Ce que Poutine a en tête pour 2023 : scénarios pour une sortie de conflit

Cet article daté du 1.12.2022  et rédigé par Mikhaïl Rostovski est initialement paru sur  mk.ru. Il n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier des Stratèges. 

https://www.mk.ru/politics/2022/12/01/chto-putin-zadumal-na-2023-god-skrytaya-dramaturgiya-specoperacii.html

L’événement principal de la décennie en Russie est, bien sûr, l’« opération spéciale ». Et l’un des experts les plus importants concernant l’Opération Militaire Spéciale (OMS) dans notre pays est Vasily Kashin, directeur du Centre d’études européennes et internationales approfondies de la Higher School of Economics.

« Voulez-vous comprendre ce qui se passe réellement sur le champ de bataille en Ukraine ? Alors parlez à notre Vasily ! ».

J’ai entendu ces mots d’un des spécialistes russes respectés des affaires internationales, moins d’un mois après le début du conflit. Au début, je n’y attachais aucune importance. Mais j’ai vite découvert que j’attendais, avec une impatience non dissimulée, la publication de chaque nouvel article de Vasily Kashin sur le parcours de l’OMS.

« Quand les canons parlent, les muses se taisent ». C’est une forme révisée du dicton du grand orateur romain antique, Ciceron. Bien sûr, à son époque, il n’existait pas de canon. Mais dans une période de conflits complexes et de lutte de pouvoirs tout aussi complexes, non seulement le son des muses est rare, mais également une analyse sobre et perspicace de ce qui se passe. Le moyen le plus sûr de combler ce déficit est de lire l’avis et les commentaires de Vasily Kashin.

L’avenir de “l’Opération Militaire Spéciale”

MR : Vasily, à quoi ressemblent vos prévisions pour le cours ultérieur de l’OMS ? Doit-on, par exemple, s’attendre à une trêve hivernale des hostilités ?

VK : Je pense qu’il faut s’attendre à une escalade hivernale des hostilités. Nous la verrons certainement en décembre ou au début de l’année prochaine. Il n’y a aucune raison de faire une pause. Alors que la Russie continue de marteler les infrastructures ukrainiennes, il y aura de plus en plus de motifs pour essayer d’accélérer les choses. Mais en même temps, la Russie augmentera le nombre de forces au front. A ma connaissance, seule une petite partie des personnes mobilisées a été transférée dans la zone des opérations militaires. La plupart d’entre eux sont encore en Russie – parfois très loin de la zone – et sont engagés dans des entraînements au combat. Dans le même temps, les problèmes liés à leur équipement sont en cours de résolution. Tout cela prend du temps. Mais lorsque tous ces problèmes seront résolus, le transfert des mobilisés et des volontaires dans la zone de combat entraînera une augmentation du nombre de forces russes sur le théâtre des opérations militaires. Une telle augmentation des effectifs ne peut passer inaperçue. C’est un changement radical de situation et du rapport de forces.

MR : En combien de temps ce changement radical de forces peut-il conduire à la fin du conflit ?

VK Le projet de budget russe suppose une forte augmentation des dépenses militaires pour 2022 et 2023 et une diminution des dépenses de défense en 2024. Par conséquent, la prévision de base à partir de laquelle les dirigeants russes procèdent est la poursuite des hostilités pendant toute ou la majeure partie de 2023. C’est la réalité actuelle. Mais il est possible que le conflit se termine un peu plus tôt ou beaucoup plus tard. « Beaucoup plus tard » est aussi, et malheureusement, une perspective très réelle. Le conflit pourrait durer longtemps. Mais je crois que le temps est de notre côté. Si nous n’avons pas de graves échecs et catastrophes – une catastrophe, ce n’est pas que nous quittions Kherson, mais si un grand groupe russe est encerclé et vaincu -, alors progressivement les coûts américains de financement du conflit en Ukraine augmenteront fortement sans aucun résultat positif pour l’Amérique.

