Le basculement géopolitique expliqué par Bhadrakumar

1- La grande divergence européenne a commencé

Noam Chomsky a écrit un jour que le coût astronomique des guerres de Bush-Obama en Irak et en Afghanistan, estimé à des milliers de milliards de dollars, est une victoire majeure pour Oussama ben Laden, dont l’objectif annoncé était de mettre l’Amérique en faillite en l’attirant dans un piège.

La guerre en Ukraine a également été planifiée comme un piège pour la Russie. Personne d’autre que le responsable de l’administration Bill Clinton pour la Russie, Strobe Talbot, n’a tweeté au début de cette année, lorsque les opérations militaires spéciales de la Russie ont commencé, pour féliciter l’équipe de politique étrangère du président Biden – Victoria Nuland, Antony Blinken et JakeSullivan – d’avoir réussi à coincer la Russie.

Talbot n’a pas appelé cela un piège. Car un piège n’est un piège que si vous n’en savez rien ; en revanche, si vous en savez quelque chose, c’est un défi. En 2014, la Russie savait déjà que les États-Unis et leurs alliés européens – la France, l’Allemagne et la Pologne – représentaient un défi pour ses intérêts de sécurité en Ukraine. L’annexion de la Crimée a été la réaction instinctive de la Russie.

Là où Talbot a commis une erreur, c’est que les États-Unis et leurs alliés ont sous-estimé la Russie, surestimé le piège et sous-estimé le fait qu’ils se sont surestimés eux-mêmes.

Pour récapituler, le soi-disant accord sur le règlement de la crise politique en Ukraine, signé par le président ukrainien de l’époque, Viktor Ianoukovitch, et les dirigeants de l’opposition parlementaire, sous la médiation de l’Union européenne et de la Russie, le 21 février 2014, a été formellement attesté en tant que garants par les ministres des affaires étrangères de l’Allemagne et de la Pologne et un fonctionnaire du ministère français des affaires étrangères, tandis que le représentant spécial de la Russie, bien que participant aux négociations, a refusé d’apposer sa signature sous le document.

Moscou n’était pas certain des intentions des trois “garants” occidentaux. Il est certain que dans les 24 heures qui ont suivi, le sol sous les pieds a changé de façon spectaculaire à Kiev après la prise de pouvoir par les manifestants armés soutenus par les services occidentaux. Jusqu’à aujourd’hui, les trois “garants” ne se sont pas souciés d’expliquer leur étrange acquiescement.

Mais il est bien connu que l’actuelle sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, a facilité la transition à Kiev en février et a même désigné le successeur de Yanukovich. (À propos, Nuland était à Kiev la semaine dernière au milieu des spéculations sur un autre changement de régime en Ukraine).

Tout cela devient pertinent aujourd’hui, alors que l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel, dans une série d’entretiens récemment accordés au Spiegel et à Die Zeit, a admis que l’accord de Minsk de 2014 qui a suivi pour régler la situation dans le Donbass n’était lui-même qu’”une tentative de gagner du temps pour l’Ukraine”. L’Ukraine a utilisé ce temps pour devenir plus forte, comme vous pouvez le voir aujourd’hui. L’Ukraine de 2014-2015 et l’Ukraine d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes.”

Angela Merkel a ajouté qu’”il était clair pour tout le monde” que le conflit était suspendu et que le problème n’était pas résolu, “mais c’est exactement ce qui a donné à l’Ukraine ce temps inestimable.” En effet, l’accord de Minsk était conçu comme une station de bord de route alors que les États-Unis poursuivaient l’agenda visant à introduire l’OTAN et à renforcer la capacité militaire de l’Ukraine pour éventuellement affronter la Russie.

Le président Poutine a affirmé à plusieurs reprises que la Russie n’avait d’autre choix que de réagir lorsque la “mission rampante” des États-Unis et de l’OTAN a commencé à se rapprocher de ses frontières occidentales. C’est également la raison pour laquelle la Russie ne peut se permettre de laisser une Ukraine anti-russe comme voisine. Si la guerre par procuration se poursuit, la Russie réduira l’Ukraine à un État croupion.

Et c’est là que les ennuis, les gros ennuis, nous attendent. Il est évident que les éléments nationalistes polonais, qui étaient plongés dans un profond sommeil, se réveillent et réfléchissent à la manière de restituer leurs soi-disant territoires historiques qui ont été confisqués par Joseph Staline après la Seconde Guerre mondiale et fusionnés avec l’Ukraine soviétique.

D’autre part, le revanchisme allemand est également apparent. Le chancelier Olaf Scholz a écrit un essai la semaine dernière dans Foreign Affairs dans lequel il souligne le nouvel “état d’esprit” à Berlin – comme il le dit – dans le contexte du “changement tectonique d’époque” vers “ce nouveau monde multipolaire, [alors que] différents pays et modèles de gouvernement se disputent le pouvoir et l’influence”.

L’Allemagne sent que son heure est venue, une fois de plus, de prendre la tête de la Mitteleuropa – terme allemand désignant l’Europe centrale. La vision prussienne de la Mitteleuropa était un imperium pangermaniste centré sur l’État, une idée qui a ensuite été adoptée sous une forme modifiée par les géopoliticiens nazis. Le plan de la Mitteleuropa consistait à réaliser une hégémonie économique et culturelle sur l’Europe centrale, puis à exploiter économiquement et financièrement cette région, en créant des États fantoches qui serviraient de tampon entre l’Allemagne et la Russie.

