Grave scandale de corruption autour d’Ursula von der Leyen

En mars 2021, Ursula von der Leyen a tenu des négociations préliminaires avec le patron de Pfizer au sujet de l’achat d’un vaccin contre le coronavirus, selon l’article d’Origo. 

Concrètement, elle a discuté des détails par SMS avec le PDG du géant pharmaceutique, Albert Bourla. Von der Leyen refuse de fournir des informations sur les détails, et en raison du manque de transparence, il pourrait s’avérer que l’UE soit dans la poche des entreprises multinationales, rapporte Origo basé sur le site Ripost.

Le New York Times a été le premier à rapporter en avril dernier que c’était la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui avait conclu l’énorme contrat de vaccins avec BioNTech-Pfizer. Elle s’est occupée personnellement de la signature du contrat lors des négociations avec le patron de Pfizer, Albert Bourla.

Les détails avaient été discutés par téléphone et SMS. Après cela, en mai 2021, la Commission a convenu de la livraison de 1,8 milliard de doses de BioNTech-Pfizer.

«Une enquête a été ouverte sur cet accord d’une valeur d’environ 35 milliards d’euros, mais la Commission européenne n’a pas retrouvé les SMS échangés entre Ursula von der Leyen et le patron du géant pharmaceutique Pfizer – a déclaré l’exécutif européen au médiateur de l’UE dans sa lettre publiée le 29 juin 2022»

– Euobserver.com:

Même avant cela, lors d’une conférence de presse le 16 février, cinq membres du Parlement européen avaient sévèrement critiqué Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, et l’avaient appelée à démissionner en raison de son rôle dans l’approvisionnement en vaccins. Selon l’eurodéputé lituanien Stasys Jakeliunas, le mari de la présidente Ursula von der Leyen, Heiko von der Leyen, est depuis décembre 2020 le directeur médical de la société bio-pharmaceutique américaine Orgenesis, spécialisée dans les thérapies cellulaires et géniques. Il travaille également en tant que consultant pour une société européenne de conseil sur le marché de la santé.

Par conséquent, le représentant estime qu’il est également incompatible que le président du comité négocie l’achat de vaccins avec une seule personne.

Lorsque Heiko von der Leyen a rejoint le conseil d’administration d’Orgenesis, la Commission européenne était en train de signer une série de contrats avec des sociétés pharmaceutiques entre août et novembre 2020, dont deux avec Pfizer-Biontech. Orgenesis entretient des liens étroits avec Pfizer grâce à ses participations dans les thérapies génétiques à base d’ARN messager.

Lors de la conférence de presse susmentionnée , le député européen roumain Cristian Terhes a également critiqué le manque de transparence concernant l’approvisionnement en vaccins Covid-19, affirmant que les contrats avec les fabricants de vaccins (Pfizer et Moderna) contiennent de nombreuses pages de texte caviardé.

L’eurodéputé roumain Cristian Terhes:
« Est-ce là l’Europe que nous voulons ? » a-t-il demandé. « Une Europe où la présidente de la Commission négocie personnellement avec le chef d’une entreprise privée sur quelque chose qui touche à nos droits fondamentaux ? Nous avons un droit d’accès à ces documents en vertu du traité sur l’Union européenne. Elle aurait dû être la première à partager cette information car nous sommes tous concernés par ces décisions. Et cela ne s’est pas produit »

La Commission ne peut donc pas retrouver les SMS, mais avait soutenu précédemment que ce type de communication « de courte durée et éphémère » n’est pas couvert par les règles de transparence de l’UE en matière d’accès aux documents.

« La Commission peut confirmer que les recherches par le cabinet de la Président pour les messages texte pertinents à la demande d’accès aux documents ont été infructueuses », a déclaré la commissaire européenne à la transparence Vera Jourova dans une lettre à la médiatrice Emily O’Reilly.

La députée socialiste belge au Parlement européen Kathleen Van Brempt, qui préside la commission parlementaire spéciale chargée du Covid-19, a jugé la réponse de la commission inacceptable.

« Le manque total de transparence profite à l’industrie, pas aux citoyens européens », a-t-elle tweeté. Et elle a déclaré à Politico que le manque de transparence renforce encore l’opinion selon laquelle l’UE est dans la poche des entreprises multinationales. La présidente de la Commission passe un accord personnel avec le PDG d’une Big Pharma et refuse par la suite de divulguer les textes ayant conduit à l’accord.

