Peskov coupe court à tous les blablas

par Andrei Martyanov.

… dès le départ. Ceci est pour ceux qui cherchent encore des « colombes » au Kremlin (indice : le Kremlin n’a pas de « colombes »).

La Russie est ouverte aux négociations sur l’Ukraine, mais tout accord avec Kiev serait peu crédible car il pourrait être annulé par l’Occident, a déclaré dimanche le secrétaire de presse du Kremlin, Dmitri Peskov. Cela signifie que tout accord éventuel devrait être discuté en premier lieu avec les États-Unis, a-t-il ajouté. Tout engagement diplomatique unilatéral avec l’Ukraine a peu de chances de réussir car « le vote décisif appartient à Washington », a déclaré le porte-parole à la chaîne de télévision Rossiya-1. « Il est tout simplement impossible de discuter de quelque chose, par exemple, avec Kiev », a-t-il déclaré. Selon M. Peskov, si la Russie peut tenter de conclure certains accords avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, « sur la base de ce qui s’est passé en mars, ces accords n’ont aucune valeur, car ils peuvent être instantanément annulés sur ordre » d’acteurs extérieurs.

On ne peut pas être plus clair que cela. Quant aux personnes qui persistent à dire que le Kremlin est dirigé par des enfants de 15 ans qui ne voient pas ce que font les personnes dont le QI est supérieur à la température ambiante, lisez à nouveau les formulations de Peskov.

Des discussions potentielles entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Joe Biden dépendraient de la volonté de Washington d’entendre les préoccupations de Moscou en matière de sécurité, a déclaré dimanche le secrétaire de presse du Kremlin. S’exprimant sur la chaîne de télévision Rossiya-1, Dmitri Peskov a déclaré qu’un réengagement de haut niveau pourrait avoir lieu si les États-Unis « prêtent attention à nos préoccupations ». Cela dépendrait de « la volonté des États-Unis de revenir à l’état des choses en décembre-janvier et de poser la question suivante : ce que les Russes proposent ne nous convient peut-être pas à tous, mais peut-être devrions-nous quand même nous asseoir avec eux à la table des négociations ? ». Le porte-parole a expliqué qu’il faisait référence aux projets de documents sur les garanties de sécurité que Moscou a soumis à Bruxelles et à Washington avant que le conflit ukrainien n’éclate fin février.

Vous vous souvenez de « l’Ultimatum » de décembre 2021 ? Je vous rappelle la clause clé de cet « Ultimatum » :

« Nous voulons simplement dire clairement que nous sommes prêts à discuter de la manière de traduire le scénario militaire ou le scénario militaro-technique en un processus politique qui renforcera réellement la sécurité militaire de tous les États de l’OSCE, de l’espace euro-atlantique et eurasien. Si cela ne se produit pas, alors nous avons déjà désigné les États en cause (OTAN – commentaire TASS), et nous passerons également à ce mode de création de contre-menaces, mais il sera alors trop tard pour nous demander pourquoi nous avons pris de telles décisions, pourquoi nous avons déployé de tels systèmes. »

Je vais répéter le truisme fondamental des guerres – les guerres ne sont pas menées pour faire du spectacle (enfin, seuls les États-Unis les mènent de cette façon), elles sont menées pour des objectifs politiques qui vont de l’économie à la sécurité, en passant par la religion et d’autres raisons. La Russie est un exemple classique, même à l’époque soviétique, dominée par l’idéologie, de subordination complète de l’armée aux intérêts nationaux. À l’inverse, les forces armées américaines sont avant tout (mais pas complètement) une machine de blanchiment pour le complexe militaro-industriel, législatif et médiatique américain. D’où cette différence radicale dans la philosophie et la conception des systèmes d’armes et des TOE des forces armées russes et de l’OTAN.

Permettez-moi de vous rappeler comment j’ai décrit à l’époque (décembre 2021) les mesures que la Russie prendra à la suite du sabotage, absolument prévu, par l’Occident des exigences de la Russie énoncées dans cet « Ultimatum ».

Je le répète depuis des années : La Russie a à la fois un avantage militaire écrasant et une domination en matière d’escalade en Europe de l’Est, d’où les menaces au cas où les États-Unis (OTAN) décideraient de continuer à jouer aux cons :

a) Révoquer les garanties de non-invasion de 404 et, en fait, préparer un changement de régime à Kiev. Si nécessaire, les installations de renseignement et les bases des troupes de l’OTAN pourraient être détruites (éventuellement sans avertissement) à titre d’échauffement.

b) La Russie positionnera des armes hypersoniques, y compris à ogives nucléaires, près des membres de l’OTAN (comme les États baltes) et pourrait en outre :

c) créer des armées de chars de choc (en réalité, de frappe) supplémentaires ;

d) La Russie fournira à la Chine des versions antérieures du 3M22 (peut-être le Kinzhal) et veillera à ce que la Chine ait un avantage décisif sur les marines américaine et royale dans sa première chaîne d’îles, tout en fournissant simultanément à la Chine la dernière défense AD/AM. Le S-500 pourrait apparaître dans ce pays encore plus tôt qu’en Inde.

e) Il existe un certain nombre de systèmes d’armes russes que nous n’avons pas encore vus et je ne peux qu’imaginer ce qu’ils peuvent faire. Je pense que certaines personnes au Pentagone ont une idée et qu’elles ne veulent pas affronter cela.

f) La Russie, certainement, accélérera le réarmement des pr. 949A à 949AM et du pr. 971M pour transporter le 3M14 Kalibr et le P-800 Onyx et les renverra patrouiller le long des deux côtes de l’Amérique du Nord.

