Berlin se rend à Pékin : La vraie affaire

par Pepe Escobar.

La caravane Scholz s’est rendue à Pékin pour poser les jalons d’un accord de paix avec la Russie, avec la Chine comme messager privilégié.

Avec son flair inimitable pour l’analyse économique imprégnée de profondeur historique, le dernier essai du professeur Michael Hudson, écrit à l’origine pour un public allemand, présente un parallèle étonnant entre les Croisades et l’actuel « ordre international fondé sur des règles » imposé par l’hégémon.

Le professeur Hudson explique en détail comment la papauté romaine est parvenue à s’assurer un contrôle unipolaire sur les royaumes séculiers (ça vous dit quelque chose ?) alors que le jeu consistait à faire prévaloir la papauté sur les rois, en particulier les Saint-Empereurs romains germaniques. Comme nous le savons, à moitié en plaisantant, l’Empire n’était pas exactement Saint, ni allemand (peut-être un peu romain), et même pas un Empire.

Une clause des Dictats papaux donnait au Pape l’autorité d’excommunier quiconque n’était « pas en paix avec l’Église romaine. » Hudson note avec acuité comment les sanctions américaines sont l’équivalent moderne de l’excommunication.

On peut soutenir qu’il y a des dates Top 2 dans tout le processus.

La première serait le troisième concile œcuménique de 435 : c’est à ce moment-là que l’on a attribué à Rome (c’est moi qui souligne) l’autorité universelle (c’est moi qui souligne). Alexandrie et Antioche, par exemple, étaient limitées à une autorité régionale au sein de l’Empire romain.

L’autre grande date est 1054 – lorsque Rome et Constantinople se sont séparées pour de bon. En d’autres termes, l’Église catholique romaine s’est séparée de l’orthodoxie, ce qui nous amène à la Russie et à Moscou en tant que troisième Rome – et à l’animosité séculaire de « l’Occident » contre la Russie.

Un état de Loi martiale

Le professeur Hudson se penche ensuite sur le voyage de la délégation du chancelier Scholz, « saucisse de foie », en Chine cette semaine pour « exiger qu’elle démantèle son secteur public et cesse de subventionner son économie, faute de quoi l’Allemagne et l’Europe imposeront des sanctions sur le commerce avec la Chine ».

Eh bien, il se trouve que ce n’est qu’un vœu pieux enfantin, exprimé par le Conseil allemand des relations étrangères dans un article publié sur le Financial Times (la plateforme à capitaux japonais de la City de Londres). Le Conseil, comme le décrit correctement Hudson, est « le bras néolibéral « libertaire » de l’OTAN qui exige la désindustrialisation et la dépendance de l’Allemagne » vis-à-vis des États-Unis.

Ainsi, le FT, comme on peut s’y attendre, imprime les rêves humides de l’OTAN.

Le contexte est essentiel. Le président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeier, dans un discours-programme prononcé au château de Bellevue, a pratiquement admis que Berlin est fauché : « Une ère de vents contraires commence pour l’Allemagne – des années difficiles, très difficiles, s’annoncent pour nous. L’Allemagne traverse la crise la plus profonde depuis la réunification. »

Pourtant, la schizophrénie, une fois de plus, règne en maître, puisque Steinmeier, après une cascade ridicule à Kiev – avec pose en acteur involontaire recroquevillé dans un bunker – a annoncé une aumône supplémentaire : deux lance-roquettes multiples MARS supplémentaires et quatre obusiers Panzerhaubitze 2000 à livrer aux Ukrainiens.

Ainsi, même si l’économie « mondiale » – en réalité l’UE – est tellement fragilisée que les États membres ne peuvent plus aider Kiev sans nuire à leurs propres populations, et que l’UE est au bord d’une crise énergétique catastrophique, la lutte pour « nos valeurs » dans le pays 404 l’emporte sur tout.

Le contexte général est également essentiel. Andrea Zhok, professeur de philosophie éthique à l’université de Milan, a porté le concept d’« état d’exception » de Giorgio Agamben à de nouveaux sommets.

