Washington, les élections de mi-mandat et la tentation de la “bombe sale” en Ukraine

Pourquoi le ministre de la Défense britannique, Ben Wallace, s’est-il rendu de toute urgence à Washington alors que le gouvernement d’Elisabeth Truss était démissionnaire? Pour chercher un soutien dans la guerre de succession pour le poste de Premier ministre? Vraiment? 

Ou bien était-ce pour une raison beaucoup moins avouable. Les Russes auraient-ils intercepté une conversation entre Britanniques et Ukrainiens sur la question d’une “bombe sale?” 

Hamlet sur le Potomac

Les historiens pourront examiner, un jour, la véracité de cette hypothèse. En revanche, il est certain que le Ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a contacté dimanche 23 octobre les trois membres  permanents “occidentaux” du Conseil de Sécurité, qui sont aussi des puissances nucléaires. Et il leur a fait part de son inquiétude quant à la possibilité que Kiev se livre à une provocation en faisant exploser une “bombe sale”, fabriquée à partir de déchets nucléaires. 

Et depuis dimanche, la Russie ne cesse de crier haut et fort que les Ukrainiens ont de très mauvaises intentions. Les Américains et les Britanniques ont répondu prudemment. Paris s’est réfugié dans un silence prudent. 

Deux hypothèses: 

+ Les Occidentaux s’apprêtaient à laisser faire. Après tout, ils ont laissé l’armée ukrainienne bombarder la centrale nucléaire d’Ernegodar depuis le mois d’août. Rien ne saurait nous étonner.  La situation de chaos qui s’ensuivrait, serait le seul moyen de rattraper une situation qui semble bien compromise pour l’Ukraine et ses sponsors OTANiens depuis que Vladimir Poutine a fait basculer quatre régions dans le territoire de la Fédération de Russie. 

+ Ou bien l’apprenti-sorcier occidental voit son “balai” ukrainien lui échapper totalement. Et le gouvernement ukrainien est suffisamment désespéré pour s’enfoncer dans la politique du pire – suivant sa pente nihiliste. 

En réalité, les Américains contrôlent trop ce qui se passe à Kiev, et surtout, les opérations militaires sur le terrain, pour être totalement sur la défensive face à un gouvernement kiévien aux abois. 

Prenons un  scénario intermédiaire: 

  • Kiev, depuis le mois d’août, est prêt à la politique du pire (voir centrale d’Energodar régulièrement bombardée). 
  • Washington est dans la situation du “Parrain” qui ne peut pas lâcher un de ses petits alliés car ce dernier a un véritable pouvoir de nuisance. Et qui le laisse faire en se disant qu’il peut toujours y avoir à profiter de la situation. 

Pour les Américains, il devient de plus en plus évident qu’une victoire spectaculaire sur le front de Kherson ne surviendra pas avant les mid-terms. Alors, un nouveau Tchernobyl….? 

Seulement voilà: les Russes ont éventé le petit jeu pervers entre Washington, Londres et Kiev. 

Et puis, même au sein du Parti Démocrate, on commence à dénoncer le climat de peur de l’apocalypse qui règne dans les médias et dans une parti de l’opinion.Des pressions gigantesques ont été exercées sur les trente parlementaires démocrates qui avaient signé une lettre à Biden lui demandant de négocier avec la Russie. Les signataires ont aggravé la situation en disant qu’ils avaient écrit la lettre en fait en juin dernier: ah bon? Donc les tensions au sein du Parti Démocrate sont déjà anciennes? 

Alors Biden est sans doute condamné à être un Hamlet du “nouveau Tchernobyl”. Et vu son état de santé, il est loisible de penser qu’il ne passera jamais à l’acte à la différence du personnage de Shakespeare: 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s