Scholz affirme dans son essai que l’Allemagne est sur la voie de la militarisation, qu’elle se débarrasse de ses inhibitions d’après-guerre et qu’elle va promouvoir les exportations d’armes dans l’espoir d’être “l’un des principaux fournisseurs de sécurité en Europe… en renforçant notre présence militaire sur le flanc oriental de l’OTAN”.

Il est clair qu’il n’y aura pas assez d’espace pour la Pologne et l’Allemagne en Ukraine occidentale. Si les nationalistes ukrainiens résisteront au revanchisme polonais, ils verront dans l’Allemagne un contrepoids à la Pologne. Il est utile de rappeler que l’histoire des Allemands de la mer Noire remonte à plus de 200 ans.

Le groupe de colons communément appelé “Allemands d’Odessa et de la mer Noire” était composé d’immigrants de l’ouest et du sud de l’Allemagne qui ont migré lors des invitations lancées par Catherine la Grande et le tsar Alexandre Ier pour coloniser de vastes régions de la Russie.

Scholz a écrit : “Poutine doit comprendre que pas une seule sanction ne sera levée si la Russie tente de dicter les termes d’un accord de paix… L’Allemagne est prête à conclure des accords pour soutenir la sécurité de l’Ukraine dans le cadre d’un éventuel accord de paix d’après-guerre. Nous n’accepterons cependant pas l’annexion illégale du territoire ukrainien… Pour mettre fin à cette guerre, la Russie doit retirer ses troupes.”

Poutine a peut-être répondu à Scholz – par inadvertance, bien sûr – lorsque, dans ses remarques de mercredi, il a déclaré que les opérations russes en Ukraine pourraient être “un long processus.” Poutine a déclaré que “de nouveaux territoires sont apparus – c’est toujours un résultat significatif pour la Russie, c’est une question sérieuse. Et, pour être honnête, la mer d’Azov est devenue la mer intérieure de la Fédération de Russie – ce sont des choses sérieuses.” Et, Poutine a fait remarquer : “Pierre Ier se battait encore pour atteindre la mer d’Azov.”

Scholz a ouvert une boîte de Pandore. Les fantômes de l’histoire allemande reviennent – et la question profonde de l’histoire européenne : Où sont les frontières de l’Allemagne ?

La Pologne a annoncé en octobre qu’elle souhaitait entamer des négociations avec l’Allemagne sur les réparations pendant la Seconde Guerre mondiale, et le ministère polonais des affaires étrangères a envoyé une note officielle à Berlin réclamant environ 1,3 billion d’euros de dommages et intérêts pour remédier aux effets de l’occupation de la Pologne par l’Allemagne nazie de 1939 à 1945.

Il est certain que l’affirmation de l’Allemagne sera un sujet d’inquiétude pour l’Europe de l’Ouest, en particulier pour la France et l’Italie.

Il est intéressant de noter que la nouvelle saison du théâtre de la Scala, dans la ville italienne de Milan, s’est ouverte jeudi avec la première de l’opéra Boris Godounov de Modeste Moussorgski, dont le rôle titre est interprété par l’éminent chanteur d’opéra russe Ildar Abdrazakov. Le président italien Sergio Mattarella, le Premier ministre Giorgia Meloni et la haute société italienne, notamment des hommes politiques, des hommes d’affaires, des acteurs, des réalisateurs, des créateurs de mode et des architectes, ont assisté à l’opéra russe.

L’Italie prend ses distances avec le discours russophobe en Europe. Une fois encore, le président français Emmanuel Macron a déclaré dimanche que l’Occident devait réfléchir à la manière de répondre au besoin de garanties de sécurité de la Russie.

2. Le retour des démons allemands? 

La visite de la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, à New Delhi s’est terminée de manière anti-climatique. Mme Baerbock a parlé avec éloquence de l’Allemagne comme d’un parangon de valeurs démocratiques et a revendiqué son affinité avec l’Inde. Elle espérait persuader le gouvernement Modi de se désengager du partenariat stratégique avec la Russie “autoritaire”.

Cependant, lorsque Mme Baerbock est rentrée chez elle, le chat était sorti du sac – une tentative de coup d’État (présumée) dans son pays par le groupe nationaliste d’extrême droite appelé mouvement “Reichsbuerger”, qui nie l’existence de l’État allemand moderne et ses entraves à la démocratie.

Les Reichsbürger utilisent des éléments des mythes de conspiration antisémites propagés par les nazis et sont attachés à l’idée que les frontières de l’Allemagne devraient être étendues pour inclure les territoires d’Europe de l’Est, qui ont été occupés sous le régime nazi.

La présence active de réseaux d’extrême droite au sein des agences de sécurité et des forces armées allemandes est connue depuis des années. En juillet de l’année dernière, la ministre de la défense de l’époque, Annegret Kramp-Karrenbauer, a dissous une compagnie entière des forces commando spéciales de l’armée allemande après plusieurs incidents d’extrême droite, au cours desquels le salut hitlérien interdit aurait été utilisé et de la musique d’extrême droite aurait été diffusée lors de fêtes.

