La Vallée de la mort politique, militaire et économique. Vous ne pourrez plus dire que vous n’avez pas été informés

par Douglas Macgregor.

À propos de la guerre du Vietnam, Henry Kissinger, ancien conseiller à la sécurité nationale et secrétaire d’État sous les présidents Nixon et Ford, a déclaré : « Nous n’aurions jamais dû être là ». 

Bientôt, les Américains, même les politiciens à l’intérieur du Beltway, parviendront à la même conclusion à propos de la guerre par procuration ukrainienne de Washington contre la Russie. 

Personne à la Maison Blanche, au Sénat ou à la Chambre n’a consciemment entrepris de transformer la guerre ukrainienne par procuration avec Moscou en une fatale compétition d’« effondrement sociétal compétitif » entre la Russie et l’OTAN. 

Note Bruno Bertez : le mot important est « consciemment » Ceci fait référence a la notion centrale que j’utilise en finance et en géopolitique: la notion d’engrenage, personne n’a voulu cela mais on y va, cela vient en vertu d’une logique dialectique que personne n’a subjectivement voulue… mais qui s’est objectivement mise en branle.

Mais nous y sommes. Personne n’imaginait que l’administration Biden et le parti bipartisan de la guerre conduiraient les Américains et les Européens dans une vallée de la mort politique, militaire et économique, d’où il n’y a pas de sortie facile. 

Or c’est précisément ce qui se passe.

Pour le moment, Washington reste aveugle à ces développements. Que ce soit dans la presse écrite, à la radio, à la télévision ou en ligne, le récit est clair : malgré des pertes horribles – au moins 400 000 victimes ukrainiennes sur le champ de bataille, dont 100 000 soldats tués au combat – les forces ukrainiennes sont en train de gagner. De plus, selon le récit, la domination financière et économique de l’Amérique finira par submerger l’économie russe faussement faible.

Certes, le récit de la victoire ukrainienne bénéficie énormément des médias occidentaux qui « écartent » activement les points de vue opposés et dépeignent la Russie et ses forces armées sous le pire jour possible. Le fait que près d’un demi-siècle de guerre froide ait conditionné les Américains à penser le pire des Russes aide certainement. 

Pourtant, il y a aussi une mesure de « véritable foi » à l’œuvre, une condition de narcissisme national, à l’intérieur du Beltway qui croit que Washington peut contrôler ce qui se passe à des milliers de kilomètres de là dans l’est de l’Ukraine. 

Le message résonne au Congrès parce qu’il repose sur une hypothèse stratégique critique que les citoyens américains n’ont pas encore contestée : que le pouvoir national américain est illimité et sans contrainte, comme si une série d’échecs stratégiques, du Vietnam à l’Afghanistan, ne s’était jamais produite.

NOTE BB : le colonel décrit ici l‘Imaginaire dont je vous entretiens sans arrêt. Nous sommes au delà des mensonges ou de la propagande. Les occidentaux non seulement vivent dans un imaginaire, mais leur psyché étant structurée comme et par le langage, les discours faux produisent une psychè, consciente et inconsciente inadéquate, biaisée par rapport au réel. Ils marchent à coté de leurs pompes, ils sont inadaptés.

Étant donné que les politiciens américains sont toujours plus préoccupés par les affaires intérieures que par la politique étrangère, les membres du Congrès adoptent rapidement la « vraie foi ». Cette foi explique pourquoi, au cours des huit dernières années, les membres ont pensé qu’une future guerre avec la Russie était une affaire à faible risque. Les Ukrainiens fourniraient la chair à canon et Washington fournirait les armes et les munitions coûteuses. 

Comme on pouvait s’y attendre, les principes stratégiques directeurs de Washington sont inchangés par rapport aux précédentes interventions américaines dans le monde. 

Le principe c’est : des masses de soldats – dans ce cas des Ukrainiens conseillés par des officiers américains et alliés – et d’énormes injections d’argent, d’équipement et de technologie peuvent et vont altérer de façon permanente la réalité stratégique en faveur de l’Amérique. 

L’air stupéfiant d’autosatisfaction que l’administration Biden assume lorsqu’elle attaque d’anciens partenaires stratégiques tels que l’Arabie saoudite ou donne des conférences moralisatrices aux dirigeants de Pékin, ou lorsque ses substituts médiatiques expriment du mépris pour l’État russe, est incroyablement dangereux. 

