Guerre d’Ukraine – point au jour 247 – Vladimir Poutine dit explicitement que le règne du dollar est terminé

Alors que la ligne de front bouge peu, parce que l’Ukraine n’a pas les moyens d’attaquer et parce que la Russie n’a pas encore complété son dispositif, Vladimir Poutine a prononcé hier 27 octobre un discours aussi important que celui de février 2007 à Munich: il a explicité ce qu’il entendait par « monde multipolaire ».

La Bataille d’Ukraine – 

24-26 octobre 2022

Lu sur Southfront.org: 

  1. Multiplication des actes terroristes par Kiev: 

“Le 24 octobre, une explosion a endommagé une voie ferrée et plusieurs wagons dans la région de Briansk. À la suite de ce sabotage, la ligne ferroviaire reliant le Bélarus et la Russie par la région de Gomel a été temporairement interrompue. (…) Les principales cibles des saboteurs coordonnés par les services ukrainiens sont les responsables politiques, les militants et les journalistes travaillant dans les régions passées sous contrôle russe.

Le matin du 25 octobre, une attaque terroriste a frappé la compagnie de télévision régionale dans la ville de Melitopol. Une voiture remplie d’explosifs a explosé près du bâtiment, endommageant gravement l’installation.
Plus tôt, le 20 octobre, les forces ukrainiennes ont tiré 12 roquettes sur un ferry civil à Kherson. Quatre civils ont été tués, dont deux journalistes. (…)

Le 24 octobre, des agents kiéviens ont tiré sur trois civils dans une voiture dans la région de Kherson. Une personne a été tuée et deux autres ont été gravement blessées. (…)” 

2. La bataille de Bakhmout. 

De violents affrontements se poursuivent à la périphérie de la ville de Bakhmut/Artiomovsk.  La ville reste sous le contrôle des forces armées ukrainiennes tandis que l’armée russe prend d’assaut la zone industrielle de la périphérie est et s’approche de la ville par le sud, où la bataille pour le contrôle du village d’Opytnoïe est en cours.

Les unités du groupe Wagner ont le contrôle de l’usine locale d’asphalte située dans la partie sud-est de la zone industrielle. Au même moment, les groupes d’assaut russes avancent dans la ville en descendant la rue Patrice Lumumba. Les opérations de ratissage sont en cours sur le territoire de l’usine de meubles locale et de l’usine de céramique de construction Bakhmut.

Le reste des installations industrielles se trouve actuellement dans la zone grise, c’est-à-dire qu’aucune des parties belligérantes ne les contrôle.

Les forces ukrainiennes ont récemment partagé des vidéos de la zone industrielle, montrant les destructions sur le territoire de l’usine Siniat située à plusieurs kilomètres à l’ouest de l’usine de céramique de construction Bakhmut. Les sources ukrainiennes ont revendiqué une autre victoire des militaires ukrainiens. Certaines sources ont rapporté par erreur que l’armée uklrainienne avait repoussé les combattants russes Wagner de l’usine d’asphalte.

Cependant, les forces russes n’ont jamais revendiqué le contrôle de cette installation. Les militaires ukrainiens auraient quitté leurs positions de l’usine de Siniat il y a environ une semaine. Ils ont partagé quelques photos qui ont été déclarées comme une nouvelle victoire. Il est peu probable que les militaires ukrainiens rétablissent leurs positions dans la zone. Ainsi, les combats pour le contrôle de l’installation doivent encore avoir lieu.

À la périphérie sud de la ville, les forces dirigées par la Russie contrôlent le village d’Ivangrad et prennent d’assaut Opytnoïe. Les affrontements se poursuivent dans le village. Les villages de Veselaya Dolina et Zaitsevo sont également sous contrôle russe. Les forces russes sécurisent leurs positions dans la région afin de menacer le groupement ukrainien de Bakhmut depuis la direction du sud.