C’est un secret de polichinelle que les adeptes de l’idéologie nazie ont trouvé refuge dans la société allemande au cours des années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. De nombreuses personnes issues du milieu nazi ont fini par accéder à des postes élevés. Et ils s’entraidaient secrètement pour se réhabiliter et rétablir leurs références et prospérer. Ces relations incestueuses entre les anciens nazis leur ont permis de jouir de privilèges bien supérieurs à ceux des Allemands moyens.

L’idéologie extrémiste et le revanchisme ont trouvé un terreau fertile dans les années 1920 et 1930 en Allemagne. Si la crise économique s’aggrave en Allemagne, des conditions similaires peuvent à nouveau apparaître. Il est certain que l’extrémisme est en hausse en Allemagne.

Cela dit, la plupart des gens soupçonnent que la répression des Reichsbürger est en grande partie du théâtre politique. Un coup d’État d’extrême droite est-il possible en Allemagne – une insurrection armée “pour éliminer l’ordre de base démocratique libre” en attaquant les politiciens, en prenant d’assaut les bâtiments parlementaires, en renversant le gouvernement fédéral, en dissolvant le système judiciaire et en usurpant l’armée ? Impossible.

Alors, que prépare le gouvernement de coalition dirigé par le chancelier Olaf Scholz ? Franchement, créer de tels mythes de conspiration sert à fragmenter l’opinion politique, qui fait boule de neige contre la politique du gouvernement Scholz. Deuxièmement, la répression des Reichsbürger peut se traduire par la suppression du parti politique Alternative pour la démocratie (AfD), qui améliore régulièrement ses résultats électoraux et est connu pour son opposition à l’UE et à l’atlantisme. Troisièmement, il s’agit d’une distraction utile à un moment où l’agitation sociale due à la crise économique (contrecoup des sanctions contre la Russie) pourrait déclencher des troubles politiques. Selon certaines informations, le gouvernement a mis les forces de police en état d’alerte.

Dans un article paru dans le magazine Foreign Affairs la semaine dernière, Scholz a ouvertement épousé la cause du militarisme. Il écrit : “Les Allemands ont l’intention de devenir le garant de la sécurité européenne… Le rôle crucial de l’Allemagne en ce moment est de s’imposer comme l’un des principaux fournisseurs de sécurité en Europe en investissant dans notre armée, en renforçant l’industrie européenne de la défense, en consolidant notre présence militaire sur le flanc oriental de l’OTAN… Le nouveau rôle de l’Allemagne nécessitera une nouvelle culture stratégique, et la stratégie de sécurité nationale que mon gouvernement adoptera dans quelques mois reflétera ce fait…

“Cette décision marque le changement le plus radical dans la politique de sécurité allemande depuis la création de la Bundeswehr en 1955… Ces changements reflètent un nouvel état d’esprit dans la société allemande… La Zeitenwende [mouvement tectonique] a également conduit mon gouvernement à reconsidérer un principe bien établi, vieux de plusieurs décennies, de la politique allemande en matière d’exportation d’armes. Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire récente de l’Allemagne, nous livrons des armes dans une guerre opposant deux pays… Et l’Allemagne continuera de respecter son engagement envers les accords de partage nucléaire de l’OTAN, notamment en achetant des avions de combat F-35 à double capacité…” [C’est nous qui soulignons].

Il écrit : “L’Allemagne est prête à conclure des accords pour soutenir la sécurité de l’Ukraine dans le cadre d’un éventuel règlement de paix d’après-guerre. Nous n’accepterons cependant pas l’annexion illégale du territoire ukrainien… Pour mettre fin à cette guerre, la Russie doit retirer ses troupes.”

Scholz va trop loin et néglige non seulement le passé d’agression de l’Allemagne en Europe de l’Est mais aussi ses faiblesses en tant que puissance militaire lorsqu’il présente le pays comme un rempart contre la Russie. Même en supposant que Scholz puisse trouver l’argent pour un programme de militarisation aussi ambitieux, l’Allemagne provoquerait des ondes de choc dans toute l’Europe si elle allait de l’avant avec un tel plan.

Tout en s’engageant sur cette voie militariste, l’Allemagne découple la France. L’axe franco-allemand a été le pilier de la politique européenne au cours des dernières décennies. Mais l’initiative de Scholz sur le bouclier aérien européen avec 14 autres États européens, qui vise à créer un système de défense aérienne commun en Europe, exclut la France ! Sur les questions de technologie de défense, la coopération de l’Allemagne avec la France passe rapidement au second plan.

Paris est également mécontent que la subvention de 200 milliards d’euros accordée par Scholz à l’industrie allemande ait été annoncée sans consulter la France. De même, la visite de Scholz à Pékin en novembre dernier, signe d’une volonté d’accepter les investissements chinois, a ignoré la suggestion du président français Emmanuel Macron de planifier une initiative conjointe franco-allemande en direction de la Chine.

Tout cela témoigne de l’ambition de Berlin d’assumer l’unification du leadership européen entre les mains des Allemands, tant en termes politiques qu’économiques. Un grand point d’interrogation plane sur l’avenir du traité d’Aix-la-Chapelle de 2018 signé par Macron et Angela Merkel, alors chancelière. M. Scholz estime que l’Union européenne devrait passer au vote à la majorité plutôt qu’à l’unanimité. En tant que puissance économique, l’Allemagne dispose d’un pouvoir immense et le plan de Scholz est de l’utiliser pour établir la prédominance du pays en Europe.

