le sol du sud de l’Ukraine gèle enfin, les craintes de l’administration sont justifiées. Dans une interview publiée dans The Economist, le chef des forces armées ukrainiennes, le général Valery Zaluzhny, a admis que la mobilisation et les tactiques russes fonctionnent. Il a même laissé entendre que les forces ukrainiennes pourraient être incapables de résister à l’assaut russe à venir »[3].

Le plan visant à attirer la Russie dans une guerre en Ukraine remonte à au moins une décennie. Et ce que nous savons maintenant, grâce aux commentaires de l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel, c’est que Washington n’a jamais cherché une résolution pacifique du conflit, mais a travaillé sans relâche pour installer à Kiev un régime haïssant la Russie qui l’aiderait à poursuivre sa guerre contre elle. Le rassemblement de près de 600 000 troupes de combat russes en Ukraine ou dans les environs menace de faire dérailler la stratégie de Washington et de terminer la guerre selon les termes de la Russie. Washington ne peut pas permettre que cela se produise. Elle ne peut pas permettre au monde de voir qu’elle a été battue par la Russie. Washington doit donc poursuivre la seule option qui lui reste, à savoir le déploiement de troupes américaines en Ukraine.

Peut-être que le sang-froid l’emportera et que l’administration se retirera du gouffre, mais nous pensons que c’est très peu probable. Nous pensons que la décision a déjà été prise : Nous pensons que les États-Unis vont entrer en guerre contre la Russie.

source : The Unz Review

traduction Réseau International

  1. « La menace radioactive de Kiev persiste – Moscou », RT
  2. « L’OTAN décide d’attaquer la Russie en Ukraine – L’Ukraine est incapable de vaincre la Russie. La prochaine étape est l’implication directe de l’OTAN », Kurt Nimmo, Global Research
  3. « Washington prolonge la souffrance de l’Ukraine », Colonel Douglas MacGregor, The American Conservative

https://reseauinternational.net/pourquoi-loffensive-hivernale-de-poutine-entrainera-lentree-en-guerre-des-etats-unis/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s