De quel général « Armageddon » est-il le nom ?

Le général de l’armée russe Sergueï Sourovikine, qui est récemment devenu le commandant de l’opération militaire russe, a accordé une interview aux médias russes sur l’état actuel de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine.

Le discours de Sourovikine mérite la plus grande attention, pour les principales raisons suivantes :

Premièrement, le général (quatre étoiles) russe a montré sa capacité et sa claire intention de communiquer avec les citoyens russes directement, honnêtement et sans patriotisme morbide. Le ton et le contenu de son discours sont radicalement différents de celui du ministère russe de la Défense depuis le début de ce conflit. Ce qui confirme avec les limogeages récents que les russes ont décider de « commencer » comme dit Poutine … de faire la guerre que leur impose l’OTAN ; et de l’annoncer clairement, d’abord aux russes eux-mêmes.

Deuxièmement, le commandant russe a fait plusieurs déclarations marquantes qui donnent une idée assez claire de l’évolution prévisible du conflit ukrainien dans les semaines à venir. Sourovikine a confirmé que la Russie considère qu’elle est en guerre avec le régime criminel néocolonial de « Zelensky », qui de facto n’est rien de plus qu’une autorité d’occupation par l’OTAN. Sourovikine a donc réaffirmé que la tâche de l’armée russe est de libérer le peuple ukrainien frère (c.a.d. les Ukrainiens distincts des Nazov et autres « Galiciens »). De plus, il a honnêtement décrit la situation sur les fronts comme très tendue.

Dans la deuxième partie de son entretien, il a précisé qu’en cas de nécessité militaire et afin de sauver la vie de soldats russes et de civils locaux, il prendrait toutes les mesures et tous les moyens nécessaires en fonction de la situation opérationnelle et tactique sur le front. Cela signifie que le commandement russe s’est préparé à toute évolution de la situation, jusques et y compris la retraite tactique et les violents combats urbains imposés par les ukrainiens (mais que les russes entendent épargner aux civils), mais aussi les « tirs de barrage » massifs, tels ceux déjà effectués par les russes. Rappelons à ce propos que Staline avait fait évacuer les civils de Stalingrad avant que n’y commence la bataille. Inversement les Nazis ukrainiens ont repris la tactique SS des « festung » consistant à utiliser les villes comme forteresse en s’y enterrant derrière les civils comme boucliers humains.

Troisièmement, la prochaine phase aiguë du conflit, c’est-à-dire une offensive massive des forces armées ukrainiennes dans la direction Krivoï Rog-Mykolaïv, est attendue par l’état-major russe dans les prochains jours. Il est donc en train de préparer les mesures destinées à la contrer.

***

Bonjour Sergueï Vladimirovitch ! Par décision du ministre de la Défense de la Fédération de Russie, vous avez été nommé commandant des forces conjointes dans la zone d’une opération militaire spéciale. De nombreux citoyens russes sont préoccupés par la question de savoir quelle est la situation aujourd’hui ?

Globalement, la situation dans la zone de l’opération militaire spéciale peut être qualifiée de tendue. L’ennemi ne renonce pas à tenter d’attaquer les positions des troupes russes. Cela concerne tout d’abord les directions Kupyansk, Krasnolimansky et Mykolaiv-Krivoy Rog.

Nous avons en face de nous un régime criminel qui envoie à la mort les citoyens ukrainiens. Mais nous formons un seul peuple avec les Ukrainiens et souhaitons simplement que l’Ukraine soit un État indépendant de l’Occident et de l’OTAN, ami de la Russie.

Le régime ukrainien essaie de percer nos défenses. Pour ce faire, les FAU (forces armées ukrainiennes) mobilisent toutes leurs réserves disponibles vers les lignes de front. Il s’agit principalement des forces de défense du territoire qui n’ont pas suivi un cycle complet de formation.

En pratique, les dirigeants ukrainiens les condamnent à la destruction. En règle générale, ces unités ont un moral bas. Pour les empêcher de fuir la ligne de front, le régime criminel de Kiev doit même utiliser ses unités nationalistes qui tirent sur tous ceux qui tentent de quitter le champ de bataille.