Ce n’est pas la première fois que la présidente de la Commission a des ennuis pour des SMS « disparus »

Les liens étroits d’Ursula von der Leyen avec des groupes d’intérêts privés ont été révélés lorsqu’elle était ministre de la Défense dans le gouvernement d’Angela Merkel.

Après avoir nommé Katrin Suder, l’ancienne patronne de la filiale allemande de McKinsey, au poste de secrétaire d’État à l’Armement, elle a fait appel aux services de sociétés de conseil, dont McKinsey, pour un total de 200 millions d’euros en trois ans, sans appel d’offres.

Le Bundestag a mis en place une commission d’enquête parlementaire, qui a saisi les deux téléphones portables professionnels de la ministre. Malheureusement, leur contenu avait été « accidentellement » supprimé. Ursula von der Leyen a tenté de rassurer les membres du comité sur le fait qu' »il n’y a pas de messages importants dessus ». Bref, il semble que le caractère « éphémère » de ses SMS ait été établi il y a longtemps.

La presse allemande a noté que David von der Leyen, un des fils de la présidente de la Commission européenne, a travaillé chez McKinsey de 2015 à 2019, c’est-à-dire à l’époque où sa mère était ministre de la Défense et employait Katrin Suder comme secrétaire d’État. Selon l’estimation de Forbes, l’entreprise, présente dans 65 pays, vend ou « offre » ses conseils pour faire face à l’épidémie de Covid tant au secteur privé qu’au secteur public.

La Belgique, la France et de nombreux autres pays occidentaux ont fait appel à ses services pour définir et mettre en œuvre leurs stratégies vaccinales.

Qu’est-ce qu’il pourrait y avoir là-derrière ?

Dès mars 2020, McKinsey a écrit à la commissaire européenne à la santé Stella Kyriakides en proposant qu' »une équipe volontaire de réponse à la crise soit envoyée à la structure appropriée des institutions de l’UE ».
Tout en continuant à conseiller les clients de la Big Pharma, McKinsey a ainsi accédé au cœur du processus de coordination des politiques européennes, le tout de manière très opaque, l’offre de ses services pro bono et non rémunérée lui permettant d’éviter les appels d’offres publics.
Et la Commission européenne a refusé de rendre publics la majorité des documents liés aux activités pro bono de McKinsey.

McKinsey est très efficace pour créer des réseaux et des communautés d’intérêts aux niveaux national, européen et international.

Le cas de David von der Leyen n’est pas unique parmi les techniques d’influence. McKinsey n’hésite pas à embaucher d’autres enfants de dirigeants politiques. Par exemple, Victor Fabius, fils de l’ancien Premier ministre français et actuel président du Conseil constitutionnel.

Bref, McKinsey joue un rôle clé dans la plupart des pays occidentaux sur de nombreuses questions commerciales, dont la campagne de vaccination. McKinsey a également conseillé aux fabricants d’opioïdes de « dynamiser » les ventes d’OxyContin, proposant des stratégies pour contrer les messages émotionnels des mères adolescentes faisant une surdose d’OxyContin et a aidé les fabricants d’opioïdes à contourner les réglementations.

Selon les accusations, la président de la Commission européenne sert les intérêts américains plutôt qu’européens.

En février 2021, McKinsey a signé un accord avec les procureurs généraux de 49 États. La société a accepté de payer près de 600 millions de dollars pour régler les enquêtes sur son rôle dans la promotion des ventes d’OxyContin. Pfizer a embauché Aamir Malik de McKinsey & Company en tant que nouvel associé principal en 2021.

L’air autour d’Ursula von der Leyen s’épuise

Selon des informations de presse, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, peut s’attendre à être sanctionnée à cause du contrat de l’UE avec Pfizer. Mais d’autres enquêtes sont également attendues en rapport avec l’approvisionnement en vaccins. Entre-temps, le PDG de la société pharmaceutique américaine, Albert Bourla, a annoncé qu’il n’avait pas l’intention de comparaître devant l’organe européen chargé d’enquêter sur l’affaire.

Il convient de noter que la Commission n’est pas un représentant de groupes d’influence et d’intérêts privés, mais la gardienne des traités, de l’État de droit et des intérêts généraux de l’Europe.

Alors est-il concevable que la présidente Von der Leyen et la Commission européenne ne répondent pas aux questions liées à ce contrat portant sur des dizaines de milliards d’argent public ?

Source : https://magyarnemzet.hu/kulfold/2022/10/sulyos-korrupcios-botrany-ursula-von-der-leyen-korul

Traduction : Albert Coroz

https://by-jipp.blogspot.com/2022/10/grave-scandale-de-corruption-autour.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s