Les censeurs politiquement très orientés à gauche sont prêts à tout pour conserver leur hégémonie

Carla Montet –

 Les parlementaires européens vivent hors du réel, portés par une sorte de ministère de la propagande qui les maintient au pouvoir. 

Avec des sanctions suicidaires contre la Russie, puis l’explosion des gazoducs, nous avons pris conscience de l’ampleur de leur soumission aux USA. Nous savions déjà que le Parlement Européen était profondément infiltré par Soros, mais ce qui se passe depuis la guerre en Ukraine arrive encore à surprendre les plus désabusés.

Les empires médiatiques européens sont au service de l’idéologie progressiste, leurs journalistes filtrent les informations dans ce sens; les nouvelles qui nous arrivent quotidiennement de la guerre en Ukraine en sont un exemple flagrant.

Mais le train-train de l’armée des fact-checkers et des algorithmes censeurs vient d’être bouleversé par le rachat de Twitter par Elon Musk, qui a restauré les comptes de personnes ayant exprimé des opinions dérangeantes aux yeux des progressistes.

Avec les estampilleurs « d’extrême droite » et de « complotistes », c’est tout le monopole de l’opinion progressiste qui vacille.
Nous commençons seulement à saisir la finalité de toute la révolution idéologique imposée par les mouvements woke, l’hystérie climatique, ou encore la folie LGBT.

 

Musk a précisé qu’il ne rétablirait aucun compte de personnes dangereuses, de celles qui font la promotion de la criminalité, mais qu’il rétablirait le compte de celles qui ont été bannies pour des raisons politiques, juste parce que leurs opinions contredisaient les dogmes progressistes.

La chape de plomb se fissure, mais l’apologie du mal ne sera pas tolérée pour autant. En ce moment même, nous avons appris que le célèbre rappeur américain Kanye West vient d’être exclu de Twitter pour apologie du nazisme.

Et bien que tout ne soit pas permis sur le Twitter de Musk, et que l’exclusion des « discours de haine » doive plutôt rassurer les censeurs, c’est le contraire qui est en train de se produire.
L’UE songe à interdire Twitter en Europe, tant la liberté d’expression et la pluralité d’opinions terrorisent la Gauche.

Le roi est nu; bien que l’Union Européenne affirme vouloir interdire Twitter pour la défense de la Vérité, c’est l’accès à la parole de la Droite souverainiste et la perte de la domination progressiste qui enragent Bruxelles.

Cette réaction du Parlement européen est révélatrice du fait que ce n’est pas l’incitation à la haine qu’ils pourchassent – sinon, depuis longtemps, les comptes des mollahs et des organisations terroristes seraient suspendus – mais c’est la remise en question de leur pouvoir hégémonique qui leur pose problème.
La liberté d’expression, la diversité des idées et des opinions sont simplement inacceptables aux progressistes, dès qu’ils ne peuvent plus déterminer ce que signifient cette liberté et cette diversité. Cette gauche sait que sans leur hégémonie, c’est leur survie même qui est en jeu, car leur empire est bâti sur des mensonges.

Cette Gauche dominante a choisi sciemment de détruire l’Europe pour garder ses privilèges, elle va récolter sous peu à la fois la perte de sa suprématie et le déclin de l’Europe, car cette dernière n’a aucune alternative réaliste au modèle économique qui a fait son succès.

L’hégémonie de la bienpensance vacille, les combattants de la pensée unique qui formatent les esprits s’indignent, s’accrochent encore de toutes leurs forces à leur pouvoir. Ils sont tout aussi pathétiques que ceux qui croient pouvoir freiner l’émergence d’un monde multipolaire en sacrifiant l’Europe aux intérêts américains.