Chaque jour, les pertes de l’ennemi s’élèvent à des centaines de personnes tuées et blessées1.

Nous avons une stratégie différente. Le commandant en chef suprême2 en a déjà parlé. Nous ne cherchons pas à atteindre des taux d’avancement élevés, nous prenons soin de chaque soldat et « broyons » méthodiquement l’ennemi qui avance. Cela minimise non seulement nos pertes, mais réduit également considérablement le nombre de victimes civiles.

Actuellement, le Groupe d’Armée conjoint prend des mesures pour augmenter la force de combat des formations et des unités militaires, créer des réserves supplémentaires, équiper des lignes défensives et des positions le long de toute la ligne de contact.

Les frappes avec des armes de précision contre des installations militaires et des infrastructures affectant la capacité de combat des troupes ukrainiennes se poursuivent3.

Sergey Vladimirovitch, en plus du fait que vous avez été nommé commandant des forces conjointes dans la zone d’opérations spéciales, vous restez commandant en chef des forces aérospatiales. Comment caractériseriez-vous l’efficacité de l’aviation et des forces de défense aérienne russes ?

L’opération militaire spéciale a confirmé l’efficacité des complexes d’aviation et des systèmes de défense aérienne que nous avons en service.

Au cours de l’opération, les équipages de l’aviation tactique, militaire et à longue portée ont effectué plus de 34 000 sorties. Ils ont utilisé plus de sept mille armes d’avions guidés. Les derniers missiles d’aviation hypersoniques Kinjal (Dagger) ont fait leurs preuves pour atteindre des cibles. Aucun des systèmes de défense aérienne de l’ennemi ne pouvait intercepter ce missile. Les missiles de croisière stratégiques à lancement aérien ont également montré la plus grande précision.

En termes de qualité d’utilisation au combat, je voudrais particulièrement mentionner l’avion multifonctionnel Su-57 de cinquième génération. Disposant d’une large gamme d’armes en service, il résout les tâches à multiples facettes consistant à vaincre des cibles aériennes et terrestres à chaque sortie.

Plus de 8000 sorties ont été effectuées par des avions sans pilote et plus de 600 objets des forces armées ukrainiennes ont été détruits par des drones de frappe.

Il y a quelques jours, le gouverneur par intérim de la région de Kherson, Vladimir Saldo, a annoncé que les autorités avaient décidé d’offrir aux habitants de la région la possibilité de se rendre dans d’autres régions de la Fédération de Russie pour des loisirs ou des études. Cela concerne tout d’abord la rive droite du Dniepr. Le chef de la région a déclaré que ces mesures avaient été prises pour assurer la sécurité des citoyens au milieu de l’augmentation des bombardements par les forces armées ukrainiennes. Comment pouvez-vous commenter cette décision ?

Une situation difficile s’est développée dans cette direction. L’ennemi frappe délibérément des infrastructures et des bâtiments résidentiels à Kherson. Le pont Antonovsky et le barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovskaya ont été endommagés par des missiles HIMARS, la circulation y a été interrompue.

En conséquence, la livraison de nourriture est difficile dans la ville, il y a certains problèmes d’approvisionnement en eau et en électricité. Tout cela complique considérablement la vie des citoyens, mais crée également une menace directe pour leur vie.

La direction de l’OTAN des forces armées ukrainiennes exige depuis longtemps du régime de Kiev des opérations offensives dans la direction de Kherson, quelles que soient les victimes, tant dans les forces armées elles-mêmes que parmi la population civile.

Nous avons des informations sur la possibilité que le régime de Kiev utilise des méthodes de guerre interdites dans la région de la ville de Kherson, sur la préparation par Kiev d’une frappe de missile massive sur le barrage hydroélectrique de Kakhovskaya, sur des frappes massives de roquettes américaines et des frappes d’artillerie sur la ville, sans discernement.

Ces actions peuvent entraîner la destruction de l’infrastructure d’un grand centre industriel et des pertes civiles.

