Le décor est planté pour les troupes de combat américaines en Ukraine

par Mike Whitney.

« Si quelqu’un de l’extérieur s’immisce en Ukraine, il doit le savoir : S’ils créent des menaces pour nous… nous riposterons immédiatement. Nous avons tous les outils dont nous avons besoin pour répondre, et toutes les décisions sur ce (sujet), ont déjà été prises. » (Vladimir Poutine)

Il ne fait aucun doute que la retraite de Kherson a été un œil au beurre noir pour l’armée russe. Il ne fait également aucun doute que le général qui a ordonné l’évacuation a pris la bonne décision. Certes, l’image est terrible, mais l’image ne permet pas de gagner des guerres. La stratégie, le courage et la puissance de feu font gagner les guerres. Le général russe Sergueï Sourovikine semble avoir compris ce fait, c’est pourquoi il a pris la décision impopulaire de battre en retraite.

Sourovikine aurait pu faire le choix politiquement plus acceptable et défendre Kherson jusqu’au bout, mais les risques étaient bien supérieurs aux avantages. Au dire de tous, les 25 000 soldats russes présents dans la ville auraient facilement pu être encerclés et anéantis par l’artillerie ukrainienne. En outre, Sourovikine aurait été contraint d’engager davantage de troupes dans une mission de sauvetage qui n’aurait pas fait progresser la stratégie militaire globale de la Russie le moins du monde. L’objectif immédiat de la Russie est d’achever la libération du Donbass, une tâche qui n’est pas encore terminée et qui requiert davantage de troupes qui étaient bloquées à Kherson.

À toutes fins utiles, la retraite de Kherson était une évidence. Si le scénario de cauchemar s’était déroulé – comme beaucoup s’y attendaient – et que des milliers de soldats russes s’étaient retrouvés encerclés et massacrés pour défendre une ville de faible valeur stratégique, le soutien populaire à la guerre en Russie aurait disparu du jour au lendemain. Ni Poutine ni Sourovikine ne pouvaient se permettre de prendre ce risque. Au lieu de cela, ils ont opté pour le repli et l’évacuation pendant qu’ils le pouvaient encore, ce qui, bien sûr, a déclenché la fureur de leurs détracteurs qui n’en reviennent toujours pas. La bonne nouvelle, cependant, est que le désastre de relations publiques de Kherson n’aura pas d’impact significatif sur l’issue de la guerre. La Russie est toujours sur la bonne voie pour atteindre tous ses objectifs stratégiques, malgré les embûches qu’elle a rencontrées en cours de route. Voici un bref récapitulatif du retrait russe, tiré d’une interview du colonel Douglas MacGregor :

« Lorsque le général Sourovikine a pris le commandement… il a été décidé que la Russie allait attendre une opération décisive pour mettre fin à la guerre. En d’autres termes, nous ne pouvons plus nous contenter de défendre le sud de l’Ukraine et le territoire que nous avons annexé, nous ne pouvons plus espérer de négociations avec qui que ce soit – c’est terminé – nous devons mettre fin à la guerre.

Comment mettre fin à la guerre ? Eh bien, vous lancez des opérations qui sont si dévastatrices dans leur pouvoir de destruction que l’ennemi ne peut y résister. Cependant, si vous faites cela, vous allez devoir réduire les activités actuelles (comme Kherson). En d’autres termes, vous devez apporter des changements sur le terrain, réorganiser les troupes, modifier les engagements en matière de ressources, car vous êtes en train de constituer des forces qui ne sont pas encore dans le sud de l’Ukraine… mais qui sont préparées par la mobilisation de 300 000 soldats intégrés dans cette nouvelle force en vue d’opérations futures… qui auront lieu cet hiver, lorsque le sol sera gelé … Donc, je considérerais (le retrait) comme une décision opérationnelle avec des avantages à court terme pour soutenir la stratégie à long terme de construction de cette énorme puissance de frappe… Les Russes ne font plus confiance aux négociations. Je ne pense pas que nous puissions dire quoi que ce soit aux Russes à ce stade qui les persuaderait d’arrêter »1.