MR : Ça va grincer – mais est-ce sûr de grincer ? Dans quelle mesure pouvons-nous être sûrs qu’à la suite de ce conflit, l’Ukraine sera le perdant final et irrévocable ?

VK : L’Ukraine est déjà en perte finale et irrévocable. Les autorités russes l’ont dit à plusieurs reprises : il ne s’agit pas d’un conflit entre la Russie et l’Ukraine, mais d’une guerre hybride entre la Russie et les États-Unis, dans laquelle l’Ukraine agit comme une arme américaine. Si vous regardez la position américaine et écartez les déclarations purement démagogiques, tout se résume à l’objectif déclaré d’infliger une défaite stratégique à la Russie. Ce qui l’affaiblirait de sorte qu’à l’avenir, elle ne poserait aucun problème aux États-Unis et permettrita à l’Amérique de se concentrer entièrement sur la Chine. Les deux parties se livrent une guerre hybride entre elles sur le territoire de l’Ukraine. Oui, la Russie est dans une position moins favorable que les États-Unis : elle se bat avec son propre peuple. Et les Américains au cours de ce conflit supportent principalement des pertes économiques et quelques pertes politiques. Mais l’essentiel est que le sort de l’Ukraine, en tant que telle, n’intéresse au premier chef aucun des acteurs. Très probablement, ce n’est pas d’un intérêt primordial, même pour les dirigeants de l’Ukraine elle-même, qui se préoccupent surtout de leur propre avenir, de leur bien-être et de leur survie politique. Les dommages infligés à l’Ukraine ne peuvent être réparés dans un délai raisonnable. L’Ukraine, déjà au moment du début de l’Opération Militaire Spéciale, était un État économiquement en faillite. Le maintien de son fonctionnement dépendait d’un apport constant d’aide économique extérieure de la part des institutions financières internationales. Nous sommes maintenant arrivés à une situation où l’Ukraine a besoin d’injections extérieures de 3 à 5 milliards de dollars par mois juste pour fonctionner. Le budget ukrainien pour l’année prochaine suppose que 58 % des revenus seront constitués de prêts et de dons étrangers. Mais le budget de l’État a été rédigé avant le début de la campagne russe de bombardement stratégique des infrastructures ukrainiennes. En réalité, la situation sera encore pire. L’Ukraine est susceptible d’arriver à un point où son budget dépendra de l’aide étrangère jusqu’à 80 %. C’est à peu près le montant dont le budget de l’Afghanistan dépendait de l’aide étrangère sous le président Ashraf Ghani, chassé par les talibans.

Pourquoi la guerre d’Ukraine va coûter toujours plus chers aux Etats-Unis

MR : Excusez-moi, mais tant que le conflit n’est pas terminé, la thèse sur l’échec économique de l’Ukraine a-t-elle un sens ? Après tout, les étrangers sont heureux de boucher tous les trous du budget ukrainien.

VK : A ce stade, la question se pose de comparer nos ressources et les ressources des Etats-Unis. L’Amérique en a davantage. Mais pour nous maintenant, le conflit ukrainien est la principale et la seule chose sur laquelle les forces sont lancées. Et les États-Unis ont des intérêts partout dans le monde. Il s’agit, par exemple, d’une course aux armements très coûteuse avec la Chine dans le Pacifique, qui ne se développe pas très bien pour eux. Ce sont le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Amérique latine. En huit mois de 2022, le montant de l’aide occidentale déclarée à l’Ukraine a dépassé 105 milliards de dollars. C’est un montant qui dépasse de loin le budget annuel de la défense de la Russie. Et plus de la moitié de ce montant revient aux Américains. Mais l’année n’est pas encore finie. Et l’année prochaine, pour plusieurs raisons, sera encore plus coûteuse pour l’Occident. Au début du conflit, l’Ukraine a combattu en utilisant d’énormes stocks d’armes soviétiques. Prenons, par exemple, les missiles anti-aériens. L’Union soviétique a laissé tant de missiles pour le S-300 que les discussions sur leur épuisement n’ont commencé qu’après 9 mois d’opération militaire. Mais bientôt, les forces armées ukrainiennes devront utiliser quotidiennement des dizaines ou des centaines de missiles anti-aériens de systèmes occidentaux modernes. Si nous parlons, par exemple, du complexe NASAMS, un missile anti-aérien coûte plus d’un million de dollars. Le complexe ASK IRIS-T possède lui un missile anti-aérien d’une valeur de plus de 400 000 euros. Par conséquent, au cours des 12 premiers mois de l’OMS, le monde occidental devra dépenser 120 à 130 milliards pour l’Ukraine. L’année prochaine, ce montant sera encore plus élevé. Bien sûr, ils le financeront. Mais combien de temps cela peut-il encore durer ?