Les militaires russes avancent vers l’ouest en traversant la rivière Bakhmutka. Le village d’Otradovka situé sur la route menant à Bakhmut est sous contrôle russe. Le 24 octobre, lors de l’opération d’assaut lancée depuis Otradovka, les troupes russes ont repoussé les unités de la 58e brigade d’infanterie motorisée de  nl’armée ukrainienne vers les lignes de défense de réserve.

Les militaires russes s’approchent de Klesheevka et de Kurdymovka. Leur objectif est de couper les voies ferrées menant à Bakhmut par la direction sud-ouest.

À leur tour, le 24 octobre, les combattants du 46e bataillon d’assaut de la 53e brigade mécanisée ukrainienne ont tenté d’attaquer le flanc des forces russes depuis Kleshcheevka. L’attaque a été repoussée et a permis aux militaires russes de passer à l’offensive dans la région.

Le groupement ukrainien de Bakhmut risque d’être encerclé depuis la direction sud-ouest ; mais jusqu’à présent, le rythme de l’avancée russe dans la région a été ralenti. Il est également peu probable que les groupes d’assaut Wagner puissent avancer dans la ville avant que les principales routes d’approvisionnement de l’armée ukrainienne ne soient coupées. (…)

Les forces ukrainiennes renforcent leurs positions dans la ville, se préparant à l’assaut russe à venir. Elles érigent (…) des barricades dans les rues près des installations civiles. Les militaires ukrainiens, ainsi que les mercenaires polonais et britanniques, évitent le contact direct avec les militaires russes, en équipant des postes de tir dans les immeubles et appartements résidentiels, ainsi que dans les grandes entreprises civiles.

Il reste encore quelques civils dans la ville, mais ils sont très peu nombreux“.

Autre constat fait dans la première moitié de cette semaine: 

Des problèmes médicaux de plus en plus marqués pour l’armée ukrainienne: 

Au début du mois d’août, les responsables de Kiev ont annoncé une contre-offensive de grande envergure qui aurait dû commencer cet automne et ramener le sud de l’Ukraine sous le contrôle de Zelensky. À l’heure actuelle, il ne reste qu’un mois avant l’arrivée de l’hiver et rien ne laisse présager la reprise de la ville de Kherson aux Russes. Mais ce qu’il y a de nombreux signes, c’est la crise sanitaire à laquelle l’Ukraine est actuellement confrontée.

Au milieu des pannes massives causées par les frappes russes sur l’infrastructure énergétique et des centaines de soldats blessés, de nombreux hôpitaux sont confrontés à une grave pénurie de médicaments et au problème du manque de place pour déplacer les patients.

Des sources locales de la ville ukrainienne de Nikolaïev (le centre régional du sud de l’Ukraine) rapportent que le pays déchiré par la guerre est sur le point de faire face à une pénurie de médicaments sur fond de graves dommages infligés à l’infrastructure énergétique de l’État.

Le médecin en chef de l’hôpital №1 de la ville de Nikolaïev a émis l’ordre de traiter les patients avec une quantité de médicaments et d’autres produits inférieure de 20 à 40 % en raison d’erreurs dans la chaîne d’approvisionnement et de l’impossibilité de stocker ces substances comme avant. En outre, cette crise se heurte à la nécessité de fournir des soins médicaux à un plus grand nombre de personnes, car l’opération de contre-offensive de l’armée ukrainienne à Kherson, annoncée précédemment, semble avoir fait des milliers de blessés, sans pratiquement aucun succès tactique.

Comme on peut le voir sur la photo, l’hôpital doit déployer d’urgence 220 lits d’hôpital supplémentaires dans tout endroit approprié. Voilà ce qui est devenu public, imaginez un peu le désordre et le chaos qui règnent là-bas, car si une institution médicale subit des changements aussi spectaculaires, beaucoup d’autres font de même.

La coupure de courant dans tout le pays n’est pas la seule raison du manque de médicaments. Rappelons les nombreuses affaires de corruption et de vol d’aide humanitaire. Une grande majorité de l’aide que les pays étrangers fournissent à l’Ukraine a été volée ou vendue à la population au lieu de la donner gratuitement. Bref, c’est absolument terrible. Désormais, les gens recevraient moins de médicaments et, apparemment, les pertes ukrainiennes sont beaucoup plus importantes que ce qu’ils veulent nous faire croire“.

