Cognac (16) : accusé d’islamophobie et menacé de mort par un parent d’élève, le professeur Stéphane Didier dénonce la lâcheté de sa hiérarchie, qui ne l’a “pas du tout soutenu”. Il a depuis quitté la région

temoignage_dun_professeur_menace_par_un_parent_deleve-taille1200_634a5d693c278_0-960x500.jpeg

15/10/2022

Menacé par un parent d’élève dans un collège de Cognac (Gironde) en décembre 2020, soit deux mois après l’assassinat de Samuel Paty, un professeur d’histoire géographie a témoigné au micro de CNEWS. La raison : un cours sur le IIIe Reich.

Les faits remontent au mois de décembre 2020. Soit deux mois après l’assassinat de Samuel Paty. Stéphane Didier, professeur d’histoire-géographie en zone d’éducation prioritaire a remarqué le comportement suspect d’une de ses élèves.

Au cours d’un devoir, la collégienne a refusé de répondre à des questions portant sur le IIIe Reich. Face à cette situation, l’enseignant a alors demandé des explications à la principale intéressée. Mais 48 heures plus tard, la mère de la jeune fille a souhaité rencontrer le professeur.

«Elle m’a attaqué verbalement directement, en me disant que j’étais un professeur raciste, islamophobe. Elle m’a rappelé de ne pas oublier, et surtout de bien comprendre ce qui était arrivé à Samuel Paty. C’est clair. Le message est extrêmement clair», raconte Stéphane Didier.

Toutefois, le professeur a regretté l’absence de soutien de la part du proviseur après cet événement : «Il m’a complètement lâché au niveau de ce qui s’était passé. Il ne m’a absolument pas soutenu. Surtout pas de vagues. Il ne voulait pas de vagues autour de cette histoire», explique-t-il.

(…) Depuis cet événement, Stéphane Didier a changé d’établissement, mais également, de région.

CNews


06/03/2022

Citation du professeur à la fin de l’entretien:

« Les gens qui sont des croyants il faut les respecter. Moi je respecte tous les croyants quels qu’ils soient. Mais je veux aussi qu’il y ait une liberté d’expression et c’est la loi telle qu’elle a été écrite en 1905 et telle que l’a pensée Aristide Briand. Aristide Briand a eu cette phrase absolument remarquable: “la loi protège la foi aussi longtemps que la foi ne veut pas faire la loi” »


Europe1 / lien direct


17/06/2021

C’était le 16 décembre 2020, deux mois jour pour jour après la décapitation du professeur Samuel Paty par un jeune Tchétchène radicalisé. Ce matin-là, aux alentours de 10 heures, Stéphane Didier, professeur d’histoire-géographie au collège Claude-Boucher de Cognac, a rendez-vous avec la mère d’une élève, Mme K., pour parler de la situation de sa fille, dont les résultats sont en baisse. Le rendez-vous se déroule dans la salle des professeurs. Deux autres collègues de Stéphane Didier, cachés par une cloison, sont également présents dans la pièce – où ils prennent leur pose, et deviendront des témoins auditifs clés de l’altercation.

Rapidement la conversation s’envenime avec Mme K. « Durant notre échange, cette femme a volontairement porté des propos diffamatoires intimidants, avec menaces verbales, et outrageux relatifs au racisme antimusulman à l’égard de sa fille », indique Stéphane Didier, dans le procès-verbal de sa plainte, déposée quelques heures plus tard. Dans ce document – que Valeurs actuelles a pu consulter -, il affirme « n’avoir jamais tenu de tels propos » dans ses cours. « Je suis républicain et je respecte la laïcité appliquée dans mon pays », déclare le professeur, qui se voit reprocher par la mère de l’élève, musulmane, de pousser sa fille au suicide. La discussion monte d’un cran lorsqu’elle l’accuse de « regarder sa fille de travers » et de la « harceler » avec ses « remarques sur son travail et ses mauvais résultats ».

Ce ne sont pourtant pas ces allégations qui inciteront Stéphane Didier à porter plainte, mais la suite de l’entretien, lors duquel Mme K. « a alors évoqué toute seule l’affaire Samuel Paty » tentant de « faire le lien entre le meurtre de cet homme et mon enseignement », affirme le professeur. « Elle a réitéré ses propos et ajouté dans un accès de colère irrationnel : “Vous savez ce qu’est l’affaire Samuel Paty. ” » Stéphane Didier décide de couper court à l’entretien, mais se voit encore traiter de « sale prof raciste »« En état de choc psychologique », il se rend le même jour chez le médecin, qui lui prescrit deux jours d’arrêt maladie, soit jusqu’au 18 décembre, date du début des vacances scolaires de Noël. Les professeurs témoins de la scène accepteront quant à eux de se rendre au commissariat. Tous deux confirment les insultes et l’évocation de l’affaire Samuel Paty comme point de départ de ces insultes.

La suite de l’enquête sur Valeurs Actuelles

https://www.fdesouche.com/2022/10/15/cognac-16-un-professeur-reclame-sa-mutation-apres-avoir-ete-pris-a-partie-et-accuse-dislamophobie-par-un-parent-deleve/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s