MR : Est-il juste de considérer toutes ces dépenses comme des coûts américains, et non, par exemple, comme un volume supplémentaire de commandes pour le complexe militaro-industriel américain ?

VK : Le complexe militaro-industriel américain, bien sûr, est très influent. Mais à la fin, quelqu’un doit payer pour ces produits. Quand les États-Unis, grâce à leur politique, vendent pour 40 milliards de dollars d’armes à l’Arabie saoudite, c’est vraiment un succès : à la fois pour les États-Unis et pour le complexe militaro-industriel américain. Mais quand les Américains, dans une situation économique peu favorable, avec de gros déficits budgétaires et un mécontentement de masse, dépensent plusieurs dizaines de milliards de dollars, plusieurs centaines de milliards de dollars à long terme, pour le conflit en Ukraine, cela devient peu à peu un problème.

MR : Même avec leur habitude de relever constamment et de manière incontrôlable le plafond du déficit budgétaire autorisé ?

VK : Ils l’ont vraiment fait et le font – mais pas complètement de manière incontrôlable. Les restrictions liées à la nécessité de lutter contre l’inflation entrent en jeu. Il est impossible d’augmenter indéfiniment la masse monétaire dans l’économie. Ils ont aussi leurs limites. Et ils s’en approchent. Pendant longtemps, ils ont « inondé » tous les problèmes de l’économie avec des flux d’argent. Leurs ressources sont certes vastes et largement supérieures aux nôtres, mais elles ne sont pas illimitées. Il y a un million d’endroits pour le dépenser. Et certains de ces endroits sont bien plus importants pour les États-Unis que le conflit avec la Russie.

Dans tous les cas, l’avenir économique de l’Ukraine est sombre

MR : L’Occident assure que malgré tous les problèmes, il est prêt à dépenser autant que nécessaire pour le conflit avec la Russie. Et autant que nécessaire sera également dépensé pour la restauration de l’Ukraine. Qu’en pensez-vous ?

VK : Lorsque le conflit prendra fin, il est clair que la partie de la population ukrainienne, qui se trouve actuellement en Europe, ne retournera pas dans les ruines de l’économie de l’Ukraine. Après la « dé-dynamisation » des villes, une nouvelle vague d’émigration va commencer. La perte totale de la population peut atteindre dix millions de personnes. La majorité de ceux qui sont partis sont des femmes valides en âge de procréer et des enfants. C’est un coup dur et irréversible pour l’économie et la démographie, en plus de la perte des dernières industries compétitives, de la destruction des infrastructures. Même avant le début de l’Opération Militaire Spéciale, l’Ukraine n’était pas en mesure d’entretenir de manière indépendante toutes les infrastructures héritées de l’URSS, de remplir ses obligations sociales et de maintenir le système de santé. Bien qu’ils aient brutalement réduit et « réformé » ces systèmes, le volume des obligations au titre des retraites et des prestations sociales restait sensiblement plus important que celui des pays en développement présentant des indicateurs socio-économiques similaires. Maintenant, en raison de l’énorme quantité de destructions, de morts et de blessés, ces obligations sociales augmenteront considérablement. Or, la base économique a été détruite. Oui, bien sûr, il y aura une reconstruction post-conflit. Mais nous savons comment se passe généralement une telle opération. L’argent qui sera alloué sera « maîtrisé » par des entrepreneurs occidentaux. Une fraction de cet argent sera détournée par ces entrepreneurs et une autre investie sur place. Ben sûr, il y aura des reconstructions. Mais ce ne sera pas comparable aux dommages causés. Après la fin de l’OMS en Ukraine, un tel trou économique se formera que même aucun des revenus confisqués à la Russie ne suffira à le combler ou alors et si c’est suffisant, seulement pour une très courte période.

