Pourquoi l’Arabie saoudite a rejeté les demandes de M. Biden de faire baisser les prix du pétrole

quest-ce-que-l-opep-petrole.jpg

Par Sylvia Westall et Fiona MacDonald

Source : https://worldoil.com/news/2022/10/10/why-saudi-arabia-reb…

(Bloomberg) – Les États-Unis ont accusé l’Arabie saoudite de se ranger du côté de la Russie après qu’elle ait amené l’OPEP+ à prendre la décision renversante de réduire la production de pétrole brut, maintenant ainsi les prix du pétrole à un niveau élevé à un moment où l’inflation inquiète le monde entier. Le plus grand exportateur de pétrole au monde insiste sur le fait que la décision est économique et non politique. 

Cette décision marque un moment important dans l’alliance de plus de 70 ans entre l’Arabie saoudite et les États-Unis. La réduction de la production est intervenue moins de trois mois après que le président Joe Biden se soit rendu en Arabie Saoudite pour demander une augmentation de la production afin de faire baisser les prix.

Voici quelques-unes des raisons possibles de la décision de l’Arabie saoudite :

Le pétrole contre la sécurité

Les relations entre la monarchie du Moyen-Orient et la superpuissance occidentale reposent sur un accord selon lequel les États-Unis fournissent au royaume une protection militaire en échange d’un approvisionnement fiable en pétrole. 

Mais avant même que M. Biden ne se rende à Djeddah en juillet, les responsables saoudiens affirmaient que la nature du partenariat entre Washington et Riyad avait fondamentalement changé. L’alliance, disaient-ils, était devenue déséquilibrée. 

Les tentatives des États-Unis pour relancer un accord nucléaire avec l’Iran, l’ennemi régional de Riyad, la participation de l’Arabie saoudite à la guerre au Yémen et ce que les États du Golfe ont perçu comme un manque de protection de la part de Washington contre les attaques des mandataires soutenus par l’Iran, ont tous contribué aux tensions et à une divergence de vues croissante. 

En privé, les responsables du Golfe se plaignent depuis longtemps des tentatives des États-Unis de les contraindre à adopter certaines positions politiques. Les responsables américains ont tardé à reconnaître que l’intimidation ne fonctionne pas et que Washington doit s’accommoder d’un nouvel ordre fondé sur des intérêts mutuels, selon une personne au fait des délibérations au sein de l’OPEP+, qui a demandé à ne pas être nommée pour discuter de sujets diplomatiques sensibles. 

L’influence saoudienne

Le prince Mohammed, âgé de 37 ans, a pour mission de présenter l’Arabie saoudite comme un acteur majeur, en utilisant les milliards qu’elle gagne aujourd’hui grâce au pétrole pour la préparer à devenir une puissance du XXIe siècle. Quatre ans après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, qui a conduit le prince à être à moitié banni de la compagnie de ses pairs internationaux, certains signes montrent que sa confiance et son ambition sont intactes. 

Le mois dernier, l’Arabie saoudite a pris la décision inhabituelle d’annoncer que le prince avait aidé à négocier un échange de prisonniers entre la Russie et l’Ukraine, présentant le prince héritier comme un médiateur international. 

Dans son pays, il a également assumé le rôle supplémentaire de premier ministre de son père, le roi, qui a fait de lui officiellement le chef du gouvernement. Cette décision, selon ses avocats, devrait également le protéger des poursuites judiciaires américaines liées à l’affaire Khashoggi.

D’autres dirigeants sont revenus l’embrasser, alors que les problèmes énergétiques s’intensifiaient à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Outre M. Biden, le prince héritier a accueilli les dirigeants de la France, du Royaume-Uni et de l’Allemagne dans le royaume cette année. Il a prudemment réparé les liens avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui cherche des investisseurs [pour l’économie turque] dans une économie qui est en passe de devenir l’une des plus dynamiques du groupe des 20. 

Cette semaine, le royaume du désert a même remporté l’appel d’offres pour accueillir les Jeux asiatiques d’hiver de 2029 à Trojena, dans une mégapole qui n’a pas encore été construite. 

Économie

Le ministre saoudien de l’énergie, Abdulaziz bin Salman, a déclaré que la décision de l’OPEP+ était motivée par les fondamentaux du marché et que le groupe devait être réactif en cette période d’extrême volatilité du marché. La décision de réduire la production était fondée sur des indications de l’arrivée d’une récession mondiale, a déclaré le secrétaire général de l’organisation, Haitham Al Ghais, dans une interview à la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya.

La déclaration budgétaire préliminaire de l’Arabie saoudite contient quelques indices sur les perspectives du royaume. Selon les économistes de la banque d’investissement saoudienne Al Rajhi Capital, le mois dernier, sur la base de ces chiffres, les autorités semblent prévoir un prix du baril de Brent d’environ 76 dollars l’année prochaine. 

C’est environ 20 % de moins que le prix du pétrole cette semaine, et beaucoup plus baissier que prévu par la plupart des analystes. Compte tenu de ces éléments, l’Arabie saoudite prévoit que son budget annuel dégagera à peine un excédent de 9 milliards de riyals (2,4 milliards de dollars), inférieur aux estimations précédentes. 

Confrontés à un choix entre soutenir l’économie mondiale à la demande des États-Unis et risquer la leur, les Saoudiens ont choisi leur intérêt. Et les autres États du Golfe ont fait de même.

Équilibrer les puissances

Les responsables du Golfe affirment qu’ils doivent équilibrer leurs liens avec à la fois les États-Unis et la Russie, cette dernière joue un rôle important non seulement dans les marchés de l’énergie, mais aussi dans les conflits régionaux, de la Syrie à la Libye. La Russie est également impliquée dans des négociations avec l’Iran et, contrairement aux États-Unis, elle ne critique pas l’Arabie Saoudite sur les droits de l’homme.

L’Arabie saoudite et ses alliés régionaux ne se sont pas associés aux sanctions contre Moscou pour l’invasion de l’Ukraine et, en privé, les responsables disent qu’isoler complètement la Russie pourrait se retourner contre eux. Ils se méfient également des tentatives des États-Unis de punir la Russie au moyen d’outils tels que le plafonnement des prix de ses exportations d’énergie, qui ont pour effet de transférer le pouvoir de fixation des prix des vendeurs aux acheteurs d’énergie.

Les responsables américains, quant à eux, tentent de trouver un équilibre entre leurs efforts pour punir la Russie et les répercussions inflationnistes de telles mesures. Ils doivent également trouver un équilibre entre leur désir immédiat d’obtenir davantage de pétrole de l’OPEP et leur ressentiment croissant à l’égard d’un cartel peu coopératif qui ne partage pas les intérêts des États-Unis.

A la suite de la dernière réduction de la production, un communiqué de la Maison Blanche a appelé à « des outils supplémentaires pour réduire le contrôle de l’OPEP sur les prix de l’énergie. » La décision a également rappelé pourquoi les États-Unis doivent réduire de toute urgence leur dépendance à l’égard des sources étrangères de combustibles fossiles, a-t-il déclaré.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/10/13/pourquoi-l-arabie-saoudite-a-rejete-les-demandes-de-m-biden-de-faire-baisse.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s