Zhok propose que l’Occident collectif zombifié soit désormais complètement soumis à un « état de loi martiale » – où une éthique de guerre éternelle est la priorité ultime des élites mondiales raréfiées.

Toute autre variable – du transhumanisme à la dépopulation et même à la culture d’annulation – est subordonnée à l’état de Loi martiale, et est fondamentalement inessentielle. La seule chose qui compte est l’exercice d’un contrôle absolu et brut.

Berlin – Moscou – Pékin

De solides sources économiques allemandes contredisent complètement le « message » délivré par le Conseil allemand des relations extérieures sur le voyage en Chine.

D’après ces sources, la caravane Scholz s’est rendue à Pékin essentiellement pour définir les étapes préparatoires à l’élaboration d’un accord de paix avec la Russie, avec la Chine comme messager privilégié.

C’est – littéralement – aussi explosif, géopolitiquement et géoéconomiquement, que possible. Comme je l’ai souligné dans l’une de mes précédentes chroniques, Berlin et Moscou ont maintenu un canal de communication secret – via des interlocuteurs commerciaux – jusqu’à la minute où les suspects habituels, en désespoir de cause, ont décidé de faire sauter les Nord Streams.

Suivi du désormais célèbre SMS envoyé par l’iPhone de Liz Truss à Little Tony Blinken, une minute après les explosions : « C’est fait. »

Ce n’est pas tout : la caravane Scholz essaie peut-être de lancer un processus long et alambiqué visant à remplacer les États-Unis par la Chine comme allié clé. Il ne faut jamais oublier que le premier terminal de commerce/connectivité de la BRI dans l’UE est l’Allemagne (la vallée de la Ruhr).

Selon l’une des sources, « si cet effort est couronné de succès, alors l’Allemagne, la Chine et la Russie pourront s’allier ensemble et chasser les États-Unis d’Europe ».

Une autre source a fourni la cerise sur le gâteau : « Olaf Scholz est accompagné dans ce voyage par des industriels allemands qui contrôlent réellement l’Allemagne et ne vont pas rester les bras croisés à se regarder être détruits ».

Moscou sait très bien quel est l’objectif impérial lorsqu’il s’agit de voir l’UE réduite au rôle de vassal totalement dominé – et désindustrialisé – exerçant une souveraineté nulle. Après tout, les voies détournées ne gisent pas en lambeaux au fond de la mer Baltique. De plus, la Chine n’a pas laissé entendre que son commerce massif avec l’Allemagne et l’UE était sur le point de disparaître.

Scholz lui-même, un jour avant que sa caravane n’atteigne Pékin, a souligné aux médias chinois que l’Allemagne n’avait aucune intention de se découpler de la Chine et que rien ne justifiait « les appels de certains à isoler la Chine ».

En parallèle, Xi Jinping et le nouveau Politburo sont très au fait de la position du Kremlin, réitérée encore et encore : nous restons toujours ouverts aux négociations, pour peu que Washington se décide enfin à parler de la fin de l’expansion illimitée de l’OTAN arrosée de russophobie.

Négocier signifie donc que l’Empire signe sur la ligne pointillée du document qu’il a reçu de Moscou le 1er décembre 2021, axé sur « l’indivisibilité de la sécurité ». Sinon, il n’y a rien à négocier.

Et lorsque le lobbyiste du Pentagone, Lloyd « Raytheon » Austin, conseille officiellement aux Ukrainiens d’avancer sur Kherson, il est encore plus clair qu’il n’y a rien à négocier.

Tout ceci pourrait-il être la première pierre du corridor géopolitique/géoéconomique trans-Eurasie Berlin-Moscou-Pékin ? Cela signifierait Bye Bye Empire. Une fois de plus : ce n’est pas fini tant que la grosse dame n’a pas fait son Gotterdammerung.

Pepe Escobar

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International

https://reseauinternational.net/berlin-se-rend-a-pekin-la-vraie-affaire/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s