Immigration erreur économique

221009

Dans notre précédente chronique nous nous sommes attachés à rappeler que « l’indigénisme », le « wokisme », et l’islamo-gauchisme procèdent tous de l’inversion totale des faits. Ils supposent une manière d’ignorance organisée de l’histoire dès lors qu’ils transforment, en quelque sorte, les immigrés en envahisseurs « légitimes ».

Or, une question essentielle demeure : « Qui les a fait venir ? », d’autant plus que ce processus ne relève pas des mystères oubliés du passé mais de leur prolongation en tant que réalité du présent. Certes l’étude des grandes invasions d’autrefois démontre qu’en général elles ont été précédées de phénomènes migratoires, du mercenariat militaire sous l’Empire romain, et du déclin démographique inhérent aux peuples civilisés.

Une hypocrisie récurrente et à courte vue nous serine à l’envi, depuis 50 ans, que « les immigrés exécutent les travaux que les Français ne veulent pas faire ».

Ce raisonnement faux et sommaire tire aussi ses arguments de tous les constats superficiels sur les « manques de main-d’œuvre ». On les déplore ainsi actuellement dans certains secteurs comme l’agroalimentaire, l’hôtellerie-restauration, le transport voire l’ingénierie. Merci au « quoiqu’il en coûte » de Macron en 2020. Merci aussi à la retraite à 60 ans inventée par Mitterrand en 1981 dans l’espoir de réduire le chômage. Merci aux 35 heures des lois Aubry de l’an 2000. Merci aussi, dans l’artisanat, à la pseudo-réforme Fillon de 2003. Tout cela vient donc de loin. L’une des raisons invoquées se polarise certes aujourd’hui sur une indemnisation du chômage jugée trop généreuse. Et un tel argument, qui n’est pas entièrement faux, braque le débat sur la réforme de l’assurance chômage voulue par le gouvernement et combattue par la gauche

Mais on doit retenir surtout deux failles imparables de cette rhétorique :

1° l’évolution du recrutement des éboueurs parisiens a prouvé, à partir des années 1990, qu’à partir d’un certain niveau de rémunération, d’une amélioration de leurs conditions de travail et d’un meilleur respect envers les tâches manuelles, les Français acceptent précisément ces emplois, que l’école républicaine laïque et obligatoire, relayée par le cinéma, dénigre dès l’enfance.

2° quant aux immigrés eux-mêmes, pas plus bêtes que les Français leurs raisonnements se révèlent largement parallèles. Croire le contraire caractériserait précisément le « racisme ». Si les allocations sont supérieures aux salaires, ils choisissent l’assistanat. Si l’accès à la protection sociale ne nécessite pas d’effort contributif, ils se dispensent volontiers d’y cotiser. Il est vrai qu’une partie d’entre eux réalise dans le secteur de la délinquance ordinaire ou du trafic de drogue des performances très supérieures à celles de la moyenne nationale…

On en arrive enfin à la nouvelle formulation du précédent discours et l’on entend dire désormais : « les immigrés illégaux font le travail que les immigrés réguliers ne veulent plus faire ». Oui la boucle de l’immigrationnisme est bouclée.

Néanmoins certains cercles continuent de croire qu’en subventionnant la CGT, on « achète la paix sociale » et que l’immigration constitue effectivement une « armée de réserve » au service du capitalisme.

Ce préjugé marxiste existait déjà en 1864. La Première Internationale se réunissait à Londres et Karl Marx y développait ses thèses dans sa fameuse adresse inaugurale. Le prophète du British Museum croyait alors pouvoir démontrer que les conditions de vie de la classe ouvrière ne pourraient aller qu’en se dégradant. Et, surtout, la première revendication formulée alors par l’Association naissante fut de s’opposer l’immigration de main-d’œuvre qui conduisait des ouvriers belges à travailler en Grande Bretagne.

Toute l’Histoire économique réelle tend à démontrer le contraire des postulats marxistes. Ce n’est certainement pas la traite négrière qui a permis la révolution industrielle. Celle-ci ne s’est pas accomplie dans le monde islamique, la plus esclavagiste de toutes les sociétés humaines avant même le communisme, ni d’ailleurs dans les plantations antillaises de canne à sucre, encore moins au Sierre Leone et au Bénin fournisseurs du malheureux « bois d’ébène ». Si elle s’est développée en Angleterre au XVIIIe siècle c’est précisément, en grande partie, parce que les salaires y étaient alors les plus élevés d’Europe.

Il est vrai que Marx n’a retenu des premiers économistes, ceux qu’on appelle les classiques, Adam Smith et Ricardo, que leur approximation erronée de la « valeur travail ». Mais c’est sur la base de la théorie de la plus-value et de l’accumulation, qui en découle, que technocrates et autres immigrationnistes ont bâti leurs modèles purement quantitatifs.

Michel Debré résume leur programme et leur paradigme. Nommé par Jean Moulin parmi les experts pour contribuer au programme planiste de la Résistance, il devint sous la quatrième république l’un des plus redoutables opposants au parlementarisme. Enfin principal rédacteur de la constitution de 1958, il sera nommé en 1959 premier chef du gouvernement de la cinquième république. Michel Debré père de la constitution de 1958. Il théorisait que « si nous étions 100 millions de Français » nous serions une grande puissance et que par conséquent, si nous ne pouvons y parvenir par la natalité, nous devons recourir à l’immigration.

Si ma tante en avait quatre, observe avec bon sens un proverbe américain – moins grossier que sa version française, – elle serait un autobus.

JG Malliarakis

https://www.insolent.fr/2022/10/immigration-erreur-economique.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s