27 octobre 2022 

Lu sur Southfront.org

“...Des installations militaires et des infrastructures énergétiques ukrainiennes ont de nouveau été attaquées par des missiles et des drones russes. La nuit dernière, l’alerte aérienne a retenti dans les régions de Zaporojie, Vinnitsa, Kiev, Jitomir, Tcherkassy, Dniepropetrovsk, Odessa.

Au cours de l’attaque nocturne, des drones kamikazes russes ont frappé les installations de la sous-station de Kievskaya. Au moins un autotransformateur de 750/330 kV a été détruit. Selon le rapport local, la sous-station Belotserkovskaya, plus petite, a également été touchée par les drones russes.

Il s’agit d’un coup stratégique porté au système énergétique de l’Ukraine. Les forces armées de la Fédération de Russie ont privé le district énergétique de Kiev d’une puissance de 1000 MVA provenant des centrales nucléaires de Rovno et de Khmelnitsky. Une vague de coupures de courant non planifiées a frappé la capitale et la région. La région de Kiev dispose d’autres sources de production d’énergie plus petites. Certaines d’entre elles ont déjà été frappées par les forces russes. Aujourd’hui, leur énergie est clairement insuffisante pour le fonctionnement normal du système électrique.

Les autorités ukrainiennes ont indiqué qu’en raison des attaques de missiles et de drones, les coupures de courant dans la capitale et la région de Kiev devraient durer longtemps. Kiev n’est pas en mesure de stabiliser la situation de l’approvisionnement en énergie dans un avenir proche. La consommation d’électricité sera limitée à Kiev, ainsi que dans les régions de Kiev, Tchernigov, Tcherkassy et Jitomir.

Il est rapporté que des drones russes ont détruit des installations d’infrastructure énergétique et militaire dans la ville de Dniepropetrovsk et à Pavlograd, dans la région de Dniepropetrovsk. Des drones kamikazes russes ont frappé l’usine mécanique de Pavlograd. La production de composants et de carburant pour missiles, d’explosifs et d’éléments de munitions était établie sur le territoire de l’entreprise.

Six explosions ont retenti dans la ville de Zaporojie. Les autorités locales ont déclaré que deux d’entre elles étaient le résultat du travail de la défense aérienne, et quatre étaient le résultat des frappes sur les positions militaires des militants de l’armée ukrainienne. Il y a eu une détonation de munitions. La ville a été mise hors tension.

Un grand incendie s’est déclaré à Kramatorsk à la suite d’une frappe d’artillerie russe. L’incendie s’est produit sur le territoire de l’entrepôt de l’USAID, situé dans le bâtiment de la société Interplast dans la zone de Krasnogorka. L’USAID fournit des armes et des munitions à l’Ukraine sous couvert d’aide humanitaire.

Tard dans la soirée, les forces russes, avec l’aide du drone Geran-2, ont touché une cible dans le district d’Ovidopolsky de la région d’Odessa. Dans la nuit du 28 octobre, les forces russes ont déjà frappé les régions de Dnipropetrovsk et de Nikolaïev“.

L’Ukraine: un trou noir pour les livraisons d’armes?

Lu dans Foreign Policy

L’Ukraine fait pression sur les États-Unis pour qu’ils envoient des mines lancées par l’artillerie et des défenses aériennes à courte portée capables d’intercepter les drones de fabrication iranienne, alors que les réserves de munitions en provenance de l’Ouest continuent de s’amenuiser, selon trois assistants du Congrès et deux responsables ukrainiens au fait de la question.

Alors que les offensives russes à l’est et au sud s’enlisent, puis s’inversent, les drones fournis par l’Iran ont donné à la Russie un avantage temporaire dans la bataille des munitions en lui offrant un moyen bon marché d’ébrécher les forces ukrainiennes qui empiètent sur son territoire.