Mais il se heurtera à une résistance. La Hongrie s’oppose à de nouvelles sanctions européennes contre la Russie. Elle a opposé son veto à l’empressement de la Commission européenne à emprunter de l’argent (accumuler des dettes) pour financer l’économie défaillante de l’Ukraine et lutter contre la Russie. La récente déclaration du président français Emmanuel Macron selon laquelle toute architecture de sécurité européenne devrait “garantir” les intérêts de la Russie met également en évidence les lignes de fracture.

Il est intéressant de noter que le veto contre l’adhésion à Schengen de la Roumanie et de la Bulgarie est venu des Pays-Bas et de l’Autriche. L’argument est que ces deux pays n’ont pas mis en place des systèmes suffisamment robustes pour enregistrer les réfugiés à leurs frontières avec les pays non membres de l’UE. C’est dans la politique des réfugiés que l’Europe est la plus vulnérable et la plus divisée.

Parallèlement, le centre de gravité de la politique et de la géostratégie européennes s’est récemment déplacé vers la “Mitteleuropa” – l’Allemagne et ses voisins orientaux – à mesure que le conflit en Ukraine s’accélère. Alors que le tandem franco-allemand était autrefois le moteur de l’intégration européenne, Paris et Berlin sont désormais confrontés à la nécessité de chercher de nouveaux points d’appui au sein de l’UE, voire de choisir d’autres interlocuteurs.

Dans la période à venir, les principaux centres d’intérêt de l’Allemagne seront dirigés vers les frontières nord-est de l’Union européenne – la Pologne, les États baltes et la Finlande – ce qui, associé à la poursuite de l’assistance militaire à l’Ukraine, signifiera une plus grande “atlantisation” de la stratégie allemande.

Du point de vue de l’Inde, la Zeitenwende dont parle Scholz dans son essai implique également que l’approche allemande de l’Indo-Pacifique sera caractérisée par une réticence à rechercher la confrontation avec la Chine.

3. La visite de Xi Jinping en Arabie saoudite est un tremblement de terre! 

Les ministères des affaires étrangères des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite ont publié jeudi une déclaration commune annonçant “le succès de la médiation menée par le président des Émirats arabes unis, Cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman bin Abdulaziz pour la libération et l’échange de deux prisonniers entre les États-Unis et la Russie”. Les deux États arabes du Golfe ont déclaré que “le succès des efforts de médiation était le reflet de l’amitié mutuelle et solide entre leurs deux pays et les États-Unis et la Russie”. Leur déclaration souligne le “rôle important joué par les dirigeants des deux pays frères dans la promotion du dialogue entre toutes les parties”. En conclusion, les ministères des affaires étrangères ont exprimé “la gratitude de leurs gouvernements respectifs envers les gouvernements des États-Unis et de la Russie pour leur coopération et leur réponse, ainsi que pour les efforts de médiation conjoints déployés par les dirigeants des deux pays”.

L’Arabie saoudite protège ses propres intérêts dans un ordre mondial en transition en optant pour un ensemble de relations multiformes. L’Inde a beaucoup à apprendre de cela.

Sans aucun doute, ce fut un moment de fierté pour la diplomatie émiratie et saoudienne que d’avoir servi de médiateur entre deux superpuissances en guerre. Mais cela n’a pas duré longtemps. Dans les heures qui ont suivi, Karine Jean-Pierre, secrétaire de presse de la Maison Blanche, a déclaré sans ambages que “cette négociation était entre le gouvernement américain et la Russie”. Elle a refusé de reconnaître un quelconque rôle au prince Salman et a insisté sur le fait que “les seuls pays qui ont réellement négocié cet accord sont les États-Unis et la Russie”.

Au contraire, le Kremlin a remercié l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis d’avoir facilité l’échange de prisonniers très médiatisé. Le porte-parole Dmitri Peskov a déclaré : “Nous apprécions hautement le rôle des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, qui apportent traditionnellement une contribution importante à ce type de processus.

Les néoconservateurs de Washington détestent qu’on les voie demander l’aide de deux “autocrates” sur une question de droits de l’homme, alors qu’il s’agit de deux des plus proches alliés historiques des États-Unis en Asie occidentale. Cela témoigne du changement tectonique dans la géopolitique de la région du Golfe. Ce changement dans le voisinage étendu de l’Inde a un impact sur ses intérêts fondamentaux.

La toile de fond n’est pas moins spectaculaire : une grande cérémonie d’accueil à Riyad pour le président chinois Xi Jinping, avec la traditionnelle Al-Ardha (danse de l’épée) au palais de Murabba ; un accord entre l’Arabie saoudite et la Chine proclamant un partenariat stratégique global ; la décision de tenir des sommets bisannuels entre les deux chefs d’État ; 34 accords d’investissement dans les domaines de l’énergie verte, du transport, de la logistique, de l’industrie médicale et de la construction ; jumelage de la Vision 2030 avec l’initiative chinoise BRI ; protocole d’accord avec Huawei pour renforcer les investissements dans le cloud computing et établir des infrastructures industrielles intelligentes dans les principales villes saoudiennes ; plate-forme saoudienne pour les entreprises chinoises opérant dans la région, etc.