MR : Revenons du futur au présent. Pourquoi, malgré tous les problèmes que vous avez décrits, le régime de Kiev ne s’effondre-t-il pas, comme cela s’est produit avec le régime de Ghani en Afghanistan ?

VK : Pourquoi devrait-il s’effondrer ? Le régime de Ghani avait affaire à la fois à un ennemi intérieur et à un ennemi extérieur. Il ne faut pas se faire d’illusions : même la destruction de l’industrie électrique ukrainienne n’affectera en rien la stabilité du gouvernement ukrainien et sa position sur la question des négociations avec la Russie. Ce qui se passe avec l’infrastructure et l’économie ukrainiennes ne conduit certainement pas à l’effondrement de l’Ukraine. Ça n’arrivera pas. Ou peut-être pas avant un certain temps dans le futur, lorsqu’ arrivera le point de rupture. Mais on ne peut pas compter dessus. A quoi peut-on s’attendre alors ? Et bien à l’affaiblissement progressif de la capacité de combat des forces armées ukrainiennes en raison de pertes élevées, de l’apparition de trous dans leur logistique à cause de la destruction de l’économie et d’une forte augmentation des coûts de notre principal ennemi, les États-Unis, s’ils veulent poursuivre ce conflit. A en juger par la récente déclaration de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, la perte des forces armées ukrainiennes, uniquement par les personnes tuées, dépasse 100.000 personnes. En fait, pour un certain nombre de raisons, ce chiffre peut être plus élevé. Leurs pertes sont plusieurs fois supérieures aux pertes des forces russes, de la République de Lougansk, de la République de Donetsk et des formations de volontaires. Et elles vont augmenter. Les États-Unis en ressentiront également les effets, car ils devront débourser des dizaines de milliards de dollars supplémentaires pour maintenir l’Ukraine dans un état de combat. Et l’Europe devra faire face à quelques millions de réfugiés ukrainiens supplémentaires.

MR : Quelles sont les chances de transférer le conflit sur le « vieux » territoire de la Russie ?

VK : A petite échelle, ce conflit y a déjà été transféré. Nous avons des bombardements constants de notre zone frontalière. Mais d’éventuelles tentatives pour pénétrer plus profondément dans ce territoire – afin de s’emparer d’une zone frontalière à des fins de propagande – conduiront à des résultats indésirables pour l’Ukraine. Sur son « ancien » territoire, la Russie est prête à utiliser des unités composées de conscrits. Une entrée massive de l’Ukraine sur ce territoire augmenterait le vivier de soldats dont disposent les dirigeants russes, qu’ils ont jusqu’à présent refusé d’utiliser pour des raisons politiques. Nous ne pouvons pas exclure cela. On voit que le commandement russe se prépare à un tel scénario en construisant un système de fortifications le long de la frontière. Mais il est loin d’être certain que cela se produira. Une autre option théoriquement possible consiste à transférer des armes à longue portée vers l’Ukraine et à commencer à tirer avec ces armes profondément en Russie. Si cela se produit, cela conduira à une escalade nucléaire du conflit et au possible retrait de la Russie de certains accords sur le régime de non-prolifération des armes de destruction massive : par exemple, du régime de contrôle de la technologie des missiles. Quel est l’intérêt de refuser de fournir à l’étranger des ICBM qui atteignent les États-Unis et donc à ceux qui sont prêts à les payer, si les États-Unis fournissent à l’Ukraine des missiles qui atteignent les grandes villes russes ? Tant que l’autre partie s’en abstient, il n’y a pas de problème. Nous avons des exemples d’obus d’artillerie occidentaux et, dans certains cas, de missiles tirés sur l’«ancien» territoire russe. Mais ça ne va pas plus loin que ça. Il faut toujours se préparer au pire. Mais il y a des chances que nous menions le conflit sans avoir besoin de cela.