La réalité se moque de l’idéologie progressiste, puisque la Russie engrange des bénéfices records avec la vente de ses énergies fossiles, alors que l’Europe plonge dans une spirale descendante irréversible.
Le marché européen des énergies fossiles ne représente que 13% des ventes de la Russie, mais pour l’Europe il s’agit de 25% de son approvisionnement, et il n’y a aucune alternative réaliste permettant de compenser la pénurie due au boycott.
De gigantesques manipulations de masses ont imposé la transition énergétique pour sauver la planète, mais aussi l’invasion migratoire dantesque, et toute la révolution néocommuniste woke, la folie LGBT, le business 
CO du GIEC.
Ces utopies sociétales font partie du même plan que les sanctions pour punir la Russie ou encore la destruction des gazoducs.

 

Les fossoyeurs de l’Europe l’ont entraînée dans une guerre qui n’est pas la sienne, mais dont ils se servent pour diviser, affaiblir et soumettre une puissance concurrente des USA qui, de plus, commerçait avec leur ennemi.

L’Europe est sous la domination progressiste des USA, et il existe un plan délirant, établi par des gens très puissants, pour faire table rase de notre monde. Ce plan que Klaus Schwab a nommé le Great Reset, a été précédé par des vagues de lavage de cerveaux successives depuis des années. Les médias à leur service ont implanté dans les esprits la haine de soi, le shaming de l’homme Blanc toujours trop  raciste, trop sexiste, colonisateur, pollueur. Ainsi, cet homme Blanc broyé, castré, convaincu de sa culpabilité, pouvait accueillir sans résistance la destruction de sa civilisation.

Le malheur et la faiblesse de l’Europe résident dans le fait que les troupes soviétiques se sont retirées des pays communistes après la chute du mur, alors que les USA ne se sont jamais retirés d’Allemagne; au contraire, ils ont même gagné du terrain, comme au Kosovo ou avec l’extension de l’OTAN. Cette dernière, qui nous protégeait jadis des Soviétiques, et qui a combattu l’État Islamique, a fini par se retourner contre notre civilisation.
L’Europe a mis du temps à comprendre, et probablement trop tard, quel était le prix à payer pour notre alliance avec les États-Unis, et que cette protection était toujours à double tranchant.

L’UE menace Elon Musk d’une possible interdiction de Twitter pour « désinformation »

Jack Philips – 1er décembre 2022

Un haut responsable de l’Union européenne a averti le propriétaire de Twitter, Elon Musk, que la plate-forme de médias sociaux pourrait être bloquée si elle ne respecte pas les réglementations du bloc.

« Il reste encore beaucoup de travail à faire, car Twitter devra mettre en œuvre des politiques d’utilisation transparentes, renforcer considérablement la modération du contenu et protéger la liberté d’expression, lutter contre la désinformation avec détermination et limiter la publicité ciblée », a déclaré le commissaire européen Thierry Breton à Musk, selon la transcription d’un entretien vidéo tenu entre les deux mercredi.

[…]

Breton, dans un post, a écrit que Musk devrait « respecter ses engagements en matière de code de conduite sur la désinformation » pour « signaler les faux et la désinformation en coopération avec des vérificateurs de faits », « promouvoir les sources faisant autorité » et « démonétiser la propagation de la désinformation ». Breton n’a pas précisé ce qui constitue la « désinformation » selon les directives de l’UE.

Le responsable de l’UE a également écrit que Twitter devait « renforcer la modération du contenu et protéger la liberté d’expression » pour « supprimer les publications illégales ». Un audit de Twitter devra également être effectué, a déclaré Breton, affirmant que « les équipes de l’UE viendront vérifier l’état de préparation ».

De telles règles ont été critiquées par les défenseurs de la liberté d’expression et les conservateurs comme une forme de censure des points de vue qui sont en dehors du courant dominant. Ils ont argué que faute d’une définition claire de termes tels que « désinformation » et « mésinformation », des contenus et des comptes pourraient être subjectivement bloqués par des modérateurs ayant des points de vue de gauche.