Selon le Middle East Eye, la visite de Xi “élèvera ces synergies économiques à un nouveau niveau et un éventuel accord de libre-échange, des transactions pétrolières en yuan et l’adhésion aux BRICS Plus renforceraient considérablement les liens entre le Golfe et la Chine et remettraient en question l’hégémonie américaine”. Cette visite témoigne de l’influence croissante de Pékin en Asie occidentale, dans un contexte de relations américano-saoudiennes très tendues, suite au refus de l’Arabie saoudite d’accéder aux supplications du président Biden pour que le royaume augmente sa production de pétrole et au rejet par Riyad des demandes américaines de réduire les liens avec la Chine et la Russie.

Pendant la visite de Xi, l’Arabie saoudite a accueilli deux sommets avec les dirigeants du Golfe et des pays arabes. Dans le Golfe, on estime que les États-Unis sont de plus en plus distants et qu’ils se tournent vers d’autres régions, et que la Chine est l’un des pays les plus désireux de combler ce vide. L’Arabie saoudite est en tête de liste des destinations des investissements étrangers chinois annoncés dans la région du Golfe au cours des 20 dernières années, avec un total de 106,5 milliards de dollars, devant le Koweït avec 97,6 milliards de dollars et les Émirats arabes unis avec 46 milliards de dollars, selon les données de Janes IntelTrak. L’Arabie saoudite est le premier fournisseur de brut de la Chine et la Chine est le premier partenaire commercial du royaume.

Sans surprise, le pétrole a occupé une place importante dans la visite de M. Xi, bien que les relations de la Chine avec le royaume et d’autres pays du Golfe aient dépassé le cadre du pétrole ces dernières années, notamment en matière de technologie. Les États-Unis ont proposé de travailler avec Riyad sur la technologie 5G, mais les élites saoudiennes – contrairement à celles de l’Inde – refusent d’être captives de la technologie occidentale. Les hackers américains ont également été soulevés par les spéculations selon lesquelles l’Arabie saoudite pourrait passer au règlement de ses échanges avec la Chine en renminbi.

En optant pour un ensemble de relations multiformes, l’Arabie saoudite ne fait que protéger ses propres intérêts et son avenir dans un ordre mondial en transition. Les Saoudiens voient leur avenir à l’Est, essentiellement sur la base d’intérêts économiques. L’Inde a beaucoup à apprendre de cela. Un autre enseignement clé est qu’en Asie occidentale, le rôle des acteurs extérieurs a fortement diminué et que l’interaction des acteurs régionaux devient la force motrice. Les espoirs et les attentes mal placés de l’Inde, ancrés dans les formats régionaux dirigés par les États-Unis, tels que les accords d’Abraham, I2U2 et le commandement central des forces navales américaines (NAVCENT) à Bahreïn, semblent irréalistes et dépassés.

Troisièmement, la capacité des grandes puissances à poursuivre leur propre agenda dans la région de l’Asie occidentale diminue, tandis que le rôle des principaux États régionaux augmente. À l’avenir, l’Inde devrait donc s’attendre à ce que les acteurs régionaux – la Turquie, l’Iran, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte et le Qatar – prennent leurs propres décisions en fonction de leurs perceptions et de leurs capacités plutôt que des intérêts des étrangers.

Cela nécessite des ajustements de la part de l’Inde. La récente controverse concernant la visite de Zakir Naik au Qatar pour y donner des sermons religieux en est un bon exemple. Dans de telles situations, la chose prudente à faire et la tactique efficace à adopter pour les acteurs extérieurs sera de s’abstenir de tenter d’imposer quelque chose, mais d’intégrer les intérêts de l’Inde dans le système créé par les acteurs locaux. La Russie et la Chine ont connu un succès remarquable dans ce sens. Au contraire, la grossièreté de la Maison Blanche, qui a snobé les dirigeants saoudiens et émiratis, montre le manque de volonté ou l’incapacité des États-Unis à s’adapter à l’esprit de notre époque.

4. Les manifestations en Mongolie sont-elles instrumentalisées par l’Occident? 

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré lors d’une interview télévisée à Moscou dimanche, lorsqu’il a été interrogé sur l’évolution des relations entre la Russie et l’Occident : “Eh bien, nous ne bougeons pas. Nous sommes déjà arrivés à une station nommée ‘Confrontation’, et nous devons être réservés, forts, avoir une force sous-jacente, car nous devrons vivre dans l’environnement de cette confrontation.”

Il n’y a pas de pourparlers de paix ni de fin en vue au conflit en Ukraine. Le président Poutine a déclaré la semaine dernière que la perte de confiance quasi-totale de Moscou envers l’Occident rendrait un éventuel règlement sur l’Ukraine beaucoup plus difficile à atteindre, et a mis en garde contre une guerre prolongée.

Dans un tel scénario apocalyptique, le voisinage immédiat de la Russie se transforme en zones de confrontation entre superpuissances très contestées, les États-Unis et l’Union européenne tentant d’encercler la Russie avec un cercle d’États hostiles.

Cette confrontation peut prendre différentes formes. Dans la région transcaucasienne, les efforts occidentaux visent à remplacer la Russie en tant qu’arbitre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. L’UE s’est présentée comme une alternative à la médiation et au maintien de la paix russes.

Moscou a d’abord considéré ces tentatives avec une certaine complaisance, mais a récemment commencé à s’inquiéter du fait que le sol se dérobe sous ses pieds en Transcaucasie. Le stratagème occidental consiste à écarter progressivement la force de maintien de la paix russe déployée dans la région à la suite de la reprise du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan l’année dernière au sujet de la région sécessionniste du Haut-Karabakh.

