Guerre d’Ukraine – Jour293 – En Allemagne, le parti de la guerre empêche tout démarrage de négociation avec la Russie

Alors que l’on se rapproche des 300 jours d’affrontement, l’armée ukrainienne subit des pertes de plus en plus gigantesques. le commandant américain du groupe de mercenaires « Mozart », présent en Ukraine, estime que les unités ukrainiennes ont subi en moyenne 70% de pertes. Actuellement le gros des combats se concentre sur le Donbass, en particulier autour de Bakhmout, où les lignes ukrainiennes sont en train de céder. Pour beaucoup d’observateurs, l’issue des combats ne fait plus guère de doute et il faudrait arrêter là les pertes – humaines et territoriales – pour l’Ukraine. Cependant, comme le Courrier des Stratèges vous l’explique depuis le 24 février, une autre bataille se déroule, qui empêche – pour l’instant – le démarrage des négociations pour mettre fin à la Guerre d’Ukraine. C’est l’affrontement géopolitique pour le contrôle de l’Eurasie. Les Etats-Unis ont encore l’espoir de pouvoir déstabiliser la périphérie de la Russie et continuent à jeter de l’huile sur le feu dans le Caucase, en Iran, au Kazakhstan, en Mongolie. On notera, pour finir, que tous les analystes distanciés sont inquiets du comportement allemand – jugé belliciste et tourmenté par des démons du passé. En tout cas l’Union Européenne n’est plus vue comme un facteur de paix.

Un éditorial inhabituel

Je recommande le dernier éditorial de Georges Ghosn dans VSD (n°2181). Il commence ainsi:

Les apparences sont décidément trompeuses.
Méfions-nous de la crétinerie de nos commentateurs aveugles et sourds qui épousent la cause d’un Zelenski aussi roublard qu’un Russe. Il a failli nous entraîner dans la 3e mondiale à l’heure du Mondial. Ils prennent leurs vœux pour la réalité : Poutine, décrit comme mourant (au moins 3 pathologies diagnostiquées par les journalo-politiques des plateaux TV, ils guettent les traces de piquouze sur son bras, ou une toux). Il m’a l’air en forme pourtant à 70 ans. Journalerie rime avec… ânerie. Car les perles s’enfilent et elles volent en escadrille. Autre exemple : le retrait russe. Qualifié de « défaite cuisante » selon les « conmentateurs » qui riment avec… menteurs. Défaite ? À quelle heure ? Depuis Napoléon, la défense russe a toujours joué du retrait stratégique, et s’est appuyée sur le général hiver. Parlez-en au Führer et à Bonaparte. Koutouzov a sacrifié Moscou et Staline a reculé des milliers de kilomètres pour ensuite écraser les nazis avec l’aide financière de Roosevelt. Plus de 1 000 milliards d’euros actuels. Ça vous rappelle rien ? Le repli tactique, pour ces joueurs d’échecs (sport national), est un système gagnant car invisible. Ouvrez les yeux : ils ont 10 coups d’avance. Ils ont gagné et obtenu ce qu’ils voulaient : la mer d’Azov et la Crimée. Ils ont feint de vouloir Kiev, je l’ai écrit depuis des mois. Le repli de Kherson annoncé et effectué en très bon ordre m’interpelle. Comment les Ukrainiens
avec l’aide des yeux et oreilles américains (satellites, CIA, etc.) n’ont pas prof té de l’aubaine  Pas un obus tiré, et ils ont sauvé 30 000 soldats d’élite battant en retraite ? La ligne de défense sur le fleuve Dniepr est plus nette. Ils vont frigorifier l’Ukraine et l’Europe si cela continue. Et tout le monde va enfin comprendre qu’il faut arrêter de soutenir l’Ukraine sous peine d’une explosion sociale et une grande dépression….“. 

C’est un régal et ça continue sur quatre colonnes. L’auteur ne prend pas parti. Il aime le réel, tout simplement. 

A l’époque de la Guerre froide, il y avait des dizaines de journalistes comme Ghosn, qui, attirés plus par un camp ou par l’autre, avaient néanmoins quelque chose en commun: ils nommaient les choses. 

La bataille d’Ukraine

8 décembre 2022 

L’armée russe détruit du matériel livré par l’OTAN menaçant la centrale nucléaire d’Energodar

selon southfront.org

Les Forces aérospatiales russes ont détruit cinq des systèmes de lance-roquettes multiples (MLRS) M270 et MARS II récemment acquis par l’Ukraine dans la région de Zaporojie, a annoncé le 8 décembre le porte-parole du ministère russe de la Défense, le lieutenant général Igor Konashenkov.

