Les forces ukrainiennes se font décimer à Bakhmout, ville sur le point de tomber entre les mains des Russes

par Al Manar

La ville de Bakhmout (Bakhmut) ville du Donbass dans l’est, connue sous le nom Artyomovsk, serait sur le point de tomber entre les mains de l’armée russe et de ses alliés qui ont enfoncé les fortifications qui ralentissaient leur progression.

La télévision française LCI déclarait vendredi que les Russes sont entrés dans la ville.

« Avec de l’artillerie et des chars obsolètes, les soldats ukrainiens défendent le secteur le plus difficile du front du pays », rapporte le média allemand Bild, qui s’est rendu à Bakhmout. « Les Ukrainiens ripostent au mieux de leurs capacités. Ils tirent avec tout ce qui fonctionne. Les munitions se font rares », décrit le journal.

Depuis le retrait des forces russes de la ville de Kherson dans le sud de l’Ukraine, l’essentiel des combats se déroulait sur la ligne de front de l’est du pays. Dans la région de Donetsk, les affrontements concernent particulièrement les abords de la ville de Bakhmout, que la Russie tente de conquérir depuis l’été.

Selon les médias occidentaux, la bataille s’est encore intensifiée ces derniers jours et l’armée russe a réussi une percée mais les forces ukrainiennes ont lancé une contre-offensive et réussi à la repousser.

L’armée ukrainienne se fait décimer dans cette ville

Des experts occidentaux assurent que les pertes quotidiennes des forces armées ukrainiennes près de Bakhmut atteignent un bataillon (500 à 800 personnes), les hôpitaux de Konstantinovka sont surpeuplés et les écoles sont converties en hôpitaux

Alors que les médias occidentaux décrivent cette ville comme un champ de ruines, les images postées par le média russe sur Telegram Intel Slava ne la montrent pas ainsi. 

Selon le site Intel Slava, les Ukrainiens ont creusé des tranchées dans le centre de la ville en préparation à l’entrée des forces russes, notamment de la force Wagner.

Des sites militaro-industriels et énergétiques ukrainiens bombardés

Vendredi 16 décembre, la Russie a déclaré avoir bombardé plusieurs postes ainsi que des sites militaro-industriels et énergétiques de l’Ukraine. Et ce, deux jours après un attentat contre le pont russe de Crimée, qu’elle impute à Kiev.

Selon l’agence russe Sputnik, les frappes ont déclenché une alerte aérienne qui est parti de l’est pour rapidement englober le reste du territoire ukrainien.

Le ministère russe de la Défense indique que les bombardements ont interrompu le transfert d’armes étrangères ainsi que le déplacement de troupes de réserve vers les zones de combat. De même, plusieurs usines ukrainiennes de production d’armes et d’équipements militaires ont suspendu leurs activités.

« 4 stations radar de systèmes de missiles anti-aériens ukrainiens S-300 ont été détruites dans la région de Zaporojie et 3 missiles du système Ouragan ont été interceptés dans la même région », précise aussi le ministère russe.

Il est aussi question que l’armée russe a détruit un point de déploiement temporaire de mercenaires étrangers sur l’axe de Krasny Liman.

3 lots de bombardements

Les médias russes ont rapporté que les bombardements se sont concentrés sur 3 lots : le premier via des missiles de croisière, visant à distraire les défenses antiaériennes de l’Ukraine, les médias occidentaux ont rapporté que « les défenses ukrainiennes ont réussi à les abattre », le second a ciblé les défenses antiaériennes, leurs radars et leurs batteries S – 300, et le troisième a ciblé des installations énergétiques.

Les villes ukrainiennes bombardées

Selon plusieurs rapports occidentaux et médias ukrainiens, les explosions se sont concentrées dans la capitale Kiev, Kharkiv (Kharkov), Nikolaev, Dnepropetrovsk, Zaporozhye (Zaporojiye), Kirovograd et Poltava.

Selon l’AFP, une quarantaine de missiles russes ont frappé plusieurs villes d’Ukraine, avec des explosions entendues dans le centre de Kiev et des coupures de courant signalées dans plusieurs localités du pays.

Il est question que d’importantes infrastructures dans les régions de Kharkiv (nord-est) et de Ternopil avaient été endommagées et qu’un certain nombre de tronçons de chemin de fer dans les régions de Kharkiv, Kirovograd et Dnepropetrovsk ont cessé de fonctionner.

Le ministre ukrainien de l’Énergie, German Galushchenko, a confirmé la destruction d’un grand nombre d’installations énergétiques dans l’Est et le sud du pays, où les médias ukrainiens ont dénombré plus de 70 missiles russes.

La centrale électrique Krivorozhskaya, à combustible solide la plus puissante d’Europe, a été frappée.

Selon Donbass Insider, une explosion s’est produite à Malotaranovka, un village près de Kramatorsk, dans la région de Donetsk, contrôlé par les Forces armées ukrainiennes, et où se trouve une grande base des néonazis ukrainiens.

Les pertes ukrainiennes du 16 décembre

S’agissant du bilan des pertes ukrainiennes du vendredi 16 décembre, le ministère de la Défense russe rend compte de 135 soldats, dont 2 groupes de sabotage et de renseignement, et de la destruction de 13 véhicules, 5 blindés, 4 stations radar de système S-300, et de l’interception de 4 projectiles de HIMARS, de 3 d’Ouragan et 2 drones.

Vue aérienne de Maryinka où des combats acharnés ont toujours lieu. Pour rappel 80% de la localité est désormais sous contrôle russe.

Bombardement ukrainien de Donetsk

Pour le deuxième jour consécutif, les forces ukrainiennes ont pilonné le vendredi 16 décembre à 31 reprises la République populaire de Donetsk, en tirant 157 projectiles et roquettes.

Un des cratères laissés par le bombardement de Donetsk ce matin par l’armée ukrainienne, dans l’avenue Mira.

Des lance-roquettes multiples tchèques RM-70 « Vampire », armés de roquettes EXP-122 fournies à l’Ukraine par la Slovaquie ont été utilisées dans ces bombardements qui ont fait deux morts et 14 blessés dont un enfant et un adolescent, et endommagé de nombreuses habitations.

Lougansk

La situation est moins tendue à Lougansk, ou une ville non loin d’elle a été touchée par 3 projectiles de HIMARS tirés par l’armée ukrainienne, selon le Centre de contrôle pour les crimes de guerre ukrainiens.

Le ministère russe a en outre précisé que 4 missiles du système de lancement de missiles HIMARS ont été abattus au-dessus de Lougansk.

source : Al Manar

https://reseauinternational.net/les-forces-ukrainiennes-se-font-decimer-a-bakhmout-ville-sur-le-point-de-tomber-entre-les-mains-des-russes/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s