Moscou joue les deux rôles dans le conflit et, de toute évidence, ce numéro de trapèze est très délicat et éprouvant. Ainsi, depuis le début de l’opération militaire spéciale de Moscou le 24 février, l’UE a réussi à établir une “mission de surveillance” en Arménie et fait avancer son projet d’établir une mission de l’OSCE dans la région, ce qui remettra en cause le monopole de la Russie en matière de maintien de la paix à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Un autre théâtre de contestation actif est le Kazakhstan, où l’Occident s’efforce constamment d’éroder les relations étroites de ce pays avec la Russie. La politique étrangère multisectorielle du Kazakhstan visant à attirer les investissements occidentaux a créé des groupes d’intérêt pro-occidentaux parmi les élites du pays. La question de la nationalité du Kazakhstan crée également une sensibilité dans ses relations avec la Russie. Le Kazakhstan est un jeu à enjeux élevés pour l’Occident, car il est également frontalier avec la Chine.

En comparaison, le rôle occulte joué par l’Occident pour alimenter les récents affrontements entre le Kirghizstan et le Tadjikistan, ainsi que pour encourager Douchanbé à fournir un “couloir de transit” aux rebelles anti-talibans de la vallée du Panjshir, constitue un défi direct pour la Russie dans le domaine de la sécurité. Mais, à la grande déception des États-Unis, lorsque les tensions entre le Tadjikistan et le Kirghizstan ont éclaté en septembre dernier et que des soldats kirghizes et tadjiks ont échangé des coups de feu le long de plusieurs points de la frontière non délimitée des deux pays, Moscou et Pékin ont choisi de rester à l’écart.

Certes, le conflit a été l’une des plus graves escalades militaires interétatiques de l’histoire de l’Asie centrale depuis la dissolution de l’Union soviétique en 1991. Le conflit a mis Moscou et les organisations régionales de sécurité dirigées par la Russie en Asie centrale dans un grand embarras.

Si le rôle de l’Occident dans le conflit entre le Kirghizistan et le Tadjikistan était caché, ce n’est pas le cas de ses actions de plus en plus proactives visant à faire des Panjshiris en Afghanistan un mouvement de résistance “modéré” pour renverser le gouvernement taliban de Kaboul, qui entretient des relations cordiales avec la Russie. Les Panjshiris ont bénéficié du patronage des services de renseignement français pendant la lutte antisoviétique des années 1980 et les anciens liens ont été ravivés. Le président français Emmanuel Macron a mis la main à la pâte pour cultiver son homologue tadjik Emomali Rahmon.

Il est évident que les intérêts de la Russie en matière de sécurité sont profondément remis en question, tant dans le cas des hostilités entre le Kirghizistan et le Tadjikistan que par le spectre d’une nouvelle guerre civile en Afghanistan qui hante la région. La Russie reste la présence dominante en Asie centrale et, au niveau des dirigeants, Moscou exerce une grande influence à Bichkek et à Douchanbé. Mais les conflits et l’instabilité intra-régionaux constituent un terrain fertile pour la manipulation occidentale des élites dirigeantes.

Cependant, la dernière vague de troubles en Mongolie porte en elle les signes inquiétants d’une révolution de couleur. Comme au Kazakhstan et au Kirghizstan, les médias sociaux s’activent à susciter des protestations. Les protestations ont commencé il y a une semaine contre la “mafia du charbon”, qui aurait profité de ses affaires avec des entreprises chinoises. Mais diverses théories du complot se répandent sur Twitter, notamment celle selon laquelle il y aurait une lutte de pouvoir interne au sein des élites du parti au pouvoir.

Le gouvernement a réagi rapidement en décidant de mettre dans le domaine public, pour examen, neuf contrats liés à la société minière d’État au cœur de l’affaire et en annonçant que tous les futurs contrats d’exportation de charbon seront rendus publics. Le gouvernement a également annoncé qu’une commission parlementaire allait enquêter sur le scandale.

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés dans un froid glacial sur la place Sukhbaatar de la ville au cours du week-end et ont défilé jusqu’à la résidence présidentielle, certaines personnes tentant de forcer l’entrée du bâtiment en chantant et en tapant du pied pour rester au chaud – ce qui ressemble étrangement au coup d’État de Kiev en 2014.

En effet, ce qui rend la vue enchanteresse, du point de vue géopolitique, c’est que la Chine est la destination de la plupart des exportations de charbon, de cachemire, de bétail et d’autres ressources de la Mongolie enclavée.

La tentative de transformer les protestations en une révolution oculaire à proprement parler est encore en cours. Selon l’Associated Press, “les conditions économiques se sont détériorées dans ce pays d’environ 3,3 millions d’habitants, l’inflation ayant grimpé à 15,2 %, ce qui a été exacerbé en partie par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.”

Coïncidence ou non, les manifestations d’Oulan-Bator ont suivi la visite d’État du président de la Mongolie Ukhnaagiin Khurelsukh à Pékin le mois dernier. Il s’agissait de la deuxième rencontre entre Xi et Khurelsukh en deux mois. Pékin comprend qu’il est également dans le collimateur de la diplomatie occidentale en Mongolie, au Kazakhstan, au Kirghizstan, au Tadjikistan et en Afghanistan. Ces quatre pays font partie, d’une manière ou d’une autre, du premier cercle des intérêts chinois.