Ainsi, selon MacGregor, le repositionnement des troupes est la clé de la stratégie globale qui a changé sous Sourovikine. Sous le nouveau commandant, l’objectif principal des opérations militaires est l’anéantissement de toutes les forces et de tous les moyens qui permettent à l’ennemi de continuer à faire la guerre. Je soupçonne que cela signifie l’élimination du régime Zelensky et de ses services de sécurité, mais je peux me tromper. Quoi qu’il en soit, l’offensive russe à venir sera beaucoup plus conforme à une guerre terrestre conventionnelle avec des armes combinées qu’à l’opération militaire spéciale que nous avons vue jusqu’à présent. Moscou est déterminé à régler la question aussi rapidement que possible et avec autant de force que nécessaire. Il n’y aura plus de tergiversations.

Cela dit, des rapports récents (voir ci-dessous) suggèrent que l’administration Biden pourrait déployer des troupes de combat américaines sur le théâtre des opérations en réponse à toute escalade russe susceptible de modifier le cours de la guerre. Si ces rapports s’avèrent exacts, l’offensive hivernale tant attendue pourrait déclencher une conflagration directe entre les États-Unis et la Russie. Compte tenu de la trajectoire de la guerre jusqu’à présent, nous pensons que ce n’est qu’une question de temps avant que Washington ne sorte de derrière ses proxies et n’engage les troupes russes sur le champ de bataille. De nombreux éléments indiquent que le Pentagone se prépare déjà à cette éventualité.

Des communications secrètes entre le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et l’ancien ambassadeur russe à Washington, Iouri Ouchakov, et l’ancien chef du FSB, Nikolaï Patrouchev, suggèrent que Sullivan a averti ses homologues russes que les États-Unis ne laisseraient pas la Russie régler le conflit selon ses propres termes, mais prendraient toutes les mesures nécessaires pour empêcher une victoire décisive de la Russie. Consultez cet extrait d’une autre interview du colonel Douglas MacGregor :

MacGregor : Jake Sullivan a parlé des dangers de l’escalade… Il a simplement dit que « Nous voyons des preuves que vous, la Russie, vous préparez à l’escalade de ce conflit. Ce qui est vrai ; nous avons parlé de cette offensive (imminente de l’hiver russe). Et nous vous mettons en garde contre cela (a déclaré M. Sullivan). L’implication tacite, à ce stade, est que nous sommes prêts à entrer dans ce conflit d’une manière ou d’une autre, car nous ne vous permettrons pas de diviser l’Ukraine. Nous ne vous permettrons pas de combattre et de gagner cette guerre sur vos propres termes. »

Napolitano : Savez-vous si Sullivan a mentionné la présence des 40 000 soldats américains (101st Airborne) en Pologne ?

MacGregor : Nous ne le savons pas, mais nous pensons, en nous basant sur les propos qui ont été divulgués dans le paragraphe que j’ai reçu d’une autre source, qu’il (Sullivan) a laissé entendre qu’ils ont 90 000 soldats en Pologne et en Roumanie, et que, potentiellement, si la Russie escalade, vraisemblablement, à l’échelle que nous pensons que les Russes vont escalader, nous (les États-Unis) pourrions être prêts à intervenir. Et nous interviendrions avec 40 000 soldats américains, 30 000 soldats polonais et 20 000 soldats roumains … Sullivan a clairement indiqué que nous sommes en mesure d’intervenir …

Ce que nous ne savons pas, c’est ce que les Russes ont dit en réponse, parce que si vous êtes russe, la ligne rouge est claire : « Si vous vous déplacez en Ukraine, vous serez en guerre contre la Russie ». Nous semblons être dans le déni à ce sujet.

Napolitano : Laissez-moi être clair : Croyez-vous que Jake Sullivan… a menacé les Russes que s’ils franchissaient ces lignes rouges, ils rencontreraient la résistance militaire américaine en Ukraine ? »

MacGregor : Je pense que cette implication a été faite. C’est l’impression que j’ai et je ne pense pas que nous devrions être surpris à ce sujet parce que la position de l’Ukraine se détériore très rapidement… Et nous sommes très préoccupés par un effondrement ukrainien. Certaines estimations indiquent que l’ensemble de l’économie et de la structure sociale s’effondrera dans les 60 jours. Certains disent qu’ils vont faire une mobilisation générale en Ukraine dès maintenant, qui pourrait inclure les femmes, parce que leur base de main-d’œuvre est épuisée. Et, rappelez-vous, les gens continuent de quitter l’Ukraine autant que possible parce que personne ne veut être coincé dans un pays qui n’aura bientôt plus de courant, plus d’électricité, et où il y aura des difficultés à obtenir de l’eau et de la nourriture. La situation en Ukraine est catastrophique.

