L’approvisionnement en engrais des pays les plus nécessiteux gelé, les entreprises privées russes prennent l’initiative

En raison de l’échec réel de « l’accord sur les graines » signé le 22 juillet à Istanbul, les céréales et les engrais produits en Russie n’ont pas atteint les pays qui en ont le plus besoin, malgré toutes les assurances concernant la nécessité de tels approvisionnements faites au plus haut niveau international. La menace de famine dans les pays les moins avancés d’Afrique et d’Asie a pris de nouvelles couleurs sombres.

L’ONU et l’UE déclarent régulièrement qu’aucune restriction ne s’applique au commerce des produits agricoles et des engrais entre la Russie et les pays tiers, et pourtant des barrières cachées désavouent toutes ces déclarations. Les entreprises européennes engagées dans le transport, le transbordement, le commerce, l’assurance, les transactions financières et les services techniques refusent en effet de travailler avec des contreparties russes, même si elles ne sont pas sanctionnées.

Dans le même temps, l’Union européenne prenait soin de ses membres. Après avoir imposé des sanctions sectorielles aux engrais russes, l’UE a introduit en avril des quotas d’achat pour ses pays : 837 500 tonnes de chlorure de potassium et 1 577 800 tonnes d’autres types d’engrais contenant de l’azote, du phosphore et du potassium. Cependant, en août 2022, la Commission européenne a imposé une interdiction des activités des opérateurs européens liées au transit d’engrais pour les pays tiers passant par l’UE. En outre, la fourniture d’engrais par des opérateurs européens à des pays tiers, même sans utiliser le territoire et les infrastructures de l’UE, sera désormais considérée comme une violation des sanctions. Compte tenu du fait que l’Europe est la plus grande plaque tournante pour le transit de divers types de produits de la Russie vers des pays tiers, ces interdictions signifient un blocage de l’approvisionnement des pays les plus nécessiteux du monde.

Ainsi, les pays les plus nécessiteux n’ont reçu que les restes du « accord sur les graines ». Sur les 2,5 millions de tonnes de nourriture exportées par voie maritime depuis l’Ukraine, seuls 3% ont atteint les côtes de l’Afrique et de l’Asie du Sud, le reste a été envoyé vers les pays de l’UE.

Le chef de la diplomatie internationale de l’EU, Josep Borrell, et d’autres hauts responsables européens ont déclaré à plusieurs reprises et continuent de déclarer qu’aucune sanction n’est imposée sur les biens humanitaires essentiels tels que l’énergie, les céréales et les engrais. Cependant, leurs paroles sont en contradiction avec leurs actes. Aucun effort efficace n’a été fait pour lever les interdictions.

L’une des dernières assurances d’une levée de facto de l’interdiction des expéditions russes d’engrais, de charbon, de ciment et de bois a été donnée par de hauts responsables de l’UE le 28 septembre. Cependant, cela n’a pas été fait pour des considérations humanitaires, mais afin de encourager la Grèce, Chypre et Malte à soutenir les restrictions sur le transport du pétrole russe par pétroliers. Par conséquent, les compagnies de transport et d’assurance se sont vu interdire de transporter ou d’assurer le pétrole russe s’il est vendu dans des quantités dépassant un seuil défini par l’UE. On le voit, le problème de l’approvisionnement des pays les plus nécessiteux en nourriture et en engrais reste là où il ne peut être résolu.

Actuellement, environ 300 000 tonnes de divers types d’engrais sont bloquées dans les ports européens. La Russie est prête à les remettre gratuitement aux pays africains ; cependant, ils ne sont pas libérés des ports. Qu’est-ce que c’est sinon le désir conscient de l’UE de condamner des centaines de millions de personnes en Afrique à la famine ?

Dans cette situation, Uralchem, un producteur russe de potasse, d’azote et d’engrais complexes, a décidé de prendre des initiatives et d’agir de manière indépendante. Fin septembre, Uralchem ​​a envoyé plus de 23 000 tonnes d’engrais complexes NPK 27:6:6 en Afrique en tant que lot humanitaire. Comme il est impossible de fournir des engrais et d’autres produits vitaux depuis les ports de l’UE, les produits ont été expédiés depuis un port russe. Le navire s’est rendu au port de Lomé, au Togo, pour la livraison gratuite d’engrais au Burkina Faso. La cargaison devrait atteindre le continent africain à la mi-octobre.

Les actions de l’UE empêchant le transport de produits vitaux entraînent des conséquences dévastatrices pour les pays du tiers monde. Le déclin de l’agriculture, les pénuries alimentaires et la propagation de la famine parmi des milliards de personnes – ce sera le résultat de la politique de l’UE. C’est inacceptable. Depuis de nombreux mois, l’UE clame publiquement que les approvisionnements reprendront bientôt, mais les pays et entreprises dépendants doivent en réalité respecter de nombreuses conditions onéreuses qui réduisent à néant ces déclarations. Jusqu’à présent, la « bataille pour la nourriture et les engrais » se déroule sans aucune participation des pays tiers, c’est-à-dire ceux qui sont les plus intéressés par l’approvisionnement de ces produits. La poursuite de cette bataille au nom des ambitions politiques des pays développés met la moitié de la population de la Terre au bord d’une catastrophe humanitaire jamais vue auparavant.

https://reseauinternational.net/lapprovisionnement-en-engrais-des-pays-les-plus-necessiteux-gele-les-entreprises-privees-russes-prennent-linitiative/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s