Ils confèrent une “profondeur stratégique” à la Chine ; les liens économiques avec ces pays riches en ressources sont non seulement extrêmement bénéfiques mais aussi en pleine croissance ; ils sont des partenaires irremplaçables du point de vue de la connectivité et de l’initiative “la Ceinture et la Route” ; enfin, la sécurité et la stabilité régionales sont des préoccupations communes.

Le paradoxe est que, malgré la convergence d’intérêts et de forts intérêts politiques et économiques, et bien que leurs intérêts fondamentaux soient concernés, il devient de plus en plus incertain que la Russie ou la Chine puissent offrir des garanties de sécurité régionale. Moscou fait l’objet de sanctions occidentales et Pékin reste extrêmement prudent face aux États-Unis ou à l’UE – bien que la Mongolie soit un pays d’Asie centrale où les intérêts fondamentaux de la Russie et de la Chine se chevauchent.

Les États-Unis et l’UE estiment qu’il s’agit de la meilleure occasion de consolider et d’étendre leur influence dans l’arrière-cour russe de la Transcaucasie, de la Caspienne et de l’Asie centrale. Il est clair que les puissances occidentales s’immiscent dans les tensions régionales et qu’il n’est pas exclu que l’opposition russe et chinoise n’aboutisse pas.

Les enjeux géopolitiques sont importants. La Mongolie est le pays de transit du projet de gazoduc “Power of Siberia 2”, qui acheminera jusqu’à 50 milliards de mètres cubes de gaz de la péninsule de Yamal, dans l’Arctique russe, vers l’est de la Chine ; les travaux de construction devraient commencer en 2024. De même, la Chine, la Mongolie et la Russie ont prolongé de cinq ans les grandes lignes du plan de développement pour l’établissement du corridor économique Chine-Mongolie-Russie, ce qui permettra de libérer un grand potentiel économique et de renforcer le rôle de la Mongolie en tant que centre de transit.

La coopération entre la Chine et la Mongolie en matière de construction de routes et de corridors de transport a été fortement stimulée ces dernières années, ce qui a permis de renforcer la logistique entre la Chine et la Mongolie et d’augmenter considérablement leur capacité de transport de marchandises en vrac, notamment de produits minéraux. Les deux pays envisagent d’amarrer de multiples nouvelles lignes ferroviaires à des ports chinois.

Les États-Unis et l’UE feront tout leur possible pour éloigner la Mongolie de l’orbite sino-russe, quoi qu’il en coûte. Il est intéressant de noter qu’une délégation militaire de l’OTAN en provenance de Bruxelles s’est rendue à Oulan-Bator la semaine dernière et a tenu deux jours de discussions avec les chefs militaires mongols. La Mongolie présente un mélange combustible où tous les éléments clés de la confrontation des États-Unis avec la Russie et la Chine sont présents, allant de l’extension de la mission de l’OTAN à l’Asie-Pacifique à la BRI et aux exportations énergétiques de la Russie et, bien sûr, aux vastes gisements de terres rares dans la steppe.

5. L’Union Européenne cherche à maintenir des canaux de discussion avec l’Iran

L’Union européenne a renoué avec le rituel des sanctions à l’encontre de l’Iran pour faire pression sur ses politiques étrangère et de sécurité. Le point culminant de la réunion ministérielle du Conseil des affaires étrangères de l’UE, qui s’est tenue lundi à Bruxelles, a été l’imposition de sanctions contre l’Iran sur une série de questions.

Il s’agit de “la répression inacceptable des manifestations en cours et de la détérioration de la situation des droits de l’homme” en Iran, de la coopération militaire de l’Iran avec la Russie, notamment la livraison de drones déployés contre l’Ukraine, des perspectives de renouvellement du JCPOA ainsi que de la sécurité régionale.

Le Conseil a ajouté 20 personnes et une entité au régime actuel de sanctions de l’UE contre l’Iran en matière de droits de l’homme, ainsi que quatre personnes et quatre entités pour le développement et la livraison de drones utilisés par la Russie en Ukraine.

Tout en imposant ces sanctions, l’UE exige que les responsables de l’assassinat de Mahsa Amini soient tenus de rendre des comptes ; les autorités iraniennes doivent mener “des enquêtes transparentes et crédibles pour faire la lumière sur le nombre de morts et d’arrestations”, libérer tous les manifestants non violents, garantir une procédure régulière à tous les détenus, lever les restrictions à l’accès à Internet et débloquer les plateformes de messagerie instantanée.

Le Conseil de l’UE a menacé d’”examiner toutes les options à sa disposition” pour faire face à la situation découlant de la mort de Mahsa Amini et de la manière dont les forces de sécurité iraniennes ont géré les manifestations.

Parmi les personnes sanctionnées figurent des dirigeants d’Iran Broadcasting, “notoirement connu pour être un porte-parole du régime”, le vice-ministre iranien de l’intérieur et certains commandants du Corps des gardiens de la révolution islamique. De même, le général Hamid Vahedi, chef des forces aériennes iraniennes, figure sur la liste des sanctions pour le “soutien militaire” apporté par l’Iran à la guerre menée par la Russie en Ukraine.

Ironiquement, alors que la réunion du Conseil de l’UE s’est poursuivie sur les sanctions contre l’Iran, elle n’est pas parvenue à un consensus sur le 9e train de sanctions prévu contre la Russie, “contre le Kremlin, pour l’escalade de son agression contre l’Ukraine”. M. Borrell a déclaré que le Conseil des ministres n’a pas pu se mettre d’accord “pour réagir à la dernière escalade”, mais il s’attend à ce que le nouveau paquet de sanctions soit approuvé cette semaine.

