Il n’y a pas qu’une seule guerre en Ukraine et l’OTAN est en difficulté

par Larry Johnson.

Ce n’est pas pour enfoncer une porte ouverte, mais la plupart des gens dans le monde ont une image délirante de la guerre en Ukraine. Comme je l’ai écrit précédemment, la faute en incombe en grande partie à Hollywood, qui, par le biais d’une pléthore de films, a conditionné les masses à penser que la guerre est la conquête d’un territoire critique. Mais cette image est trompeuse lorsqu’il s’agit de l’Ukraine. Oui, il existe des portions de territoire stratégiquement importantes qui doivent être capturées ou défendues, mais il existe également de vastes étendues de plaines qui sont tactiquement difficiles à contrôler et, si vous parvenez à capturer une étendue de terre, vous créez le problème de comment la défendre.

Jetez un coup d’œil à la vidéo suivante en gardant cela à l’esprit. Bien que la vidéo montre comment le groupe Wagner de Russie construit des lignes défensives, concentrez-vous sur le paysage général plutôt que sur le travail des ingénieurs :

Regardez la video ici

La Russie a un avantage décisif sur l’Ukraine en ce qui concerne la bataille pour ce territoire, même si elle en a cédé une partie il y a quelques semaines à l’avancée des troupes ukrainiennes. Pourquoi ? Parce que la force aérienne de la Russie est toujours intacte et peut être utilisée pour attaquer les unités ukrainiennes massées. La capacité aérienne de l’Ukraine a été éviscérée. La Russie bénéficie également d’un avantage déséquilibré en matière de chars. Au cas où vous auriez des doutes, la vidéo ci-dessus montre un pays fait pour les chars.

« Au début de son invasion à grande échelle en février, la Russie disposait d’environ 3330 chars opérationnels (2840 pour les forces terrestres, 330 pour l’infanterie de marine et 160 pour les forces aéroportées), selon la base de données Military Balance 2021. …

Cependant, la Russie dispose encore de quelque 2000 chars prêts au combat, ainsi que d’une énorme quantité de chars stockés. …

La base de données Military Balance 2021 indique que les installations de stockage russes comptent environ 10 200 chars, dont divers T-72, 3000 T-80 et 200 T-901.

Les batailles de chars dans les plaines vallonnées sont un excellent terrain pour une superproduction hollywoodienne, mais le véritable péril pour l’Ukraine a été exposé ces deux derniers jours – les missiles hypersoniques, les missiles de croisière et les roquettes aériennes de la Russie qui détruisent les nœuds électriques et les quartiers généraux militaires dans toute l’Ukraine. Les frappes russes de ces deux derniers jours ont considérablement dégradé la capacité de l’Ukraine à fournir de l’électricité et du chauffage critique à ses grandes villes. Les attaques perturbent également le réseau de téléphonie mobile de l’Ukraine et sa capacité à déplacer des troupes et des équipements de l’ouest vers les lignes de front à l’est.

L’Ukraine ne dispose pas d’une capacité comparable pour contrer les attaques russes. En outre, le barrage de missiles russes a mis en évidence la faiblesse, voire l’absence, du système de défense antimissile ukrainien. Ce n’est ni une erreur ni une coïncidence si les frappes russes sur les principales villes ukrainiennes – plus de 100 missiles – ont causé très peu de pertes humaines, notamment du côté civil. Malgré les affirmations ukrainiennes selon lesquelles les frappes de la Russie ont tué des civils, les preuves suggèrent le contraire : le propre système antimissile de l’Ukraine n’a pas réussi à intercepter les cibles russes, et ses missiles sont retombés au sol et ont touché des appartements et des écoles.

Que vont faire les États-Unis et l’OTAN ? Déployer immédiatement le système antimissile Dôme de fer ? Malheureusement, ces systèmes antimissiles occidentaux ne sont pas conçus pour vaincre les missiles que lance la Russie. Ensuite, il y a le problème de la logistique – c’est-à-dire le déploiement de ces systèmes et la formation du personnel pour les faire fonctionner. Cela prendra des semaines, voire des mois. Et l’Ukraine n’a pas le luxe du temps à cet égard. Pour aggraver les choses, les États-Unis et l’OTAN ne disposent pas des réserves nécessaires pour réapprovisionner rapidement l’Ukraine :

« Les États-Unis ne seront bientôt plus en mesure de fournir à l’Ukraine, comme ils l’ont fait jusqu’à présent, les équipements sophistiqués indispensables à sa défense contre la Russie, car leurs réserves atteignent leurs limites, notamment en termes de munitions. …

Mais les stocks américains de certains équipements « atteignent les niveaux minimums nécessaires pour les plans de guerre et d’entraînement » et ramener les stocks d’armes aux niveaux d’avant l’invasion pourrait prendre des années, a écrit Mark Cancian dans une analyse récente du Center for Strategic and International Studies. …

Washington « tire les leçons » du conflit sur les besoins en munitions dans une guerre très puissante, et sur le fait qu’elle est « beaucoup plus importante » que prévu, a déclaré un responsable militaire américain qui a requis l’anonymat2.

Il y a ensuite le scénario cauchemardesque pour l’Ukraine et l’OTAN, dans lequel la Russie invoque l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) et demande à la Biélorussie de se joindre à la mêlée. Des troupes russes et biélorusses se rassemblent déjà à la frontière nord de l’Ukraine. Qu’il s’agisse d’un bluff de la part de la Russie ou d’une véritable préparation à l’ouverture d’un nouveau front dans le nord, le regroupement des forces oblige l’Ukraine à déployer des forces déjà réduites à la frontière nord. Cela affaiblira la capacité de l’Ukraine à repousser une offensive russe à Kherson et Zaporijia.

Je pense que les événements des cinq prochaines semaines vont créer une crise au sein de l’OTAN et des États-Unis. Si la Russie prend l’initiative et passe en force contre les unités ukrainiennes, l’OTAN ne sera pas en mesure de sauver l’Ukraine d’une défaite sur le champ de bataille. Toute nouvelle intervention de l’OTAN fera d’elle, aux yeux des Russes, une cible militaire légitime.

Aux défis militaires auxquels sont confrontés les États-Unis et l’OTAN s’ajoutent les vents contraires économiques et politiques. Joe Biden va probablement perdre le contrôle de la Chambre des représentants et du Sénat. Si cela se produit, il n’aura plus d’allié au Congrès désireux de continuer à injecter de l’argent et des armes en Ukraine. La situation économique en Europe, marquée par l’inflation et la fermeture d’entreprises, alimentera davantage les troubles intérieurs et diminuera l’enthousiasme pour maintenir l’Ukraine à flot.

Lorsque vous prenez tous ces facteurs en considération, la conclusion est claire : la Russie bénéficie d’une initiative stratégique et tactique qui sera difficile à surmonter. À l’inverse, l’OTAN est en difficulté.

sourceA Son of the New American Revolution

traduction Réseau International

https://reseauinternational.net/il-ny-a-pas-quune-seule-guerre-en-ukraine-et-lotan-est-en-difficulte/

Une réflexion sur “Il n’y a pas qu’une seule guerre en Ukraine et l’OTAN est en difficulté

  1. ORION

    Attendons bientôt le 8 novembre les élections du midterm américain : retour possible dès républicains patriotes ce qui changerait la donne dans les réponses de l’ OTAN sur les opérations militaires en Ukraine….

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s