MR : Et comment évaluez-vous la probabilité d’une nouvelle vague de mobilisation en Russie ?

VK : Tout dépendra beaucoup de la stratégie des opérations militaires qui sera choisie par la Russie. S’il s’agit de tenir des positions et d’une offensive locale dans certaines petites zones, alors de nouvelles vagues de mobilisation ne seront tout simplement pas nécessaires. S’il y a une offensive majeure, ce qui est également possible, alors tout dépendra de la portée de cette offensive. Mais de manière générale, je pense que jusqu’à présent de nouvelles vagues de mobilisation sont peu probables car elles n’ont aucun sens. On peut même avoir des problèmes d’infrastructure pour former et équiper la nouvelle vague, si elle est comparable à la précédente. D’un point de vue quantitatif, quand ceux qui sont déjà mobilisés seront au front, il y aura un alignement de nos forces avec celles ukrainiennes. Le problème clé de leur supériorité en nombre disparaîtra.

Quel est le coût de la guerre d’Ukraine pour la Russie? 

MR : Vous avez beaucoup parlé de l’augmentation du prix économique du conflit ukrainien pour les États-Unis. Mais dans quelle mesure l’Opération Militaire Spéciale pèse-t-elle sur notre économie ?

VK : Pour autant que nous le sachions, cette année, le déficit budgétaire de la Russie sera d’environ 1 % du PIB. A un moment donné, on s’attendait généralement à un excédent budgétaire. Pour un conflit d’une telle ampleur que celui que nous connaissons actuellement, il s’agit d’un indicateur budgétaire sans précédent. Cela signifie que la Russie mène l’Opération Militaire avec beaucoup de prudence et essaie de minimiser ses coûts. Bien sûr, nous avons encore une chute de l’économie. Mais toute la question est la taille de cette chute. Au début du conflit, des économistes russes très respectés avaient prédit une chute du PIB du pays pouvant atteindre 23 %. De telles erreurs dans les calculs étaient dues au fait qu’il n’y avait pas d’appareil scientifique pour une prévision précise. Pour faire une prédiction, des statistiques sur des situations similaires passées sont nécessaires. Mais il n’y avait pas de telles données. Auparavant, personne n’avait jamais imposé de telles sanctions à un pays aussi grand et inclus dans l’économie mondiale moderne que la Russie. Maintenant, on espère que la baisse sera inférieure à 3 %. Dans le même temps, cela se fait principalement au détriment du secteur des services. Dans l’industrie, la baisse est minime. L’emploi reste élevé. Du point de vue de l’économie, nous avons certainement une crise. Mais elle est plus douce que certaines des crises macroéconomiques traditionnelles que nous avons connues. L’effet principal de cette crise n’est pas en termes macroéconomiques. C’est le fait que les riches et le segment supérieur de la classe moyenne russe ont perdu l’accès à certains des types de consommation auxquels ils sont habitués. Mais ce sont des choses qui, dans la situation actuelle, peuvent probablement être négligées.

MR : Est-ce vraiment possible ? A-t-on des raisons de dire que les sanctions occidentales se sont révélées inefficaces ? Ou n’ont-ils pas encore commencé à mordre ?

