Les Américains cessent de soutenir l’Ukraine, par Olesya Otrokova

Cet article est initialement paru sur vz.ru. Il n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier des Stratèges. 

L’opinion publique américaine sur les événements en Ukraine est divisée à peu près en deux. Cela a été rapporté par TASS lundi, faisant référence aux résultats d’une enquête menée par le Chicago World Affairs Council du 18 au 20 novembre.

Une réelle évolution de l’opinion publique américaine dans les sondages

Ainsi, près de la moitié des Américains (soit 47 %) estiment que Washington devrait immédiatement convaincre les autorités de Kyiv de s’asseoir à la table des négociations avec la délégation de Moscou. Cette partie des répondants soutient ce point de vue dans les termes suivants : « Les États-Unis devraient exhorter l’Ukraine à faire la paix le plus tôt possible, afin que les coûts du conflit supportés par les ménages américains ne soient pas aussi élevés, même si cela implique que l’Ukraine perde des territoires ». Rappelons qu’en juillet, ce pourcentage n’était que de 38 %. Cependant, 48 % d’Américains expriment une opinion différente, en étant déterminés à soutenir l’Ukraine « aussi longtemps qu’il le faudra » même si les ménages américains doivent payer davantage pour leur nourriture et leur carburant. En juillet, ce chiffre était de 58 %, c’est-à-dire qu’il a baissé de 10 points.

Un quart des répondants (26 %) estiment que la Russie conserve un avantage sur le champ de bataille. Cependant, un même nombre de répondants considèrent que c’est l’Ukraine. Mais 46 % des résidents américains pensent qu’aucun des deux pays n’a pris l’avantage sur l’autre. Une majorité d’Américains approuvent la fourniture d’armes et d’aide économique à Kyiv (respectivement 65% et 66%), ainsi que l’idée d’accueillir des réfugiés ukrainiens (73 %) et l’imposition de nouvelles sanctions contre Moscou (75 %).

Dans le même temps, près de 3 américains sur 10 (27 %) déclarent que les États-Unis seront obligés d’intervenir dans le conflit lui-même afin d’aider Kyiv à « mettre fin à la guerre » au plus vite. Presque le même nombre – soit 32 % des répondants – jugent même acceptable d’envoyer des troupes américaines en Ukraine pour assister l’armée Ukrainienne. Mais à peu près le même nombre (29 %) des personnes interrogées pensent que Washington, au contraire, devrait carrément refuser toute aide à Kyiv. Les démocrates interrogés sont généralement un peu plus antirusses que les républicains, note le magazine Foreign Affairs.

Andrei Kortunov, directeur général du « Conseil russe des affaires internationales », ne s’étonne pas que l’idée d’un compromis entre l’Ukraine et la Russie se développe dans la société américaine. Cela aurait pu être prédit dès les premiers mois du conflit, estime-t-il. « Pour les Américains, les problèmes intérieurs deviennent progressivement plus importants, comme l’immigration, l’avortement, la criminalité de rue et les craintes d’une récession qui entraîne le chômage. L’ambiance dans la société dépend de l’acuité des problèmes internes. Ils repousseront progressivement l’agenda ukrainien à l’arrière-plan », souligne Kortunov. Selon lui, si l’inflation ou le chômage continuent d’augmenter, si le problème migratoire s’aggrave, alors un nombre croissant d’Américains « seront favorables à la réalisation d’une sorte de compromis autour de la situation de l’Ukraine, même s’il est imparfait et, de leur point de vue vu, pas tout à fait juste ».

Le thème de l’Ukraine irrite de plus en plus la société américaine

Les résultats de ce sondage d’opinion montrent que le thème de l’Ukraine empoisonne de plus en plus l’Amérique. L’« américaniste » Dmitry Drobnitsky en est certain. « Le soutien à l’Ukraine est directement identifié à la politique de Joe Biden. Et ceux qui sont mécontents du travail de son administration sont également mécontents de la décision américaine de poursuivre ce conflit ». 