Dans l’ensemble, M. Borrell s’est toutefois montré d’humeur plus modérée, affirmant que l’UE fait une distinction prudente entre les sanctions infligées à l’Iran pour son bilan en matière de droits de l’homme et le soutien militaire apporté à la Russie et au programme nucléaire iranien.

Comme il l’a dit, “vous comprendrez que, dans cette situation, le JCPOA est dans une situation très difficile. Mais je pense que nous n’avons pas de meilleure option que le JCPOA pour garantir que l’Iran ne développe pas d’armes nucléaires. Cela reste dans notre propre intérêt”.

M. Borrell a révélé qu’il s’entretenait “assez souvent” avec le ministre iranien des affaires étrangères et que “nous partageons, nous ne sommes pas d’accord, mais, au moins, nous nous parlons. Je pense que la diplomatie est là pour garder les canaux de communication ouverts en toutes circonstances. Je pense qu’il était bon qu’avant que le Conseil ne prenne cette décision [de sanctions] aujourd’hui, je puisse informer le ministre et qu’il puisse m’expliquer ce qui se passe et je lui explique mes préoccupations. Et ces préoccupations ont conduit à ces décisions”.

Borrell a déclaré : “Je veux faire une différence claire entre l’accord nucléaire… et la décision prise par le Conseil des affaires étrangères sur la question des droits de l’homme et de la fourniture d’armes à la Russie. Il s’agit de deux choses différentes.

“Il est certain que cela ne crée pas la meilleure atmosphère pour avancer sur n’importe quel type de question dans la relation entre l’Union européenne et l’Iran. Mais l’accord nucléaire n’est pas une question de relation entre l’Union européenne et l’Iran : c’est quelque chose qui va plus loin, beaucoup d’autres sont impliqués. Le JCPOA ne concerne pas seulement l’Union européenne et l’Iran.”

Sans surprise, Téhéran a riposté en annonçant ses propres sanctions à l’encontre de plusieurs responsables et entités de l’UE et du Royaume-Uni “en raison de leur soutien délibéré au terrorisme et aux groupes terroristes, et de leur incitation au terrorisme, à la violence et à la haine, qui ont provoqué des troubles, des violences, des actes terroristes et des violations des droits de l’homme contre la nation iranienne.”

Pour l’avenir, la grande question est de savoir si Téhéran accepte la “méthode Borrell” d’engagement sélectif – même s’il a mis son homologue iranien dans la confidence. L’UE s’engagera de manière sélective avec Téhéran sur le JCPOA parce que c’est dans l’intérêt de l’Occident collectif, en particulier de l’administration Biden, qui souhaite que la porte reste ouverte pour reprendre les négociations avec l’Iran à Vienne, suspendues en août.

La crise énergétique en Europe est un facteur déterminant à cet égard. Néanmoins, l’UE partage probablement aussi l’avis de l’administration Biden selon lequel les troubles actuels en Iran ne peuvent pas être facilement réprimés. D’autre part, on ne peut s’attendre à ce que Téhéran fasse des compromis sur tout défi perçu au régime.

Par ailleurs, l’UE a peut-être agi de manière excessive en sanctionnant l’imam Sayyid Ahmad Khatami, un religieux de haut rang et un influent politicien conservateur et principaliste, qui est également membre du puissant Conseil des gardiens et de l’Assemblée des experts, et qui a été nommé par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, chef “suppléant” de la prière du vendredi à Téhéran en 2005, poste qu’il occupe depuis lors.

En dernière analyse, les liens décrits par M. Borrell mènent à Moscou. En gros, l’UE fait savoir que le JCPOA (levée des sanctions occidentales) sera conditionné par la volonté de l’Iran de revenir sur ses liens de plus en plus étroits avec la Russie.

La partie concernant les drones n’est que la partie émergée de l’iceberg ; ce qui inquiète vraiment Washington et Bruxelles, c’est que la Russie puisse emprunter à la boîte à outils de l’Iran pour contourner les sanctions occidentales. La géographie et la géopolitique de l’Iran en font un partenaire unique pour la Russie aujourd’hui. (Voir mon article Les États-Unis internationalisent les troubles en Iran, Asia Times).

Il est peu probable que Téhéran revienne sur sa gestion ferme des troubles dans le pays. En effet, l’histoire politique de l’Iran au cours des quatre dernières décennies montre de façon remarquable qu’il ne peut y avoir de compromis sur les défis posés aux fondements du régime islamique qui a vu le jour avec la révolution islamique de 1979. Il est clair que les puissances occidentales font fausse route – sciemment ou non.

Les remarques provocantes du commandant en chef des Crops des gardiens de la révolution islamique, le général de division Hossein Salami, récemment – l’avertissement sévère du général selon lequel l’Iran a aujourd’hui “atteint toutes les technologies militaires du monde” – ne devraient laisser aucun doute à l’administration Biden.

Cela dit, en ce qui concerne la reprise des négociations du JCPOA avec les États-Unis, Téhéran reste intéressé.

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/12/13/guerre-dukraine-jour293-en-allemagne-le-parti-de-la-guerre-empeche-tout-demarrage-de-negociation-avec-la-russie/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s