VK : Les sanctions se sont avérées inefficaces à court et moyen terme. Elles n’affectent pas la capacité de la Russie à mener l’Opération Militaire Spéciale. Mais elles représentent un problème gigantesque pour les perspectives à long terme de notre développement. La principale composante de ce problème est la perte d’accès aux composants électroniques modernes et aux équipements industriels modernes. Une partie de cela peut être remplacé par la Chine, mais pas la totalité. Les Chinois sont eux-mêmes dans une position vulnérable sur un certain nombre de domaines. Contrairement à la mythologie développée sur les sanctions secondaires, la Chine fait beaucoup pour nous soutenir. Mais il y a des choses qu’ils ne peuvent pas faire. Par exemple, ils sont dans une position encore plus vulnérable que nous en ce qui concerne l’industrie de l’aviation civile. Nous sommes en mesure de produire au moins le TU-204, qui nous appartient en totalité. Peut-être que dans quelques années, nous entrerons dans la production totalement autonome d’un « superjet ». Les Chinois ne disposent généralement pas d’un seul avion civil qui ne dépendrait pas entièrement de composants étrangers. Et il n’y a aucune condition préalable à son apparition dans un avenir prévisible. Bref, dans certains domaines, la Chine ne pourra pas nous aider. Nous devrons régler nos problèmes par nous-mêmes.

MR : Et comment allons-nous nous en sortir exactement ? Existe-t-il déjà au moins une compréhension théorique de la manière dont la Russie peut résoudre ce gigantesque problème ?

VK : Il y a l’exemple de pays qui, s’étant trouvés dans une situation nettement pire que celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement, ont montré et montrent encore une forte volonté de survivre et de se développer. Il s’agit notamment de l’Iran et de la Corée du Nord. Donc, il est inutile de se plonger précipitamment dans un mouvement d’angoisse. Je ne parle pas de l’économie de ces pays dans son ensemble. Parce que ces pays sont radicalement différents de la Russie à bien des égards, et une telle comparaison est donc complètement inutile. A contrario, il est à la fois possible et nécessaire de parler de la capacité de l’Iran et de la Corée du Nord à mener une politique d’innovation assez bien conçue. L’Iran est le seul pays du Moyen-Orient qui produit ses propres superordinateurs, ses propres turbines à gaz et ses propres équipements industriels. C’est le seul pays du monde islamique qui possède son propre programme spatial. L’Iran lance ses satellites avec sa propre fusée depuis son propre port spatial. Une nuance importante doit cependant être apportée : tout cela n’est pas l’héritage de certains développements anciens. Tout cela a été créé à une époque où ils étaient constamment sous le coup de sanctions sévères. Au moment de la révolution islamique en 1979, l’Iran ne savait pas faire de telles choses. Pour un pays qui a commencé presque à zéro, c’est une énorme progression. Soit dit en passant, l’Iran occupe l’une des premières places en termes de croissance du nombre de publications scientifiques dans des revues internationales. L’Iran est une grande puissance scientifique.

MR : La Corée du Nord est-elle aussi une grande puissance scientifique ?

VK : La Corée du Nord peine à être présente – mais est présente – sur le marché mondial de la programmation offshore. Pyongyang envoie régulièrement des équipes entières de ses informaticiens à l’étranger. La Corée du Nord essaie d’exporter certaines des machines-outils qu’elle fabrique. Et je dois reconnaître que ce ne sont pas les pires des machines. Permettez-moi de le souligner une fois de plus : l’Iran et la Corée du Nord sont des pays complètement différents de la Russie. La Corée du Nord n’a aucun minerai. La Corée du Nord manque de ressources. L’Iran a du pétrole, mais le pays manque cruellement de ressources. L’Iran, par exemple, est contraint d’importer des millions de tonnes de céréales par an. Et en Iran, il existe de nombreux programmes gigantesques pour subventionner tout et n’importe quoi au bénéfice de la population. Pendant de nombreuses années, la difficulté a été de subventionner le prix de l’essence, d’essayer de maintenir le plus bas possible les prix des biens, de résoudre de nombreux problèmes sociaux associés à l’idéologie islamique. Ils ont une population jeune. Cela crée une pression sur le marché du travail. Bref, nos pays ne sont pas comparables. Mais, si nous ne parlons que de technologie et d’innovation, alors ma conclusion est la suivante : vous pouvez développer la technologie et l’innovation même en étant isolés. C’est un défi, mais c’est un problème qui peut être résolu. Que faut-il exactement pour le résoudre ? La volonté politique, la concentration des ressources, le bon choix des priorités, le bon dosage d’initiative publique et privée, et le juste équilibre entre sécurité et maintien des relations extérieures. Par exemple, il est impossible de passer complètement à la substitution des importations. Nous devons essayer dans la mesure du possible de maintenir notre présence sur les marchés étrangers.