Napolitano : Que font les 40 000 soldats américains de la 101ème aéroportée en Pologne ?

MacGregor : Ils se préparent aux opérations de combat.

Napolitano : Le département de la Défense a-t-il remis au président des États-Unis des plans pour l’entrée des troupes américaines en Ukraine ? Est-ce que c’est fait ?

MacGregor : Je pense que ces plans ont certainement été discutés, sinon communiqués à Jake Sullivan. Le secrétaire d’État (Anthony Blinken) est certainement au courant. Je ne sais pas ce qu’ils ont dit au président. J’espère qu’il a reçu des informations. Encore une fois, tout cela est très grave parce que nous sommes au milieu d’une élection et que cela pourrait se produire sans aucune consultation avec le Congrès.

Napolitano : Quel est le statut des 300 000 réservistes que Poutine a appelés il y a un mois ?

MacGregor : La majorité d’entre eux ont déjà été intégrés dans des formations et des unités – beaucoup d’entre eux sont allés dans des unités qui étaient en sous-effectif et qui sont maintenant de retour à leur « plein effectif ». Certains ont été intégrés dans de nouvelles unités. (Note : Je pense que MacGregor pourrait se tromper à ce sujet. D’autres analystes suggèrent que seuls 80 000 réservistes ont été envoyés en Ukraine jusqu’à présent. Le processus pourrait prendre quelques mois avant que l’ensemble du déploiement ne soit achevé). Il est presque terminé mais, en fin de compte, la température minimale en Ukraine a été de 3 degrés, ce qui signifie que vous serez toujours bloqué dans la boue, que vous attaquiez ou défendiez. Jusqu’à ce que le sol gèle, je ne pense pas qu’il se passe grand-chose… Mais quand l’hiver arrivera et que le sol gèlera, c’est là que les Russes attaqueront. Et nous en voyons la preuve depuis au moins trois directions différentes, dont l’est, le sud-est et le nord. Et, à en juger par le renforcement (militaire), les systèmes d’armes qui sont en place et les fournitures qui sont disponibles, il s’agit d’une offensive destinée à mettre fin à la guerre. Nous ne savons pas si elle y parviendra ou non. Mais je pense que c’est l’idée.

Il y a une dernière chose sur laquelle j’aimerais vous laisser : Quand le général Sourovikine, le commandant du théâtre occidental a accepté sa nomination, il a fait ces brèves remarques. Il a dit « Une solution syrienne pour l’Ukraine est inacceptable ». En d’autres termes, nous ne laisserons pas l’Ukraine tomber sous l’influence de divers acteurs qui maintiennent l’Ukraine dans un état d’agitation et de guerre permanent. C’est un signal très clair, qui indique qu’en lançant (l’offensive d’hiver), ils ont l’intention de mettre fin au conflit. Il serait donc très imprudent de notre part d’y faire obstacle … Nous ne disposons tout simplement pas du niveau de soutien nécessaire pour en garantir le succès.

« C’est une ligne rouge en Ukraine », Colonel Douglas MacGregor, Judging Freedom

La Russie est désormais prête à faire tout ce qu’il faut pour gagner la guerre rapidement et laminer l’armée hostile qui représente une menace pour sa sécurité nationale. Si les forces américaines se joignent aux combats, le calcul de la victoire pourrait changer radicalement, mais les objectifs stratégiques resteraient les mêmes. On ne peut s’attendre à ce qu’une nation vive en paix lorsqu’une arme est pointée sur sa tête. C’est pourquoi Poutine s’est opposé à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, et c’est pourquoi la guerre actuelle est menée.

source : The Unz Review

traduction Réseau International

2 réflexions sur “Le décor est planté pour les troupes de combat américaines en Ukraine

  1. encore une fois, les USA espèrent le faire au bluff, en joueur de poker qu’ils sont, mais les Russes ne jouent pas au poker et ne jouent pas du tout d’ailleurs. L’intervention serait la dernière choses à faire pour les USA s’ils ne veulent pas retourner à l’époque des arcs et des flèches Les USA n’ont rien à faire en Europe la doctrine Monroe ne s’applique pas ici, ce n’est pas le même continent

    J’aime

  2. Ping : Le décor est planté pour les troupes de combat américaines en Ukraine – information nationaliste – Politique émois et moi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s