L’accusation de néo-colonialisme lancée par la droite italienne à la France : à l’origine, le fiasco libyen

Une vidéo circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux montrant Giorgia Meloni s’attaquant violemment à la France, à Emmanuel Macron et la gestion néocoloniale de l’Afrique à travers le maintien du franc CFA dans 14 pays d’Afrique.

Il convient de recontextualiser ces paroles de la toute nouvelle présidente du Conseil italien. Tout d’abord, cette violente diatribe a été prononcée lors d’une émission télévisée de 2019. Les relations franco-italiennes n’étaient pas au beau fixe, loin s’en faut. Emmanuel Macron n’avait-il pas fustigé la « lèpre populiste » représentée, selon lui, par le ministre de l’Intérieur d’alors, Matteo Salvini ? La question migratoire se posait dans les mêmes termes qu’aujourd’hui et Emmanuel Macron n’en finissait plus de déverser sa bile sur le « cynisme des Italiens »« à vomir ». Cette même année, Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères du Mouvement 5 étoiles, mais aussi Matteo Salvini avaient usé des mêmes mots que Giorgia Meloni pour attribuer le rôle néfaste de la France dans la gigantesque crise migratoire que l’Italie avait eu à affronter à l’attitude néo-coloniale française : le franc CFA en était, selon eux, une caractéristique.

Ainsi, pour des raisons lointaines, Giorgia Meloni, Matteo Salvini et Luigi Di Maio reprenaient des arguments des décoloniaux africains.

La suite sur BVoltaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s