Dans ces conditions, notre priorité absolue est de préserver la vie et la santé des civils. Par conséquent, tout d’abord, l’armée russe assurera le départ sûr et déjà annoncé de la population conformément au programme de réinstallation en cours de préparation par le gouvernement russe.

Nos futurs plans et actions concernant la ville de Kherson elle-même dépendront de la situation militaro-tactique actuelle. Je le répète, c’est déjà très difficile aujourd’hui.

En tout cas, comme je l’ai déjà dit, nous partirons de la nécessité de préserver au maximum la vie des civils et de nos militaires.

Nous agirons consciemment, en temps opportun, sans exclure l’adoption de décisions difficiles.

***

L’interview du général Sourovikine a suivi l’adresse du chef de la région de Kherson Vladimir Saldo aux résidents locaux.

Fait intéressant, le texte de l’appel vidéo du chef de la région de Kherson diffère du texte qui a été publié sous forme de « transcription » de la vidéo dans les médias russes. Nous pensons que les mots prononcés dans cet appel vidéo reflètent précisément et plus clairement la situation, nous publions donc la transcription textuelle de l’appel vidéo.

Dans son appel, le chef de la région de Kherson démontre une compréhension claire de la situation. Il ne veut pas que les habitants de sa région répètent le sort des habitants de Donetsk, bombardé depuis près de neuf ans, ou des habitants de Marioupol, qui ont été abattus par des soldats du régime de Kiev alors qu’ils tentaient d’évacuer.

« Chers compatriotes !

Vous savez tous que le régime de Kiev a déclaré une guerre totale à la Russie et accumule maintenant d’énormes forces dans les directions de Nikolaevsk et Krivoy Rog. De son côté, l’armée russe accumule également des forces pour contrer l’avancée des FAU.

Nous savons tous à quel point les habitants du Donbass endurent les bombardements quotidiens. Cette situation, qui est en train de se créer, nous menace également, nous les habitants de la région de Kherson.

Donc, dans ces conditions, la seule décision correcte a été prise, celle qui peut réduire les risques pour les civils. J’annonce la relocalisation, la relocalisation volontaire, le départ des habitants des districts de Beryslav, Bilozersk, Aleksandrovsk et Snigiryov.

Toutes ces activités se feront de manière organisée et sans frais pour les résidents. Ceux qui veulent s’installer sur la rive gauche peuvent rester sur la rive gauche de la région de Kherson. Certains voudront aller plus loin dans les régions de Russie.

Dans ces conditions, Marat Khusnullin, vice-président du gouvernement russe, a annoncé que toutes les familles, je veux dire celles qui s’installeront dans les régions intérieures de la Russie, recevront des certificats de logement (droit à la propriété gratuite) et pourront s’y installer définitivement.

Chers compatriotes, je voudrais dire une fois de plus que notre armée (l’armée russe) a de très fortes capacités pour repousser toute attaque. Mais pour que nos militaires travaillent calmement et ne pensent pas que les civils se tiennent derrière leur dos, vous DEVEZ quitter ces districts que j’ai nommés et permettre aux militaires de faire leur travail correctement et avec moins de pertes pour les civils.

Notre cause est juste et nous savons avec certitude que nous vaincrons ! »

source : Librairie Tropiques

  1. NdT : plus de 10 000 mis « hors de combat » depuis le début des « contre-offensives » ukrainiennes selon les estimations les plus réalistes
  2. NdT : ici Surovikin désigne Poutine en le qualifiant à l’identique de Staline de « commandant en chef suprême » pour rappeler aux Russes qu’il s’agit non plus d’une simple « opération militaire spéciale », mais de nouveau d’une « grande guerre patriotique » contre l’Europe nazie.
  3. NdT : comme les Ukrainiens l’ont eux-même déploré, plus de 30% de leurs infrastructures industrielles « critiques », énergétiques et logistiques, ont été anéanties en quelques jours. Ce qui ne va pas empêcher les actions offensives ukrainiennes en cours sur le territoire néo-russe, mais va les rendre particulièrement exposés au « retour de bâton » des ripostes massives que les russes préparent activement.

https://reseauinternational.net/de-quel-general-armageddon-est-il-le-nom/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s