Depuis un mois, les responsables ukrainiens font pression pour obtenir des munitions conventionnelles améliorées à double usage (DPICM), une forme de munitions à fragmentation conçue pour éclater en une multitude de sous-munitions plus petites afin de détruire des cibles mobiles telles que des chars ou des troupes sans méfiance, ainsi que des équivalents européens. Les États-Unis sont actuellement interdits d’exportation de ces systèmes.

Les responsables ukrainiens souhaitent acquérir ces armes explosives pour réduire l’usure des canons d’artillerie standard de l’OTAN, ce qui fait partie d’une poignée de nouvelles demandes d’obus et de systèmes de défense aérienne américains et européens formulées ces dernières semaines. L’Ukraine fait également pression pour que les États-Unis envoient le système de défense aérienne Avenger lancé par camion, utilisé par l’armée américaine pour faire face à l’afflux de drones iraniens Shahed-136, selon deux assistants du Congrès et un responsable militaire ukrainien, parmi une poignée de nouvelles demandes.

“Nous demandons sans cesse de nouvelles munitions à plus longue portée et plus explosives”, a déclaré un responsable militaire ukrainien, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour parler franchement des demandes en cours. “Nous en avons besoin pour détruire les fortifications russes sur notre territoire”.

Les demandes, que les responsables ukrainiens ont commencé à adresser à leurs homologues américains il y a un mois, sont devenues plus urgentes car les stocks OTAN d’artillerie de 152 mm de l’époque soviétique ont été réduits à presque zéro, laissant les troupes ukrainiennes plus dépendantes des pièces d’artillerie obusier de 155 mm standard de l’alliance pour repousser l’avancée russe. Mais seuls 30 % des pièces d’artillerie ukrainiennes sont conformes aux normes de l’OTAN, et l’intensité des récents échanges d’artillerie avec les soldats russes a suscité l’inquiétude des responsables ukrainiens quant à la durée de vie des nouveaux canons de 155 mm, dont l’usure est déjà plus importante. C’est pourquoi ils veulent que les obus qu’ils tirent frappent plus fort ; les obus explosifs peuvent être jusqu’à cinq fois plus puissants qu’un obus normal.

Sasha Ustinova, un membre du Parlement ukrainien, a déclaré que les responsables ukrainiens avaient également demandé des munitions à fragmentation BONUS, fabriquées par la société suédoise Bofors et la société française Nexter, qui peuvent être tirées à partir de pièces d’artillerie standard de l’OTAN pour détruire des véhicules blindés, ainsi que la bombe de petit diamètre lancée depuis le sol, développée par Boeing et le constructeur automobile Saab. L’Ukraine a également demandé le système d’artillerie Archer de fabrication suédoise, un autre obusier de 155 mm monté sur le châssis d’un véhicule tout-terrain Volvo. Ni le Conseil national de sécurité des États-Unis ni le Département d’État américain n’ont immédiatement répondu aux demandes de commentaires de Foreign Policy. L’ambassade de Suède à Washington a refusé de commenter les demandes d’armes spécifiques de l’Ukraine.

“La Suède semble avoir des tonnes d’armes dont nous avons besoin”, a déclaré Mme Ustinova.

Le retard dans la livraison des armes à sous-munitions cause des maux de tête au Capitole, où certains législateurs et assistants s’inquiètent du fait que l’administration Biden ne donne toujours pas à l’Ukraine les armes adéquates pour terminer le travail alors que le conflit approche de la marque des neuf mois. “Ces armes à sous-munitions ont été littéralement conçues spécifiquement en tenant compte des avantages soviétiques en matière de tubes d’artillerie”, a déclaré un assistant du Congrès qui connaît bien la demande. “Les Ukrainiens disent : “Vous avez ces armes spécialement conçues pour le type de menace auquel nous sommes confrontés, pourquoi ne pourrions-nous pas les avoir ?

Le porte-parole du département de la défense américain, le lieutenant-colonel Garron Garn, a déclaré que l’agence ne ferait pas de commentaires sur les demandes d’armes spécifiques de l’Ukraine, mais que le soutien américain “se concentre sur l’équipement qui est pertinent pour le combat actuel”.

Lire la suite ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s