3. La Russie a pris acte de la rupture avec l’Occident et est prête à en assumer toutes les conséquences, y compris, ce qui est déjà en baisse, le resserrement du commerce et la réduction de l’approvisionnement en hydrocarbures de l’UE. Laissons les États-Unis s’en occuper… Ah, attendez, les États-Unis font un malheur en Asie du Sud-Est en vendant leur GNL et, franchement, l’UE n’est pas un concurrent des économies asiatiques qui ne négocient même pas – elles achètent simplement toute l’énergie quel que soit le prix. Si l’Europe veut dire quelque chose à la Russie, les pays peuvent individuellement aller à Moscou et voir si Moscou s’en soucie.

Comme le montre l’expérience récente, même un seul déploiement du sous-marin Belgorod (K-329) en mer de Kara a récemment créé une sorte de panique dans les médias occidentaux, à tel point que, suivant le proverbe russe selon lequel « la peur a de très grands yeux », même H.I. Sutton l’a discerné en affichant, au lieu du Belgorod, des photos du bon vieux Yankee Stretch (pr. 667AN/09774 conversion), pensant qu’il s’agissait du Belgorod.

Ce n’était pas le cas. C’était Orenburg ou l’une des nombreuses autres itérations des vénérables Ivan Washingtons de la marine soviétique (en russe). Mais la panique était bien réelle, cela ne fait aucun doute.

Un sous-marin russe à propulsion nucléaire haut de gamme a disparu de son port dans l’Arctique avec son « arme fatale », selon de multiples rapports. L’OTAN aurait averti ses membres que le sous-marin russe Belgorod ne semblait plus opérer à partir de sa base en mer Blanche, où il était actif depuis juillet. Les responsables ont prévenu que la Russie pourrait envisager de tester le système d’armes « Poseidon » du Belgorod, un drone équipé d’une bombe nucléaire qui, selon la Russie, est capable de créer un « tsunami radioactif », selon les médias italiens. Le drone peut être déployé à tout moment depuis le sous-marin et exploser à une profondeur d’un kilomètre près d’une ville côtière. Les médias d’État russes ont affirmé que l’engin pouvait créer une vague de 1600 pieds qui s’abat sur la côte et l’irradie.

Le Belgorod est maintenant de retour à la base, mais nous ne saurons peut-être jamais ce qu’il faisait, pendant sa disparition, dans la mer de Kara ni ce qu’il a pu y déposer. Disons que Belgorod était occupé à créer le cadre de futures « négociations » avec les États-Unis sur la reddition. Après tout, les armées existent pour atteindre les objectifs politiques des guerres. Les objectifs politiques de l’opération SMO sont assez clairs : le retrait du régime néonazi de Kiev et le retour forcé de l’OTAN là où elle se trouvait en 1997. Pendant ce temps, deux éléments sont grossièrement sous-représentés dans les médias occidentaux (pas sur ce blog), à savoir :

1. La performance tout simplement étonnante de la défense aérienne russe, qui garantit tout simplement des pertes catastrophiques pour toute combinaison de forces (c’est-à-dire de l’OTAN) essayant de frapper la Russie depuis les airs – la base de la « méthode de guerre » américaine.

2. Mais celle-ci est encore plus impressionnante : sans beaucoup de bruit, la Russie a mobilisé 300 000 personnes – non sans quelques difficultés, grâce aux  » réformes  » de M. Serdyukov – et a été en mesure de renforcer les forces russes dans l’ancienne Ukraine en quelques semaines, avec davantage de personnel formé affluant dans les unités de première ligne au moment où je tape ces lignes.

Il va sans dire qu’une telle mobilisation et un tel soutien public en Russie – malgré la propagande des médias occidentaux – sont tout simplement impossibles dans l’Occident moderne, sans parler du fait que la ressource de mobilisation immédiate de la Russie est d’environ 2,5 millions de personnes. Avec jusqu’à 20 millions d’autres en réserve. Donc, à moins d’exister dans l’univers alternatif créé par le NYT, le WAPO, MSNBC et d’autres représentants des médias et des égouts humains aux États-Unis (il en va de même pour les caniches de l’Amérique en Europe), on peut voir où tout cela nous mène. Et le fait que Peskov mentionne cet « Ultimatum » de décembre 2021 n’est pas accidentel. Il s’agit de « l’algorithme » de Poutine que beaucoup commencent maintenant à percevoir – chaque nouvelle offre de Poutine sera toujours bien pire que la précédente. L’Ukraine, quant à elle, devient rapidement non négociable.

source : Reminiscence of the Future

traduction Avic pour Réseau International

https://reseauinternational.net/peskov-coupe-court-a-tous-les-blablas/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s