MR :  Sur la question du maintien de notre présence sur les marchés étrangers. Dans quelle mesure la Russie est-elle devenue extrêmement dépendante d’un nombre limité de partenaires étrangers : la Turquie, la Chine, les pays arabes ?

VK : Ce n’est pas un nombre si limité de partenaires. Dans les années 2000, il y a eu des moments où plus de 50 % de tout le commerce extérieur russe se faisait avec l’Union européenne. C’était vraiment une dépendance critique ! Ce que nous avons maintenant n’est pas si effrayant. Dans certains cas, cette dépendance est mutuelle. Certains de nos partenaires ont autant besoin de nous que nous avons besoin d’eux. Ainsi nous occupons, par exemple, une place sensiblement plus modeste dans le commerce extérieur de la Chine qu’eux dans le nôtre. Mais d’un autre côté, nous sommes en mesure d’assurer leur sécurité énergétique dans un environnement où le monde devient de plus en plus agité et où l’économie est utilisée comme une arme. Cela traduit pour nous une réalité sérieuse. Mais, bien sûr, la Russie doit travailler sans relâche pour étendre ses liens avec des pays auxquels Moscou n’a pas prêté suffisamment d’attention dans le passé.

Des changements profonds sont nécessaires dans l’économie russe

MR : Dans quelle mesure la perte du marché européen de l’énergie est-elle douloureuse pour notre économie ?

VK : C’est un coup dur. Mais la perte des liens avec l’Europe est un élément déclencheur pour modifier les fondements du fonctionnement de l’économie russe dans son ensemble. Pendant la majeure partie de son histoire post-soviétique, la Russie a eu un énorme excédent commercial extérieur et un énorme excédent courant. Les fonds ainsi obtenus étaient soit accumulés sous forme de réserves de la Banque centrale, soit exportés sous une forme ou une autre à l’étranger et investis là-bas. Dans le cadre du modèle économique que nous avions, cet argent ne pouvait tout simplement pas être utilisé à l’intérieur de la Russie. Toute tentative de ce genre aurait conduit soit à un raffermissement excessif du taux de change du rouble et à la destruction de l’industrie nationale, soit à une accélération de l’inflation. Dans une large mesure, nos exportations massives vers l’Europe ont « réchauffé l’atmosphère ».

MR : « Mais pour ce « réchauffement de l’atmosphère », nous étions payés en devises fortes, n’est-ce pas ?

VK : Oui, c’est vrai. Mais voilà ce qui s’est passé : une grande partie de l’élite russe a vécu et s’est enrichie aux dépens d’un modèle économique qui se résumait de facto à l’exploitation de la Russie par les pays de l’Union européenne. Nous leur avons exporté des matières premières bon marché, puis nous y avons investi une part importante de l’argent reçu. Et quand nous avons essayé d’exiger l’accès à la technologie ou d’exercer un droit pour résoudre certaines questions relatives à l’emploi de cet argent, on nous a rejetés. Les exemples les plus frappants sont la tentative d’une de nos grandes entreprises d’acheter Opel, ainsi que la tentative du gouvernement russe de devenir actionnaire de la société aérospatiale européenne EADS dans les années 2000. Tout cela avait été fait dans l’espoir d’entrer dans les chaînes de production européennes et d’accéder à la technologie. Rien de tout cela n’a fonctionné pour des raisons politiques. Cela n’a pas fonctionné, et cela ne fonctionnera certainement pas maintenant. Nos réserves accumulées en devises occidentales sont maintenant, comme vous le savez, gelées, et ils prévoient de les confisquer à l’avenir. Et dans le cadre du modèle que nous avons maintenant, nous n’avons tout simplement pas la possibilité d’accumuler des réserves aussi importantes. Il ne sert à rien d’ailleurs de les accumuler. Il n’y a tout simplement aucun outil au monde pour les investir. Même avec le yuan chinois : la Chine ne dispose pas d’un marché financier aussi développé pour mener une telle politique. L’ancien modèle a disparu à jamais. Et peut-être qu’il faut remercier Dieu qu’il en soit ainsi. Cette disparition entraînera certainement de profonds changements politiques, économiques et sociaux au sein de la Russie.

