Pourquoi les entretiens présidentiels sont-ils si peu regardés ?

Ma Photo

Le 12 octobre, l’entretien du président de la République avec Caroline Roux (France 2), consacré à la politique internationale, avait été suivi par 5,38 millions de téléspectateurs, audience relativement faible. On avait pu penser que c’était à cause du thème choisi qui en général sollicitait moins l’attention des Français que la politique nationale. Pourtant l’entretien d’hier 26 octobre, avec les mêmes, a subi une baisse encore plus nette (4,07 millions). Il y a donc une désaffection profonde des citoyens non seulement à l’égard des émissions politiques mais pour le verbe présidentiel.

Je regrette pour ma part cet abandon, voire cette indifférence de beaucoup de Français qui ne s’empêcheront pas, pourtant, de fustiger un pouvoir sur lequel leur parti est pris et leurs préjugés définitifs.

Réglons tout de suite le problème tenant à l’objection classique : ce serait partiellement à cause des journalistes. Cette mise en cause est fondée la plupart du temps mais ne peut concerner Caroline Roux qui est excellente, entre courtoisie et pugnacité.

Tout le contraire d’une Léa Salamé dont le hasard fait que j’ai écouté ensuite sa prestation courroucée face à Marion Maréchal qui l’a renvoyée dans ses cordes au sujet de Lola ; comme si la première était seule à être une mère et que la seconde ignorait cette condition.

Il serait malhonnête d’embellir le passé et de ne pas voir que, derrière une curiosité plus vive à l’égard des hommes politiques passés, il y avait déjà un lent mouvement de déclin médiatique et démocratique qui n’a fait que s’aggraver avec Emmanuel Macron. Pour des raisons qui tiennent à la personnalité de celui-ci, à son empathie surjouée et à l’amplification de travers qui ne lui étaient pas spécifiques mais qu’il a poussés à l’extrême.

De la même manière que j’ai exonéré Caroline Roux de la moindre responsabilité – sauf pour cet étrange choix, s’il relève de son initiative, de ne traiter l’essentiel qu’à la fin des échanges -, je voudrais décharger le président des reproches qui n’auraient aucun sens et qui reviendraient peu ou prou à lui dénier talent, intelligence et dialectique. Le tout n’emportant pas forcément l’adhésion, à cause de cette intuition qu’il est doué précisément pour vous entraîner là où la vérité s’efface…

Si cet exercice de communication de plus en plus déserté par les Français prêtait à sourire, je garantis que les absents ont eu tort, notamment à deux moments où le président nous a offert une double face de lui-même.

La christique quand il a affirmé qu’il fallait « se respecter les uns les autres », tout en ayant inspiré l’exclusion de l’arc républicain des députés LFI et RN ! Ils ne seraient donc pas « respectables »… et auraient surtout le grand tort d’être de vrais opposants…

La polémique quand il s’est ensuite énervé sur un mode artificiel, reprochant à la Nupes d’avoir pactisé avec le RN et donc d’être coupable de « désordre et de cynisme ». Il serait trop facile, au regard d’un certain nombre de péripéties dérisoires ou plus graves, de lui retourner cette charge ; elle était surtout révélatrice de son tempérament impérieux qui, à cause de la majorité relative dont son camp ne cesse de pâtir, prétendait en plus imposer la manière dont les oppositions devaient se comporter à l’Assemblée nationale. Pour lui, à l’évidence, il était intolérable que ces oppositions « s’opposent ». Une motion de censure n’est pas valider tel ou tel programme mais vouloir la fin d’un gouvernement !

https://www.philippebilger.com/blog/2022/10/pourquoi-les-entretiens-pr%C3%A9sidentiels-sont-ils-si-peu-regard%C3%A9s-.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s