Les « points chauds » de la planète : où pourrait éclater la prochaine guerre?

mardi, 13 décembre 2022
Andrea Muratore 

Source

Ces dernières années, la guerre du Haut-Karabakh d’abord, puis le violent conflit en Ukraine ont enflammé des scénarios jugés critiques pour l’ordre international par les analystes et les décideurs. 

Les guerres préventives déclenchées par l’Azerbaïdjan et la Russie contre, respectivement, l’Arménie et l’Ukraine ont montré le retour du recours à la force comme moyen de résoudre les conflits entre États avec une véhémence jamais vue depuis la fin de la guerre froide.

La fin du bipolarisme et l’évanouissement rapide de l’utopie unipolaire du monde dirigé par les États-Unis ont conduit l’ordre mondial à se transformer en un grand désordre international, anarchique et sans règles précises. Cela a alimenté les poussées de tension dans le contexte d’une rupture de plus en plus progressive des freins et contrepoids qui délimitaient l’équilibre des pouvoirs. Le déclin du bipolarisme et les scénarios de guerre hybride et économique qui ont émergé dans divers contextes ont fait le reste, mettant essentiellement en contact les puissances dans diverses régions du monde. Conflits gelés ou de faible intensité sur le point de se réveiller, régions du monde âprement disputées entre puissances, points de contact entre anciens et nouveaux empires revenus s’affronter, zones à revendications politiques multiples : les zones de tension où la prochaine guerre pourrait éclater sont nombreuses.

 

Carte par Alberto Bellotto: les zones de tension dans le monde. Le théâtre finlandais et baltique rapproche la possibilité d’un conflit en Europe centrale et occidentale.
Syrie, Libye, Yémen : trois « bombes » non désamorcéesLe Grand Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont les premières zones à être soigneusement évaluées. Celle de Syrie, dont il a été question récemment dans ces colonnes, est la plus violente des guerres gelées sans issue définitive, même si formellement personne ne met plus en péril le maintien au pouvoir du régime alaouite de Bachar el-Assad. Le pays peine à retrouver son unité, et la reprise des opérations turques contre les Kurdes du Rojava nous a récemment rappelé à quel point ce pays tourmenté du Moyen-Orient présente définitivement des problèmes de stabilité.
Outre la Syrie, le Yémen et la Libye sont aussi des pays déchirés par leurs propres guerres civiles dont la priorité est aujourd’hui de sortir du bourbier qui les voit comme des zones de conflits et de guerres par procuration entre des mosaïques hétéroclites de puissances. Bien que n’étant pas à l’ordre du jour des conflits directs entre États, ces trois nations correspondent à autant de « trous noirs » géopolitiques et stratégiques, sources de tensions pour l’ordre international, à l’instar d’une autre zone souvent sous-estimée, le Sahel. 



Carte par Alberto Bellotto. Erratum: à la place du mot « Gabon », il faut évidemment écrire « Sénégal ».
Etats-Unis et Chine, le front du Pacifique
Bien entendu, les « trous noirs » peuvent être problématiques pour les litiges liés à d’éventuels effondrements d’États ou à l’infiltration de terroristes dans des pays à l’institutionnalisation réduite. Mais le vrai problème, aujourd’hui, reste les points de contact possibles entre les grandes puissances. Des espaces où le risque de confrontation entre blocs de pouvoir est direct.
La première pensée qui vient à l’esprit est évidemment la mer de Chine méridionale et le bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Ces derniers mois, les exercices navals de Pékin dans le détroit de Taïwan et la visite de la présidente de la Chambre des représentants de Washington, Nancy Pelosi, sur l’île considérée comme une « province rebelle » par Pékin ont marqué les tensions et la rivalité politique entre les deux géants.
Depuis le début de l’année 2022, la Chine a complètement militarisé avec ses propres forces trois des nombreuses îles qu’elle a construites dans la mer de Chine méridionale contestée, les armant de systèmes de missiles de différents types, en premier lieu l’anti-navire Donfeng-21. Le Guardian rappelle que lors de l’effort décisif de la Chine en mars pour « armer » ses territoires artificiels, « le commandant américain pour l’Indo-Pacifique, l’amiral John C. Aquilino, a déclaré que les actions hostiles contrastaient fortement avec les assurances antérieures du président chinois Xi Jinping selon lesquelles Pékin ne transformerait pas les îles artificielles dans les eaux contestées en bases militaires ».
Dans les îles Spratley, disputées avec plusieurs autres nations de la région, en premier lieu les Philippines et le Vietnam, la Chine utilise des bateaux de pêche comme élément de projection. En moyenne, ils jettent l’ancre dans l’archipel contesté de l’Indo-Pacifique pendant au moins neuf mois de l’année.
Washington répond par un système complexe de présence navale. Le commandement du Pacifique, qui gère également les opérations dans l’océan Indien, dispose de deux flottes, la troisième et la septième, avec les porte-avions Nimitz, Carl Vinson, Ronald Reagan et Theodore Roosevelt déployés à San Diego et l’Abraham Lincoln à Yokosuka, au Japon. En plus de Taïwan, armée jusqu’aux dents pour se défendre, Washington compte évidemment sur le Japon, le Vietnam, qu’ils ont redécouvert, et la base aérienne et navale de Guam pour contenir la Chine. 
 