“Grâce aux frappes des armes de haute précision des forces aérospatiales russes, cinq MLRS de fabrication américaine et des lance-roquettes MARS II de fabrication allemande ont été détruits dans les zones des communautés de Shevchenkovskoye et Grigorovskoye dans la région de Zaporozhye”, a déclaré le porte-parole.

Le MARS II est la copie allemande du système MLRS. Le Royaume-Uni, la Norvège, la France et l’Allemagne ont fourni au moins 16 lanceurs MLRS et MARS II aux forces de Kiev après le début de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine. Le premier système a été livré à la mi-juillet.

Chaque lanceur MLRS ou MARS II peut être armé d’un maximum de 12 roquettes guidées par GPS GMLRS des séries M30/M31, d’une portée de plus de 70 kilomètres, dans deux nacelles distinctes.

L’armée russe s’est efforcée de localiser et de détruire les lance-roquettes MLRS et MARS II de l’Ukraine. Un jour plus tôt, le ministère russe de la défense a déclaré que deux lance-roquettes MLRS avaient été détruits lors d’une frappe de précision visant l’usine ArcelorMittal dans la région de Krivoi Rog.

Le ministère russe de la défense affirme que quelque 920 lance-roquettes multiples des forces de Kiev ont été détruits depuis le début de l’opération militaire spéciale en Ukraine.”

La bataille d’Artiemovsk/Bakhmout

Toujours, selon le même média

Bakhmout est devenu un chaudron sanglant où Kiev doit dépenser d’énormes ressources humaines pour maintenir ses positions. Les forces ukrainiennes et de l’OTAN quittent les villages les uns après les autres, permettant aux combattants russes de Wagner qui avancent d’encercler partiellement la ville.

Le quartier de Bakhmout serait défendu par les 30e et 53e brigades des forces armées ukrainiennes.

Les combats de position se poursuivent dans la zone industrielle à la périphérie est de la ville, où aucun des belligérants ne revendique le contrôle des nouvelles installations, mais tous subissent des pertes dans les combats de rue.

Les combattants de Wagner poursuivent leur progression en direction du sud-ouest. Le groupement ouest de Wagner a déjà sécurisé des bastions dans les villages qui ont été récemment pris sous leur contrôle le long de la route sud de Bakhmout. Les Russes prennent maintenant d’assaut le village de Kleshcheyevka.

L’encerclement de la ville par la direction sud-ouest permettra aux forces russes de contourner les principales défenses ukrainiennes à la périphérie sud de la ville, où de violents combats se poursuivent pour le village d’Opytne.

Les combattants de Wagner ne sont pas pressés de mener des opérations d’assaut à Bakhmout, mais tentent d’étendre la zone de contrôle autour de la ville”.

Ce n’est pas l’armée russe, c’est l’OTAN qui est à court de missiles

Lu sur infobrics, cette analyse de Drago Bosnic: 

“Depuis près de dix mois, la machine de propagande dominante tente de convaincre le monde que la Russie est à court d’armes de pointe, en particulier de munitions guidées de précision (MGP), essentielles pour les frappes à longue portée contre des cibles stratégiques importantes contrôlées par Kiev. L’armée russe serait si désespérée qu’elle exproprie les machines à laver, les smartphones, les ordinateurs portables ou tout autre appareil contenant des puces électroniques afin de pouvoir maintenir sa production d’armes. Des affirmations aussi absurdes ne seraient jamais acceptées par quiconque connaît un tant soit peu le fonctionnement des technologies militaires. Cependant, elles constituent un segment important de la guerre de l’information visant à présenter la Russie comme prétendument “arriérée” ou “technologiquement déficiente”.

En fin de compte, les partisans de ces affirmations ne font que s’embarrasser eux-mêmes, car la Russie n’a pas seulement fait preuve d’une grande constance dans l’utilisation de MGP à longue portée, mais elle a même commencé à en utiliser davantage, en particulier ces derniers mois. Cela a également été confirmé récemment par nul autre que le New York Times, l’un des fleurons de l’énorme machine de propagande grand public de l’Occident politique. Le 5 décembre, le NYT a publié un rapport intitulé “Les missiles de croisière russes ont été fabriqués il y a quelques mois seulement, malgré les sanctions”, révélant que les prétendues “graves pénuries de platinoïdes” dans l’armée russe ne sont rien d’autre qu’un mythe. Selon le rapport, des enquêteurs en armement engagés par le régime de Kiev ont déterminé qu’”au moins un missile de croisière russe Kh-101 utilisé dans les attaques généralisées du 23 novembre avait été fabriqué au plus tôt en octobre.”