Les personnalités politiques à Washington sont prêtes à se livrer à toute transgression si elle est commise au nom de la destruction de la Russie. Ils ne voient pas la politique étrangère américaine dans le contexte d’une stratégie plus large, et ils ne comprennent pas non plus la capacité de la Russie à nuire aux États-Unis, ils portent un jugement bizarre sur le potentiel militaire et économique réel de la Russie. 

Le résultat est un climat toxique de haine idéologique qui fait qu’il est difficile d’imaginer qu’un secrétaire d’État américain contemporain signe un jour un accord international renonçant à la guerre en tant qu’instrument de la politique nationale américaine, comme l’a fait le secrétaire d’État Frank Kellogg en 1928. Mais comme l’un des les personnages du Marchand de Venise ont averti : « La vérité éclatera. » 

L’accumulation en cours de 700 000 forces russes dotées d’équipements modernes en Russie occidentale, en Ukraine orientale et en Biélorussie est une conséquence directe de la décision de Moscou d’adopter une défense élastique et stratégique des territoires qu’elle a saisis dans les premiers mois de la guerre. 

C’était un choix sage, bien que politiquement impopulaire en Russie. 

Pourtant, la stratégie a réussi. 

Les pertes ukrainiennes ont été catastrophiques et d’ici novembre, les forces russes seront en mesure de porter un coup fatal. 

Aujourd’hui, des rumeurs circulent dans les médias selon lesquelles Kiev pourrait être sous pression pour lancer davantage de contre-attaques contre les défenses russes à Kherson (sud de l’Ukraine) avant les élections de mi-mandat en novembre. À ce stade, dépenser le peu qui reste du sang de l’Ukraine pour expulser les forces russes d’Ukraine n’est guère synonyme de préservation de l’État ukrainien. 

Il est également douteux que de nouveaux sacrifices de la part des Ukrainiens aident l’administration Biden lors des élections de mi-mandat.  

La vérité est que la ligne rouge de Moscou concernant l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN a toujours été réelle. L’Ukraine orientale et la Crimée ont toujours été à prédominance russe en termes de langue, de culture, d’histoire et d’orientation politique. La descente de l’Europe dans l’oubli économique cet hiver est également réelle, tout comme le soutien à la cause russe en Chine et en Inde et la montée en puissance militaire de Moscou.

Rétrospectivement, il est facile de voir comment le Congrès a été séduit par les intellectuels des groupes de réflexion, des lobbyistes et des généraux à la retraite, qui sont, à quelques exceptions près, des personnes familiarisées avec la guerre conventionnelle haut de gamme. 

Les membres de la Chambre et du Sénat ont été exhortés à soutenir des stratégies douteuses d’utilisation de l’assistance militaire américaine, y compris des scénarios imprudents de guerre nucléaire limitée avec la Russie ou la Chine. 

Pour une raison quelconque, les politiciens américains ont perdu de vue la réalité que toute utilisation d’armes nucléaires dépasserait les objectifs de toute politique nationale.  

Ce n’est pas la première fois que les dirigeants politiques américains se méprennent sur la véritable nature d’une situation. En 1969, Kissinger a déconseillé au président Nixon la désescalade au motif que le maintien des troupes américaines au Vietnam restait l’une des rares armes de marchandage de Washington dans ses négociations avec Hanoï. Kissinger avait tort. Washington n’a rien gagné à la table des négociations avec Hanoï en sacrifiant plus d’Américains au Vietnam après janvier 1969. 

Compte tenu des sombres perspectives de l’Ukraine de regagner un jour le territoire perdu et de sa santé stratégique qui se détériore, l’avenir de l’Ukraine repose désormais entre les mains de la Russie. 

Pour Washington, il existe une réponse moralement responsable et pratique : Kiev devrait arrêter l’effusion de sang et faire la meilleure paix possible avec Moscou. 

Malheureusement, pour Washington, cette solution est impensable. 

Tant que Washington fournira de l’argent, de l’aide militaire et de l’équipement à l’Ukraine, Kiev mènera sa guerre impossible à gagner, et la classe politique dirigeante de Washington profitera du transfert d’argent au Pentagone et à la base industrielle de défense américaine. Mais Washington, ses alliés de l’OTAN et les Ukrainiens n’y gagneront rien en terme de valeur stratégique, tandis que la Russie va se renforcer. C’est un développement que Washington regrettera.

source : Bruno Bertez

https://reseauinternational.net/la-vallee-de-la-mort-politique-militaire-et-economique-vous-ne-pourrez-plus-dire-que-vous-navez-pas-ete-informes/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s