De façon générale, l’aide à Kyiv est perçue par de nombreux Américains comme un projet de corruption personnelle de la famille du président américain. Par conséquent, les citoyens s’opposent au flux de milliards de dollars vers l’Ukraine », explique l’expert. « En outre, l’Ukraine elle-même est activement perçue, par de nombreux républicains, comme un État « bandit » qui n’a rien à voir avec la démocratie. Cette position, par exemple, est défendue par l’animateur de télévision extrêmement populaire aux États-Unis, Tucker Carlson, ainsi que par un certain nombre d’autres commentateurs influents. Leurs avis exercent une réelle influence sur l’opinion publique », estime Drobnitsky.

Néanmoins, les Américains veulent toujours voir leur pays comme étant le premier sur la scène mondiale. Mais ils sont catégoriquement opposés au fait que le conflit actuel se transforme en troisième guerre mondiale : « une telle perspective les effraie », indique le politologue. « Les Américains ordinaires ont une forte mémoire, ils ne veulent pas la guerre. Surtout à cause de l’Ukraine, qui est située si loin d’eux ».

Malgré tout, un tel changement dans l’opinion publique est peu susceptible d’entraîner des manifestations de protestation. Toutefois, les dirigeants du pays feront savoir qu’ils en tiennent compte, ajoute Drobnitsky : « Dans ce cas, les Américains resteront passifs. Les sociologues les ont interrogés et ils ont répondu. Et voilà, les choses n’iront pas plus loin », conclut l’expert.

Les opinions des européens évoluent également dans le même sens, notamment en Allemagne

Dans d’autres pays de l’OTAN, en particulier en Allemagne, le sentiment pro-russe grandit. L’édition allemande RND a publié les résultats d’une enquête, selon laquelle la cote de Moscou en Allemagne a considérablement augmenté, en particulier à l’Est, sur le territoire de l’ex-RDA.

Le directeur général du Conseil russe des affaires internationales, Kortunov, fait mention de la récente déclaration de la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Burbock, qui avait déclaré qu’il fallait continuer d’aider l’Ukraine, en faisant fi de l’opinion publique : « Peu importe ce que les électeurs allemands en pensent » avait-elle dit. Mais Burbock ne devrait pas oublier qu’il y aura aussi des élections prochaines en Allemagne.

Selon le politologue, les dirigeants américains ne peuvent pas se permettre de dire de telles choses à haute voix, bien qu’en pratique ils puissent appliquer ce principe « pendant un certain temps ». Kortunov poursuit : « Les élections de mi-mandat se sont mieux terminées pour les démocrates que la plupart des analystes ne l’avaient prédit. Joe Biden a reçu un mandat spécifique qu’il peut utiliser pour les deux prochaines années. Mais en même temps, les démocrates ont quand même perdu leur majorité à la Chambre des représentants. Au Sénat, ils n’auront qu’un avantage symbolique. Par conséquent, ni les démocrates, ni les républicains ne pourront ignorer complètement la position des électeurs ».

Mais Joe Biden n’est pas encore prêt pour le dialogue

Plus tôt, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a exprimé l’avis que le conflit en Ukraine est susceptible de se terminer par des négociations. Et le chef d’état-major américain Joe Biden s’est dit prêt à discuter avec le président russe Vladimir Poutine de la possibilité de mettre fin aux hostilités en Ukraine. PourMalek Dudakov, les États-Unis doivent se souvenir des intérêts de Moscou, des problèmes de sécurité russe en Europe de l’Est : « Il serait insensé de la part de Biden de refuser complètement les négociations. Cependant, il est important pour lui de montrer qu’il n’est pas prêt pour le dialogue, ici et maintenant. Selon le Conseil de sécurité nationale, cela conduirait à ce que les Etats-Unis « perdent la face, portant un coup dur à l’image de l’administration Biden ». Par conséquent, « Biden n’est pas prêt à parler sérieusement de compromis », considère l’expert.

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/12/09/les-americains-cessent-de-soutenir-lukraine-par-olesya-otrokova/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s