Les restes de missiles de croisière Kh-101 trouvés à Kiev avaient des composants fabriqués quelques mois après que les sanctions occidentales prétendument “paralysantes” aient été imposées à la Russie. L’Occident politique a promis à son régime fantoche préféré que les restrictions mettraient un terme à la capacité de Moscou à produire des armes de pointe, en particulier des missiles de croisière à longue portée tels que le Kh-101 à lancement aérien ou le “Kalibr” à lancement maritime. Pourtant, depuis lors, des centaines de ces missiles ont été fabriqués et utilisés par l’armée russe, entraînant des conséquences désastreuses pour les infrastructures d’importance stratégique de la junte néonazie. Les dommages subis par le réseau électrique sous le contrôle du régime de Kiev ont gravement dégradé la logistique de ses forces, entraînant une érosion supplémentaire de leur capacité à combattre.

Le NYT affirme que les enquêteurs ont déterminé qu’un des missiles a été fabriqué au cours de l’été, tandis qu’un autre a été produit fin septembre ou début octobre. Selon l’un des enquêteurs, ces résultats viennent étayer l’affirmation selon laquelle “la Russie a continué à fabriquer des missiles guidés avancés comme le Kh-101, [ce qui] suggère qu’elle a trouvé le moyen d’acquérir des semi-conducteurs et d’autres matériels malgré les sanctions ou qu’elle disposait de stocks importants de ces composants avant le début de la guerre.” L’enquête a été menée par le Conflict Armament Research (CAR), qui se décrit comme un “groupe indépendant basé au Royaume-Uni qui identifie et suit les armes et les munitions utilisées dans les guerres.” Apparemment, les services de sécurité du régime de Kiev (vraisemblablement le SBU) ont demandé à CAR d’envoyer une petite équipe de ses enquêteurs pour étudier les restes de missiles utilisés par les forces russes.

Ces conclusions ont également été confirmées par Piotr Butowski, un journaliste polonais spécialiste de l’armée russe. Un analyste américain du renseignement de défense, dont l’identité n’a pas été révélée, l’a également reconnu dans une interview accordée avant la publication du rapport. Il a déclaré que “l’analyse de M. Butowski était conforme à la compréhension qu’a le gouvernement de la manière dont les producteurs de missiles russes – y compris ceux qui fabriquent le Kh-101 – marquent leurs armes.” L’analyste américain a également déclaré que “les rapports en provenance de Russie indiquent que le gouvernement a ordonné aux employés des usines de munitions de travailler des heures supplémentaires dans le but de produire davantage de munitions.” Cela implique clairement que les États-Unis sont conscients que la Russie possède tous les composants nécessaires pour produire des armes avancées telles que le Kh-101, ce qui prouve une fois de plus que les rapports sur le prétendu manque de PGM russes ne sont rien d’autre que de la propagande.

En revanche, le complexe militaro-industriel américain, le plus grand et le plus puissant cartel d’armes de la planète, ainsi que le principal fournisseur d’armes du régime de Kiev, semble avoir des problèmes avec ses stocks d’armes avancées. Des données récentes révèlent l’ampleur des problèmes de production auxquels les États-Unis sont confrontés lorsqu’ils tentent d’armer les forces de la junte néonazie. Selon un rapport de la National Review daté du 3 décembre, Greg Hayes, PDG de Raytheon, a mis en garde contre l’épuisement des stocks américains de Javelin ATGM (missiles guidés antichars) et de Stinger MANPADS (systèmes de défense aérienne portables) en raison de l’insistance de l’administration Biden à fournir ces armes aux forces du régime de Kiev.

S’exprimant lors d’un panel sur l’Ukraine au Reagan National Defense Forum, Hayes a déclaré : “Le problème est que nous avons consommé tellement de fournitures au cours des dix premiers mois de la guerre. Nous avons essentiellement utilisé l’équivalent de 13 ans de production de Stinger et de cinq ans de production de Javelin.” Selon M. Hayes, Raytheon et Lockheed Martin produisent conjointement 400 Javelin par mois, mais aucun nouveau Stinger n’a été fabriqué depuis 2004. Toutefois, il a souligné que “les combats en cours en Ukraine brûlent les stocks d’armes existants et la question est de savoir comment nous allons nous réapprovisionner, reconstituer les stocks.”

La National Review affirme qu’en mai, les États-Unis ont envoyé 5 500 Javelins et 1 400 Stingers au régime de Kiev. Quant aux affirmations du PDG de Raytheon, bien qu’elles puissent être exagérées, puisqu’il est dans l’intérêt de la société d’augmenter la production d’armes, elles ont certainement un certain mérite. Cependant, il y a aussi une frustration croissante due au manque de surveillance des livraisons massives d’armes au régime de Kiev, l’un des plus corrompus de la planète. Il est fort probable que le nouveau Congrès, dominé par le GOP, enquête sur les rapports faisant état de la sortie clandestine d’armes occidentales du pays“.

Lire la suite sur Le Courrier des Stratèges

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s