Après l’avertissement de Breton, certains utilisateurs de Twitter se sont demandé pourquoi la réglementation de l’UE devrait avoir compétence sur Twitter, une société américaine. La raison en est que la législation de l’UE s’appliquera aux réseaux sociaux comptant plus de 45 millions d’utilisateurs, dont Twitter, d’ici la mi-2023.

« Twitter 2.0 »

La rencontre entre Musk et Breton intervient alors que la société de médias sociaux a publié un article expliquant son approche de la modération de contenu.

« Twitter 2.0: notre engagement continu envers le débat public », a écrit mercredi le réseau de médias sociaux, ajoutant que si « aucune de nos politiques n’a changé », il procédera à des expériences à l’avenir. « Nous pensons que cette approche ouverte et transparente de l’innovation est saine, car elle nous permet d’avancer plus rapidement et de recueillir les commentaires des utilisateurs en temps réel », indique le message.

Lors de l’appel de mercredi, Musk a accepté de laisser la Commission exécutive de l’UE effectuer un « test de résistance » au siège de Twitter au début de l’année prochaine pour aider la plate-forme à se conformer aux nouvelles règles plus tôt que prévu, selon la transcription.

« Je pense que cela correspond exactement à ma pensée », a déclaré dans la vidéo Musk à Breton – qui a fortement promu les passeports vaccinaux pour leCovid-19 en 2021 – selon le Wall Street Journal.
« Je suis d’accord avec tout ce que vous avez dit, vraiment. Je pense que nous sommes à peu près du même avis, et je pense que tout ce que mes entreprises peuvent faire qui serait bénéfique pour l’Europe, nous voulons le faire. »

Outre les régulateurs européens, Musk pourrait également être ciblé par Apple et Google, qui alimentent la plupart des smartphones du monde. Les deux ont déjà bloqué des applications comme la plate-forme de médias sociaux, comme Parler, sur leurs appareils l’année dernière, suscitant des inquiétudes quant à l’ampleur du pouvoir dont disposent les deux entreprises technologiques.

Musk a écrit qu’Apple « a menacé de retirer Twitter de son App Store, mais ne nous dit pas pourquoi ». Apple n’a pas commenté, mais Musk est revenu sur son affirmation mercredi, disant qu’il avait rencontré le PDG d’Apple, Tim Cook, qui « a été clair sur le fait qu’Apple n’avait jamais envisagé » de supprimer Twitter.

The Epoch Times a contacté Apple pour un commentaire.

Il y a plusieurs jours, Twitter a cessé d’appliquer une politique controversée ciblant la «désinformation» sur le Covid-19 qui avait été déployée pour interdire des milliers de comptes, y compris ceux d’éminents médecins critiques de la vaccination généralisée et des mandats de vaccination. Musk a déclaré que les comptes seraient restaurés s’ils n’avaient enfreint aucune loi ni ne s’étaient livrés à du spam.

La société, sous la direction de Musk, a également restauré les comptes d’éminents conservateurs, dont l’ancien président Donald Trump, la représentante Marjorie Taylor Greene (R-GA), le psychologue clinicien Jordan Peterson, le Dr James Lindsay et d’autres. Le PDG de Tesla et SpaceX a en outre indiqué qu’il y aurait une « amnistie » pour des milliers d’autres comptes qui ont été interdits.

[…]

source: https://www.theepochtimes.com/eu-threatens-elon-musk-with-possible-twitter-ban-over-disinformation_4897775.html

 
voir aussi: Elon Musk déclare qu’il y a « d’autres preuves tangibles » à venir et qu’il n’est pas suicidaire
EU Threatens To Ban Twitter Over Musk’s Lack of Censorship

https://freebeacon.com/latest-news/report-eu-threatens-to-ban-twitter-over-musks-lack-of-censorship/

Twitter Banned From Europe If Elon Musk Doesn’t Comply (6:10, traduction automatique)

https://by-jipp.blogspot.com/2022/12/les-censeurs-politiquement-tres.html#more

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s