MR : Ces changements profonds n’impliquent-ils pas une baisse significative du niveau de vie de la majorité de la population du pays ?

VK : ils impliquent évidemment des normes de consommation plus basses pour les 20 à 30 % des personnes les plus riches de Russie. Vous perdez l’accès que vous aviez aux voyages, aux services, aux biens que vous pouviez acheter à l’étranger. Mais je ne suis pas sûr que le niveau de vie du reste de la population changera radicalement. Dans certains cas, le retrait des concurrents étrangers de notre marché intérieur peut même conduire à la croissance de secteurs de l’économie russe qui n’étaient pas très développés auparavant. Le problème – non seulement en Russie, mais aussi dans de nombreux autres pays du monde, y compris même aux États-Unis – est que le modèle de mondialisation qui existait était très bon pour une partie de la population, mais ne donnait rien à l’autre partie. Par exemple, ceux qui ont voté pour Trump aux États-Unis sont des représentants de cette partie de la population à qui la mondialisation n’a rien donné. La mondialisation a conduit au fait que les usines où ils travaillaient ont été fermées et cette partie de la population est restées dans la soi-disant « ceinture de rouille ». Mais puisque l’Amérique est au centre de la mondialisation, et en est fondamentalement le bénéficiaire, le rapport est de 50/50 entre ceux qui sont pour la mondialisation aux États-Unis et ceux qui y perdent. Mais beaucoup sont encore pour la mondialisation. Dans des pays comme la Russie, ceux qui ont profité de la mondialisation sont en très petit nombre.

MR : Quelle est la probabilité que le pays revienne à ce qui était habituel dans les années 90 – par exemple, à un déficit budgétaire catastrophique ?

VK : Une telle éventualité n’existe pas. Nous avons une économie différente, une politique budgétaire différente. Les paramètres du déficit budgétaire sont strictement maîtrisés. Si nous sommes confrontés à une telle récession de l’économie et à une baisse des revenus pétroliers et gaziers qui créent une telle menace, nous assisterons très probablement à la dépréciation du rouble, au gel de certains programmes d’investissement, et la situation sera toujours maîtrisée. Mais pour un tel scénario, il n’y a pas encore de fondement.

MR : Y a-t-il des raisons de croire à la possibilité d’un scénario de compromis pour mettre fin au conflit sans perdre la face des deux côtés ?

VK : Oui, il y en a. Mais il est encore trop tôt pour dire que les parties sont prêtes à conclure un tel accord. Et ce ne sera certainement pas un accord entre la Russie et l’Ukraine, même s’il est officialisé comme tel. En réalité, il s’agira sous une forme ou une autre, d’un accord entre la Russie et les États-Unis, même si Moscou et Washington nient le fait de mener de telles négociations sur l’Ukraine. Sans leur compréhension mutuelle, cela n’a pas de sens. Cela est dû au fait que la partie russe ne croit pas à l’autonomie de l’Europe et, de plus, ne croit pas à l’autonomie de l’Ukraine. Moscou ne sera pas prêt à conclure des accords de fond avec la partie ukrainienne.

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/12/03/ce-que-poutine-a-en-tete-pour-2023-scenarios-pour-une-sortie-de-conflit/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s