Carte par Alberto Bellotto
Cachemire et Kouriles, terres contestées
Toujours en Asie, il existe des contextes dans lesquels les différends territoriaux jouent le rôle principal et peuvent élever la barre de la confrontation entre puissances. L’agression de la Russie contre l’Ukraine et la mort tragique de Shinzo Abe, par exemple, ont rallumé les projecteurs sur la revendication du Japon concernant les îles Kouriles « arrachées » à Tokyo par l’Union soviétique après la brève guerre de Moscou contre l’Empire japonais en août 1945.
L’assassinat d’Abe a privé le Japon du seul homme d’État qui avait tenté une stratégie diplomatique pour s’approcher progressivement d’un règlement de la question avec la Russie. Le regain de tensions de ces derniers mois ajoute une zone de tension en Extrême-Orient.
La situation au Cachemire, disputé entre l’Inde et le Pakistan, dont New Delhi contrôle une partie importante, est encore plus problématique. L’Inde et le Pakistan ont tenté à plusieurs reprises d’entamer des dialogues pour résoudre le statut contesté de la région, qui fait l’objet de discussions depuis 1947, et se sont affrontés à quatre reprises dans le passé (1948, 1965, 1971 et 1998). Le véritable épicentre d’un conflit potentiellement dévastateur à l’échelle mondiale se trouve ici, où la tension est toujours à son comble entre deux puissances nucléaires.
La Baltique : la nouvelle « mer chaude »
L’Europe n’est pas exempte de la présence de tels « points chauds », et après le tournant du 24 février 2022, jour de l’invasion de l’Ukraine, le nouveau « lac » atlantique, la mer Baltique, est devenu le point de confrontation le plus critique entre le camp euro-atlantique et la Fédération de Russie.
La Baltique est la région où se trouve la ligne d’expansion de l’OTAN, destinée à s’étendre à la Suède et à la Finlande dans les années à venir. Elle est affectée par la présence ostensible de la Russie à Kaliningrad et dans la région de Saint-Pétersbourg, qui est lourdement dotée en personnel. Elle dispose de la plus grande flotte russe de la région et des forces armées des pays européens les plus hostiles à Moscou : l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et surtout la Pologne. Elle est centrale pour les infrastructures énergétiques: le cas du Nord Stream endommagé, dans cette perspective, l’enseigne.
Et justement, la Baltique pourrait être l’épicentre des tensions dans les années à venir. Un pivot européen d’un grand désordre mondial dans lequel les petites et moyennes turbulences se doublent de grands défis. Et qui pourrait semer les graines de nouveaux conflits dans les années à venir.
Donnez-nous une autre minute de votre temps !
Si vous avez aimé l’article que vous venez de lire, demandez-vous : si je ne l’avais pas lu ici, l’aurais-je lu ailleurs ? S’il n’y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne seriez-vous pas capable de faire ? Nous travaillons chaque jour pour vous fournir des reportages de qualité et des rapports approfondis totalement gratuits. Mais le type de journalisme que nous faisons est tout sauf « bon marché ». Si vous pensez que nous valons la peine d’être encouragés et soutenus, faites-le maintenant.

euro-synergies 

https://by-jipp.blogspot.com/2022/12/les-points-chauds-de-la-planete-ou.html

https://by-jipp.blogspot.com/2022/12/les-points-chauds-de-la-planete-ou.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s